France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les graves conséquences du " traité de Versailles"
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5, 6  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> L'entre-deux guerres
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
JULES


Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 262
Localisation: FRANCE

MessagePosté le: Sam 13 Oct - 10:17 (2007)    Sujet du message: Les graves conséquences du " traité de Versailles" Répondre en citant

  1ère PARTIE:
                                      LE SORT DE L'AUTRICHE
  

                                   Un pays démembré, laminé.

                       Le cas de l'Autriche-Hongrie fut particulièrement clair.

                       L'empire dont le panslavisme avait juré la perte--en 1916,Edouard Bénès,
futur président de la Tchécoslovaquie créée en 1919, avait publié une brochure dont le titre
 était: Détruisez l'Autriche-Hongrie!--cet empire fut littéralement démembré et morcelé en
Etats indépendants.
                       Alors qu'en 1914, la couronne d'Autriche administrait une vaste étendue de
 650 000 km2 peuplée de plus de 50 millions d'habitants, l'Autriche de 1919 couvrait 83 000km2
avec une population de 6,5 millions de personnes.
                      Ce qui faisait d'elle " un des plus petits Etats de l'Europe, moindre que le Portugal,
un peu supérieur à la Suisse." *
                      Autrement dit:" un avorton mal constitué,incapable de se suffire à lui-même,privé
des éléments qui lui revenaient de droit" **

  * ( Voy.Géographie de l'Europe,manuel pour classe de 3ème(Librairie Hachette,1928,p.232)

** (Voy.l'article de Paul Fortin publié dans la Documentation Catholique,t.III,1920,p.574,col.B)   


                 Des protestations s'élèvent contre le sort réservé à l'Autriche.

        Sans attendre, des protestations s'élevèrent:au retour d'un voyage en Autriche,
        le président de la Fédération internationale des syndicats M.Appleton,lança:

              " Une des plus fortes impressions que je rapporte de mon voyage en Autriche,
c'est que le " droit de libre disposition" des peuples est un mot,une pure phraséologie. 
Les déterminations de frontières au moyen de ce droit sont beaucoup plus inhumaines
que celles de l'ancienne politique.Le " droit de libre disposition" a séparé de l'Autriche
une série de nouveaux pays, de telle sorte que l'Autriche s'est vue privée de toute
possibilité d'existence...
               " Tous les terrains fertiles lui ont été ravis;elle n'a gardé que les territoires
ingrats,où peut pousser un peu de seigle et d'avoine, mais point de blé." *

           Au sein du pays mutilé, des Autrichiens se levèrent.
           Dans une protestation publiée à la Pentecôte 1919, le parti chrétien-social écrivit:

    " Le traité de paix de Saint-Germain menace l'Autriche allemande d'anéantissement
total, sur 6 000 000 d'Autrichiens on en condamne 4 000 000 à la captivité permanente
chez leurs ennemis.On veut même nous arracher la partie tyrolienne de Walther von der
Vogelweide et d'Andréas Hofer,purement allemande de temps immémorial.
    Cependant,au débris malheureux de notre peuple qui doit rester à notre Etat,on prend
aussi la liberté et la vitalité,on confisque les noeuds de communication de nos frontières,
les cours d'eau les plus importants,on sillonne notre pays avec des lignes de chemins de
fer étrangers,après nous avoir séparés de la mer et détruit notre antique marine.
 Notre économie nationale est privée de ses garanties,notre commerce est exproprié,
même l'avoir privé de nos concitoyens est confisqué...
 Beaucoup,qui,confiants en l'inviolabilité du régime juridique d'avant la guerre,ont gagné
honnêtement leur pain à l'étranger et y ont placé de bonne foi leurs économies,sont
maintenant déclarés déchus des fruits du travail de toute une vie.
On nous menace de conditions économiques qui ne nous permettent même pas de sauver
les sommes placées pour les veuves et les orphelins.
Un peuple persévérant,modeste et doué,que l'on apprécie à l'hospitalité et à l'enjouement
de ses moeurs est comné à mourir en mendiant." **

          Un peu plus tard,Joseph Eberlé déclara:

    " Nous sommes réduits à la misère de Job et Lazare,ruinés matériellement,affligés
 de maladies,condamnés à ramasser les miettes qui tombent de la table des riches,
pis que cette détresse des corps,il y a la détresse des âmes.
 Nous avons perdu tout ressort,tout élan,tout espoir...***

 *( Voy.Telegraaf(Amsterdam), 5 mars 1920,cité par la Documentation Catholique,t.III,
 1920,p.315)

 ** ( Voy.la Documentation Catholique,t.III,1920,p.315)

 *** ( Voy.Das Neue Reich,18 janvier 1920,p.241) 
     

                                     Les appels à l'aide se multipient:   

                 Le 17 décembre 1919, au nom d'une fondation d'aide( la Emergency Relief Fund)
 des personnalités anglaises éminentes comme Robert Cecil, Arthur Henderson,
Lionel de Rothschild,lancèrent un "appel aux sentiments d'humanité du peuple anglais pour
fournir un secours immédiat" aux Autrichiens. 
                Dans une lettre,ils soulignaient:

    " Les hopitaux de Vienne ont vu leur activité réduite à la dernière extrémité,et ils peuvent
      à tout moment ètre fermés pour cause de manque de nourriture,du fuel,de matériel
      médical et de médicaments." *

 *( The Times,17 décembre 1919,p.10)

                 Le lendemain,The Times publia une liste d'effets à fournir en urgence aux
enfants de Vienne(garçons et filles de 6 à 14 ans).
                 On réclamait: 78 000 paires de bottes,58 000 manteaux,53 000 pardessus,
38 000 paires de chaussettes,35 000 slips,etc.. *

                 Dans les orphelinats et dans les écoles,le rachitisme et la tuberculose faisaient
des ravages parmi les enfants,à tel point que la mortalité atteignait des niveaux record. **

                 A cette époque, les habitants de Vienne recevaient 100 grammes de pain par
jour et par personne et il était à craindre que plus aucune nourriture ne soit disponible
pendant tout le mois de février 1920,puisque les réserves seraient le 21 janvier et que les
bateaux partis d'Argentine avec des vivres ne devaient arriver qu'à la fin du mois de février.(Id.)

 *( Voy. The Times,18 décembre 1919,p.11)
 ** ( Voy.The Times,13 décembre 1919,p.13, article intitulé:" Les Autrichiens pleurent pour
 avoir de la nourriture."

                Le 11 décembre 1919,dans une lettre, l'"évèque" anglican pour l'Europe du Nord
et l'Europe centrale,Herbert Bury,lança un appel en faveur des femmes et de leurs enfants
d'origine anglaise qui vivaient à Vienne:

      " J'ai reçu les comptes rendus les plus déchirants émanant d'Anglais résidant à Vienne
        à propos de la pénurie de nourriture,de vètements,de bottes et de chaussures,et de
       médicaments en cas de maladie, et je suis sur que si nulle aide ne leur est très rapidement
       apportée, la plupart de ces femmes et de leurs enfants d'origine anglaise mourront
       certainement avant la fin de l'hiver." *

  *( Voy.The Times,11décembre 1919,p.10)

              
                                         Un pays qui meurt.... 

                   De retour de Vienne, sir W.Goode confiait:

                     " Il n'est pas rare de voir la circulation interrompue dans la grande rue qui
                      conduit au cimetère par toute une série d'enterrements.Les 9/10ème
                      emportent des corps d'enfants." *

 *( Voy.La Documentation Catholique,t.III,déjà cité) 


                     Pour survive,les Autrichiens vendaient tout à des étrangers qui profitaient
de la dépréciation de la monnaie nationale pour effectuer de véritables rafles:
  
                      " Tout ce qui est transportable s'en va par de là les frontières:montres,bijoux,
                        vètements,étoffes,meubles,pianos,matériaux de construction,antiquités,
                        automobiles,installations complètes de magasin et matériels de fabrique.." *

    * (Voy.Das Neue Reich,18 janvier 1920,p.251/Voy.également The Times,23 décembre 1919,
 p.6,la lettre du lieutenant T.N.Donovan(déjà cité).

                     La situation était telle que même des anciens ennemis appelaient à l'aide,
un compatriote de sir W.Goode,qui stationnait en Autriche,lui lança:
                       " Pour l'amour de Dieu,retournez chez nous et dites à notre pays ce qui se
                         passe ici."( Voy. La Documentation Catholique,t,III, déjà cité)

                     En Angleterre,justement,une femme dont la mémoire mérite d'ètre citée,
 Eglantyne Jebb,fonda la Save the Children Fund ( Fondation,sauvez les enfants).
                    En accord avec le Pape Benoit XV-qui, le 24 novembre 1919, lança un appel
en faveur des petits enfants affamés en Europe centrale dans sa lettre encyclique
 Paterna jambiu animo-et avec les autorités de l'église anglicane,elle organisa,le jour des
 Saints Innocents(28 décembre 1919),des quètes dans les églises. *

 *( Voy.The Times,27décembre 1919,p.13.Un an plus tard,dans une nouvelle Encyclique
 ( Annus jam plenus),Benoit XV demanda que les bénéfices de la quète du 28 décembre
 soient également reversés pour aider les enfants affamés.)

                                            L'Autriche condamnée à végéter. 

                      Quoi qu'il en soit, les panslaves avaient obtenu leur revanche,une terrible 
                      revanche.Le vaincu honni était désormais destiné à végéter....
                     Et pour ètre sur qu'il ne se relèverait pas, l'article 88 du traité de
                     Saint-Germain déclarait "inaliénable" l'indépendance de l'Autriche...
                     C'est-à-dire qu'i lui interdisait,sauf avis contraire de la SDN,de se rattacher
                     à un autre pays.
                     En clair, au mépris des droits des peuples à disposer d'eux-mèmes,
                     les vainqueurs interdisaient un rattachement à l'Allemagne, ce qui
                     aurait été le "seul espoir" de redressement pour l'Etat croupion. *
                     Cette contradiction fut dénoncée en septembre 1919 par l'élu français
                      Renaudel.Lors des débats sur la ratification du traité de Versailles,il lança:

                       " Mais l'unité allemande fondée sur la libre disposition des peuples que vous
                       aviez vous-mème inscrite dans votre carte de guerre--car c'était un élément
                       de votre de guerre que de parler constamment du droit des peuples,--
                       cette unité-là,vous n'aviez pas le droit de la refuser à l'Allemagne au nom
                       mème de vos principes.
                       C'est pourquoi ceux de nos collègues qui ont défendu ici l'idée que l'Autriche
                       allemande devait pouvoir librement se grouper avec l'Allemagne avaient raison.
                       Je dis mème que c'est une part de justice que vous devez à l'Allemagne.
                       Ce n'est point la sympathie pour l'Allemagne qui nous dicte ces considérations.
                       Lorsque nous élevons notre discussion contre le Traité,tous nos orateurs ici
                       l'ont dit,ce n'est pas que le Traité soit trop dur à nos yeux pour l'Allemagne,   
                       mais,en beaucoup de points,il est maladroit et blesse une justice équitable." **

                      Comme on pouvait s'y attendre,ces appels à la raison ne furent pas entendus.
                      Le 16 décembre 1919, au nom des puissances alliées et associées,Georges
 Clémenceau envoya au chancelier autrichien M.Renner une lettre déclarant que ces
puissances s'opposeraient "à toutes tentatives" qui," contrairement aux stipulations de l'article 88" du Traité de Saint-Germain," auraient pour effet de compromettre,d'une
manière quelconque,soit directement,soit indirectement,l'indépendance politique
etéconomique de l'Autriche"( Voy.Le Temps,18 décembre 1919,p.12)

 *(A propos des débats organisés en France pour la ratification du Traité de Saint-Germain,
la Tribuna de Rome souligna avec raison:" Le président du Conseil,M.Millerand,expliqua
comment et pouquoi l'union de l'Autriche avec l'Allemagne nepourrait se faire que du
consentement unanime de la SDN( Société des Nations),dont fait partie la France,qui,
naturellement,ne donnera jamais un vote favorable.C'est ainsi que le principe de la libre
disposition fut encore une fois mis au rancart."( cité par la Documentation Catholique,t.III,
1920,p.789,col.B)

 **( Voy.le Journal Officiel,26 septembre 1919,p.4579)

A suivre....  

                                  
                    
                         

                    

      



               

                

              


Dernière édition par JULES le Dim 14 Oct - 15:36 (2007); édité 12 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 13 Oct - 10:17 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
JULES


Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 262
Localisation: FRANCE

MessagePosté le: Sam 13 Oct - 11:24 (2007)    Sujet du message: Les graves conséquences du " traité de Versailles" Répondre en citant

  2ème PARTIE:
                                       LE CAS DE L'ALLEMAGNE.

         La thèse de la responsabilité allemande permet de justifier toutes
         les revendications.  

                
                L'Allemagne, pour sa part, ne fut certes pas démembrée comme certains
l'auraient voulu( les députés de Gailhard-Bancel,Ruellan,Daudet,les sénateurs:
Louis Martin,de Lamarzelle,Imbart de la Tour...Au Sénat, de Lamarzelle lança:

    " Je suis convaincu que la solution de toutes les questions allemandes,et même  
de toutes les questions mondiales est dans la coupure de l'Allemagne,dans la cessation
de l'unité de l'Allemagne." *

               Mais la thèse de sa responsabilité unilatérale dans le déclenchement du conflit
allait permettre de justifier toutes les réclamations...
               Dès mai 1919,ainsi,au Sénat Paul Doumer avait soutenu l'exigence du paiement
immédiat,par le vaincu,d'une annuité de plusieurs milliards en lançant:

    " Après avoir provoqué et accompli sur notre territoire les dévastations sans nombre
que vous connaissez les Allemands osent aujourd'hui protester parce qu'ils vont être
appelés à payer à la France une annuité qui,pour les pensions résultant de cette guerre,
serait de 8 à 9 milliards! **

                Deux ans plus tard,Aristide Briand, qui était alors président du Conseil et
ministre des Affaires étrangère, déclara:

         " Loin de nous la pensée d'y faire obstacle(au relèvement de l'Allemagne),mais
la prospérité du peuple agresseur venant,après sa défaite,contraster avec la ruine du
peuple victorieux,ce serait,à la morale la plus élémentaire,un défi que la France ne peut
accepter,la France réclame son dû,tout son dû." ***

               A cette époque,la France évaluait à environ 350 milliards ce que lui avait
coûté le conflit:143 milliards de frais de guerre,plus 200 milliards de dommages civils.
              Dans un rapport déposé à la Chambre le 5août 1919,Louis Barthou invoqua
l'article 231 du traité de Versailles pour contraindre l'Allemagne à payer.
               Ce rapport affirmait:
               " D'après un travail fourni à la Commission de la paix par l'administration
des finances,les frais de guerre pour la France s'élèveront à 143 milliards au 31décembre
1919.D'après un travail de M.Dubois,le montant des dommages serait au minimum de
200 milliards 429 millions.Peut-être n'est-il pas excessif de fixer à 350 milliards ce que
la guerre a coûté à la France.En droit, l'agression dont elle a été victime devrait
lui valoir la restitution intégrale de cette somme.

                 En fait, ni elle ni ses alliés ne toucheront rien pour les frais de guerre.

                 L'article 231 proclame la "responsabilité entière" de l'Allemagne,
                 que l'Allemagne a elle-même reconnue. ( Quel toupet!)
                 Mais l'article 231 déclare que,les ressources de l'Allemagne n'étant pas
suffisantes pour assurer un paiement intégral,elle devra seulement(!)réparer les
dommages causés à la population civile de chacune des puissances alliées et associées.****

                Notons que Louis Barthou périt le 9 septembre 1934 à Marseille dans l'attentat 
qui coûta la vie au....roi Alexandre 1er de Serbie(devenue la Yougoslavie).
                En 1921,devant la Chambre,le député Pierre Forgeot expliqua que
l'Allemagne devrait payer au minimum jusqu'en 1952 à raison de 687 millions de francs-or
annuellement jusqu'en 1926 et du double ensuite.*****
                Peu après,Louis Loucheur parla de paiements jusqu'en....1963(Ibid.,p.199,colB).

  * (Voy.le Journel Officiel,1er juillet 1920,p.1068)

 ** ( Voy.le Journal Officiel du 21 mai 1919,Sénat,p.758)

 ***( Voy.la "Déclaration ministérielle"du 20 janvier 1921.Elle est reproduite dans la
 Documentation Catholique,t,V,1921,p.99,col.B)

   Point de vue territorial:

                      Du point de vue territorial,le traité de Versailles réduisait l'Allemagne
d'environ 14%( 80 000km2 sur un total de 540 000km2),lui ôtant du même coup 8 à 9
millions d'habitants.
                     Les articles 22 et 23 lui enlevaient en outre les quelques colonies qu'elle
avait acquises.
                    Officiellement,il s'agissait:
-en Europe,de lui faire "rendre les territoires qu'elle(avait) usurpés antérieurement par la
violence contre la volonté nettement affirmée de leurs habitants" *

hors de l'Europe,d'assurer le bien-ètre des indigènes,car l'Allemagne s'était,disait-on,
très mal conduite à leur encontre:" Son désir était non pas d'aider,de développer ces peuples,
mais de s'emparer de leur sol,pour y établir des colonies européennes.Aucun désir de les élever
et de les aider ne soutenait son action",dans " certains cas",elle avait mème"compris son
intérèt comme coincidant,non pas avec le progrès,mais avec l'extermination des populations"( déjà?) **

 *( Voy.Géographie de l'Europe,manuel de 1928 déjà cité,p.186)

 **(Voy.l'exposé de L.Barthou à la Chambre le 5 aout 1919,l'auteur disait citer textuellement  
 le président Wilson)

                      Dans un premier temps,on notera que les pays vainqueurs--les USA,la France,
la Russie et l'Angleterre notamment--étaient très mal placés pour,en la matière,se présenter
en justiciers...et déjà le mot "EXTERMINATION" utilisé plus tard!

                                    Une Allemagne très affaiblie.

                    Ensuite,il est nécessaire de souligner que si les amputations territoriales
paraissaient,en superficie,d'une importance relative,elles étaient en revanche très graves
au point de vue économique.
                    Déjà avant 1914,l'Allemagne,dont la majorité du sol était pauvre,était tributaire
de l'étranger pour le ravitaillement de ses habitants.
                    De 1870 à 1910,avec une population qui était passée de 40 à plus de 60 millions
d'habitants,ses importations alimentaires avaient triplé,passant de 1 à 3 milliards de francs.
                    En 1919,avec une superficie réduite de 14%,elle perdait 15% de son cheptel et
14 à 17% de ses surfaces cultivables(selon la culture pratiquée). 
                    Mais le pire survenait avec les richesses du sous-sol.
                    Si,avant 1914,l'Allemagne avait pu importer sans crouler sous les dettes,c'était
grace à son industrie florissante qui s'était développée autour des divers gisements et qui 
exportait.
                    Or,avec la perte de la Sarre et, surtout,d'une grande partie de la Silésie,
l'Allemagne perdait une très grande proportion de ses réserves minières:26% de ses gisements
de charbon,68% de ses gisements de zinc et 75% de ses gisements de fer.  *
                  
                   On comprend donc pourquoi,le 2 septembre 1919,le germanophobe André
Tardieu avait tenu à rassurer ceux qui--comme l'élu de Lamarzelle-s'inquiétaient du non
démembrement de l'Allemagne en disant:

        " Du reste, si nous ne l'avons pas dissociée,nous l'avons affaiblie..Nous lui avons enlevé
          la Posnanie,c'est-à-dire la terre qui est le berceau des hobereaux,et dont Bismarck 
 disait,il y a 50 ans, qu'elle était le muscle vital du corps prussien. **

 *( Ibid.,p. 21 et 22.Voy.également le manuel scolaire de géographie déjà cité,p.218,à
propos de la Pologne,on parlait d'un "très riche bassin houiller qui, avant le remaniement
territorial récent,appartenait en partie à l'Allemagne(bassin de la Haute-Silésie),en partie à
l'Autriche(bassin de Galicie),en partie à la Russie(bassin de Dombrowa)".
**( Voy.E.Beau de Loménie Le débat sur la ratification du traité de Versailles(éd.Denoel,1945,p.61) 
 M.de Lamarzelle ne fut pas rassuré par les propos d'André Tardieu.En octobre 1919,il
lança:" Sauvée l'unité allemande?C'était pis que cela.Car l'Allemagne sort de la guerre et de
ce traité plus une qu'elle ne l'a jamais été"( Voy.J.O,10 octobre 1919,p.1589

                               L'Allemagne condamnée à une vie végétative...  

             Si l'on ajoute à cela, privation de sa flotte commerciale,qui allait lui interdire pour
un grand nombre d'années un commerce soutenu avec les pays d'outre-mer,*on comprend
que la paix de 1919 laissait une Allemagne irrémédiablement affaiblie,promise sinon à l'asphyxie,
au moins à une vie végétative...


           La politique anti-allemande justifiée au motif que le "boche" était prèt 
           à repartir comme en 14...

               Or, cette volonté d'affaiblir le vaincu,territorialement,économiquement et militairement,
était renforcée au motif qu'on décrivait l'Allemagne prète,dans son esprit,à perpétrer une
nouvelle agression....comme en 14!
               Fin septembre 1919,l'élu français René Renoult déclara à la Chambre:

               " La France n'a pas le droit,selon moi, de se faire des illusions sur les intentions et
                sur les dispositions nouvelles de l'Allemagne.La France doit à ses morts,à ses martyrs,
                aux dures leçons de l'histoire,non seulement de repousser avec horreur tout
                rapprochement politique et sentimental avec l'Allemagne,mais de croire au pire,
                quand il s'agit d'elle." *

                Plus net encore,s'exprimant lors de la séance publique annuelle de l'Académie
                française,le 25 octobre 1919,Emile Boutroux lança:

                 " Cependant,de l'autre coté,l'Allemagne se recueille.A la faveur de sa révolution
                  et par l'effet de l'humiliation mème qu'elle se vante de subir,sa volonté d'unité  
                  nationale, sa séculaire passion de vengeance et de revanche,son instinct de
                  querelle et d'envie,ses ambitions éternelles de conquète et de domination,tous
                  ces traits de son caractère ont acquis une vigueur nouvelle...
                  Jamais on ne la convaincra qu'elle a été vaincue..L'Allemagne donc,dans son
                  fond,reste belliqueuse.Et comme elle est éminemment tenace,patiente,laborieuse,
                  obéissante,intrigante,habile à dissimuler et à tromper,il est vraisemblable que,
                  tot ou tard si on ne l'en empèche, elle recommencera." **
   
  *( J.O,1er octobre 1919,p.4652)

 **( Voy.le discours d'E.Boutroux le 25 octobre 1919,reproduit intégralement dans la
 Documentation Catholique,t.2,1919,p.643)


                                 L'Allemagne condamnée à s'épuiser...    

                   
                  Voilà pourquoi dans les années qui suivirent, et malgré des gestes de bonne volonté
effectués surtout depuis les Etats-Unis,l'étreinte ne se dessera guère, surtout du fait de la France.
                  Le 3 février 1921,Aristide Briand déclara

                   " Pour nous payer( jusqu'en 1952..!),l'Allemagne doit se créer chaque année
                     des richesses à l'extérieur en développant ses exportations et en réduisant
                     ses importations au strict nécessaire." ( Voy.J.O,3 février 1921,p.4572)

                    Autant dire que l'Allemagne devait petit à petit s'épuiser...

                    Surtout que pour éviter" l'immoralité que constituerait le spectacle de
l'enrichissement du vaincu face à la ruine du vainqueur"(dixit A.Briand),il avait été
décidé que les exportations allemandes seraient soumises à une taxe supplémentaire,fiée
à 12% de la valeur des marchandises"(Id.)

                     Les postes principaux de dépenses du Reich en 1930( en millions de RM),les
 trois principaux étaient dus à la guerre.Sur ces trois,deux( les "réparations" et le"service
des dettes") étaient des conséquences directes du Traité de Versailles qui avait
exigé des paiements astronomiques en guise de "réparations", enlevé au vaincu
des matières premières et entravé son commerce,le contraignant à emprunter pour
permettre à l'économie de fonctionner....
                      A eux deux, ces postes représentaient: 2,89 milliards de RM,c'est-à-dire
 "davantage" que l'éducation,l'administration,l'habitation,la Justice,la santé
publique et le chomage REUNIS!(2,74 milliards)!!
                      
                     Preuve que Versailles enchainait bel et bien l'Allemagne...

  Réponse à une objection:
                                           Certains pourront répondre que la situation économique en
1930 était prinpalement due à la crise de 1929.
                                            Cette objection est en partie vraie,mais en partie uniquement.
                                             En mars 1932, le magazine Vu publia un supplément gratuit
 intitulé:" Enquète en Allemagne".Concernant la situation économique, un des auteurs 
 du dossier, Roger Francq,écrivit:

                   " Pour juger de la situation,il ne faut pas perdre de vue que 25% du commerce
                    allemand est du commerce d'exportation.Près de 20 millions des habitants
                    vivent des industries d'exportation.Or,par suite de la politique douanière
                    adoptée par l'ensemble des pays,l'Allemagne se trouve devant la
                    quasi-impossibilité de vendre à l'étranger.Ainsi s'explique l'énergie avec
                    laquelle elle réclame des débouchés dans l'Est,le Sud-Est et le Centre 
                    européen:la Mitteleuropa.
                    Mais,comme il m'a été dit par une personnalité éminente de la banque:
                           " Pour nous approvisionner des matières premières qui nous
                             manquent(surtout depuis 1919 avec Versailles),il nous faut
                             payer en "dollars"américains d'excellente qualité,mais quand
                             nous vendons aux seuls clients qui nos rentent,peuples
                             balkaniques et russes(puique l'abscence de flotte interdisait
                             à l'Allemagne le commerce avec l'outre-mer),nous ne recevons
                             que des dollars de qualité inférieure ou des traites qu'il devient
                             impossible de négocier par suite de la crise."

                    A l'inverse de la France,dont l'industrie et l'agriculture s'équilibrent,
                    l'Allemagne ne peut vivre sur elle-mème.Les projets"d'autarchie" 
                    (économie fermée) ne seraient réalisables qu'à longue échéance.

                    En attendant,l'Allemagne se vide.    
 
                    Comme un particulier acculé,elle subsiste par ses réserves qui,peu à peu,
                    dispaissent...
                    S'il lui reste des installations splendides capables de travailler à très bas
                    prix de revient et de fournir des masses inouies de produits presque sans
                    travail humain,elles seront vite inutilisables si l'exportation reste
                    pratiquement interdite ou encore par manque de matières premières.

                    Pendant la guerre,l'Allemagne a,il est vrai,réussi avec l'Autriche--qui,à ce
                    moment,comprenait Hongrie et Tchéco-Slovaquie,c'est-à-dire des contrées
                    agricoles importantes--à vivre sur elle-mème mais au prix d'une insuffisance
                    alimentaire impossible à supporter longtemps.
                    La situation est pire aujourd'hui si elle ne peut réaliser une union économique
                    avec ses voisins.Aussi est-il fatal que ce soit pour elle une nécessité
                    qui entraine une politique.
                    Le tort  des politiciens de quelque pays qu'ils soient est de voir des questions
                    à travers des textes,des passions,des clientèles et non des faits...

                    Les faits--hors de toute tendance--les faits véridiques sont on ne peut plus
                    clairs.
                    A vouloir les ignorer,nous allons aux pires aventures...

                    Partout,nous avons entendu dire,non comme une menace,mais
                    presque comme une prière:" On ne peut empècher de vivre 60
                    millions d'ètres,entreprenants,travailleurs,cultivés,en constant
                    accroissement,dont la densité au km2 est de 133"
                   
                    Ceci,il faut bien avoir le courage de le transcrire,non seulement
                    pour aider à comprendre les actes d'un grand peuple dont le
                    génie est utile à l'humanité et par conséquent à nous-mèmes,
                    mais pour assurer la paix au monde." *
   *(Voy."Enquète en Allemagne",complément du numéro de Vu du 13 avril 1932,p.8,
      col.A et B) 

                    Lorsque R.Francq publiait cette sage recommandation,il était toutefois trop tard.

                    Depuis 13 ans,l'Allemagne était enchainée par un "traité"fondé sur un
                    mensonge: le mensonge de "sa" responsabilité dans la guerre. 
                  
                    Et comme il lui avait été impossible de faire entendre la voix de la 
                   Vérité,pour se délivrer,elle allait quelques mois plus tard appeler 
                   un des siens pour la sauver...    

  Ce scandaleux et honteux "Traité de Versailles"avec son article 231(article 177
 du Traité de Saint-Germain,pour l'Autriche),a bel et bien préparé la Guerre Mondiale
 de 1939-1945 avec ses 50 millions de victimes...

                                                  FIN 
             
 
                   
                  
                       
                                   
                             
  


Revenir en haut
MAJAX


Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2007
Messages: 10
Localisation: Paradis des Mythes

MessagePosté le: Dim 16 Déc - 11:30 (2007)    Sujet du message: Les graves conséquences du " traité de Versailles" Répondre en citant

  Après ce que je viens d'apprendre, non seulement l'Allemagne n'y était pour rien
dans cette manipulation russe et serbe, mais dû subir des réparations exorbitantes
et le démembrement de son territoire, comme ce fût le cas pour l'Autriche!on croit rêver là!
_________________
La Vie est une grande illusion...


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Dim 16 Déc - 12:11 (2007)    Sujet du message: Les graves conséquences du " traité de Versailles" Répondre en citant

Je pense que ce sujet serait mieux dans "l'Entre-deux guerres" puisqu'il s'agit du Traité de Versailles... Qu'en pensent Briard et Pigeon-ramier ?
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
boisbouvier


Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2009
Messages: 2 691
Localisation: 75

MessagePosté le: Mar 4 Oct - 10:07 (2011)    Sujet du message: Elevons le débat Répondre en citant

Le XIX° siècle fut celui du principe des nationalités et le démembrement des trois empires (ottoman, tzariste et autrichien) en fut la conséquence inévitable après l'ébranlement de la Grande Guerre.Quant à dire que ce principe des nationalités fût en lui-même une bonne chose, il est vain de se poser cette question car  les hommes sont gouvernés par des nécessités sociales et politiques qui les dépassent et contre lesquelles ils ne peuvent rien.
Quelles nécessités ?
Pour Tocqueville, la nécessité historique mène à la démocratie. Mais attention : il ne s'agit pas de l'égalité politique telle qu'on l'observe quand le pouvoir est élu par le peuple comme à Athènes au V° siècle avant J-C, mais d'une égalité sociale : l'égalité des conditions (ni noblesse ni clergé ni monarchie), et, en deçà de cette égalité sociale, une égalité morale telle qu'il en existe une en Amérique et qu'il n'en existe pas en Europe. Connaissez-vous des Américains snobs ? Des Américains timides ?
Tout le mal que l'Europe a causé au monde au cours des trois derniers siècles ( les guerres de la Révolution et de l'Empire, deux guerres mondiales sans même parler de la guerre froide quand même !) vient de là : elle a voulu imiter l'Amérique sans en avoir les moyens.  Donner l'égalité politique à des gens qui n'ont ni égalité sociale ni égalité morale c'est s'exposer à des conflits perpétuels basés sur l'envie naturelle que les gens du bas de l'échelle sociale éprouvent à l'égard des élites dirigeantes. Le régime soviétique a prospéré sur cette base et il n'a dépendu que de l'Amérique qu'il ne triomphe.
C'est le régime soviétique qui a suscité le fascisme qui n'existait pas avant lui et aussi le nazisme qui, loin d'être une forme de fascisme, s'en distingue radicalement, ne serait-ce que parce qu'il fut une émanation des principes électoraux et parlementaires.
Car Hitler-on ne le dira jamais assez- est parvenu au pouvoir légalement.
_________________
Je me fais une spécialité de défendre la mémoire du Maréchal injustement attaquée.
J'ai "commis" un ouvrage à cet effet:
Pétain, trahison ou sacrifice ?" aux éditions Godefroy de Bouillon.
Je défends aussi Laval.


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Mar 4 Oct - 16:47 (2011)    Sujet du message: Les graves conséquences du " traité de Versailles" Répondre en citant

A Athènes, le pouvoir était élu par les Citoyens grecs. Ces Citoyens n'avaient rien de commun avec les citoyens d'aujourd'hui que sont tous les titulaires d'une carte d'identité nationale. Ils constituaient une "caste" de hauts personnages de la "Cité" ! C'est eux qui s'exprimaient au nom du Peuple d'Athènes !

Voir "L"héritage d'Athéna" d'Yvan Blot. Editions Les Presses Bretonnes. 1996
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
François Delpla


Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2007
Messages: 1 405
Localisation: France 95

MessagePosté le: Ven 7 Oct - 17:19 (2011)    Sujet du message: Les graves conséquences du " traité de Versailles" Répondre en citant

boisbouvier a écrit:

Car Hitler-on ne le dira jamais assez- est parvenu au pouvoir légalement.


tiens, il n'a plus été élu ?

cf. http://www.delpla.org/article.php3?id_article=199


Revenir en haut
Fréderic le Grand


Hors ligne

Inscrit le: 03 Nov 2008
Messages: 617
Localisation: Pyrénées Orientales

MessagePosté le: Ven 7 Oct - 21:53 (2011)    Sujet du message: Les graves conséquences du " traité de Versailles" Répondre en citant

Tu es pitoyable l'historien !
_________________
"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire"
G. Orwell


Revenir en haut
François Delpla


Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2007
Messages: 1 405
Localisation: France 95

MessagePosté le: Sam 8 Oct - 10:07 (2011)    Sujet du message: Les graves conséquences du " traité de Versailles" Répondre en citant

tu es laconique, le non-historien !

Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Sam 22 Oct - 08:54 (2011)    Sujet du message: Les graves conséquences du " traité de Versailles" Répondre en citant

Parvenir au pouvoir "légalement", ça veut dire quoi ? Pour moi c'est être élu par ses pairs. Donc démocratiquement.
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Maréchal


Hors ligne

Inscrit le: 19 Déc 2007
Messages: 1 138
Localisation: Gard

MessagePosté le: Sam 22 Oct - 09:05 (2011)    Sujet du message: Les graves conséquences du " traité de Versailles" Répondre en citant

Il faut se rendre à l'évidence ! Les Allemands, humiliés, ruinés, se jetèrent dans les bras d'Hitler, comme les passagers d'un paquebot en train de couler s'accrochent à la moindre épave. C'est ça qu'il faut retenir. Le reste ? Qu'importe.
_________________
Notre vie est- un voyage
Dans l'hiver et dans la nuit,
Nous cherchons notre passage
Dans le Ciel où rien ne luit.

Chanson des Gardes Suisses. 1793


Revenir en haut
boisbouvier


Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2009
Messages: 2 691
Localisation: 75

MessagePosté le: Mar 25 Oct - 10:40 (2011)    Sujet du message: La démocratie est un poison violent. Répondre en citant

Maréchal simplifie trop.
L'Allemagne ne coulait pas plus que la France, la G-B ou la Belgique en 1933 et Hitler n'était pas plus une bouée que Brünning, Von Papen ou Schleicher. C'est en Amérique que la crise de 1929 fut la pire sans aucune conséquence politique.
La responsabilité de la république de Weimar dans l'avènement de Hitler apparait importante. Son impéritie dans le traitement de la répression des bandes politiques organisées et armées (SA, Stahlhelm...) porte une accusation très grave contre elle.
Pourtant je ne crois pas que ces bandes armées aient joué un rôle déterminant dans l'avènement de Hitler.
Ce qui a joué le plus c'est "la crainte des rouges" (lire Ernst Nolte). Ceux-ci ne faisaient pas mystère de leur intention de coller au mur leurs opposants. L'incendie du Reichstag survenant en février 33 après l'avènement de Hitler au poste de chancelier le 30 janvier le mit en position de demander les pleins pouvoirs au Reichstag pour quatre ans le 23 mars et de les obtenir le plus légalement du monde. A partir de là tout devint possible : répression de toute opposition politique ou syndicale, abolition de la liberté de la presse, mise au pas de la Justice, accaparement des moyens de propagande...
Autrement dit : la démocratie est un poison violent.
Donner des droits politiques à des populations qui n'ont pas encore acquis une éducation politique comme ce fut le cas dès l'origine aux E-U expose à des dictatures inopinées. On va voir ce qui va se passer après le printemps arabe mais je ne serais pas étonné outre mesure que des troubles apparaissent très vite et qu'ils ne rendent nécessaire qu'une dictature militaire ou policière n'intervienne pour ramener l'ordre et la paix civile. Cas sud-américain typique.
_________________
Je me fais une spécialité de défendre la mémoire du Maréchal injustement attaquée.
J'ai "commis" un ouvrage à cet effet:
Pétain, trahison ou sacrifice ?" aux éditions Godefroy de Bouillon.
Je défends aussi Laval.


Revenir en haut
Maquisard


Hors ligne

Inscrit le: 23 Déc 2009
Messages: 121
Localisation: Drôme

MessagePosté le: Mar 25 Oct - 10:49 (2011)    Sujet du message: Les graves conséquences du " traité de Versailles" Répondre en citant

Vous dites effectivement que la "crainte des Rouges" a joué un grand rôle dans l'arrivée de Hitler au pouvoir. Mais la République de Waimer ne s'était-elle pas appuyée sur les fameux "Corps francs" d'extrême-droite pour se sortir du guêpier spartakiste ?
_________________
"On ne transige pas sur la vérité !"


Revenir en haut
boisbouvier


Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2009
Messages: 2 691
Localisation: 75

MessagePosté le: Mar 25 Oct - 18:44 (2011)    Sujet du message: Les graves conséquences du " traité de Versailles" Répondre en citant

Sans doute, ce qui vient à l'appui de Nolte dans ce que l'on a appelé la querelle des historiens.
Le bolchevisme causa le fascisme.
Il y eut des partis fascistes ou apparentés partout en Europe : Degrelle, Mosley, Doriot, Primo de Rivera, Salazar, Gombos, Metaxas, Hlinka, Franco etc.
_________________
Je me fais une spécialité de défendre la mémoire du Maréchal injustement attaquée.
J'ai "commis" un ouvrage à cet effet:
Pétain, trahison ou sacrifice ?" aux éditions Godefroy de Bouillon.
Je défends aussi Laval.


Revenir en haut
François Delpla


Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2007
Messages: 1 405
Localisation: France 95

MessagePosté le: Mar 25 Oct - 21:08 (2011)    Sujet du message: Les graves conséquences du " traité de Versailles" Répondre en citant

boisbouvier a écrit:

Le bolchevisme causa le fascisme.

et il était lui-même une création ex nihilo ? !


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:23 (2016)    Sujet du message: Les graves conséquences du " traité de Versailles"

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> L'entre-deux guerres Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5, 6  >
Page 1 sur 6

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com