France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Un écrivain retrouvé

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> 39/45. La seconde Guerre Mondiale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Briard
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 3 331

MessagePosté le: Sam 30 Aoû - 08:42 (2008)    Sujet du message: Un écrivain retrouvé Répondre en citant

UN ECRIVAIN RETROUVE  


Ce matin j'ai suivi sur Europe 1 une émission dédiée à  Saint-Exupéry,  suite au livre que lui consacre Jacques Pradel. Après la découverte de sa gourmette, de son avion et l'identification formelle de l'aviateur allemand qui l'a descendu - lequel est bien vivant! - nous arrivons à une vérité archéologique concernant les conditions de sa disparition.  
 
Pradel a nettement fait allusion au fait que les gaullistes le détestaient. Il a moins parlé de la réciprocité de ce sentiment. Mon propre père qui combattit dans une escadrille de bombardement américain et qui fut instruit dans l'aviation de bombardement aux USA  où l'Etat français lui donna les clés du voyage - ainsi qu'à deux ou trois mille autres jeunes gens - me parla très souvent du harcèlement que les gaullistes faisaient subir à tout le monde pour en obtenir un reniement du Maréchal. 
 
Les gaullistes n'obtinrent jamais ce reniement de Saint-Exupéry qui avait senti avec une prescience extraordinaire la fausseté de De Gaulle. Il existe maints témoignages là dessus. C'est la raison pour laquelle - par exemple - il fallut attendre Mitterrand pour qu'un billet de 50 f affiche l'image de l'écrivain à la fois si complexe au plan personnel et intime et si limpide dans son sens de l'héroïsme, de la camaraderie et du patriotisme. 
 
En 1941, Pierre Drieu La Rochelle écrit dans une revue collaborationniste: "La France de De Gaulle sera ce que l'Italie de Mussolini n'a pas réussi à être: Un musée et un bordel à l'usage des touristes d'outre mer". 
 
Drieu et Saint-Ex étaient amis. 
 
Pradel raconte ce que je savais depuis longtemps (je suis fasciné par Saint-Ex depuis que mon père m'en a parlé à l'âge de 6 ou 7 ans ...) à savoir que De Gaulle l'avait couché sur sa liste noire en raison de sa fidélité aux ... Américains!  Mais Pradel n'a pas osé, sur Europe 1 ce matin, dire la totale vérité. La vérité, c'est que Saint-Exupéry respectait et honorait le Maréchal et qu'il avait tout de suite compris la férocité gaulliste quand il entendit ces insensés traiter le Maréchal de traître. 
 
Si Saint-Ex avait écrit trois lignes à la gloire du Menteur doublement étoilé, il aurait été fait Compagnon de la Libération le jour même. 
 
Les "résistants" de New York, regroupés dans cette véritable secte gaullienne qu'était "France for ever", ne cessaient de répandre contre Saint-Exupéry les pires mensonges, le traitant de collabo parce qu'il savait, lui, qu'un Maréchal de France qui a vaincu l'ennemi à la Bataille de Verdun ne peut être suspecté de pareilles vilénies que de la part d'ignorants ou de fanatiques et qu'il est évidemment plus facile de pérorer odieusement à six mille kilomètres du danger qu'exposé au premier rang - comme le fameux Schindler, celui de la Liste! - avec un Lüger pointé sur la tempe du matin au soir. 
 
Pradel a rappelé qu'après des faits d'armes aériens qui l'avaient miraculeusement laissé vivant, Saint-Exupéry ne pouvait physiquement pas ramasser un mouchoir au sol et que c'est son mécano qui le harnachait dans son cokpit au moment des décollages. Il rappelle aussi qu'il rentrait de ses missions avec de fortes fièvres et dans un état d'abattement extrême. Il semble que ce coeur pur ait été à ce point outragé par les calomnies de ses détracteurs, planqués dans les repaires de la Libération, qu'il ait souhaité dépasser ses limites physiques, comme pour offrir  à des minables l'image en contrepoint de leur propre lâcheté.  
 
A l'époque l'écrasante majorité des Français savaient que les dirigeants politiques qui avaient hérité du pouvoir abandonné par les faillis de la III ème République, écrasée par les Panzers allemands, n'étaient pas des traîtres mais qu'au contraire ils résistaient aux premières loges. Tous les Français étaient même convaincus qu'il existait un pacte tacite entre le général et le Maréchal, sans se douter que le vainqueur ferait tout, au moment de la victoire alliée, pour se tailler la part du lion en salissant et en humiliant, en pourchassant et en déshonorant tous ceux qui ne lui avaient  pas fait allégeance.  
 
Les vrais collaborateurs se recrutèrent dans tous les milieux politiques, sociologiques et philosophiques. Dans le camp de la Collaboration se retrouvaient,  exactement comme dans le camp de la Résistance, toutes les espèces d'hommes. Les idéalistes et les opportunistes, les ambitieux et les modestes, les fascistes et les communistes. Il est de bon ton aujourd'hui de ne plus parler de cet égal de Thorez, chef du Parti Communiste français, qui mourut en 1945 sous l'uniforme allemand. Doriot fut un ponte du PC et il est mort nazi! Le premier fusillé français - par les Nazis - est, en revanche,  le Commandant Comte Honoré d'Estienne d'Orves: Royaliste, officier et catholique.  
 
Ce n'est pas un partisan des Soviets qui tenta l'assassinat d'Hitler. Ce fut le Colonel Comte Claus Von Stauffenberg, monarchiste, officier et catholique. 
 
Rappelons aussi, pour mémoire, que le véritable vainqueur d'Hitler est sans conteste Winston Churchill sans la résistance décisive duquel toute l'Europe aurait craqué en 1940 sous le rush allemand.  Churchill, un bourgeois conservateur anglais, amateur de whisky et de cigares et qui détestait tout ce qui pouvait respirer le socialisme.  
 
Il est difficile, quand le matraquage gaulliste et communiste a labouré les cervelles pendant deux générations, de parler encore d'exactitude. La légende prend le dessus et dire la vérité expose même aux rudes sanctions des religieux du mythe établi.  
 
Pradel raconte aussi que Malraux détestait Antoine de Saint-Exupéry, au moins pour deux raisons: 
 
Saint-Ex vivant aurait aussi fait un excellent Ministre de la Culture. Chez les orgueilleux, une nomination, même par défaut, laisse parfois comme la marque d'une vexation posthume. Par ailleurs Saint-Ex, avant sa folle histoire d'amour avec sa séduisante Argentine, avait connu de près Louise de Vilmorin dans le château de laquelle Malraux terminera sa vie. Il y a chez certains hommes des jalousies qui se vivent à l'envers de la chronologie. C'est plus fort qu'eux.  
 
On est enfin en droit de penser que Malraux, tout orgueilleux qu'il fut, s'est peut-être douté que la gloire d'écrivain de Saint-Exupéry dépasserait la sienne. Après la Bible et le Coran, "Le Petit Prince" est aujourd'hui le livre le plus édité de la planète. 
 
La vérité chemine. Comme le brin d'herbe qui soulève lentement la dalle de bitume, elle n'est pas pressée. Nous pouvons aussi l'aider à lui frayer un petit bout de chemin. La vérité rend libre. Elle n'est souvent que le témoignage qui s'oppose simplement au mensonge, fut-ce celui des vainqueurs. Quand la grande intellectuelle américaine, Madonna,  déclare que Mac Cain c'est Hitler il y a lieu de se dire qu'il se trouvera du monde pour la croire. Dire la vérité, ce n'est peut-être que de répondre simplement à Madonna que Mac Cain passerait pour un idiot s'il donnait un avis sur la qualité musicale de Madonna.  
 
 
 
Guy Rolland
_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter.
F Fenelon


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 30 Aoû - 08:42 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Sam 30 Aoû - 20:35 (2008)    Sujet du message: Un écrivain retrouvé Répondre en citant

               Que Guy Rolland nous crie son admiration pour Petain et sa haine de la Resistance et de De Gaulle  , rien d'etonnant , d'autres plumitifs s'y sont essayé avant lui ..............mais qu'il essaie d'embarquer Saint Ex dans sa carriole ! 
 L'ecrivain même s'il ne rejoint pas  de De Gaulle ,  repugne à toute compromission avec Vichy 


François Gerber s'explique dans son livre : Saint Exupery  , de la Rive Gauche à la Guerre 


S'il refuse par idealisme de reconnaitre à De Gaulle le monopole de la Resistance , il est insensible aux thèmes de l'Etat Français et il est trop patriote pour admettre la politique de collaboration 
.S'il admet l'existence de Français Libres , c'est dans une relation directe et une soumission totale à la puissance américaine 
Il accepterait que De Gaulle soit le chef d'une Légion étrangère aux ordres des Américains, ou des Anglais, étant rappelé que cette légion ne peut se voir imposer de combattre d'autre Français. Mais précisément, le Général récuse cette idée et l'opposition à ce niveau est radicale. Le Général veut être l'incarnation de la France, de cette " France éternelle " qui ne peut être souillée par les incidents malheureux de l'histoire. Les vichystes ne sont que le symbole momentané du renoncement et de la collaboration, un moment qu'il faudra rayer de l'Histoire.
 Pris d'une peur panique de l'enrégimentement intellectuel, lui qui a refusé le marxisme, combattu le fascisme, rejeté la révolution nationale et les honneurs offerts par le maréchal Pétain, récuse la France libre. Certes, il continuera le combat, mais seul, à sa façon, quels que soient les risques de cet isolement. " [p. 164-166] 
,  Debut 44 , le New York Times publie un message aux Français ,de l'ecrivain :
" Les tenebres allemandes enveloppent aujourd'hui toute la France qui n'est plus que silence , elle est perdue quelque part dans la nuit ......"
Dans son editorial quotidien , à Radio Paris , le 18 avril , Philippe Henriot fustige les" traitres emigrés " , en echo à Je Suis Partout , L'Appel et Au Pilori  et lui répond : 
Ce n'est pas la France qui est perdue dans la nuit ,c'est l'aviateur que cette nuit empêche d'apercevoir la patrie





Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:45 (2016)    Sujet du message: Un écrivain retrouvé

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> 39/45. La seconde Guerre Mondiale Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com