France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Mise au point

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> 39/45. La seconde Guerre Mondiale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Sam 23 Aoû - 15:27 (2008)    Sujet du message: Mise au point Répondre en citant

Entendons nous bien.

Nous admirons ici tous les FRANCAIS, qui sont entrés dans ce conflit de la 2ème Guerre Mondiale avec une seule idée en tête: se battre pour la France, leur nation.
Certains l'ont fait immédiatement, dès l'annonce de la défaite de leur armée, qui n'était autre que l'armée française. Parmi ceux-là, il y a des gens qui ont cru qu'en restant à l'ombre de Vichy, il pourraient lutter plus efficacement contre l'occupant. Ces gens là se sont peu à peu éloignés du maréchal et de ses chefs de gouvernement, soit pour rejoindre Londres, soit pour lutter dans la clandestinité avec les réseaux existants, mis en place par le 2ème Bureau et les résidus de l'armée d'armistice. On voit bien cette cassure aprés le 8 novembre 42.
Il y eut chez eux d'authentiques HEROS de la Résistance.
Il y eut ensuite ces Français qui jugèrent que pour la liberté de l'Europe, le bolchevisme soviétque représentait le danger N° 1 ! Ils se sont engagés, mais à une seule condition: se battre contre l'armée rouge. Il n'y avait qu'une seule nation qui pouvait alors leur en donner l'occasion: l'Allemagne. Lorsque ces Français se sont engagés, ils l'ont fait au nom d'un idéal, mais pas pour une idéologie.
Il y eut enfin des Français qui, malgré l'écoeurement que leur avait procuré la collaboration entre le PCF et les nazis, décidèrent de s'engager dans la résistance communiste sans trop savoir dans quoi ils mettaient les pieds. Eux, aussi, ils se battirent pour leur famille, pour leurs camarades, pour leur pays: la France.
Malheureusement, le PCF, toujours aux ordres de Staline utilisait la "résistance" à son profit, en vue d'instaurer en France, une République Socialiste Populaire. C'est clair. Il suffit de lire les tracts et brochures estampillées "PCF" de 43 à 44...

Les gaullistes ? On les retrouve surtout au "Renseignement" et aux "Liaisons" entre les différents maquis. Il n'y eut pas à proprement dit de "maquis" gaulliste. A leur décharge, nous dirons qu'ils étaient les plus nombreux dans les FFL.
Les "Héros" de Bir-Hakeim, la 13° DBLE, la 2° DB, font partie du Panthéon de ces Français qui se sont d'abord battus pour la France. Je n'en dissocierai aucun, en ce qui me concerne.

Le parti communiste français, aux ordres du Kominform, ne s'est jamais battu pour la France ! Mais il a su à la Libération jouer de la menace de guerre civile pour s'emparer des pouvoirs "réels" du pays en laissant De Gaulle jouer les vainqueurs sur les Champs Elysées. Voilà notre credo. Voilà pourquoi nous nous battons pour que l'Histoire triomphe enfin de la propagande politique.
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 23 Aoû - 15:27 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
padica


Hors ligne

Inscrit le: 06 Aoû 2008
Messages: 20

MessagePosté le: Sam 23 Aoû - 15:33 (2008)    Sujet du message: Mise au point Répondre en citant

pour la resistance,il faut faire le tri entre les vrais resistants et les resistants du mois de septembre
44.
pour les combattants (et pas les arrivistes,nombreux à londres)mon seul regret,c'est qu'ils n'aient pas combattus ensemble car ,que ce soit sous l'uniforme allemand ou anglais,ils ont portés haut l'honneur du guerrier français.


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Sam 23 Aoû - 15:55 (2008)    Sujet du message: Mise au point Répondre en citant

Oui, bien sur. C'est tellement évident que je n'ai pas relevé. On sait trés bien qu'en 1945, la France comptait 40.000.000 de résistants et 39.999.999 combattants des maquis...
J'ai même vu un de ces "Résistants" (de l'ombre) me montrer le portrait de Pétain qu'il avait sur sa cheminée avec au dos celui de De Gaulle qu'il avait eu le "courage" de garder caché aux yeux des Allemands ! Allez, hop ! Médaille de la Résistance ! Mr. Green
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
padica


Hors ligne

Inscrit le: 06 Aoû 2008
Messages: 20

MessagePosté le: Sam 23 Aoû - 16:02 (2008)    Sujet du message: Mise au point Répondre en citant

Admin a écrit:
Oui, bien sur. C'est tellement évident que je n'ai pas relevé. On sait trés bien qu'en 1945, la France comptait 40.000.000 de résistants et 39.999.999 combattants des maquis... J'ai même vu un de ces "Résistants" (de l'ombre) me montrer le portrait de Pétain qu'il avait sur sa cheminée avec au dos celui de De Gaulle qu'il avait eu le "courage" de garder caché aux yeux des Allemands ! Allez, hop ! Médaille de la Résistance ! Mr. Green



Mort de Rire

c'est andré dussolier (qui a joué le role du marechal petain dans le film "petain")qui a dit:"de tourner ce film permis d'apprendre que,pendant la seconde guerre mondiale,il n'y avait pas 40 millions d'habitants en France mais 80 millions.en effet,au mois de juin 44 ,il y avait 40 millions de petainistes et en septembre 44 ,40 millions de gaullistes Very Happy


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Sam 23 Aoû - 17:42 (2008)    Sujet du message: Mise au point Répondre en citant

MISE AU POINT CONCERNANT : LA PLACE DES FTP DANS LA RESISTANCE  
                                                             LES GLIÈRES : PARTICIPATION DES FTP , MORT DE TOM MOREL 
                                                                                      
                                           Integration des FTP dans la Resistance
En 1942, les deux principaux mouvements de résistance de la zone sud, Combat et Libération-Sud reconnaissent l'autorité de la France Libre devenue France Combattante, et se mettent d'accord pour constituer l'Armée Secrète. À cette époque, les communistes viennent tout juste de prendre contact avec l'envoyé de De Gaulle, le colonel RémyFernand Grenier, qui arrive à Londres en janvier 1943, est le premier représentant du PCF auprès de la France combattante. Il est également porteur d'une lettre de Charles Tillon avec qui il a passé le jour de Noël 1942.
La fusion théorique entre les FTP et l'Armée secrète a lieu le 29 décembre 1943, donnant naissance aux FFI dont le général Koenig est nommé chef le 23 mars 1944. En fait,
l'intégration est beaucoup plus tardive que la date théorique, et dans certaines régions, elle ne se produira jamais.




                                          Les Glières - les FTP - Tom Morel
 
Roger Cerri , survivant des Glières , Chasseur Alpin , sous les ordres de Tom  Morel ecrira :
        "Le 31 janvier 1944, la Haute-Savoie est mise en état de siège par l'intendant de police Lelong. Tout individu porteur ou détenteur d'une arme encourt la peine de mort. Pourchassés par les forces de Vichy, difficilement ravitaillés, la majorité des maquisards de l'A.S. montent au plateau pour constituer la base d'opérations prévue. Ils sont bientôt rejoints, dès début février, par cinquante-six réfugiés républicains espagnols, anciens soldats aguerris, travaillant comme bûcherons dans la région, puis, fin février - début mars, par deux groupes de F.T.P. (environ quatre-vingts Francs-tireurs et partisans, d'obédience communiste , qui veulent aussi des armes. TomMorel accepte toutes les bonnes volontés et se refuse à distinguer entre A.S. et F.T.P. au moment où Vichy cherche à diviser la Résistance en accusant les communistes des pires crimes. Assiégés, à partir du 13 février, par des centaines de gardes mobiles, policiers et miliciens français, les maquisards des Glières (qui seront quatre cent cinquante après l'arrivée, le 12 mars, de cent vingt hommes du Chablais et du Giffre)
Après un sanglant accrochage avec les forces de l'ordre, le chef des Glières conclut un accord de neutralité temporaire avec le commandant Lefèvre, chef du G.M.R. (Groupe mobile de réserve de la police de Vichy) Aquitaine, mais celui-ci ne respecte pas ses engagements. Aussi Tom Morel décide-t-il de mener contre lui la première opération d'envergure du maquis des Glières. Dans la nuit du 9 au 10 mars 1944, cent cinquante maquisards cernent le village d'Entremont et capturent soixante GMR qu'ils désarment au terme d'un vif échange de tirs. Dans son carnet de route d'avril 1944, Roger Cerri, chef de groupe au corps franc de Thônes (bientôt section Saint-Hubert), écrit : Avec quelques gars, je fais le tour de la localité pour couvrir l'amont. A l'arrivée aux abords du village, la garde, qui nous a repérés, commence à tirer au fusil-mitrailleur. La riposte est immédiate. Les balles traçantes forment des arcs-en-ciel et les tas de bois servent heureusement d'abris. Enfin, au bout d'une heure, les GMR, qui ne se sentent vraiment pas en force, arrêtent le combat. Les prisonniers, les bras en l'air, sont rassemblés sur la route, armes et matériel aussi, et le tout prend le chemin du plateau. Hélas, dans notre coup de main, on déplore la mort du lieutenant Morel et de deux camarades ainsi que quelques blessés  A la tête de la section d'éclaireurs-skieurs, Tom réussit à s'emparer de l'hôtel de France, siège de l'état-major du G.M.R.. Une violente discussion s'engage entre Morel et le commandant Lefèvre. Sortant de sa poche un petit revolver, ce dernier tire à bout portant sur le lieutenant qui s'affaisse, tué sur le coup d'une balle en plein cœur (d'après les témoignages, entre autres, du maquisard René Dechamboux et de l'officier de paix Couret, tous deux présents). Lefèvre est immédiatement abattu, mais la mort deTom, remarquable entraîneur d'hommes, laisse un grand vide. Le lieutenant Jourdan-Joubert et, à partir du 14 mars, le lieutenant Bastian assurent le commandement par intérim du bataillon des Glières jusqu'au 18 mars où le capitaine Anjot (adjoint de Vallette d'Osia, puis de Clair) succède à Tom Morel."
 Ce recit est confirmé par Amouroux ( La Grande Histoire...Tome 7, page 267 )


  Voila pour Tom Morel , " le héros Bidon " , et la participation  FTP aux Glières dés debut fevrier


 
 
 


Revenir en haut
Résistant
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2007
Messages: 1 684
Localisation: Vaucluse

MessagePosté le: Sam 23 Aoû - 19:12 (2008)    Sujet du message: Mise au point Répondre en citant

lebel a écrit:
MISE AU POINT CONCERNANT : LA PLACE DES FTP DANS LA RESISTANCE                                                               LES GLIÈRES : PARTICIPATION DES FTP , MORT DE TOM MOREL 
                                                                                      
                                           Integration des FTP dans la Resistance
En 1942, les deux principaux mouvements de résistance de la zone sud, Combat et Libération-Sud reconnaissent l'autorité de la France Libre devenue France Combattante, et se mettent d'accord pour constituer l'Armée Secrète. À cette époque, les communistes viennent tout juste de prendre contact avec l'envoyé de De Gaulle, le colonel RémyFernand Grenier, qui arrive à Londres en janvier 1943, est le premier représentant du PCF auprès de la France combattante. Il est également porteur d'une lettre de Charles Tillon avec qui il a passé le jour de Noël 1942.
La fusion théorique entre les FTP et l'Armée secrète a lieu le 29 décembre 1943, donnant naissance aux FFI dont le général Koenig est nommé chef le 23 mars 1944. En fait,
l'intégration est beaucoup plus tardive que la date théorique, et dans certaines régions, elle ne se produira jamais.




                                          Les Glières - les FTP - Tom Morel

Roger Cerri , survivant des Glières , Chasseur Alpin , sous les ordres de Tom  Morel ecrira :
        "Le 31 janvier 1944, la Haute-Savoie est mise en état de siège par l'intendant de police Lelong. Tout individu porteur ou détenteur d'une arme encourt la peine de mort. Pourchassés par les forces de Vichy, difficilement ravitaillés, la majorité des maquisards de l'A.S. montent au plateau pour constituer la base d'opérations prévue. Ils sont bientôt rejoints, dès début février, par cinquante-six réfugiés républicains espagnols, anciens soldats aguerris, travaillant comme bûcherons dans la région, puis, fin février - début mars, par deux groupes de F.T.P. (environ quatre-vingts Francs-tireurs et partisans, d'obédience communiste , qui veulent aussi des armesTomMorel accepte toutes les bonnes volontés et se refuse à distinguer entre A.S. et F.T.P. au moment où Vichy cherche à diviser la Résistance en accusant les communistes des pires crimes. Assiégés, à partir du 13 février, par des centaines de gardes mobiles, policiers et miliciens français, les maquisards des Glières (qui seront quatre cent cinquante après l'arrivée, le 12 mars, de cent vingt hommes du Chablais et du Giffre)
Après un sanglant accrochage avec les forces de l'ordre, le chef des Glières conclut un accord de neutralité temporaire avec le commandant Lefèvre, chef du G.M.R. (Groupe mobile de réserve de la police de Vichy) Aquitaine, mais celui-ci ne respecte pas ses engagements. Aussi Tom Morel décide-t-il de mener contre lui la première opération d'envergure du maquis des Glières. Dans la nuit du 9 au 10 mars 1944, cent cinquante maquisards cernent le village d'Entremont et capturent soixante GMR qu'ils désarment au terme d'un vif échange de tirs. Dans son carnet de route d'avril 1944, Roger Cerri, chef de groupe au corps franc de Thônes (bientôt section Saint-Hubert), écrit : Avec quelques gars, je fais le tour de la localité pour couvrir l'amont. A l'arrivée aux abords du village, la garde, qui nous a repérés, commence à tirer au fusil-mitrailleur. La riposte est immédiate. Les balles traçantes forment des arcs-en-ciel et les tas de bois servent heureusement d'abris. Enfin, au bout d'une heure, les GMR, qui ne se sentent vraiment pas en force, arrêtent le combat. Les prisonniers, les bras en l'air, sont rassemblés sur la route, armes et matériel aussi, et le tout prend le chemin du plateau. Hélas, dans notre coup de main, on déplore la mort du lieutenant Morel et de deux camarades ainsi que quelques blessés  A la tête de la section d'éclaireurs-skieursTom réussit à s'emparer de l'hôtel de France, siège de l'état-major du G.M.R.. Une violente discussion s'engage entre Morel et le commandant Lefèvre. Sortant de sa poche un petit revolver, ce dernier tire à bout portant sur le lieutenant qui s'affaisse, tué sur le coup d'une balle en plein cœur (d'après les témoignages, entre autres, du maquisard René Dechamboux et de l'officier de paix Couret, tous deux présents). Lefèvre est immédiatement abattu, mais la mort deTom, remarquable entraîneur d'hommes, laisse un grand vide. Le lieutenant Jourdan-Joubert et, à partir du 14 mars, le lieutenant Bastian assurent le commandement par intérim du bataillon des Glières jusqu'au 18 mars où le capitaine Anjot (adjoint de Vallette d'Osia, puis de Clair) succède à Tom Morel."
 Ce recit est confirmé par Amouroux ( La Grande Histoire...Tome 7, page 267 )


  Voila pour Tom Morel , " le héros Bidon " , et la participation  FTP aux Glières dés debut fevrier






Ce récit - de quel ouvrage est-il tiré ?-, est tout de même quelque peu sujet à caution. Vous nous dites que les maquisards de l'AS seront "rejoints" début férvier 44 par cinquante-six "réfugiés" (sic) républicains espagnols (communistes), travaillant comme bucherons dans les région, puis par deux groupes de FTP "qui veulent aussi des armes".On en conclut que, ni les FTP, ni les "républicains" espagnols n'ont d'armes. Comment dans ces conditions ont-ils pu participer aux combats ?
En suite, vous nous parlez d'une section "d'éclaireur-skieurs"... On en déduit que ces combattants ne sont, ni des FTP, ni des "réfugiés" (sic) républicains espagnols, mais tout simplement des chasseurs-alpins de l'AS qui tenaient le maquis.... Mais, qu'en est-il exactement ?

En réalité le groupe initial de ce maquis est constitué d'une centaine d'hommes, officiers et sous-officiers du 27ème BCA d'Annecy, dont le lieutenant Morel, dit "Tom", commandé par le commandant Vallette d'Osia, rejoint bientôt par d'autres maquis de l'AS de la région, et par un groupe de républicains espagnols et de FTP à la recherche d'armes.
Tué, le lieutenant Morel est remplacé par le capitaine Maurice Anjot du 27° BCA, à qui un certain Rosenthal montre un "télégramme" reçu de Londres par radio et qui dit ceci:
- Considérons Glières comme tête de pont. Parachuterons un bataillon. Si opération réussit parachuterons en masse.
D'où provient ce télégramme ? On n'en saura probablement rien. Toujours est-il que l' incapacité des GMR et des Miliciens à réduire ce maquis d'une part et les parachutages d'armes d'autre part, décident les Allemands à s'en occuper eux-mêmes. Selon Henri Amouroux, les 3.086 hommes et officiers de la 157° division de montagne, commandés par le colonel Schwer, encerclent le plateau le 26 mars 1944 et aprés une journée de combats acharnés, arrivent à pousser le capitaine Anjot (qui sera tué) à donner l'ordre de dispersion alors que la nuit tombe.

J'ajouterai que Vichy n'était absolument pour rien dans la "division" de la Résistance. Elle se faisait tout naturellement entre communistes et non-communistes, les premiers cherchant à maîtriser, ou tout simplement à éliminer les seconds !


Revenir en haut
Alexandre


Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2008
Messages: 354
Localisation: Nice

MessagePosté le: Sam 23 Aoû - 19:29 (2008)    Sujet du message: Mise au point Répondre en citant

C'est bizarre ! Je trouve plus le post au sujet de Tom Morel qui disait que le gendarme et lui avaient eu une querelle à l'issue d'un pastaga bien tassé dans un bistrot du coin...
Je me souviens plus du comique qui avait raconté ça... Bizarre ! Quelqu'un peut me dire où c'est ?
_________________
Qui ne gueule pas la vérité, quand il sait la vérité, se fait le complice des menteurs et des faussaires." Charles Péguy


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Sam 23 Aoû - 20:32 (2008)    Sujet du message: Mise au point Répondre en citant

Lebel parle de fusion "théorique"... Et il a bien raison !
Les FTP, eux, ne voudront jamais se soumettre à l'autorité de De Gaulle ! Jamais ! Ils iront même jusqu'à piquer les armes destinées à l'AS et, dans certaines régions feront en sorte de faire tomber les groupes de l'AS entre les mains des Allemands et de leurs alliés...
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Sam 23 Aoû - 20:44 (2008)    Sujet du message: Mise au point Répondre en citant

Le grand "héros" des Glières le Lt Tom Morel lui ne s'est pas fait tué 
au combat mais dans un bistrot d'Entremont après s'être engu...é avec un officier des GMR 
qui lui reprochait de "ne pas avoir respecté leur accord " "Troupe de l'ordre et maquisards 
de l'AS devant s'ignorer" et de lui avoir tué 4 hommes. 
Furieux,l'officier des GMR a sorti son révolver et ainsi créé un héros bidon de la 
Résistance... 
Les autres l'ont bien sur trucidé! son nom est "oublié",il mériterait d'être cité en exemple 
dans les casernes de Gendarmerie et de CRS pour avoir pensé à ses hommes assassinés 
plus qu'à sa carrière...


C'est un message posté , hier à 21h 25 par votre "comique" de service , Ronron
                                     Seconde Guerre Mondiale / LVF


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Sam 23 Aoû - 21:36 (2008)    Sujet du message: Mise au point Répondre en citant

pour mes references :
 2 sites complets et bien documentés sur les maquis des Glières , leurs chefs , leur action


http://beaucoudray.free.fr/glieresm.htm.
http://alain.cerri.free.fr/index4.html


On notera l'enorme disproportion des forces  ( 450 maquisards ) contre les Allemands et la Milice
(+ de 5000 hommes ) et le maquis ne disposait ni d'artillerie ni d'aviation 


Philippe Henriot , present sur place , glorifiera l'action de la Milice , durement etrillée par le maquis , 
ignorant pratiquement l'engagement des allemands de Pflaum


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Dim 24 Aoû - 08:15 (2008)    Sujet du message: Mise au point Répondre en citant

C'est le propre des "maquis" ! Les groupes de partisans sont toujours en infériorité numérique par rapport aux "forces de l'ordre", tout simplement parcequ'il est plus facile de se dissimuler dans la nature lorsqu'on est 40 que lorsqu'on est 4.000.
La milice et les GMR n'avaient rien pu faire contre ce maquis (avaient-ils vraiment envie d'en finir?) et ce sont les Allemands - moins de 5.000 hommes - qui le réduiront.
On peut se demander par ailleurs, comme certains n'ont pas manqué de le faire, si ces braves combattants de l'AS n'ont pas été "sacrifiés" pour la bonne cause. Vallette d'Osia (n'oublions pas qu'il adhérera au FN vers la fin de sa vie) en était persuadé...

Philippe Henriot ne pouvait dire autre chose ! Il avait choisi son camp, lui.
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Dim 24 Aoû - 21:40 (2008)    Sujet du message: Mise au point Répondre en citant

          C'est aujourd'hui l'anniversaire du massacre de Maillé ou en 1944 , 124 civils ,pour la plupart, femmes et enfants furent massacrés par l' Allemand au pretexte d'une voiture militaire mitraillée par le maquis  et on me retorquera ici qu'il s'agit de represailles contre des actes de francs tireurs ....et selon les conventions de Genève !
              Il est habituel , helas , sur ce forum de voir minimiser les crimes de l'occupant pour lui opposer des" crimes alliés " 
Mais qu'on me cite UN SEUL acte de represailles collectives  , UN SEUL massacre de civils  dont se seraient rendus coupables les troupes  alliées , françaises , anglaises ou americaines sur le sol allemand 
            -----------------------------------------------------------------------------------


             Afin qu'on s'en souvienne , une liste non exhaustive 
 




Crimes commis par  la    Wehrmacht   : Armée Allemande 
 
Gouesnou le 7 Août 1944 : 42 civils tués dont des femmes et des enfants 
 
Saint-Pol-de-Léon 4-5 Août 1944 : 25 Hommes tués 
 
Robert-Espagne / Couvonges / Beurey-sur-Saulx/ Mognéville 29 Août 1944 : 86 Hommes tués 
 
Dortant 12-13 Juillet 1944 : 24 Hommes tués 
 
Terre Noire : 28 Août 1944 : 28 Hommes tués 
 
Valréas 12 Juin 1944 : 26 Hommes tués 
 
Le Cheylard et alentours 7 Juillet 1944 : 30 à 50 hommes tués 
 
Crimes commis par une unité de la 2ème division blindée S.S :" Das Reich" 
 
Tulle 9 Juin 1944 : 99 Hommes pendus 
 
Oradour sur glane 10 Juin 1944 : 642 hommes femmes et enfants brûlés 
 
Argenton-sur-Creuse 9 Juin 1944 : 67 civils tués dont des femmes et des enfants 
 
Rouffilac/ Carsac-Aillax  8 Juin 1944 : 29 civils tués dont des femmes et des enfants 
 
Marzoulas Mazères-sur-Salat 10 Juin 1944 : 32 civils tués dont des femmes et des enfants 
 
Trébons / Pouzac Bagnères-de-Bigorre : 57 civils tués dont des femmes et des enfants . 
 
Plus de 926 civils tués par  la 2ème Division S.S Das Reich rien qu'en 1944 ! 
 
 
Crimes commis par d'autres unités S.S ainsi que de la Sipo et du SD 
 
Ascq 2 Avril 1944 : 86 tués 
 
Tavaux / Plomion 30-31 Août 1944 : 30 tués 
 
Buchères 24 Août 1944 : 66 civils tués dont des femmes et des enfants 
 
Maillé : 25 Août 1944 : 124 civils tués dont des femmes et des enfants . 
 
Etobon 27 septembre 1944 : 39 tués 
 
Dun-les-Places 26 Juin 1944 : 27 tués 
 
Ugine 5 Juin 1944 : 28 tués 
 
Vassieux-en-Vercors : 21 Juillet 1944 : 72 tués dont des femmes et des enfants 
 
Brantôme 26-27 mars 1944 : 40 tués 
 
Mussidan 11 Juin 1944 : 52 tués 
 
Sainte-Marie-de-Chignac 27 mars 1944 : 25 tués 
 
 


Revenir en haut
Briard
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 3 331

MessagePosté le: Lun 25 Aoû - 10:06 (2008)    Sujet du message: Mise au point Répondre en citant

Les bombardements sur des villes pendant la guerre, la famine, infligée au peuple allemand aprés la guerre en représailles,  responsables de milliers de morts et de l'éradication d'une génération de nourrisons, sont je pense des actes de répression collective !!
_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter.
F Fenelon


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:04 (2016)    Sujet du message: Mise au point

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> 39/45. La seconde Guerre Mondiale Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com