France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les déboires du père Desbois.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> 39/45. La seconde Guerre Mondiale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Charles


Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2008
Messages: 860

MessagePosté le: Mar 30 Juin - 15:44 (2009)    Sujet du message: Les déboires du père Desbois. Répondre en citant

N’importe quel spectateur un tant soit peu objectif du « travail » de Patrick Desbois a remarqué depuis bien longtemps son absence totale de pertinence. L’holocauste étant un sujet tabou, aucun spécialiste ou presque, n’osait remettre en cause le spectacle Desbois.

Pourtant cette fois, le coup n’est pas tombé loin de Desbois puisque c’est carrément Alexandra Laignel Lavastine, très proche collaboratrice de ce curé de choc, qui met le feu aux poudres ! Un front anti Desbois serait même en train de s’organiser !

Morceaux choisis…

Citation:
Le chercheur emblématique, (et quasi-monopolistique selon ses détracteurs), est le père Patrick Desbois


Citation:
Cette personnalité de l’Eglise […]se retrouve pourtant dans le collimateur de nombre d’historiens. On critique ici et là son goût de la médiatisation, son manque de rigueur [...], sa franche réticence à s’expliquer sur ses recherches ou encore à partager ses documents, son autocratisme.


Citation:
la livraison de mai de la revue XXe siècle[…] a mis le feu aux poudres : seize pages argumentées s’inquiètent ainsi d’une dérive sensationnaliste et de la médiatisation des recherches du père Desbois,


Citation:
les témoins du Père Desbois parleraient dans un climat de peur suscité par l’équipe de Yahad elle-même


Citation:
Patrick Desbois n’aurait découvert aucune fosse commune contenant des restes de Juifs assassinés par les nazis et leurs auxiliaires qui ne fût déjà connue


Citation:
Patrick Desbois n’est accompagné d’aucun « historien professionnel »


Citation:
Alexandra Laignel-Lavastine […] estime avoir vu in situ " les limites de la méthode d’histoire orale telle que la pratique Patrick Desbois".
[…]
Nous sommes tout de même en Ukraine,pays pogromiste par excellence, là où les plus grands massacres de juifs de l’histoire pré-hitlérienne ont eu lieu, notamment dans les années 1918-1922 ».


Citation:
L’accusation est sévère : " Il y a beaucoup d’impréparation et d’amateurisme dans les missions de Yadah, une légèreté incroyable par rapport au travail d’archives, au recoupement et au croisement des sources en amont comme en aval du terrain", décrit l’historienne.



Citation:
l’extermination des juifs d’Ukraine n’aurait pas pu être mise en œuvre de façon aussi massive, aussi rapide et aussi systématique sans le concours d’un nombre très élevé d’habitants de ces régions. Manifestement, il s’agit-là d’une évidence pour tous, sauf pour le père Desbois .


Citation:
Alexandra Laignel-Lavastine persiste et signe. Elle réserve d’autres faits de la méthode Desbois, qu’elle souhaite rendre publics dans un livre à venir.


Citation:
L’éviction d’Alexandra Laignel-Lavastine du séminaire a précipité la constitution d’un front anti-Desbois ces derniers jours. Plus d’une centaine d’historiens ont soutenu par mail leur consoeur, signalant au passage leur adhésion à la critique globale sur le prêtre chercheur de la Shoah par balles.


Texte complet ici:
http://www.idee-jour.fr/Alexandra-Laignel-Lavastine-vs.html

A titre personnel, je tiens à faire remarquer que seul Robert Faurisson dénonçait les pratiques de Patrick Desbois qu'il qualifie de "sacré farceur". Encore une fois, ce sont ceux comme Patrick Desbois qui fabriquent les révisionnistes. Ne venez pas ensuite pleurer!


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 30 Juin - 15:44 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Charles


Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2008
Messages: 860

MessagePosté le: Mar 30 Juin - 15:52 (2009)    Sujet du message: Les déboires du père Desbois. Répondre en citant

Voici un autre texte du monde sur le même sujet:


Querelle autour du Père Desbois
LE MONDE DES LIVRES | 18.06.09 | 11h47 • Mis à jour le 18.06.09 | 11h47
Il est rare que Le Monde soit contraint de revenir sur un ouvrage dont le compte rendu a été publié dans ses colonnes. C'est le cas aujourd'hui, en raison de la controverse qui grossit depuis quelques semaines autour d'un livre, Porteur de mémoires (éd. Michel Lafon, 2007), et de son auteur, le Père Patrick Desbois.

Le 2 novembre 2007, sous le titre "Un prêtre montre l'exemple aux historiens", "Le Monde des livres" publie une critique élogieuse du livre du Père Desbois. Directeur du Service national pour les relations avec le judaïsme auprès de la Conférence des évêques de France, ce prêtre catholique y raconte l'enquête qu'il mène depuis 2002 en Ukraine "sur les traces de la Shoah par balles", afin d'y localiser les fosses où se trouvent les corps de plus d'un million de juifs assassinés durant la seconde guerre mondiale. L'auteur de l'article, Alexandra Laignel-Lavastine, évoque une "entreprise extraordinaire", susceptible de "bouleverser les représentations que nous avions" de cet aspect du génocide.


Presque deux ans plus tard, et après deux séjours en Ukraine avec Patrick Desbois et son équipe, en mai puis en août 2008, Alexandra Laignel-Lavastine déclare qu'elle s'est "trompée". Elle le fait notamment savoir dans "La fabrique de l'histoire", sur France Culture, le 27 mai. Une émission à la suite de laquelle elle apprendra qu'"il est immédiatement mis fin à sa collaboration" au séminaire qu'elle anime à la Sorbonne, depuis l'automne 2008, avec l'historien Edouard Husson et le Père Desbois. Ce dernier, qui avait refusé de participer à l'émission, doit aujourd'hui faire face à plusieurs critiques.


Les unes concernent la notion de "Shoah par balles". Vulgarisée par M. Desbois, celle-ci est contestée par la plupart des spécialistes, qui dénoncent une "expression marketing". "C'est une niaiserie, explique ainsi Georges Bensoussan, rédacteur en chef de la Revue d'histoire de la Shoah. Il n'y a pas eu, face à une Shoah par gaz'', une Shoah par balles''. Mais une seule Shoah, avec des méthodes de tueries innombrables : on a aussi tué des gens à l'arme blanche, on les a jetés dans des puits, emmurés vivants, etc."


D'autres griefs sont d'ordre méthodologique. Ils visent la tendance qu'aurait M. Desbois à se présenter comme un pionnier. Ce qu'illustre notamment le bandeau de son livre ("Un prêtre révèle la Shoah par balles") et l'absence, dans ses textes, de référence à ceux qui ont étudié l'action des Einsatzgruppen, ces unités mobiles qui semèrent la terreur dans l'est de l'Europe après l'entrée en guerre de l'Allemagne nazie contre l'URSS, en juin 1941. "L'histoire des Einsatzgruppen est parfaitement connue depuis soixante ans, et Raul Hilberg leur a consacré de très longs passages dans La Destruction des juifs d'Europe (1961)", rappelle ainsi Claude Lanzmann, le réalisateur de Shoah. Face à ce grief, Patrick Desbois se montre serein. "Je ne suis pas historien", dit-il, évoquant un "malentendu". Un mot que reprend Anne-Marie Revcolevschi, la directrice générale de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, l'une des organisations qui soutient financièrement l'association Yahad-In Unum, que préside M. Desbois depuis 2004. "Il ne faut pas demander au Père Desbois d'être ce qu'il n'est pas. Sa démarche est celle d'un homme de foi, et il a le droit d'avoir sa propre méthodologie, qui n'est pas celle des universitaires", explique-t-elle.


Cette méthodologie, justement, fait aujourd'hui l'objet de réserves. Le photographe Guillaume Ribot, qui a effectué dix-huit voyages en Ukraine entre 2004 et 2008, se souvient d'avoir été envoyé en repérage dans la région de Vinnista, au sud-ouest de Kiev, avant l'arrivée d'une équipe de télévision venue tourner un documentaire. "Quand j'ai expliqué au Père Desbois qu'il y avait de nombreux mémoriaux autour des fosses, il m'a dit qu'on irait tourner ailleurs, raconte-t-il. Résultat, en regardant le film (diffusé sur France 3, le 12 mars 2008), on a l'impression que la grande majorité des fosses, en Ukraine, étaient jusqu'alors ignorées. Forcément, c'est plus vendeur de présenter les choses ainsi !"
S'il ne remet pas en cause le "bien-fondé" de l'enquête, Guillaume Ribot regrette toutefois ces "petits arrangements avec la vérité" qui, selon lui, conduisent le Père Desbois à exagérer l'ampleur de ses découvertes.


De son côté, Patrick Desbois insiste sur au moins deux mérites qu'ont, à ses yeux, ses recherches : d'abord d'avoir montré que les endroits où sont érigés les mémoriaux ne correspondent pas toujours aux lieux précis des tueries ; ensuite d'avoir repéré des fosses secondaires, jusque-là inconnues. "Contrairement à ce que je croyais au début, il n'y a pas une grande fosse sur chaque lieu d'exécution. En réalité, il y a souvent plein d'autres trous autour, non marqués, eux. Cela nous oblige à renoncer à l'idée du un'', et à nous forcer au contraire à envisager l'extermination comme un phénomène beaucoup plus disséminé dans l'espace", explique-t-il.


En soi, cette démarche n'est critiquée par personne. Mais certains regrettent que, à côté de ces découvertes, soit énoncé aussi ce qu'ils tiennent pour des approximations. C'est le cas à propos du massacre qui eut lieu à Busk, le 21 mai 1943. Sur son blog, l'historien Edouard Husson écrit que l'enquête du Père Desbois a "permis d'établir que plus de 1 500 juifs avaient été tués sur place". Ce qui, selon lui, rectifierait l'histoire écrite "à partir des archives", selon laquelle "tous les juifs de Busk avaient été déportés à Belzec". Or les spécialistes font observer que ce massacre était connu depuis soixante ans, comme le rappelle Alexander Kruglov dans un livre récent (The Losses Suffered by Ukrainian Jews. 1941-1944, 2005).


Reste une dernière critique, qui a trait à l'image générale que le Père Desbois donnerait du processus génocidaire à l'Est. Alors que de plus en plus de chercheurs s'interrogent sur le rôle précis des populations civiles dans les massacres, sur le degré de leur complicité avec les nazis et leurs supplétifs, son enquête aurait tendance à ignorer le phénomène. "N'est pas mentionnée (par le Père Desbois) la participation d'Ukrainiens aux violences exterminatrices", écrivent ainsi les historiens Christian Ingrao et Jean Solchany dans la revue Vingtième siècle (avril-juin 2009). "Quand on sait que ce sont les Ukrainiens qui ont fourni le plus gros contingent de gardiens dans les camps d'extermination, je trouve cela très gênant", ajoute Claude Lanzmann.
Le fait de poser la question, sur place, semble en tout cas tabou. "Lorsque j'ai voulu aborder la question des pillages et des pogroms, on m'a dit : "Tu n'as pas le droit de culpabiliser nos braves témoins ukrainiens et, en plus, tu risques de les faire fuir", raconte ainsi Alexandra Laignel-Lavastine. Or n'importe quel journaliste sait qu'on peut, une fois que la confiance s'est instaurée, poser aux gens des questions plus délicates en fin d'entretien." Sur ce point, le Père Desbois concède que cette question n'est pas sa priorité, et qu'il cherche avant tout à "reconstituer les scènes de crime afin de trouver où sont les morts".


"Tout cet argent dépensé pour ne même pas poser les questions essentielles, quel gâchis !", déplore Alexandra Laignel-Lavastine qui, par ailleurs, s'interroge sur la "valeur scientifique" d'interviews qui se déroulent parfois dans un "climat d'intimidation", et ce en raison de la présence d'un "garde du corps en treillis et armé". Des témoins apeurés ? Ce soupçon fait bondir le Père Desbois, qui se dit sur ce point victime d'une "calomnie". "On ne peut pas dire, d'un côté, que je ne pose pas les questions qui fâchent et que, de l'autre, je fais peur aux gens", observe-t-il.


Les doutes qui s'expriment aujourd'hui sur l'ampleur des découvertes et l'intérêt des entretiens recueillis par l'équipe du Père Desbois - plus de 1 000 à ce jour - seront peut-être dissipés quand ses archives seront facilement accessibles. Ce qui, jusqu'à présent, n'a pas été le cas, comme nous l'ont raconté plusieurs chercheurs, qui évoquent une attitude "fuyante", des rendez-vous annulés à la dernière minute ou des coups de fil restés sans réponse. Une forme d'opacité à laquelle le Père Desbois s'engage à mettre fin. Ses archives, assure-t-il, seront ouvertes aux chercheurs dès le 15 octobre.

Thomas Wieder


http://mobile.lemonde.fr/livres/article/2009/06/18/querelle-autour-du-pere-…


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Mar 30 Juin - 15:54 (2009)    Sujet du message: Les déboires du père Desbois. Répondre en citant

Diable !
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Mar 11 Aoû - 09:46 (2009)    Sujet du message: Les déboires du père Desbois. Répondre en citant

Et coucou, le revoilou ! On aurait pu l'oublier... Heureusement cette histoire de faux "brûlot antisémite et négationniste" qui aurait fait son apparition dans les paroisses et les évêchés, et signé de surcroit par le père Patrick Desbois qui, nous rassure Le Figaro qui a pondu l'article*, a immédiatement porté plainte pour "usurpation d'identité, contestation de crime contre l'humanité et diffamation raciale", afin qu'on ne le prenne surtout pas pour ce qu'il n'est pas.
Occasion saisie par la journaliste, Cécilia Gabizon, pour nous retracer l'engagement du curé qui s'est donné "pour mission de retrouver dans les forêts ukrainiennes les fosses où gisent près d'un million de Juifs et de Tziganes assassinés par les Einsatzgruppen".

Le coup est bien joué. Sous le prétexte de ce "texte nauséabond", la dame Gabizon relance l'aventure du père Desbois avec un titre accrocheur: "Un prêtre attaqué pour ses travaux sur la Shoah", en signalant, perfide, au passage qu' Alexandra Laignel-Lavastine qui avait "osé" critiquer ses méthodes de recherche "a été exclue du séminaire qu'elle donnait avec lui à la Sorbonne."

On n'a pas fini d'en entendre parler !

8)


* le 07/08/2009
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Maréchal


Hors ligne

Inscrit le: 19 Déc 2007
Messages: 1 138
Localisation: Gard

MessagePosté le: Mar 11 Aoû - 16:31 (2009)    Sujet du message: Les déboires du père Desbois. Répondre en citant

Alexandra Laignel ne va pas laisser passer ça ! C'est un coup monté par les amis du Père Desbois dont on fait les pipeaux pour lui redonner une virginité ! Mais pour la crédibilité...
_________________
Notre vie est- un voyage
Dans l'hiver et dans la nuit,
Nous cherchons notre passage
Dans le Ciel où rien ne luit.

Chanson des Gardes Suisses. 1793


Revenir en haut
Carolus Magnus
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 11 Aoû - 20:15 (2009)    Sujet du message: Les déboires du père Desbois. Répondre en citant

Mdr, arrêtez de nous faire rire avec les "aventures" du Père Desbois, c'est le Don Camillo de la show-whoua par balle ce bonhomme ...

Revenir en haut
EugeneD


Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2009
Messages: 8
Localisation: France

MessagePosté le: Dim 30 Aoû - 09:58 (2009)    Sujet du message: Les déboires du père Desbois. Répondre en citant

le Père Desbois, l'homme qui découvre des charniers sans faire de fouilles....ou comment se faire un nom sans se fatiguer

Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Dim 30 Aoû - 10:12 (2009)    Sujet du message: Les déboires du père Desbois. Répondre en citant

Oui, mais comme il est dans "le bon sens" de l'histoire... Là où il y a du fric à se faire ! C'est tout de même mieux que David Irving, hein ?
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Carolus Magnus
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 30 Aoû - 10:36 (2009)    Sujet du message: Les déboires du père Desbois. Répondre en citant

LOL ...
EugeneD a écrit:

le Père Desbois, l'homme qui découvre des charniers sans faire de fouilles....ou comment se faire un nom sans se fatiguer


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:20 (2016)    Sujet du message: Les déboires du père Desbois.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> 39/45. La seconde Guerre Mondiale Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com