France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

L'assassinat de la république en....
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> 39/45. La seconde Guerre Mondiale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Lun 4 Aoû - 12:17 (2008)    Sujet du message: L'assassinat de la république en.... Répondre en citant

Le problème avec Lebel, comme avec Daniel Laurent d'ailleurs, c'est que lorsqu'on leur cite des témoignages authentiques, venus de sources incontestables (en l'occurence la sténographie des procés de la "libération") ils n'ont rien d'autre à répondre qu'en nous accusant de "justifier" la Milice, Vichy, Laval, Henriot, Darnand et... le Père Lustucru... !
Et bien sur de tout dire sans produire nos "sources", qui, si elles viennent en appui de nos arguments, ne sont évidemment pas valables !

Mieux vaut en rire ! Mr. Green
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 4 Aoû - 12:17 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Briard
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 3 331

MessagePosté le: Lun 4 Aoû - 18:24 (2008)    Sujet du message: L'assassinat de la république en.... Répondre en citant

Admin a écrit:
Le problème avec Lebel, comme avec Daniel Laurent d'ailleurs, c'est que lorsqu'on leur cite des témoignages authentiques, venus de sources incontestables (en l'occurence la sténographie des procés de la "libération") ils n'ont rien d'autre à répondre qu'en nous accusant de "justifier" la Milice, Vichy, Laval, Henriot, Darnand et... le Père Lustucru... ! Et bien sur de tout dire sans produire nos "sources", qui, si elles viennent en appui de nos arguments, ne sont évidemment pas valables !

Mieux vaut en rire ! Mr. Green


Non je ne crois pas qu'il faille en rire, bien au contraire, car c'est ces gars là qui pourrissent nos jeunes générations en perpétuant les mensonges de ce "grand homme"!
_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter.
F Fenelon


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Lun 4 Aoû - 18:58 (2008)    Sujet du message: L'assassinat de la république en.... Répondre en citant

S'il n'y avait que ceux-là, mon pauvre Briard ! Mais ils mentent sur tous les sujets, sur 14/18, sur l'entre-deux-guerres bien sur, sur 39/45 (c'est le gros morceau), sur l'Indochine, sur l'Algérie ! Il faut s'amuser à naviguer sur les fora indiqués par Google concernant la WW2 !
C'est tout simplement ahurissant !
Je ne sais pas comment fait Résistant pour tenir le coup, mais ça ne doit pas être facile !
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Lun 4 Aoû - 19:54 (2008)    Sujet du message: L'assassinat de la république en.... Répondre en citant

   Pour les jeunes generations afin de les edifier et pour une histoire objective , je propose :
Les discours de Petain , les plaidoyers pour Laval et la clientèle de la Haute Cour , sans oublier les écrits de Brasillach , Rebatet , Doriot , Darnand , et bien sur le recueil complet des causeries de Philippe Henriot 
et foin de tous ces bouquins sur la Resistance et les Resistants  Very Happy  


Revenir en haut
Briard
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 3 331

MessagePosté le: Lun 4 Aoû - 21:09 (2008)    Sujet du message: L'assassinat de la république en.... Répondre en citant

Mais pourquoi, <foin de tout ces bouquins sur la Résistance>, pas d'accord avec toi, je conseil :
 l'Abbé Desgranges et son livre "Les Crimes masqués du Résistancialisme"
ou encore celui de André Figuéras "Scandale de la Résistance",
ceux de Pierre Vial  "Le Sang des Glières" ou  "La Bataille du Vercors".
celui de Claude Baynac  "Les Secrets de l'Affaire Jean Moulin"
Mais je parie un fond de culotte contre un fond de commerce que ce n'est pas à ceux là que tu pensais.
_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter.
F Fenelon


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Lun 4 Aoû - 22:58 (2008)    Sujet du message: L'assassinat de la république en.... Répondre en citant

Non , Briard  il y a plus instructif  encore pour tes lectures 
Les reportages de Combats et Devenir sur les Glières ,  ou la Milice , durement etrillée , dut faire appel aux Allemands de Pflaum .................et le sinistre Henriot qui crachait sur les maquisards morts , ça , ça avait du panache !


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Lun 4 Aoû - 23:25 (2008)    Sujet du message: L'assassinat de la république en.... Répondre en citant

En tous cas ne pas leur conseiller Giolitto... aux "jeunes générations"... Là ça les fera franchement marrer !
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Briard
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 3 331

MessagePosté le: Mar 5 Aoû - 06:49 (2008)    Sujet du message: L'assassinat de la république en.... Répondre en citant

Quoiqu'y voyant autant d'incohérence et de contradiction ça pourrait leur donner des envies d'en savoir plus 8)
_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter.
F Fenelon


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Mar 5 Aoû - 08:59 (2008)    Sujet du message: L'assassinat de la république en.... Répondre en citant

lebel a écrit:
Non , Briard  il y a plus instructif  encore pour tes lectures  Les reportages de Combats et Devenir sur les Glières ,  ou la Milice , durement etrillée , dut faire appel aux Allemands de Pflaum .................et le sinistre Henriot qui crachait sur les maquisards morts , ça , ça avait du panache !




Remarques:

- Pourquoi qualifier Henriot de "sinistre" ? Déjà dans un Tribunal, aucun Juge, digne de ce nom ne se permet de désigner un accusé, fut-il la pire des ordures de "sinistre", ou de "salopard", ou de "canaille"... Philippe Henriot, quoi qu'il ait pu dire, était Philippe Henriot. Point. Et je rappellerai à Lebel que des dizaines de milliers de Parisiens se pressèrent sur le parvis de Notre Dame le 1er juillet 1944 lors de ses obsèques (un mois aprés le débarquement en Normandie !)
- "Cracher sur les maquisards morts"... Philippe Henriot dénonçait les assassins qui, sous couvert de "résistance", s'en prenaient à des personnes sans défense. Nuance ! De ce côté là, il ne faisait que répondre, sur le même ton, à la Radio de Londres ou d'Alger. Il faut quand même se rappeler les "éditoriaux" des Le Troquer, Lesage ou Maurice Schumann ("Miliciens assassins, abattez les comme des chiens !") Cette guerre, c'était aussi la guerre civile, avec une différence; c'était beaucoup plus facile de parler dans un micro à Londres ou à Alger en 43, qu'à Paris.

Quoiqu'il en soit, il est tout à fait normal, dans un forum qui s'interesse aux conflits de la France au XX° Siècle et particulièrement à la 2ème guerre mondiale, de publier les éléments de... l'enquête, bons ou mauvais. Philippe Henriot, comme Joseph Darnand, en furent des acteurs de premier rang. Pourquoi refuser de dire ce qu'ils furent dans la réalité des événements ?
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Croquignol


Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2008
Messages: 429
Localisation: Sarthe

MessagePosté le: Mar 5 Aoû - 09:08 (2008)    Sujet du message: L'assassinat de la république en.... Répondre en citant

Henriot était "sinistre"... Et Guingouin, il l'était pas ?

Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Mar 5 Aoû - 09:38 (2008)    Sujet du message: L'assassinat de la république en.... Répondre en citant

Dans l'etude de la Milice , vous recusez Giolitto . Je trouve son livre trés documenté et beaucoup plus complet que celui de Bayac ..........au fait , et le livre de D.de Bayac , votre opinion ?
Soyez constructif , au lieu de critiquer , en me faisant grace des thuriferaires maison , sur la Milice , que proposez vous ?
Amouroux , pour lequel vous avez quelque indulgence ,  est assez objectif mais il n'est pas specialement tendre pour les hommes de Darnand .


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Mar 5 Aoû - 11:50 (2008)    Sujet du message: L'assassinat de la république en.... Répondre en citant

Mais je l'ai dit ! Le livre de Giolitto serait un bon livre "historique" si il se contentait de décrire l'histoire de la Milice ! Or, si sa description des origines et des activités de la Milice sont plus ou moins exactes (il prête à la Milice des actions qui n'ont pas été prouvées, ou prouvées par des témoignages douteux), il ne peut pas s'empêcher de balancer à chaque page sa haine tenace et bornée qui lui fait prendre parfois les pieds dans le tapis. Et puis, l'absence d'un ordre chronologique précis le fait naviguer de 41 à 44 puis de 44 à 42, ce qui est voulu, car un lecteur non averti va pouvoir imaginer que la Milice a terrorisé les Français pendant toute la durée de la guerre, ce qui est tout à fait inexact ! J'ai toujours dit qu'il fallait considérer plusieurs périodes dans l'action de la Milice, dont les plus criminelles s'étendent sur quelques mois, au moment de la "Libération", là où tout le monde faisait n'importe quoi (y compris les FTP !)
Mais en écoutant Giolitto, la Légion Française des Combattants, le SOL et la Milice ne sont qu'une seule et même chose !
Si être "constructif", sur la Milice, c'est la condamner en bloc sans entendre tous les éléments de l'enquête, comme nous le disons ici depuis les débuts de ce forum, alors chantons les louanges de Giolitto et de De Bayac (que je ne lirai pas, merci, aprés le Giolitto...)
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Mar 5 Aoû - 12:00 (2008)    Sujet du message: L'assassinat de la république en.... Répondre en citant

Henriot était "sinistre"... Et Guingouin, il l'était pas ?


La seule difference c'est que Guingouin , sali à la fois par les dirigeants du PC  et ses adversaires ,
s'est battu les armes à la main contre l'Allemand et ses seides miliciens 


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Mar 5 Aoû - 12:11 (2008)    Sujet du message: L'assassinat de la république en.... Répondre en citant

Vouais... Surtout contre les paysans français qu'il rackettait et dont il incendiait les récoltes et le matériel agricole... Pour les Allemands, tu sais bien qu'il ne s'attaquait qu'aux unités isolées, surtout les éléments sanitaires et administratifs, ou encore à des territoriaux désarmés... Comme tu dis "l'Allemand et ses séides miliciens" !
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Roro


Hors ligne

Inscrit le: 08 Juil 2008
Messages: 216
Localisation: Ste Victoire

MessagePosté le: Mar 5 Aoû - 16:38 (2008)    Sujet du message: L'assassinat de la république en.... Répondre en citant

....Suite


Incohérence intellectuelle/Réponses à certains...

Cela dit,j'en viens à l'argument:"la pression communiste".
Je me contenterai de répondre ceci:si vous admettez qu'un chef de
Gouvernement doive parfois céder sous le poids d'une contrainte irrésistible,
alors soyez cohérent et comprenez qu'à de nombreuses reprises,Vichy ait
dû céder face aux Allemands.
Au début de son procès,le Maréchal fit une ultime déclaration dans laquelle
il souligna:
"L'Histoire dire tout ce que je vous ai évité,quand mes adversaires
ne pensent qu'à me reprocher l'inévitable.
L'occupation m'obligeait à ménager l'ennemi,mais je ne le ménageais
que pour vous ménager vous-mêmes,en attendant la libération du
territoire.
L'occupation m'obligeait aussi,contre mon gré et contre mon coeur,
à tenir des propos,à accomplir certains actes dont j'ai souffert plus
que vous,mais,devant les exigences de l'ennemi,je n'ai rien
abandonné d'essentiel à l'existence de la patrie."


(Voy.les sténotypies du procès Pétain,p.9,col.C).

Cet argument de défense n'a été accordé ni à P.Pétain,ni à P.Laval.
Et je suis persuadé que certains sont d'accord avec ce refus.
Dès lors,pourquoi l'accordez-vous à C.De Gaulle,alors que dans son cas,
la guerre était finie et la France "libérée"?
L'incohérence intellectuelle! C'est ce qui me révolte le plus en vous les
Léon Lebel,Daniel Laurent,François Delpla,Deloglu et Cie...

La guerre aurait pu être évitée en septembre 1939.

Ces précisions effectuées,j'en viens à "l'argument": En 1939,la France
a déclaré la guerre à l'Allemagne car un pacte d'assistance mutuelle la liait
à la Pologne.Tous les parlementaires le savaient parfaitement et quand ils ont
voté des crédits militaires,ils savaient que c'était pour prendre les armes
contre Hitler,puisque la mobilisation générale est le premier acte de la guerre.

La mobilisation n'est pas la guerre.

La mobilisation " premier acte de la guerre"? C'est entièrement faux!
Relisez,l'ouvrage de Raymond Poincaré,Les responsabilités de la Guerre
(éd.Payot,1930).Vous y trouverez les passages suivants:

"Or,en France,la mobilisation et l'état de siège se confondent si peu avec
la déclaration de guerre que les premières mesures dépendent du
gouvernement seul,tandis que la dernière exige l'intervention du Parlement
et le vote d'une loi."
(p.46).

"Et en effet,si la mobilisation était la guerre,signifiait la guerre ou équivalait à
la guerre,comment l'article 9 de la loi constitutionnelle du 16 juillet 1875
se bornerait-elle à dire:"Le Président de la République ne peut déclarer la
guerre "sans" l'assentiment des deux Chambres"?
Comment n'a-t-il pas ajouté:"Le Président ne peut décider la mobilisation
"sans" l'assentiment préalable des deux Chambres"?
Comment la mobilisation est-elle toujours restée sous le régime du décret?
N'est-ce pas que la mobilisation n'est pas la guerre et que
constitutionnellement il n'est pas permis qu'elle le soit?
(pp.114-15).

On ne saurait être,je crois,plus clair....



Les alliances ne rendent pas la guerre "automatique"...

La majorité des 'historiens" invoque l'alliance franco-polonaise.

Allons plus loin et supposons que je me trompe.
Oui,supposons que,le 1er septembre 1939,le pacte d'assistance
franco-polonais était encore valable.
Dans la bouche de bon nombre de personnes,on reprend le sempiternel
argument selon lequel puisque ce traité prévoyait une aide militaire
à la Pologne en cas d'agression étrangère,la guerre était "automatique",
donc il n'y avait pas besoin de l'assentiment des Chambres.
Mais là encore, relisez R.Poincaré.
Dans son ouvrage déjà cité et qui raconte les circonstances de l'entrée en guerre
de la France en 1914,il écrit:

"M.Isvolsky m'a demandé si la France exécuterait le traité d'alliance
(avec la Russie pour secourir la Serbie).
Je lui ai répondu loyalement:"C'est l'intention du gouvernement.Mais la
décision ne peut-être prise que par les deux Chambres et je vous demande
quelques jours pour soumettre la question."
(pp.74-75).

" Au surplus,j'y reviens:quelles que fussent les promesses faites,et que fût
celui qui les eût faites,aucun gouvernement français n'avait le droit de
déclarer la guerre sans un votre préalable du Parlement et aucun diplomate
étranger ne pouvait ignorer qu'il en fût ainsi."
(p.121).

"Ni moi,ni le gouvernement,nous n'avions,Dieu merci! ni le droit,ni le moyen
d'attaquer l'Allemagne.
Nous n'avions que le droit de venir devant les Chambres,de leur soumettre
les conventions d'alliance et de leur demander l'autorisation de déclarer la
guerre.
Chez nous,une fois encore,la mobilisation n'était pas la guerre et elle ne
pouvait le devenir que par une attaque de l'étranger ou par la volonté
des Chambres françaises."
(pp.143-144).

Or,depuis 1914,rien,dans la Constitution française,n'avait changé...
En conséquence,le Gouvernement aurait dû agir en 1939 comme il l'avait fait 25 ans
plus tôt,c'est-à-dire en posant clairement aux sénateurs et aux députés la question
suivante: "La France doit-elle déclarer la guerre"?

L'IMPREPARATION MILITAIRE DE LA FRANCE.


Le cri d'indignation qui aurait pu tout changer!

S'il l'avait posée,me direz-vous,les parlementaires auraient accepté.
En guise de réponse,je citerai plus complètement P.Mouton et J.Rinaldi qui,
en 1942,ont écrit:

"Dira-t-on que cela n'a qu'une mince importance et que le Parlement
aurait voté la guerre avec la même docilité qu'il a voté les crédits militaires?
C'est possible.Peut-être est-ce certain.Mais enfin,on ne sait jamais.
MM.Lebrun,Daladier,Jeanneney et Herriot étaient tellement sûrs de la soumission
des parlementaires,pourquoi donc ont-ils triché?
Pourquoi ont-ils organisé cette honteuse parodie?
Pourquoi ont-ils imposé le silence aux orateurs?
Pourquoi ont-ils étouffé toute velléité de discussion?
Si la question de la guerre avait été nettement posée,il eut peut-être suffi
d'un cri,d'une protestation,d'une apostrophe indignée pour faire reculer le fléau."


(Voy.Pierre Mouton et J.Rinaldi,Le mensonge de Daladier."Un crime contre la France"
(éd.Jean Renard,1942,pp.213-4).

Les illusions de l'été 1939.

Oh! je sais qu'en 1939,le public était bercé par les propos rassurants de nos
politiques et de nos militaires.
Dans son ouvrage publié sous l'occupation,le colonel Alerme a rappelé les paroles
tenues au début du mois de juillet 1939 par le général Weygand:

"Je crois que l'armée française a une valeur plus grande qu'à aucun moment
de son histoire,elle possède un matériel de première qualité,des fortifications
de premier ordre,un moral excellent et un Haut Commandement remarquable.
Personne chez nous ne désire la guerre,mais j'affirme que si on nous oblige
à gagner une nouvelle victoire,nous la gagnerons"


(Voy.colonel Alerme,Les causes militaires de notre défaite (Publication du Centre de l'agence
Inter-France,1940,p.13,note.).

Un mois plus tard,le 19 août,alors que l'Europe résonnait de bruits d'armes,
le ministre de l'Air français,Guy La Chambre,déclara au Petit Parisien que
la production aéronautique dépassait 200 unités par mois et que le plan de
5 000 avions était devenu un plan de plus de 8 000 avions.Bref,à l'écouter,
tout allait pour le mieux...




L'état de l'aviation en 1939.

Les innovations de 1933.

Seulement,ces propos étaient tenus "pour la galerie".
Et s'ils pouvaient abuser le public,ils ne pouvaient tromper les parlementaires
sérieux et soucieux de la Défense nationale.
Je rappelle qu'en 1933,une véritable révolution était intervenue dans le domaine
de l'aviation,avec l'apparition des deux types nouveaux d'avions commerciaux,
le Douglas DC-2 et le Heinkel-70.
Grâce aux dernières innovations techniques,ailes raccordées au fuselage,train
d'atterrissage rentrant,dispositif hypersustentateur,hélices à pas variable,ils
dépassaient les 330 km/h,alors que les meilleurs avions de chasse de l'époque
atteignaient au plus 250 km/h.

Les erreurs françaises.

Sous la responsabilité du ministre Pierre Cot et du général Denain,la France se
mit à l'ouvrage pour rénover sa flotte aérienne,mais avec des conceptions
techniques et stratégiques totalement erronées.
Dans un livre paru en 1938 et sur lequel je reviendrai,Paul Bénazet a écrit:

"Fortes de ces enseignements toutes les aviations militaires entreprirent
immédiatement de réagir et de modifier leurs matériels.
Rien de plus simple au surplus.
Calquer les appareils de bombardement sur le Douglas.
De même,il suffisait de calquer l'appareil de chasse sur le Heinkel...
Cette solution fut adoptée par tous les grands pays,'l'exception' de la
France... *
Au moment où les aviations étrangères avaient des programmes et
construisaient des prototypes qui leur permirent les réalisations de
1936 et 1937 (l'Allemagne gagnant le record du monde de vitesse avec
611 km/h!) nous nous enfermions dans des conceptions absolument
différentes.
Nos programmes de 1933,dont les prototypes furent présentés au salon
de 1934,ne faisaient état d'aucun des progrès techniques incorporés dans
le Douglas DC-2 et dans le Heinkel-70 qui figuraient à ce même salon.
On se bornait à placer des moteurs relativement puissants sur des cellules
d'un type déjà périmé!"
(Ibid.,pp.77-79).

*(Voy.Paul Bénazet, Notre sécurité (éd.Grasset,1938,pp.70-71).

L'aviation française surclassée

La preuve de ces bévues stratégiques fut apportée pour une première fois
en 1937 au meeting de Zürich.
A cette rencontre qui,tous les deux ans,mettait en compétition les différentes
aviations militaires,les chasseurs modernes français de modèle Dewoitine D-510
furent surclassés par les Dornier-17 allemands,ceux-ci ayant battus ceux-là
de plus de 54 km/h. *
La même année eut lieu,sur l'initiative du ministre de l'Air Pierre Cot,une
course aérienne Istres-Damas.
Les Dewoitine D-51 montrèrent leur infériorité face,cette fois,aux bombardiers
italiens Savoïa S-79 qui réalisèrent une vitesse moyenne de 427 km/h contre
402 km/.**

*(Voy.P.Bénazet,op.cit.,p.67.Voy.aussi Hector Ghilini ,A la barre de Riom(éd.Jean Renard,1942,
p.22).
**(Voy.P.Bénazet,op.cit.,pp.66-7:Voy.aussi Hector Ghilini,op.cit.,pp.22-3).



Interpellations de parlementaires inquiets.

Conscients de la faiblesse aéronautique française,certains parlementaires
s'inquiétèrent.Le 19 mars 1937,la commission de l'Air au Sénat,qui avait
entendu le rapport de Paul Bénazet,son président,rédigea la motion suivante:

"La commission de l'Air,inquiète du ralentissement de la production dans les
usines aéronautiques,appelle l'attention du président du Conseil et du ministre
de l'Air.
Elle charge à l'unanimité son président de se faire auprès du Gouvernement
l'interprète de l'émotion de la Commission."


Fin 1937,P.Bénazet,déposa une demande d'interpellation.
La discussion,qui ne pouvait évidemment être publique,vint en février 1938
devant les Commissions de la Défense nationale,siègeant en séance secrète.
Mais à cette date,raconte Charles Reibel:

"M.Daladier avait eu l'habilité,à la faveur d'un changement de Cabinet,
de faire remplacer M.Pierre Cot par Guy La Chambre;et les Commissions ne
purent qu'entendre celui-ci s'associer aux sévères critiques de M.Laurent-Eynac
(contre l'incompétence de P.Cot) et qu'enregistrer les promesses chaleureuses
du nouveau ministre."


(Voy.Charles Reibel, Les Responsables.Ma déposition devant la Cour suprême de Justice
(éd.Baudinière,sd, p.19).

Afin de rassurer les parlementaires,G.La Chambre avait évoqué une récente
commande d'avions Curtiss faite aux USA.
Mais tout cela n'était que poudre aux yeux,car les livraisons furent
"tardives et insuffisantes".

(Voy.J.Montigny, La Défaite ,p.10).
_________________

"La France est un pays de liberté où chacun a
le droit d'écrire tout ce qu'il pense...
à condition,toutefois,de ne penser que ce qu'il
a le droit d'écrire!"


Dernière édition par Roro le Mar 5 Aoû - 18:06 (2008); édité 3 fois
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:00 (2016)    Sujet du message: L'assassinat de la république en....

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> 39/45. La seconde Guerre Mondiale Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
Page 3 sur 6

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com