France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le premier fusille parisien
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> 39/45. La seconde Guerre Mondiale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Daniel Laurent


Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2007
Messages: 671
Localisation: Francais de Bangkok

MessagePosté le: Mar 2 Déc - 14:10 (2008)    Sujet du message: Le premier fusille parisien Répondre en citant

Bonjour,
Jacques Bonsergent est né en 1912 à Malestroit près de Vannes dans le Morbihan. Issu d’une grande famille bretonne, il reçoit une éducation morale et religieuse. Elève de l'École nationale supérieure d'arts et métiers d'Angers (promotion 1930), il participe au mouvement des Gadzarts.
Mobilisé en 1939, il est rappelé comme affecté spécial. C’est le début de l’occupation allemande.

Le dimanche 10 novembre 1940, Jacques et ses amis reviennent d’un mariage. Aux abords de la gare Saint-Lazare, vers 21 heures donc en contravention avec le couvre-feu en vigueur, ils marchent dans la nuit noire, la défense passive interdisant toute lumière à l’extérieur, quand un groupe de soldats allemands arrive en sens inverse. Bousculade, mêlée confuse. Tout le monde s’éparpille mais Jacques Bonsergent, repéré par sa haute taille, est arrêté, frappé à la tête, puis entraîné à l’intérieur de l’hôtel Terminus. On lui demande de donner les noms de ses camarades, ce qu’il refusera jusqu’à son dernier souffle. Il est transféré à la prison du Cherche-Midi.

Son arrestation tombe la veille de la première manifestation de masse dans la capitale contre les Allemands a l’occasion du 11 novembre 1940 place de l'Etoile, défilé organise entre autres par les jeunesses communistes au cours duquel les manifestants criaient « Vive… » puis claquaient entre elles les 2 cannes a pêches (donc deux gaulles !) qu’ils portaient.

Jugé le 5 décembre, Jacques Bonsergent devient le condamné idéal qui permettra, à la première occasion, de " faire un exemple " pour frapper l’opinion des Français et il est condamné à mort.

De plus, le 13 décembre à Vichy le maréchal Pétain renvoie son chef de gouvernement Pierre Laval et refuse de se rendre à Paris pour recevoir les cendres du duc de Reichstadt - fils de Napoléon Ier et de l’impératrice Marie-Louise archiduchesse d’Autriche - qu’Hitler veut rendre solennellement à la France. Pour le Führer, c’est un affront, une " infamie inqualifiable ".
Dans sa cellule 175 du Cherche-Midi, Jacques Bonsergent subit le contrecoup de cette péripétie : le général Otto Von Stülpnagel, commandant en chef des troupes de la Wehrmacht en France, ne signera pas sa grâce.

N'ayant jamais cessé de penser à la communauté gadzarique, une de ses dernières volontés est inscrite dans une lettre adressée la veille de sa mort à son camarade de promotion Roger Abadie.

" J’ai été jugé le 5 décembre, et condamné à mort ; ma grâce a été rejetée, je suis exécuté demain matin, on vient de me l’annoncer (...) Surtout ne vous faites pas de bile, je ne m’en fais pas moi-même (...) Je n’aurais jamais cru écrire mes dernières volontés si tôt. Sur ce, je t’embrasse fraternellement et te dis adieu avant de me coucher pour la dernière fois ".

Il fut exécuté au fort de Vincennes le 23 décembre 1940. Il avait 28 ans. Faisant face au peloton d'exécution et avant de tomber sous la salve allemande il remettra à l'aumônier allemand, l'ayant accompagné durant sa dernière nuit, son insigne de Gadzarts.

Le 23 au matin, les Parisiens découvrent cette affiche : " L’ingénieur Jacques Bonsergent a été condamné à mort par le tribunal militaire allemand pour acte de violence envers un membre de l’armée allemande. Il a été fusillé ce matin ".

La place Jacques-Bonsergent et la station Jacques Bonsergent du métro parisien (ligne 5), proches de son domicile (il résidait 3, boulevard de Magenta), portent son nom. Il repose au cimetière de Malestroit, sa ville natale.

Le rapport de synthèse des préfets de la zone occupée parlera de cette exécution en janvier 1941 :
« Un quatrième jugement a condamné à mort à Paris un ingénieur nommé Jacques BONSERGENT, qui aurait porté la main sur un membre de l’armée allemande. L’exécution a eu lieu le 13 décembre ainsi que l’ont annoncé des affiches placardées à Paris par les soins de l’autorité d’occupation. Ces affiches, gardées par des agents, ont causé une très pénible impression parmi la population parisienne. La Délégation Générale se propose d’intervenir contre cette rigueur nouvelle dont fait preuve la justice allemande et qui ne paraît justifiée ni par l’attitude de la population, ni par les délits à sanctionne.» (1)

Toutes les illusions pétainistes sont exprimées dans cette dernière phrase (soulignée pas nous) : Jamais l’occupant ne renonça à sa politique d’exécutions sommaires.
Par contre, le rapport « oublie » de mentionner que des fleurs ont été déposées par des Parisiens sous ces affiches.

Note 1 : Synthèse préfectorale de la zone occupée, 14 janvier 1941, DGTO, AJ41-397.

Sources :
http://beaucoudray.free.fr/jacquesbonsergent.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Bonsergent
http://www.herodote.net/almanach/jour.php?ID=2416
http://www.traces-h.net/pnoms/img0943.htm
http://www.witzgilles.com/jacques_bonsergent.htm
Jacques Bonsergent est mentionné dans la page du Site de l’Ordre de la Libération qui commente l’attribution de la Croix de Compagnon à la ville de Paris : http://www.ordredelaliberation.fr/fr_ville/paris.html

Une photo de M. Bonsergent :
http://www.histoquiz-contemporain.com:80/portailhistoquiz/modules/news/arti…

Aller, dechainez-vous
_________________
Je publies des articles historiques et sources sur des sites historiques et serieux, donc ne vous dis pas ou car ici on ne fait que de la politique, pas de l'Histoire.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN Skype
Publicité






MessagePosté le: Mar 2 Déc - 14:10 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Fréderic le Grand


Hors ligne

Inscrit le: 03 Nov 2008
Messages: 617
Localisation: Pyrénées Orientales

MessagePosté le: Mar 2 Déc - 14:31 (2008)    Sujet du message: Le premier fusille parisien Répondre en citant

Et quoi dire ? Cet homme est une victime innocente parmi tant d'autres de cette guerre ignoble ! Il était en zone occupée et Vichy n'avait pas beaucoup de pouvoirs dans cette partie de la France. L'armée allemande était dans l'obligation d'imposer le respect et la crainte dans la population. Les "exemples" de ce type étaient faits pour ça.
_________________
"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire"
G. Orwell


Revenir en haut
Charles


Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2008
Messages: 860

MessagePosté le: Mar 2 Déc - 14:54 (2008)    Sujet du message: Re: Le premier fusille parisien Répondre en citant

Daniel Laurent a écrit:
Aller, dechainez-vous

Ca veut dire quoi?


Revenir en haut
laurentlemiltonien


Hors ligne

Inscrit le: 07 Juil 2008
Messages: 108
Localisation: Mare-aux-canards

MessagePosté le: Mar 2 Déc - 15:19 (2008)    Sujet du message: Le premier fusille parisien Répondre en citant

Je ne te félicite pas pour des propos !

Fréderic le Grand a écrit:
L'armée allemande était dans l'obligation d'imposer le respect et la crainte dans la population. Les "exemples" de ce type étaient faits pour ça.



Selon toi, l'armée allemande devait à tout prix exécuter des victimes innocentes pour faire régner l'ordre ?
_________________
"La seule sauvegarde des démocraties à l'égard des tyrans c'est la défiance"
Démosthène, IIIe Philippique


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Charles


Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2008
Messages: 860

MessagePosté le: Mar 2 Déc - 15:34 (2008)    Sujet du message: Le premier fusille parisien Répondre en citant

laurentlemiltonien a écrit:
Selon toi, l'armée allemande devait à tout prix exécuter des victimes innocentes pour faire régner l'ordre ?

Depuis que le monde est monde, les populations civiles ont toujours trinqué et ont toujours servi d'otages. Les Allemands n'ont rien inventé en la matière... ce genre de propos est irréel... bientôt on lira, "la guerre, c'était horrible, j'ai même entendu dire que des gens mourraient".



Je voudrais signaler à l'Administrateur ces propos négationnistes (soulignés par mes soins):
Citation:
De plus, le 13 décembre à Vichy le maréchal Pétain renvoie son chef de gouvernement Pierre Laval et refuse de se rendre à Paris pour recevoir les cendres du duc de Reichstadt qu’Hitler veut rendre solennellement à la France. Pour le Führer, c’est un affront, une " infamie inqualifiable ".

Cela ne peut être que faux car Pétain était un collabo, un laquais qui s'empressait de collaborer avec les nazis.

Alerte, pensée déviante!!!!!!!!!



Revenir en haut
Daniel Laurent


Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2007
Messages: 671
Localisation: Francais de Bangkok

MessagePosté le: Mer 3 Déc - 07:58 (2008)    Sujet du message: Le premier fusille parisien Répondre en citant

Charles a écrit:
Daniel Laurent a écrit:
Aller, dechainez-vous
Ca veut dire quoi?

Deux paragraphes de cet article devrait vous faire reagir :
Le fait que la manifestation du 11 novembre 1940 aie ete en partie organisee par les Jeunesses Communistes (comment ? des resistants bolchos avant Barbarossa !) et le paragraphe au sujet du rapport de syhthese des prefets.
Note pour Admin : Je n'ai pas mis ca ici pour faire de la provoc, c'est simplement ce que je pense dans les 2 cas.
_________________
Je publies des articles historiques et sources sur des sites historiques et serieux, donc ne vous dis pas ou car ici on ne fait que de la politique, pas de l'Histoire.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN Skype
Daniel Laurent


Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2007
Messages: 671
Localisation: Francais de Bangkok

MessagePosté le: Mer 3 Déc - 08:22 (2008)    Sujet du message: Le premier fusille parisien Répondre en citant

Citation:
Je voudrais signaler à l'Administrateur ces propos négationnistes (soulignés par mes soins):

Citation:
De plus, le 13 décembre à Vichy le maréchal Pétain renvoie son chef de gouvernement Pierre Laval et refuse de se rendre à Paris pour recevoir les cendres du duc de Reichstadt qu’Hitler veut rendre solennellement à la France. Pour le Führer, c’est un affront, une " infamie inqualifiable ".


Cela ne peut être que faux car Pétain était un collabo, un laquais qui s'empressait de collaborer avec les nazis.



Allons, Charles, nous sommes en novembre 1940. Vivement decu par l'absence complete de resultats a Montoire, Petain louvoie pour tenter de sauvegarder ce qu'il pense etre "l'independance" du regime de Vichy. Il fait donc un mini "coup de force en dentelles" en se separant de Laval et en n'allant pas a Paris, craignant de plus d'y etre kidnappe selon certaines rumeurs sans fondements.
Cela n'ira pas loin, il n'en n'a pas les moyens, et devra reprendre Laval. 

Quand je dis "pas les moyens", ce n'est pas un reproche. Il n'en n'avait effectivement pas. Ce qui est criticable c'est de ne pas l'avoir realise ou du moins de ne pas en avoir tire les consequences.

Et arretes de melanger negationnisme (negation des genocides nazis) et petainisme (defense contre vents et marees du Marechal). Les Petainistes ne nient pas qu'environ 76000 Juifs de France ont ete deportes et, pour la plupart, assassines par les nazis. Ils tentent juste de minimiser, voire d'effacer, la reponsabilite que porte Vichy a ce sujet.
_________________
Je publies des articles historiques et sources sur des sites historiques et serieux, donc ne vous dis pas ou car ici on ne fait que de la politique, pas de l'Histoire.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN Skype
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Mer 3 Déc - 13:39 (2008)    Sujet du message: Le premier fusille parisien Répondre en citant

Daniel Laurent a écrit:
Charles a écrit:
Daniel Laurent a écrit:
Aller, dechainez-vous

Ca veut dire quoi?


Deux paragraphes de cet article devrait vous faire reagir : Le fait que la manifestation du 11 novembre 1940 aie ete en partie organisee par les Jeunesses Communistes (comment ? des resistants bolchos avant Barbarossa !) et le paragraphe au sujet du rapport de syhthese des prefets.
Note pour Admin : Je n'ai pas mis ca ici pour faire de la provoc, c'est simplement ce que je pense dans les 2 cas.




Non, la manif du 11 novembre n'a pas été, en partie, ou totalement, organisée par les "Jeunesses communistes". Qu'il y ait eu des jeunes communistes avec les étudiants qui manifestaient, c'est plus que probable. Mais les "Jeunesses communistes" suivaient les ordres du PCF, et à ce moment là, le PCF était dans la ligne des accords Hitler/Staline, et l'Humanité appelait les Français à "fraterniser avec le soldat allemand"... Encore une "récup' du PCF  d'aprés 45 !
En fait, la question est de savoir si vous croyez ou pas, toi, la grenouille, Lebel... etc... etc... que le PCF a exercé sur les médias, l'éducation nationale, et la société civile, un "terrorisme intellectuel" puissant (du passé faisons table rase) tel qu'il blanchisse tout à fait ce qu'avaient fait les dirigeants du parti dans les années d'avant guerre et même pendant la guerre. Voilà. Et sincèrement, je pense que vous ne le croyez pas.


Quand à la grenouille perverse, je lui répondrai qu'il ne me fasse pas dire ce que je n'ai pas dit. Voilà une armée vainqueur, qui se trouve en terrain conquis. Que fait-elle ? Ce que fait toute armée du monde dans la même situation: se mettre en sécurité le plus vite possible et prévoir les réactions pouvant venir de l'occupé. Alors bien sur, il y a plusieurs degrés dans l'appréciation de la "menace". Les Allemands, eux, ont préféré frapper fort d'entrée ! Je n'ai jamais dit qu'ils avaient eu raison. J'explique, simplement.
Ensuite pour Daniel Laurent. Ce n'est pas Pétain qui a été "déçu" par Montoire ! Mais non ! C'est lui qui a posé ses conditions à Hitler en le contraignant à une simple "collaboration" économique. Il ne s'attendait pas à autre chose. Alors que Hitler, lui, est venu à Montoire pour obtenir une collaboration dans tous les domaines, y compris le militaire, car à ce moment là il a en vue la conquête des îles britanniques ! Pourquoi va-t-il virer Laval le 13 décembre ? Parcequ'il trouve que son premier ministre "en fait trop" ! Il a accepté d'aller à Montoire sous la pression de Laval, puis il se rend compte que celui-ci va beaucoup trop loin dans cette "collaboration" d'attente... C'est celà la vérité !
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Charles


Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2008
Messages: 860

MessagePosté le: Mer 3 Déc - 16:16 (2008)    Sujet du message: Le premier fusille parisien Répondre en citant

Admin a écrit:
et à ce moment là, le PCF était dans la ligne des accords Hitler/Staline, et l'Humanité appelait les Français à "fraterniser avec le soldat allemand"...

La preuve:


A noter que la manifestation fut déconseillée par Radio Londres qui appelait les Français à ne pas bouger. De plus, les Allemands "vivaient leurs premier 11 Novembre en France", ils étaient très nerveux et redoutaient les "débordements". C'est un miracle qu'il n'y ait pas eu de mort lors de la manifestation qui rassembla tout de même "des milliers" de participants.


Revenir en haut
Fréderic le Grand


Hors ligne

Inscrit le: 03 Nov 2008
Messages: 617
Localisation: Pyrénées Orientales

MessagePosté le: Mer 3 Déc - 16:25 (2008)    Sujet du message: Le premier fusille parisien Répondre en citant

Des milliers ? Disons plusieurs centaines de manifestants, des étudiants de toutes provenances et même de l'Action Française, et des anciens combattants de 14/18 ! L'armée allemande aurait pu se comporter comme certaine armée un certain 26 mars 1962, rue de l'Isly à Alger...
_________________
"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire"
G. Orwell


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Mer 3 Déc - 20:33 (2008)    Sujet du message: Le premier fusille parisien Répondre en citant

Ensuite pour Daniel Laurent. Ce n'est pas Pétain qui a été "déçu" par Montoire ! Mais non ! C'est lui qui a posé ses conditions à Hitler en le contraignant à une simple "collaboration" économique. Il ne s'attendait pas à autre chose. Alors que Hitler, lui, est venu à Montoire pour obtenir une collaboration dans tous les domaines, y compris le militaire, car à ce moment là il a en vue la conquête des îles britanniques ! Pourquoi va-t-il virer Laval le 13 décembre ? Parcequ'il trouve que son premier ministre "en fait trop" ! Il a accepté d'aller à Montoire sous la pression de Laval, puis il se rend compte que celui-ci va beaucoup trop loin dans cette "collaboration" d'attente... C'est celà la vérité !


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Voyons Admin , nous avons suffisamment debattu de Montoire pour savoir que Petain etait demandeur de cette entrevue par l'entremise de Laval et d'Abetz 
A. Hitler , avec une condescendance respectueuse pour le vieux marechal ,   s'etendit largement sur les responsabilités de la Guerre , l'imminence de la defaite de l' Angleterre , la force militaire de l' Allemagne , en concedant à la France une place dans l'Europe Nouvelle sous reserve d'une collaboration dont les termes restaient à definir ............rien que du vague , sans aucune décision formelle , ni engagement de part et d'autre
     Les rares demandes d' un  Petain déferent resterent sans suite :
   -Sur une liberation de prisonniers 
   - Sur un allegement des frais d'occupation 
   - Sur une modification de la ligne de demarcation et un amenagement des zones 
    - Sur la situation des alsaciens lorrains (  plusieurs milliers seront expulsés par le gauleiter Burckel , au lendemain de Montoire )
                     Pas mal pour un "Verdun diplomatique" ! 


              Very Happy  Et pourrais tu me dire ce que Petain aurait obtenu ?


Revenir en haut
Briard
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 3 331

MessagePosté le: Mer 3 Déc - 21:13 (2008)    Sujet du message: Le premier fusille parisien Répondre en citant

lebel a écrit:
Ensuite pour Daniel Laurent. Ce n'est pas Pétain qui a été "déçu" par Montoire ! Mais non ! C'est lui qui a posé ses conditions à Hitler en le contraignant à une simple "collaboration" économique. Il ne s'attendait pas à autre chose. Alors que Hitler, lui, est venu à Montoire pour obtenir une collaboration dans tous les domaines, y compris le militaire, car à ce moment là il a en vue la conquête des îles britanniques ! Pourquoi va-t-il virer Laval le 13 décembre ? Parcequ'il trouve que son premier ministre "en fait trop" ! Il a accepté d'aller à Montoire sous la pression de Laval, puis il se rend compte que celui-ci va beaucoup trop loin dans cette "collaboration" d'attente... C'est celà la vérité !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Voyons Admin , nous avons suffisamment debattu de Montoire pour savoir que Petain etait demandeur de cette entrevue par l'entremise de Laval et d'Abetz 

Si une première demande de rencontre avait bien était faite, de rencontre, celle ci n'obtint jamais de réponse !!
L'entrevue de Montoire, est faite à la demande d'Adolf retour d'Hendaye et non du Maréchal !!


A. Hitler , avec une condescendance respectueuse pour le vieux marechal ,   s'etendit largement sur les responsabilités de la Guerre , l'imminence de la defaite de l' Angleterre , la force militaire de l' Allemagne , en concedant à la France une place dans l'Europe Nouvelle sous reserve d'une collaboration dont les termes restaient à definir ............rien que du vague , sans aucune décision formelle , ni engagement de part et d'autre
     Les rares demandes d' un  Petain déferent resterent sans suite :
   -Sur une liberation de prisonniers 
   - Sur un allegement des frais d'occupation 
   - Sur une modification de la ligne de demarcation et un amenagement des zones 
    - Sur la situation des alsaciens lorrains (  plusieurs milliers seront expulsés par le gauleiter Burckel , au lendemain de Montoire )
                     Pas mal pour un "Verdun diplomatique" ! 


              Very Happy  Et pourrais tu me dire ce que Petain aurait obtenu ?

Il a donné à Adolf la certitude de tranquillité à l'Ouest, et celui ci s'est précipité à l'Est et c'est ce qui l'a perdu !!
Mais ça c'est trop compliqué pour ta petite tête visiblement !!




_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter.
F Fenelon


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Mer 3 Déc - 21:39 (2008)    Sujet du message: Le premier fusille parisien Répondre en citant

  
 Ah bon , parce qu' Hitler avait , concernant la France , du souci à se faire à l' Ouest ? ...son seul ennemi qu'il comptait abattre , à brève écheance ,  c'etait l'Angleterre ....et il ne tenait pas à un soutien militaire de la France , qui aurait impliqué des concessions 
 Avec une armée d'occupation et un gouvernement à sa botte , il pouvait dormir tranquille , Adolf , et les conditions d'armistice ( scrupuleusement observées par Vichy ) il les a bafouées 
quand il l'a jugé utile ! 


                  Au fait , toi , l'historien avisé , qu'a obtenu Petain ? 
  


Revenir en haut
Charles


Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2008
Messages: 860

MessagePosté le: Mer 3 Déc - 22:51 (2008)    Sujet du message: Le premier fusille parisien Répondre en citant

lebel a écrit:
Au fait , toi , l'historien avisé , qu'a obtenu Petain ?

Euh la survie de la France? c'est déjà beaucoup non? Au lendemain de l'armistice TOUS les politiques français redoutaient la vengeance allemande.

Au fait, pourquoi Hitler s'est rendu en France? il aurait été plus humiliant pour Pétain d'être convoqué en Allemagne...


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Jeu 4 Déc - 00:06 (2008)    Sujet du message: Le premier fusille parisien Répondre en citant

  En octobre 40 , l'Allemand edictait la loi du vainqueur et il disposait d'un gouvernement docile qui cedait à ses exigences et ne donnait pas pretexte à une quelconque vengeance
           Que Petain se preoccupat de la survie de la France , c'est sur ......quitte à s'accomoder de " concessions" venielles , pourvu que subsiste la fiction d'une certaine  France 


Hitler ne tenait pas à humilier Petain , pas plus qu'un maitre n'a interet à humilier un serviteur bienveillant et comprehensif !


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:38 (2016)    Sujet du message: Le premier fusille parisien

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> 39/45. La seconde Guerre Mondiale Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
Page 1 sur 4

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com