France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

"Aubrac, Lyon 1943" de G. Chauvy: une fissure sur le blockhaus Aubrac
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> Les livres
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Charles


Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2008
Messages: 860

MessagePosté le: Lun 8 Déc - 23:18 (2008)    Sujet du message: "Aubrac, Lyon 1943" de G. Chauvy: une fissure sur le blockhaus Aubrac Répondre en citant

Ce sujet est une réponse à une remarque qui avait été publiée ici:
http://forumfrance-en-guerres.xooit.fr/t1243-Le-premier-fusille-parisien.ht…

Daniel Laurent a écrit:
Les epoux Aubrac ont intente un proces en diffamation contre Chauvy. Il a ete condamne...
Arrêts et jugements :
Tribunal de Grande Instance de Paris, 17ème chambre correctionnelle, jugement du 2 avril 1998.
Cour d’Appel de Paris, 11ème chambre, section A, arrêt du 3 février 1999.
Cour de Cassation, chambre criminelle, arrêt du 27 juin 2000.

Chauvy a alors porte plainte aupres de La Cour européenne des Droits de l’Homme.
Il a encore perdu,



Le livre en question,
rédigé par un spécialiste
de l'histoire de Lyon:


Je voudrais revenir sur l’affaire qui opposa les époux Samuel, dit « Aubrac » à Gérard Chauvy, auteur d’un livre « poils à gratter » intitulé “Aubrac : Lyon 1943 » mettant en relief le passé trouble des Aubrac…

Un intervenant nous annonce que Gérard Chavy à perdu son, ses procès contre les Aubrac. Mais est ce vraiment la réalité ?
Ce qui est sur c’est que les Aubrac n’ont pas gagné le procès!
Pour rappel, le couple Aubrac furieux, que l’on touche à leur légende, attaqua en Justice l’auteur de l’ouvrage et demanda l’interdiction pure et simple du livre et accessoirement de 400.000 à 1000.000 de francs (différentes infos à ce sujet) de dommages et intérêts, rien que ça !

Le résultat du procès:
La demande principale des époux Aubrac fut rejetée puisque le livre resta en vente. Seul un encart d’avertissement fut ajouté à l’ouvrage sur demande du tribunal. L’auteur dut cependant payer 60.000 francs de dommages, Chauvy s'étant, d’après cette chère Justice française, rendu coupable de «diffamation par insinuation», le lecteur notera l'incroyable futilité du prétexte!
Le juge ne pu reprocher à l’auteur que de s’être trop appuyé sur un document de Klaus Barbie pour étayer ses thèses, ce qu’a toujours rejeté Chauvy qui affirmait que le document Barbie était un document parmis d’autres.

Les révélations de Klaus Barbie:
Il faut préciser que pendant son procès Klaus Barbie a toujours affirmé que Raymond Aubrac avait collaboré avec eux et que c’était pour ça qu’il avait été, contre toute attente puisque identifié, relâché ; propos que Barbie réitérera dans son testament écrit quelques temps avant sa mort. De plus le livre de Chauvy n’accuse personne mais ne fait que poser des questions s’avérant gênantes pour ceux qui pourraient être en mesure d’y répondre : les Aubrac.
Malgré cet épisode judiciaire, il n’en demeure pas moins que l’ouvrage "Aubrac : Lyon 1943" pose les bonnes questions car de très graves et très nombreuses zones d’ombre pèsent sur le mythe des Aubrac… D’ailleurs Eric Conan, journaliste à l’Express et co-auteur du livre « mémoire du régime de Vichy dans la France contemporaine » affirme que :
Eric Conan a écrit:
« Gérard Chauvy a mis en évidence des contradictions importantes, voire des incompatibilités, entre les différents récits de leur histoire que les Aubrac ont eux-mêmes proposés au fil des ans. Il s'agit non pas de déformations explicables par le temps qui passe, mais bien de changements de scénario sur des points importants concernant les mois au cours desquels Raymond Aubrac fut à deux reprises arrêté.

(Express le Jeudi 15 Mars 2007).

Il faut dire que le travail de Chauvy est très important, toujours selon Eric Conan :
Eric Conan a écrit:
« Il a, pour la première fois, eu l'idée de recenser tous les écrits et déclarations des deux résistants concernant leur année 43: débriefings auprès des agents de la France libre à Londres et à Alger, articles, dépositions judiciaires, mémoires, etc. A la lecture de son ouvrage, la confrontation de ces pièces - dont plusieurs étaient inédites - aboutit à un résultat à la fois décevant et problématique »

En réalité, André Figuéras avait déjà rassemblé les différents témoignages des Aubrac et avait mis en relief les incohérences fabuleuses des différents scénarios donnés par le couple inoxydable dans le journal « Présent » dans les années 90.

La table ronde: une tentative de riposte calamiteuse pour les Aubrac
Pour répondre au livre "Aubrac : Lyon 1943" , Raymond Aubrac organise une table de ronde et choisit (ben voyons…) 8 historiens
Dominique Veillon, Jean-Pierre Azéma, François Bédarida, Henry Rousso, Maurice Agulhon, Jean-Pierre Vernant, Laurent Douzou, et Daniel Cordier.
Cet entretien (24 pages !) fut publié dans le journal « Libération » dont le couple Aubrac était administrateur; même chez les communistes, il n’y a pas de petits profits.

Cette table ronde se termine mal pour Raymond Aubrac puisque le grand résistant passa de victime de Chauvy à…accusé. Libération conclura pudiquement son article par «des zones d’ombre demeurent» tandis que l’historien invité François Bédarida excédé par les contradictions d'Aubrac finira par déclarer :
François Bédarida a écrit:
« Votre stratégie, destinée en principe à perpétuer l’image de la Résistance, me paraît à terme désastreuse… Pourquoi ? Parce que si sous couleur de rendre le passé plus vivant on se met à l’enjoliver, à broder, voire à inventer des récits, au lieu de s’en tenir fidèlement et rigoureusement aux données de fait, alors on s’expose à un très grave choc en retour»

(Libération du 9 juillet 1997)

Mais je laisse le journal Marianne nous décrire le goût plus que amer que laissa cette manifestation qui aurait dû être un triomphe pour les Aubrac :

L'article du journal Marianne:
Marianne a écrit:
Les historiens présents ont reconnu les Aubrac «innocents sans réserve et sans nuance». Et, cependant, un énorme malaise ressort de leur long entretien. Après les éloges faits aux Aubrac en tant que résistants et la reconnaissance de leur innocence, c'est-à-dire après qu'a été réduit à néant ce qui était de la calomnie, on sentait que quelque chose restait cependant de celle-ci. Elle aurait dû disparaître. Elle était toujours là. Elle jetait le doute à nouveau sur leurs deux personnes. Elles n'étaient plus blanches juste après qu'elles l'eurent été reconnues. Dans leurs dires, était souligné, cerné, de multiples fois remis en question, ce qui n'était plus de l'innocence mais devenait des contradictions, des manques, des fictions, des réponses qui semblaient incomplètes et qui exaspéraient les interlocuteurs de ceux qu'ils venaient pourtant de reconnaître innocents sans réserve. Une agressivité se faisait jour. Un ami historien pouvait leur lancer: «C'est Zola qui disait en défendant Dreyfus: c'est à vous dégoûter de défendre un innocent.»

Et puis, peu à peu, on sentait qu'un piège se refermait, qu'une tension montait, que les historiens n'étaient plus du tout satisfaits de leurs innocents comme s'ils leur étaient devenus un peu suspects, par leurs contradictions, leurs doutes, les errements de leur mémoire, leur réserve parfois. Leur personnalité. Et la table ronde tournait à de plus en plus de défiance et de questionnement.

Marianne, Juillet 1997

La réaction de Gérard Chauvy et de son éditeur suite au procès:
Malgré tout condamné, Gérard Chauvy déclarera:
Gérard Chauvy a écrit:
« Ma réaction à cette condamnation est que l'histoire officielle est bien implantée et il est difficile, malgré toute une documentation, d'imposer d'autres versions. »
c’est marrant mais nous disons exactement la même chose sur ce forum !

N’étant pas dans la ligne officielle de cette chère république, Chauvy fut bien sur qualifié de « négationniste ».

De son côté Le directeur de la collection, Thierry Pfister, lui constatera avec amertume :
Thierry Pfister a écrit:
« je n'ai jamais été soumis à de telles pressions pour empêcher la sortie d'un livre »

Il écrira par la suite un pamphlet intitulé « Lettre ouverte aux gardiens du mensonge », tout est dans le titre !

Pour l'avocat Emmanuel Pierrat, spécialiste des médias et de l'édition, lui affirmera:
Emmanuel Pierrat a écrit:
"on assiste actuellement à un éclatement des demandes de poursuites".


Le rôle réel de la cour européenne dans cette affaire:
Quant à la cour européenne, il ne lui appartient pas d'arbitrer la question historique de fond qui relève d'un débat toujours en cours. Leur tâche consiste à juger si les mesures prises par la justice française sont proportionnées et si les motifs invoqués sont pertinents et suffisants. Le livre n’ayant pas été interdit, et la cour n'ayant pas suivi les demandes des Aubrac, il n’y avait pas lieu de contredire le jugement français.

Conclusion:
Il faudra encore attendre très longtemps pour que la vérité soit faite sur ces histoires, ces faits touchant deux blockhaus incontournables de la résistance française : Aubrac et… Jean Moulin.

Il est sur que quand on voit la « dégoulinade » de bons sentiments dont on fait preuve les politiques aux obsèques de Lucie La Rouge, on peut comprendre qu’il est des symboles sur lesquels l’hystérie de la bien-pensance est plus forte que la vérité historique…
Quelques exemples :
Lucie Aubrac est « Un symbole d’honneur et un idéal pour tous les Français » (Villepin), « Une lumière de la Résistance qui s’est éteinte », pour le président Jacques Chirac. Nicolas Sarkozy lui salue « une femme qui incarnait le visage de la liberté, du courage et de l’amour ».
On nage dans l’absolu n’importe quoi…


Qui est Gérard Chauvy :




Gérard Chauvy , né à Lyon en 1952, est historien et correspondant de presse. Il est depuis de nombreuses années collaborateur régulier du quotidien " Le Progrés " et il publie également des articles pour différentes revues, parmi lesquelles Historia. Il donne aussi des conférences sur de nombreux sujets d'histoire contemporaine.
Il est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages sur Lyon et la Seconde Guerre Mondiale, il est considéré comme le meilleur connaisseur de l’histoire de Lyon.
A noter que Gérard Chauvy avait déjà évoqué les contradictions du couple Aubrac dans le magasine Historia de Mars 1997.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 8 Déc - 23:18 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Mar 9 Déc - 11:45 (2008)    Sujet du message: "Aubrac, Lyon 1943" de G. Chauvy: une fissure sur le blockhaus Aubrac Répondre en citant

Ouf ! Quel soulagement ! Tu sais Charles, ça me fait l'effet d'un sacré pavé dans le marre ce que tu viens de nous transmettre !


_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Charles


Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2008
Messages: 860

MessagePosté le: Mar 9 Déc - 23:02 (2008)    Sujet du message: "Aubrac, Lyon 1943" de G. Chauvy: une fissure sur le blockhaus Aubrac Répondre en citant

Petite addition mais de taille!!!
Gérard Chauvy et son éditeur seront condamnés, non sur la base du droit commun constitué par l’article 32 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté d’expression, mais sur la base de l’article 31 qui distingue la diffamation envers les forces armées.
En effet, la cour a estimé que le couple Aubrac, par leurs actes pendant la guerre, pouvaient être assimilés à des... chefs d'armées!!!!
Les Aubrac auraient donc été considérés comme des civils, leur plainte n'aurait probablement même pas été jugée recevable...

...et j'ai oublié de parler de l'avis de Daniel Cordier (ancien secrétaire et biographe de Jean Moulin), quant aux histoires des Aubrac. Lors de cette table ronde, il ne put s'empêcher de déclarer *:
Daniel Cordier a écrit:

"J'espère qu'un jours nous trouverons les documents qui expliqueront les faits cachés par votre mémoire baladeuse."
"Le livre de Lucie Aubrac est un roman d'aventure passionnant qu'elle a malheureusement fait passer pour vrai"


*Traduit de l'anglais d'un article du Télégraphe:
Citation:
Cordier told the 85-year-old Lucie. "I hope that one day documents will emerge to explain facts hidden by your wandering memory." Her book, he said, had been an "exciting adventure novel" which she had carelessly claimed to be true.


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Jeu 11 Déc - 09:27 (2008)    Sujet du message: "Aubrac, Lyon 1943" de G. Chauvy: une fissure sur le blockhaus Aubrac Répondre en citant

C'est nouveau ça ! Le couple Aubrac assimilé à des "Chefs d'Armées"... Depuis quand les Conventions internationales assimilent-elles des "partisans" à des "Chefs d'Armées"? Je connais quelques généraux qui ont du se retourner dans leurs tombes...
Non, les Samuel, dits "Aubrac", étaient surtout communistes et on ne touche pas à la résistance communiste, même en 2008 et en France. Qu'on se mette bien ça dans la tête !
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Fréderic le Grand


Hors ligne

Inscrit le: 03 Nov 2008
Messages: 617
Localisation: Pyrénées Orientales

MessagePosté le: Ven 12 Déc - 10:36 (2008)    Sujet du message: "Aubrac, Lyon 1943" de G. Chauvy: une fissure sur le blockhaus Aubrac Répondre en citant

Y'en a d'autres qui vont te dire que le PCF ne représente que 2% aux élections ! Laughing
_________________
"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire"
G. Orwell


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Ven 12 Déc - 13:19 (2008)    Sujet du message: "Aubrac, Lyon 1943" de G. Chauvy: une fissure sur le blockhaus Aubrac Répondre en citant

Tant que le "Nuremberg du communisme" n'aura pas été fait et que le voile n'aura pas été déchiré sur les réalités du communisme, il faut s'attendre à subir le mensonge dogmatique installé depuis la "libération". Les 3, 2% de l'électorat communiste, c'est la face visible de l'iceberg, le rideau de fumée qui masque l'essentiel.
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Maréchal


Hors ligne

Inscrit le: 19 Déc 2007
Messages: 1 138
Localisation: Gard

MessagePosté le: Ven 12 Déc - 16:51 (2008)    Sujet du message: "Aubrac, Lyon 1943" de G. Chauvy: une fissure sur le blockhaus Aubrac Répondre en citant

On peut toujours rêver ! Tu prends la guerre d'Espagne par exemple ! On ne te dit pas que les "Nationalistes" étaient opposés aux "Communistes". Non. On te dit aux "Républicains". En Espagne, il n'y a jamais eu de "communistes". Que des Républicains. Alors ici en France, comme on est tous des bons républicains on croit qu'en face c'était les méchants, les fachos: les anti-républicains !
Ce qui fait que "nationaliste" en France, ça veut dire... fachos ! Et le tour est joué !
_________________
Notre vie est- un voyage
Dans l'hiver et dans la nuit,
Nous cherchons notre passage
Dans le Ciel où rien ne luit.

Chanson des Gardes Suisses. 1793


Revenir en haut
Charles


Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2008
Messages: 860

MessagePosté le: Ven 12 Déc - 17:27 (2008)    Sujet du message: "Aubrac, Lyon 1943" de G. Chauvy: une fissure sur le blockhaus Aubrac Répondre en citant

Admin a écrit:
Tant que le "Nuremberg du communisme" n'aura pas été fait et que le voile n'aura pas été déchiré sur les réalités du communisme, il faut s'attendre à subir le mensonge dogmatique installé depuis la "libération". Les 3, 2% de l'électorat communiste, c'est la face visible de l'iceberg, le rideau de fumée qui masque l'essentiel.

C'est peut être en train de bouger...



Citation:
Le 17 novembre 2008 sous le N° 422, une PROPOSITION DE LOI visant à instituer une journée nationale d’hommage aux victimes du communisme a été déposée à l’Assemblée Nationale.

Son objet : l’instauration, le 9 novembre, date de la Chute du Mur de Berlin, d’une journée nationale d’hommage aux victimes des régimes communistes.

Elle s’inscrit dans des attendus clairs précisant notamment : « L’opinion publique est encore hélas très peu consciente des crimes commis par les régimes communistes totalitaires, et pour plusieurs raisons. Jamais les crimes commis au nom du communisme n’ont fait l’objet d’enquêtes ou de condamnations internationales, contrairement aux crimes commis par son jumeau « hétérozygote » selon l’expression de l’historien Pierre Chaunu, l’autre régime totalitaire du XXe siècle, le nazisme. L’absence de condamnation s’explique aussi en partie par l’existence de pays dont les gouvernements adhèrent toujours à l’idéologie communiste ».

Cette proposition de loi a été déposée à l’initiative du député du Tarn Bernard CARAYON, elle est signée par les Députés suivants : Bernard CARAYON, Yvan LACHAUD, Jean-Christophe LAGARDE, Benoist APPARU, Jean AUCLAIR, Brigitte BARÈGES, Jacques Alain BÉNISTI, Jean-Yves Besselat, Étienne BLANC, Claude BODIN, Philippe BOËNNEC, Marcel BONNOT, Valérie BOYER, Xavier BRETON, Bernard BROCHAND, Patrice CALMÉJANE, Joëlle CECCALDI-RAYNAUD, Édouard COURTIAL, Alain COUSIN, Olivier DASSAULT, Bernard DEBRÉ, Jean-Pierre DECOOL, Michel DIEFENBACHER, Dominique DORD, Gilles D’ETTORE, Marie-Louise FORT, Arlette FRANCO, Sauveur GANDOLFI-SCHEIT, Franck GILARD, Georges GINESTA, Claude GOASGUEN, François-Michel GONNOT, Jean-Pierre GORGES, François GROSDIDIER, Louis GUÉDON, Jean-Jacques GUILLET, Gérard HAMEL, Laurent HÉNART, Michel HERBILLON, Francis HILLMEYER, Charles de la VERPILLIÈRE, Marc LE FUR, Michel LEJEUNE, Jean-Louis LÉONARD, Lionnel LUCA, Richard MALLIÉ, Alain MARC, Thierry MARIANI, Jacques MYARD, Jean-Marc NESME, Philippe PEMEZEC, Didier QUENTIN, Jacques REMILLER, Francis SAINT-LÉGER, Bruno SANDRAS, Michel SORDI, Guy TEISSIER, Dominique TIAN, Christian VANNESTE, Patrice VERCHÈRE et Michel ZUMKELLER


source: http://fr.novopress.info/?p=14485

Je tiens à préciser que je suis archi contre ce genre de manifestation: L'Etat ne doit pas intervenir dans les affaires historiques: Les Juifs, les Noirs, les Arméniens, la colonisation, la guerre d'Algérie, les Français rapatriés, les victimes du communisme,... non seulement ça devient plus que ridicule mais surtout il y a des affaires bien plus urgentes à régler!


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Ven 12 Déc - 17:48 (2008)    Sujet du message: "Aubrac, Lyon 1943" de G. Chauvy: une fissure sur le blockhaus Aubrac Répondre en citant

      En 1936 , Franco avait fait son coup d'etat contre la Republique Espagnole , legalement   gouvernée par un Front Populaire . Les communistes faisaient partie de ce gouvernement 
        Les franquistes etaient donc bien des rebelles opposés aux republicains 


Revenir en haut
Charles


Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2008
Messages: 860

MessagePosté le: Ven 12 Déc - 18:36 (2008)    Sujet du message: "Aubrac, Lyon 1943" de G. Chauvy: une fissure sur le blockhaus Aubrac Répondre en citant

lebel a écrit:
 Les franquistes etaient donc bien des rebelles opposés aux republicains 

Mais De Gaulle, lui, n'était pas "un rebelle", c'est ça?


Revenir en haut
Résistant
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2007
Messages: 1 684
Localisation: Vaucluse

MessagePosté le: Ven 12 Déc - 19:29 (2008)    Sujet du message: "Aubrac, Lyon 1943" de G. Chauvy: une fissure sur le blockhaus Aubrac Répondre en citant

lebel a écrit:
      En 1936 , Franco avait fait son coup d'etat contre la Republique Espagnole , legalement   gouvernée par un Front Populaire . Les communistes faisaient partie de ce gouvernement          Les franquistes etaient donc bien des rebelles opposés aux republicains 




Bien. C'est en dehors des sujets de ce forum, mais cette remarque est trop symptomatique de ce "Sida mental" qui est dénoncé par ailleurs, que je ne peux pas rester sans réagir.
Vous nous dites Lebel, que Franco a fait son coup d'état "contre la République espagnole, légalement gouvernée par un Front Populaire. Les communistes faisaient partie de ce gouvernement".
Autrement dit l'Espagne se trouvait être alors une grande démocratie vivant dans le calme et la béatitude "républicaine"... C'est en tous les cas ce qui ressort de ces paroles !

Or, il s'agit d'une contre-vérité éhontée. encore une, véhiculée par les documents de propagande du PCF, pour ce qui est de la France, bien sur.
Vous ignorez totalement l'état dans lequel se trouvait ce malheureux pays lorsque le général Franco et beaucoup d'autres décidèrent d'y mettre un terme ! Le Komintern et le parti communiste espagnol étaient tout simplement en train de s'emparer du pouvoir pour faire de l'Espagne une "démocratie" (sic) populaire selon le modèle de celles qui commençaient à se faire jour en Europe de l'Est !

Et la remarque de Maréchal est frappée au coin du bon sens. On ne dit pas effectivement "Communistes" espagnols, mais "Républicains" espagnols.
 


Revenir en haut
Maréchal


Hors ligne

Inscrit le: 19 Déc 2007
Messages: 1 138
Localisation: Gard

MessagePosté le: Lun 15 Déc - 00:06 (2008)    Sujet du message: "Aubrac, Lyon 1943" de G. Chauvy: une fissure sur le blockhaus Aubrac Répondre en citant

Merci Résistant de reconnaître cette évidence. Lorsqu'on parle de la guierre d'Espagne on parle toujours des "Républicains", mais on n'évoque jamais le parti communiste. Pourtant c'était un des pire partis staliniens d'Europe, les trotskystes et les anarchistes espagnols en ont su quelque chose. S'il avait pris le pouvoir, mais on aurait eu droit à une autre RDA derrière les Pyrénées. C'est pas peu dire !
_________________
Notre vie est- un voyage
Dans l'hiver et dans la nuit,
Nous cherchons notre passage
Dans le Ciel où rien ne luit.

Chanson des Gardes Suisses. 1793


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Lun 15 Déc - 01:11 (2008)    Sujet du message: "Aubrac, Lyon 1943" de G. Chauvy: une fissure sur le blockhaus Aubrac Répondre en citant

  Faut il vous rappeler , qu'au debut 39 , la France "accueillit" plus de 300000 espagnols , hommes , femmes , enfants , qu'elle parqua dans des conditions effroyables 
A la declaration de guerre , ces memes refugiés republicains  , voulurent reprendre les armes contre l' ennemi commun  et s'engagèrent dans la Legion et les Compagnies de Travailleurs 
L'armistice signé , la France se desinteressera de ces hommes et les internera ........avant de les livrer , selon les conventions , à l' Allemand ....et beaucoup mourront en deportation 
Malgré ces avanies , beaucoup rejoindront les maquis , notamment aux Glières pour lutter au coude à coude avec les hommes de Godard et de Valette d' Osia ..........d'autres regroupés dans la 9è Compagnie , la Nueve de la 2è DB , seront les premiers a entrer dans Paris , en aout 44 , et combattre avec les Leclerc d' Afrique  jusqu'a Berchtesgaden , au prix de lourdes pertes 




                   [url:c9ea7daaf0=http://pagesperso-orange.fr/jp2k/2db/divers_nueve.html]http://pagesperso-orange.fr/jp2k/2db/divers_nueve.html[/url:c9ea7daaf0].


                  Au fait , combien de franquistes sont morts pour la France ? 


Revenir en haut
Charles


Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2008
Messages: 860

MessagePosté le: Lun 15 Déc - 06:16 (2008)    Sujet du message: "Aubrac, Lyon 1943" de G. Chauvy: une fissure sur le blockhaus Aubrac Répondre en citant

lebel a écrit:
 beaucoup rejoindront les maquis

Mais avaient ils le choix de toute façon? la réponse est "bien sur que non!"
Les Espagnols furent parmi les plus ignobles des tortionnaires, pendant et après la guerre lors des "épurations". Ils n'avaient rien à envier à la Gestapo!
Degrelle fut interné dans un de ces camps, il raconte son calvaire dans un de ces livres: c'est assez épouvantable!


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Lun 15 Déc - 09:19 (2008)    Sujet du message: "Aubrac, Lyon 1943" de G. Chauvy: une fissure sur le blockhaus Aubrac Répondre en citant

Là encore, mettons un bémol aux chiffres ! Tu nous dis Lebel que 300.000 "républicains" espagnols trouvèrent refuge en France. Soit. Mais combien gagnèrent les maquis ? Combien dans le maquis des Glières ? 150.000 ? Non ! Regroupés dans les FTP communistes ils peuvent être estimés à une centaine au maximum !
Mais il est vrai que le parti communiste, qui avait surtout un autre objectif en tête: préparer l'insurrection en vue de la prise du pouvoir, avaient embrigadé dans les FTP les plus durs de ces "républicains", tous membres du parti communiste espagnol !
Là encore Lebel, te voilà pris en flagrant délit de "langue de bois". Comment se fait-il donc que le parti communiste français n'ait pas pris le nom de parti républicain français , Je m'interroge...

Dans l'art de nous faire prendre (enfin d'essayer...) les vessies pour des lanternes, tu te poses un peu là. Vraiment !
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:42 (2016)    Sujet du message: "Aubrac, Lyon 1943" de G. Chauvy: une fissure sur le blockhaus Aubrac

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> Les livres Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
Page 1 sur 4

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com