France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Discours d'Henri Fenet en 1998
Aller à la page: <  1, 2, 37, 8, 9, 10, 11, 12  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> Les Français sur le Front de l'Est
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Sam 4 Juin - 08:29 (2011)    Sujet du message: Discours d'Henri Fenet en 1998 Répondre en citant

Des sources, s'il te plait !
Le bobard de la prise de pouvoir de Thorez n'a pas été lancé par Weygand ! Faux ! La rumeur est arrivée aux oreilles du Préfet de Police, sans doute lancée par le ...PCF qui a l'époque est complice des nazis. Ne pas l'oublier !
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 4 Juin - 08:29 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Sam 4 Juin - 10:45 (2011)    Sujet du message: Discours d'Henri Fenet en 1998 Répondre en citant

  -L'action de Weygand contre les dissidents ( dont des membres du reseau Alliance , il tentera de faire arreter Loustaunau Lacau qui parviendra à s'echapper )) , contre les militaires qui veulent rejoindre Gibraltar est maintes fois rapportée notamment par Azema , Tournoux , H. Michel , Ferro et detaillée par Paillat ( L'echiquier d' Alger ) et C. Levisse- Touzé ( ( L' AFN dans la guerre )
           -S'appuyant sur une fausse information qu'il n'a pas vérifiée, Weygand invoque l'installation à l'Élysée du chef communiste Maurice Thorez, qui serait revenu d'URSS .  Mandel est sorti pour appeler le préfet de Paris, qui lui a certifié que "Paris était calme" Mandel est revenu et a interpellé Weygand en ces termes "On vérifie ses sources". 


Revenir en haut
Résistant
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2007
Messages: 1 684
Localisation: Vaucluse

MessagePosté le: Lun 6 Juin - 17:17 (2011)    Sujet du message: Discours d'Henri Fenet en 1998 Répondre en citant

Il n'a pas vérifié, parcequ'il y avait URGENCE et qu'il faisait confiance à ce même Préfet qui répondit le contraire à Mandel... Vous devriez tout de même essayer de comprendre l'état d'esprit qui régnait alors au gouvernement !
Weygand ne fait qu'appliquer les instructions qui étaient en vigueur depuis... Daladier: l'internement des communistes et de leurs soutiens.... gaullistes.
Ces militaire qui tentaient de rejoindre Gibraltar étaient considérés comme des déserteurs. Ils subissaient donc les foudres de la Loi pénale militaire. Mais il est évident que pour les historiens que vous citez, rejoindre De Gaulle ne pouvait être considéré comme un acte de désertion. Or aux yeux de l'autorité légale, celle de Vichy, ils l'étaient.


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Lun 6 Juin - 23:09 (2011)    Sujet du message: Discours d'Henri Fenet en 1998 Répondre en citant

Et à votre avis , autorité légale ou pas , ceux qui ont rejoint De Gaulle etaient ils des deserteurs ?
Le deserteur c'est celui qui fuit l'ennemi , qui refuse de combattre .....etaient ils deserteurs tous les pêcheurs de l'ile de Sein , les militaires qui s'embarquent pour l' Angleterre , ceux qui , de tous bords politiques , repondent à de Gaulle et le rejoignent , au peril de leur vie ?  
Evidemment pour les neo vichystes de FEG , l'obeissance à Vichy est un dogme , y compris la resignation , le repentir et le plaisir de se vautrer dans la defaite *
 Et qu'aurait été , en 1944 , sans De Gaulle et la Resistance , le sort d' une France , passive,  obeissante et  devouée à Vichy ......attendant qu'on la libère ?
                     Au mieux , soumise à l' AMGOT ,.......... un peu le sort de l' Italie !


* C'est bien le sens des discours de Pétain , pour qui la défaite etait une juste consequence de nos errements !

Note: 1  Évaluer: Plus - Moins


Revenir en haut
Résistant
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2007
Messages: 1 684
Localisation: Vaucluse

MessagePosté le: Mar 7 Juin - 08:39 (2011)    Sujet du message: Discours d'Henri Fenet en 1998 Répondre en citant

Mais Lebel, ici nous essayons de faire de l'HISTOIRE ! Pas de juger si telle attitude était bonne ou mauvaise. Or à cette époque l'autorité légale de la France, c'était l'Etat français de Vichy ! Désobéir aux conditions de l'armistice, c'était donc enfreindre la Loi, ce qui signifiait pour les militaires, une désertion, ni plus, ni moins !
Quand au sens des discours de Pétain, il est fort juste de rappeler que les conséquences de la défaite de juin 40 sont à rechercher dans la politique menée par la France depuis le Traité de Versailles et les années 30 ! Chez ceux qui étaient les vrais responsables de cette défaite, qui avaient laissé s'instaurer "l'esprit de jouissance", le laxisme "pacifiste" et le ralentissement de l'effort industriel de guerre alors que l'Allemagne faisait tout pour préparer sa revanche. C'est le discours normal d'un Chef d'Etat qui veut redresser son pays et "changer les choses". Et je placerai cette forme de discours chez un chef d'état qui songe aussi à préparer une revanche !
Encore une fois, l'armistice n'est pas la paix et n'efface pas l'état de guerre. L'ennemi, pour Vichy, c'est toujours l'Allemagne nazie, quoi que vous en pensiez.


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Mar 7 Juin - 16:22 (2011)    Sujet du message: Discours d'Henri Fenet en 1998 Répondre en citant

   Le régime de Vichy etait légal , peut être .......mais etait il légitime , c est tout le problème .
-Pétain est appelé au gouvernement , à un moment tragique , il signe l'armistice , et il est considéré ( par la majorité des français ) comme le sauveur , celui qui a " arreté la guerre " 
- Il demande les pleins pouvoirs aux assemblées , qui le lui accordent à une ecrasante majorité ........dans des circonstances particulières , par des deputés deboussolés qui font confiance au glorieux vieillard 
 Pétain instaure alors son régime qui , au fil des mois ,  va donner toute sa mesure et son vrai visage 
 On nous dit que ce régime etait issu de la defaite et que la France etait un pays vaincu ....soit  , alors il faut admettre que
                            -Vichy n'avait aucune latitude , et que , sous couvert de collaboration , il a permis à l' Allemand de piller la France et de n'octroyer à Vichy que ce qu'il voulait bien , au seul gré de ses interets 
           - Le régime de Vichy n' a pu donner l'illusion d'une certaine autonomie que jusqu' en novembre 42 ......passée cette date , ayant perdu ses atouts , l'empire et la flotte , il ne sera plus qu'un etat fantoche , livré au bon plaisir de l'occupant 
                              - La vraie faute de Pétain , en pretendant defendre les français ,  a été de s'accrocher au pouvoir , de ne pas demissionner , de ne pas proclamer haut et fort son desaccord ...........eventualité que les allemands redoutaient : la marionnette Pétain leur etait utile pour ce qu'ils representait pour les français , la vassalité de la France leur convenait , il n'avait ni les moyens ni l'envie d'administrer directement la France par le biais d'un gauleiter  encore moins de laisser les rênes aux ultra collabos dont ils se mefiaient et qui n'auraient fait que susciter la guerre civile .............à tout prendre ils preferaient garder Pétain et un régime à leur botte !


Encore une fois, l'armistice n'est pas la paix et n'efface pas l'état de guerre. L'ennemi, pour Vichy, c'est toujours l'Allemagne nazie, quoi que vous en pensiez.
Faux !  dans les premiers mois de Vichy , Pétain est convaincu de la victoire allemande ( même s'il ne la souhaite pas )  , il ne pense pas du tout à une revanche , et va tout faire , en collaborant , pour assurer à la France une place dans l' Europe nouvelle ! 
 Tous ses discours , et ceux de ses fidèles , veulent tourner la page de l'inimitié franco allemande et faciliter une certaine comprehension , voire amitié !
Pétain evoluera au fil des mois , moins persuadé de la victoire allemande , mais en s'enfonçant de plus en plus dans la Collaboration !


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Mer 8 Juin - 15:30 (2011)    Sujet du message: Discours d'Henri Fenet en 1998 Répondre en citant

Mais dans les "premiers mois de Vichy", le monde entier est persuadé de la victoire allemande ! Alors pour Pétain il s'agit de faire en sorte qu'elle ne soit pas si totale que ça... D'où la protection farouche des conditions de cet armistice pour mettre à l'abri l'AFN et l'AOF, la flotte et cette armée d'Afrique qu'il compte bien restaurer ! L'armistice interdit à Hitler l'accès à l'AFN et permet tout de même à la France de se gouverner elle-même en évitant un maximum de choses !
Il y a les discours, officiels, rédigés pour donner le change et faire croire aux gogos comme toi qu'on "aime l'Allemagne nazie", et ce qu'on fait en coulisses. Et c'est ça qui compte !
Churchill fait de même. Devant la terrible avancée de la wehrmacht, il rapatrie ses troupes et son aviation, parcequ'il pense que la dernière bataille va être celle d'Angleterre et qu'il faut s'y préparer. Lui ne signe pas d'armistice, parceque pour le moment son île est encore souveraine ! Et le restera... grace à l'armistice des Français et à Vichy.
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Résistant
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2007
Messages: 1 684
Localisation: Vaucluse

MessagePosté le: Jeu 9 Juin - 18:51 (2011)    Sujet du message: Discours d'Henri Fenet en 1998 Répondre en citant

Devant la formidable avancée de la Wehrmacht en Europe de l'ouest, et les précédents "exercices" en Pologne et en Tchécoslovaquie, personne ne doute de la victoire allemande. Et dans ce jeu là, la France est totalement isolée, faut-il le répéter encore ?
C'est bien gentil de croire qu'un jour, on pourra... En attendant, sur place, en France, le bateau coule et il faut colmater d'urgence toutes les brèches. Nous l'avons dit à maintes reprises: il est inutile d'espérer arrêter les panzers par la force de nos armes; elles n'existent plus le 17 juin 1940. Il n'y a qu'une seule possibilité. Demander un armistice et espérer que Hitler va l'accepter, ce qui n'a rien de certain ! Et c'est inespéré: Hitler accepte, et va même faire reculer ses armées ! Il laisse le gouvernement légal français en place, Il lui laisse un semblant d'armée, mais surtout lui laisse l'AFN, l'AOF et une flotte intacte !
Il est évident qu'un armistice n'étant qu'une suspension d'armes, la guerre peut reprendre d'un moment à l'autre. Et s'il y en a un qui dispose de quoi la reprendre victorieusement, c'est Hitler !


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Ven 10 Juin - 17:57 (2011)    Sujet du message: Discours d'Henri Fenet en 1998 Répondre en citant

 Lors des pourparlers qui se déroulent toute la journée du 22, entrecoupés de nouvelles communications téléphoniques entre Huntziger et Weygand, la délégation française obtient néanmoins deux modifications : l'article 5 sur la livraison des avions militaires et l'article 17 sur les transferts de valeurs et de stocks, sont amendés. Les Allemands refusent toute autre concession, en dépit des protestations françaises, en particulier sur l'article 19 concernant le droit d'asile et sur l'Italie (la France n'ayant pas été vaincue dans les Alpes). Suite à l'ultimatum du chef de la délégation allemande, le maréchal Keitel, Huntziger reçoit l'ordre depuis Bordeaux de signer l'armistice
Et c'est inespéré: Hitler accepte,
Quoi d'inespéré ? Hitler a dicté ses conditions et c'est Vichy qui  a accepté !
La flotte , l' empire et la zone sud  restent sous l'autorité theorique de Vichy qui veillera , mordicus , à respecter les conditions de l'armistice , à la satisfaction de l'occupant , jusqu' en novembre 42, ou l' Allemand ne se génera pas pour bafouer ces conditions !
Vichy accepte de jouer les chiens de garde en AFN et AOF , avec certaines reserves , pour se donner l'illusion de sa souveraineté : Juin ravitaillera l' AXE via la Tunisie .........en se declarant fier de combattre , au besoin , sous les ordres de Rommel *
Vichy combattra de toutes ses forces le debarquement allié à Oran et au Maroc et il s'en serait fallu de peu , si Alger n'avait pas été neutralisé , pour qu'il rejette les Alliés à la mer ......et permette l'arrivée des allemands , comme à Tunis !


Avant de traiter Boisbouvier de menteur, tu ferais mieux de vérifier tes informations !
C'est "Hitler qui a dicté ses conditions" ? Mais il n'a rien dicté du tout ! La demande d'armistice a pour  premier effet de geler l'armée allemande sur les positions atteintes. Voilà déjà un premier acquis. Ensuite il faut jouer serré... car rien n'empêche Hitler de continuer la guerre, de s'emparer de la totalité du territoire métropolitain, de traverser l'Espagne et de gagner l'AFN; RIEN ! Il n'y a plus d'armée française ! Les divisions alpines qui ont résisté dans les Alpes seraient prises en tenaille entre Allemands et Italiens (regarde une carte !)
Hitler exige que la flotte reste entre les mains des Français ? Il exige que les Français conservent leur Empire ? Qu'ils conservent un gouvernement "légal" et issu de la IIIème République (qui lui a déclaré la guerre !) et une partie du territoire ?

Juin, au cours de ce déjeuner au cours duquel il est question des qualités militaires du maréchal Rommel, donne son avis de soldat. Effectivement, il serait fier d'avoir un tel chef. C'est un soldat qui parle ! Ensuite l'accuser d'avoir ravitaillé l'AXE en Tunisie, c'est tout simplement insulter l'un de nos généraux les plus prestigieux, en faisant l'amalgame entre le "déjeuner chez Brinon" et son attitude en AFN. Où as-tu été pêcher cette grotesque accusation ?

Mais Lebel, il t'arrive de réfléchir avant d'écrire quelque chose ?





* Au cours d'un dejeuner chez de Brinon 
.............


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Sam 11 Juin - 09:13 (2011)    Sujet du message: Discours d'Henri Fenet en 1998 Répondre en citant

La réponse à Lebel est au-dessus... Je n'ai pas compris pourquoi elle apparait (en bleu) dans le même post...
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Sam 11 Juin - 20:45 (2011)    Sujet du message: Discours d'Henri Fenet en 1998 Répondre en citant

@ Admin 


On peut discuter indefiniment de savoir si l'armistice etait justifié ou pas , d'imaginer une continuation des combats en AFN ( hypothèse improbable vu l'etat et la demoralisation de l'armée française ) une traversée eclair de l' Espagne par la Wehrmacht ......c'est du domaine de la retro fiction 


Non Lebel, c'est tout simplement ce que pensent les responsables français à partir du 10 juin 1940 et qui justifie la demande d'armistice ! Justement, en AFN on ne pourrait resister à la déferlante allemande, pour les raisons qui ont été dénoncées par Weygand lors de ces Conseils de Guerre qui se succèdent depuis fin mai 40. Mais Reynaud, "conseillé" par De Gaulle Charles, ne veut rien entendre. ET celà ce n'est pas de la "rétro-fiction" .
                        Restons en à l'armistice 


    -C'est Petain qui larmoie de sa voix chevrotante , dans son fameux discours du 17 juin 1940 , qu'il faut cesser le combat ( terme malheureux , corrigé par Baudouin , qui a pour effet d'achever de demoraliser l'armée , avant même que les combats aient cessé et que les conditions d'armistice soient connues ) et qu'il va solliciter un armistice , " dans l'honneur "

Sa "voix chevrotante"... Tu n'oublies pas quand même qu'il a 84 ans et qu'à l'époque les moyens de la TSF sont tout de même réduits ! Oui il y a un "terme malheureux" qui va être rectifié rapidement, mais l'essentiel n'est pas là !

 
   -C'est Baudouin qui fera transiter la demande des conditions de l'armistice par les ambassades d' Espagne et du Vatican 
  - Les Allemands n'exigent aucune des trois conditions qui , selon les instructions du gouvernement , eussent entrainé la rupture des negociations :
  occupation totale du territoire , livraison de la flotte , occupation d'une partie quelconque de l'empire colonial

Mais les Allemands "écoutent" les propositions des Français ! Et c'est là qu'ils se font avoir, justement ! Alors qu'ils peuvent balayer d'un revers de main la "demande" d'armistice, ils accordent aux Français une attention qui est dictée par le respect d'Hitler envers le vieux maréchal qui pour lui est de la taille d'un Hindenburg. Il est certain qu'Hitler, le "caporal autrichien" a toujours été impressionné par les grands officiers de 14/18.


 -Pour le reste , la delegation française enterinera les 23 conditions posées par l'adversaire , à part un amendement des articles 5 et 17 
  - Ces discussions se derouleront dans une ambiance trés dure , pressés de s'executer les delegués français n'eurent pas le droit de s'entretenir , sauf Huntziger qui communiquera les termes de l'armistice à Weygand , qui l'autorisera à signer !
  - La demande d'armistice n' a pas du tout " gelé"  l'armée allemande : Pétain avait adressé un message en ce sens à Hitler ......qui n'en fit rien , continuera de progresser ,  et ne repondit même pas pas à ce message.

Mais non ! Au moment des négociations, l'armée allemande ne progresse plus ! Et elle va même reculer pour rejoindre la ligne de démarcation déterminée! Tu n'as aucune connaissance de la situation le 17 juin 1940 !
C'est vrai que la négociation est rude ! Il faut faire attention. Nous sommes vaincus. Et il suffirait d'une exigence ou d'une vexation de la délégation française pour tout faite capoter, donc donner aux Allemands une raison de poursuivre la guerre.

 En conclusion , Hitler etait parvenu à ses fins , il avait éliminé ,  neutralisé , conquis , son principal adversaire , permis l'installation d'un régime à sa botte ,  et pouvait se consacrer , en toute quiétude ,  à l'assaut final contre l' Angleterre.

Faux ! Il laissait à "son principal (et seul) adversaire", des atouts considérables: sa flotte, désarmée mais intacte, son Empire (quel réservoir d'hommes !) avec en prime l'AFN qui constitue une menace permanente au sud et sur la Méditerranée. Il laisse à son principal adversaire l'administration du territoire métropolitain et une armée d'armistice.


 
 Comme la zone libre , l' AFN restait soumise aux engagements de Vichy et l' Allemand y veillera par le biais de ses commissions .........sans qu'il ait besoin d'intervenir militairement 

Stupide ! Avant de s'emparer de l'Angleterre, l'OKW doit s'emparer de la Méditerranée, vérouiller Gibraltar et le canal de Suez, ce qui interdit aux Anglais de pouvoir compter sur les forces de ses colonies. Il doit aussi s'emparer de la flotte française, indispensable à une action de force contre les îles anglo-saxonnes. Ses "commissions d'armistice", d'abord italiennes, vont se faire rouler dans la farine par Weygand (témoignage de mon père, j'en ai parlé...) qui va s'employer à préparer l'armée française pour la revanche.
Arrête donc de t'informer bêtement chez Delpla et autres admirateurs gaullistes !




Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Dim 12 Juin - 08:32 (2011)    Sujet du message: Discours d'Henri Fenet en 1998 Répondre en citant

Et m.... ! Je réponds à Lebel et ça sort sous Lebel !
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Résistant
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2007
Messages: 1 684
Localisation: Vaucluse

MessagePosté le: Dim 12 Juin - 15:46 (2011)    Sujet du message: Discours d'Henri Fenet en 1998 Répondre en citant

Pas grave Admin, on sait le talent que tu déploies lorsque tu réponds à Lebel, qui s'enferre de plus en plus dans les contre-vérités d'une affligeante grossièreté !
Les Allemands, en laissant la flotte et l'AFN aux Français se condamnaient à abandonner tout espoir de mettre l'Angleterre à genoux.
En effet, en faisant de la Méditeranée une mer intérieure italo-allemande, et en récupérant la flotte française, ils pouvaient se consacrer à la conquête d'Albion.
Et les véritables stratèges de l'OKW, durent s'en faire une raison. On ne désobéissait pas à Hitler !


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Lun 13 Juin - 00:42 (2011)    Sujet du message: Discours d'Henri Fenet en 1998 Répondre en citant

 Mon cher Admin , permets moi de te repondre point par point :


      1 )  C'est une opinion personnelle , mais je pense que la cessation des combats , sous n'importe quelle forme , etait ineluctable :
 L'armée etait en deroute , l'allié anglais defaillant ,    des milliers de refugiés qui fuyaient , le tout dans le plus grand desordre, et dans une atmosphère de detresse , de panique et d'abandon ..........  on est loin d'un quelconque sursaut national qui nous aurait permis de resister ou de tenir  
    Pour plusieurs raisons , la poursuite de la lutte en AFN etait illusoire et irrealisable 
             Sur le plan militaire , l'armistice etait preferable à la capitulation 
 Que cet armistice ait induit un regime qui  deshonorera la France , c'est evident et on en discutera longtemps !
 
     2 ) l'effet du discours de Pétain fut desastreux : cesser le combat avant même de connaitre les conditions d' un armistice , achevait déja les velleités de combattre d'une armée démoralisée !

3 )  Hitler est au courant de la position française , il tempère l'appetit de son allié italien et peut sans crainte imposer des conditions d'armistice trés dures , en donnant l'impression à Vichy de satisfaire ses exigences , à savoir la flotte , l'empire et la zno 
en réalité 
-la flotte est desarmée et reste sous le controle ennemi 
-l' empire reste sous l ' administration de Vichy , sous controle ennemi 
- idem pour la zno 
4 ) au 22 juin , les 2/3 de la France sont envahis , l'ennemi est à Lyon , Clermont , St Etienne 
   ce n'est qu'au moment de la signature qu'il reviendra sur la ligne de demarcation !
5 ) L'empire et l' AFN sont regentés par Vichy qui respecte strictement les conditions d'armistice , à la satisfaction de l' Allemand .....qui n'a nul besoin de s'y investir 
6) l'armée d'armistice , 100000 hommes ,  depourvue de moyens reellement offensifs , ne peut servir que comme force de maintien de l'ordre 
7 ) Pour s'emparer de Gibraltar , il fallait l'accord de Franco , en octobre 40 , qui se derobera !
et Hitler n'a pas les moyens à cette époque de menacer Suez ! *
Il n'a aucun plan visant à utiliser la flotte française , il lui suffit qu' elle soit neutralisée !
8 ) Quant aux velleités de revanche de Weygand , on sait ce qu'elles valent : il refuse de s'investir dans une quelconque entreprise avec les Alliés , en pretextant sa fidélité à Petain ,
et quand SON armée d' Afrique aura l'occasion de cette revanche , en novembre 42 , elle fera tout pour s'opposer aux  Alliés !




  *   Un rapport de Guderian transmis à l’état-major de l’armée de terre (OKH) début octobre 1940 indique que les forces allemandes engagées en France avaient besoin de 4 à 6 semaines d'arrêt avant de reprendre l'avancée vers le sud :


Revenir en haut
Avricourt


Hors ligne

Inscrit le: 11 Aoû 2010
Messages: 261
Localisation: Var

MessagePosté le: Lun 13 Juin - 10:01 (2011)    Sujet du message: Discours d'Henri Fenet en 1998 Répondre en citant

Désolé, Lebel, mais je ne peux pas vous suivre dans vos conclusions ! La flotte française était à cette époque la deuxième du monde, pour ne pas dire l'égale de la Navy. Hitler ne l'ignorait pas, et la laisser sous contrôle français ce qu'elle était effectivement fut une erreur.
Quand à Franco, il n'aurait certainement pas résisté à Hitler ! Mais, voyant que son vieil ami avait arrêté la progression de la Wehrmacht, et ayant été averti par un coup de téléphone du maréchal, il préféra jouer la neutralité "active".
Il fallait 6 semaines de répi à l'armée allemande ? Mais elle les aurait pris en descendant en "touriste" à travers la France et l'Espagne puisque plus personne ne s'opposait à elle ! Avec le temps de se refaire une santé pour pouvoir affronter les bleusailles de l'armée française d'AFN !
Enfin et en ce qui concerne Weygand, je ne crois pas qu'il ait "tout fait" pour s'opposer aux Alliés ! Certainement pas ! Sinon les Allemands ne l'auraient pas fait rappeler par Vichy.
Il vous manque une sèrieuse documentation sur cette période. En voilà la preuve ! 
_________________
Res, non verba.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:45 (2016)    Sujet du message: Discours d'Henri Fenet en 1998

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> Les Français sur le Front de l'Est Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 37, 8, 9, 10, 11, 12  >
Page 8 sur 12

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com