France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Dakar, parlons-en

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> 39/45. La seconde Guerre Mondiale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Jeu 4 Fév - 12:51 (2010)    Sujet du message: Dakar, parlons-en Répondre en citant

Comique troupier ! de Jacques Ghémard le mercredi 03 février 2010 à 22h06:

"Ghémard, tu devrais te renseigner davantage.
Dakar fut une attaque si gaulliste que De Gaulle y était personnellement
"

Monsieur Boisbouvier, je pensais bien en précisant ce point que vous vous y accrocheriez en négligeant le reste. Mais je pensais que vous me comprendriez mieux.

J'ai un peu entendu parler de Dakar, entre autre par un témoin qui m'est proche et qui y était et j'ai lu quelques livres sur le sujet.

Donc je vous disais textuellement "Dakar ne fut pas une attaque gaulliste" parce que les Français libres, appelés péjorativement "Gaullistes", n'ont pas attaqué Dakar. Ils se sont présenté devant et ont envoyé des émissaires, par avion, qui ont été emprisonnés et par bateaux, qui ont été mitraillés . Ensuite ils ont tenté de débarquer mais à Rufisque et se sont fait canonnés et n'ont répliqué là que pour se dégager .

L'attaque ensuite fut exclusivement britannique.


"Au sujet des relations de Pétain avec les Américains, je rappelle l'allusion transparente de son discours de voeux à la nation française en 43/44. Quelque chose comme :" Quand vous doutez de l'avenir, regardez le ciel étoilé..."."

Ouarf !

Et c'est censé montrer que sa politique, depuis le début, consistait à gagner du temps en attendant les Alliés ?

*** / ***

lue 23 fois et validée par LDG "





Puisque la litanie des contre-vérités continue de passer pour paroles d'évangile...
Je laisse la parole au Colonel Georges A. Groussard, qu'on ne peut pas accuser d'avoir été le complice des Allemands...

Je cite:

"... Le 23 août 1940, la force "M" comprenant 2 cuirassés, 1 porte-avions, 4 croiseurs, 10 torpilleurs avec 3 avisos et 4 chalutiers des Forces Françaises Libres, quitte Liverpool, avec De Gaulle sur le Westernland. Elle se présente devant Dakar le 23 septembre.
Laissons parler les faits:
D'abord l'ordre d'opérations de De Gaulle aux F.F.L.:
" L'intention de général De Gaulle est que l'opération de prise de possession de la place et de ses défenses s'exécute rigidement et totalement, mais sans provocation (sic) et en évitant les incidents dans toute la mesure du possible.
" Toutefois, si des éléments mal inspirés (sic) de la garnison de Dakar créaient des incidents, toute opposition devrait être énergiquement et immédiatement brisée. Il faut que force reste à la loi."

Il s'agit de la loi de De Gaulle, évidemment. Mais il oubliait qu'une des clauses de l'accord passé le 7 août avec le gouvernement britannique sur la constitution des Forces Françaises Libres contenait cette phrase: "Cette force ne pourra jamais porter les armes contre la France."

Le 23, à 6 heures, radiogramme de De Gaulle au gouverneur général Boisson:
" Le général De Gaulle arrive avec ses troupes (sic) pour renforcer la défense de Dakar et pour ravitailler la ville. Une puissante escadre anglaise et de nombreuses troupes britanniques sont là pour l'appuyer. Le général De Gaulle vient d'envoyer une délégation pour demander le libre débarquement des troupes françaises et du ravitaillement.. Si tout se passe bien, les forces britanniques n'auront pas à intervenir et ne débarqueront pas..."

Or Dakar n'a à se défendre contre personne. Les troupes de l'Axe les plus proches, les Italiens, sont de l'autre côté du Sahara, en Lybie. D'autre part, la carotte tombe à faux. Dakar est parfaitement ravitaillée et n'a pas faim.

A l'aube du 23, deuc petits avions des FFL ont atterri par surprise sur le terrain d'aviation, à Ouakam (donc pendant que De Gaulle envoyait son radiogramme. Note de l'Admin) Leurs occupants ont été immédiatement réduits à l'impuissance.
La délégation annoncée pr De Gaulle est constituée par 6 officiers aux ordres du capitaine de frégate Thierry d'Argenlieu. Elle est embarquée sur une vedette, suivie d'une autre vedette transportant un détachement armé, ce qui est contraire aux règles s'appliquant à l'envoi de parlementaires. Elles arrivent à quai à 7 heures. L'amiral Landriau, commandant la marine de l'AOF, ordonne d'éconduire ces parlementaires armés. Puis, ayant appris l'attaque du terrain de Ouakam, il donne l'ordre de les arrêter. Les parlementaires réussissent à s'enfuir.

A 8 h 07, De Gaulle parle au micro: " j'attends la réponse à mes questions pour débarquer. Mais on vient de tirer sur le Sarvognan de Brazza. Si pareille opposition continuait, les énormes forces alliées dont je suis suivi entretraient en action, et celà aurait de trés grosses conséquences. Je suis persuadé que le bon sens et la raison prendront le dessus. J'attends la réponse. A tout à l'heure."
(on notera le changement de ton. De Gaulle parle la à la première personne. Il est furieux ! Note de l'Admin)

Effectivement les trois avisos des FFL qui essayaient d'entrer dans le port ont été semoncés par le Richelieu. A 9 h 24, Thierry d'Argenlieu rend compte: " ... Amiral Landriau a refusé de me voir et a donné l'ordre de nous arrêter. Ai réussi à dégager mes deux vedettes. Deux blessés. Sommes en face d'une résistance organisée et résolue. Aucune réaction de sympathie apparente de la population."
De Gaulle ne cède pas. A 10 h 30, il envoie un autre message: "... Les bâtiments et les troupes qui m'accompagnent doivent rentrer à Dakar, et, s'il y a opposition, les importantes forces alliées qui me suivent prendront l'affaire à leur compte."

(à suivre)
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Dernière édition par Admin le Jeu 4 Fév - 13:36 (2010); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 4 Fév - 12:51 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Jeu 4 Fév - 13:19 (2010)    Sujet du message: Dakar, parlons-en Répondre en citant

Dakar (suite)

" Et comme les batteries du Cap Manuel ont ouvert le feu sur des bâtiments anglais s'avançant vers la côte, l'amiral anglais Cunningham télégraphie au commandant de la forteresse de Dakar qu'il va être obligé de riposter. Dakar répond qu'il tirera tant que les bâtiments seront à moins de 20 miles du point d'appui. Les Anglais ouvrent le feu. Huit tués sur le paquebot Porthos. Le sous-marin français Persée torpille le croiseur britannique Cumberland à 11 h 20.
A 12 h 20, nouvelle déclaration de De Gaulle: " J'adjure les autorités de Dakar et je leur enjoins de signaler qu'elles ne s'opposeront plus à l'entrée dans le port des navires français et au débarquement des troupes sous mes ordres."
Le Gouverneur général Boisson lui répond à 13 heures: " Vous confirme que nous nous opposerons par la force à tout débarquement. Vous avez pris la responsabilité de faire couler le sang français. Gardez cette responsabilité, ce sang a déjà coulé (1)"
Car entre temps, le contre-torpilleur Audacieux qui sortait du port, avait été touché et avait brûlé: 80 marins tués et 100 blessés. A 17 h 30, les trois avisos des FFL tentent un débarquement à Rufisque. Canonnées et mitraillées, les embarcations prennent la fuite. L'échec est total. De Gaulle, enfin convaincu de la vanité de son projet, télégraphie à Londres qu'il y renonce et se retire, avec ses rêves déçus et ses malheureuses troupes.
Les Britanniques ne voulant pas rester sur un échec, continuent le combat le 23 et le 24. Mais ce dernier jour, notre aviation prend le dessus; le sous-marin Bézévier torpille le cuirassé Resolution. Les canons du Richelieu mettent à mal le cuirassé Barham.
L'amiral John Cunningham donne l'ordre de cesser le combat et prend le large.
Telle fut l'affaire de Dakar.

(1) Les gaullistes ont prétendu que ce sont les batteries du Richelieu qui auraient tiré sur la ville indigène pour réprimer un soulèvement en faveur de De Gaulle. Ce sont les canons des Forces navales britanniques qui ont fait en l'occurence une centaine de victimes. "


Fin de citation. "L'armée et ses drames" de Georges A. Groussard. Pages 62 à 65. Editions de La Table Ronde. Décembre 1967.

Les ignares qui traitent Boisbouvier de "comique troupier' et qui prétendent que De Gaulle Charles n'était pour rien dans l'attaque de Dakar, sont donc renvoyés dans leur cloaque.
J'ajouterai aux propos du colonel Groussard, que De Gaulle avait réussi à convaincre Churchill de la nécessité de l'opération, en invoquant la présence de sous-marins allemands à Dakar et en insistant sur la déplorable condition humaine de la population locale qui aurait manqué de tout...
Ce fiasco, après Mers-el-Kébir, fera réfléchir Churchill sur la crédibilité de son "ami" !
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Briard
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 3 331

MessagePosté le: Jeu 4 Fév - 14:26 (2010)    Sujet du message: Dakar, parlons-en Répondre en citant

Le général (?) DG se présenta devant Dakar en Septembre 1940 avec une escadre britannique pour tenter de rallier les troupes françaises d'Afrique Occidentale Française. Si peu de temps aprés Mers el Kébir, cette démarche fut malperçue. Les troupes françaises tentérent d'appréhender les envoyés du général (?) DG, quileur échappérent. S'ensuivit des tirs fratricides. L'escadre britannique ouvrit le feu et coula un sous-marin français. Il y eut prés de 200 morts et 300 blessés parmi les Français et Sénégalais de Dakar. Le général (?) DG renonça à sa tentative.

Edulcorée cette version est dans le livre de Dominique Farale   Mystérieuse Légion Etrangère
de 1931 à nos jours.
Une épopée combattante et humanitaire  page 129

Et il est bien précisé "S'ENSUIVIT DES TIR FRATRICIDES" ce qui veut bien dire que DG n'a pas hésité à faire tirer sur des Français, ce qu'il renouvelera par la suite à de nombreuses reprises. Syrie, Liban, lors de la Seconde Guerre Mondiale, Algérie en 1960, 61, 62 allié au FLN !!
_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter.
F Fenelon


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Sam 6 Fév - 12:56 (2010)    Sujet du message: Dakar, parlons-en Répondre en citant

Les copains de Lebel et de Daniel Laurent qui défend leur honnêteté intellectuelle, en font encore de belles:
Après avoir traité "d'ex-anonyme", Michel Boisbouvier les voilà qu'il l'appellent BoisTouvier et à plusieurs reprises ce qui interdit la "faute de frappe"...
Et lorsque DL me dit que je peux constater qu'on me donne l'autorisation d'intervenir, je lui demande comment il explique que trois de mes interventions du... 4 février, se trouvent encore en "attente de modération".
Ces cloportes ne méritent vraiment pas que l'on perde notre temps à visiter leur cul de basse fosse.
"Le petit-fils du Maréchal Foch assassiné à Dakar par l'armée vichyste !" C'est la dernière qu'ils ont trouvé !
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:02 (2016)    Sujet du message: Dakar, parlons-en

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> 39/45. La seconde Guerre Mondiale Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com