France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Crime contre l'humanité: AOC ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> La guerre d'Indochine
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Roro II


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 885
Localisation: Sainte Victoire

MessagePosté le: Dim 19 Sep - 10:25 (2010)    Sujet du message: Crime contre l'humanité: AOC ? Répondre en citant


Crime contre l'humanité,
l'affaire du communiste Boudarel
.
 
 
 
  
 
 
 
                                      " Mais quelle est cette affaire?"

               Tout simplement l'indignation suscitée par le fait qu'on peut,
 en France en l'an 2007, avoir été un traître,tortionnaire, ordonnateur
de tourments atroces, avoir tué dans la plus parfaite conformité
à la définition actuelle du crime contre l'humanité et couler une paisible retraite
 d'universitaire après avoir été soutenu par d'actifs collègues
contre l'indignation des derniers survivants bien rares du lieu
ou l'on a exercé son sadisme. 
               Ce lieu s'appelait le camp 113, le criminel, Georges Boudarel.
               Les derniers survivants ont notamment raconté le 9 novembre 1997,
au palais de la Mutualité à Paris, ce que fut le camp Boudarel,
 le 7è cercle de l'enfer communiste.
               Ils ont témoigné notamment des conditions de la mort à la fin
 de 1953, d'un sergent d'origine polonaise puni pour avoir tenté de s'évader.
               Au camp 113, la punition habituelle pour les évadés et à laquelle
un seul survécut, consistait à les enfermer dans l'étable des buffles ou
 ils étaient retenus par une longe leur permettant à peine de se mouvoir
dans la fange du bétail.
               Le jeune sergent fut, dans une variante de cette torture,
 "ficelé court" à un poteau, dans un trou d'eau, dévoré par la vermine
 et les insectes et attaqué par les rats affamés.
               Son calvaire dura plusieurs jours avant la délivrance de la mort. 
               Sur les 39 979 soldats français prisonniers du Vietminh,
26 225 moururent soit 69% mais l'extermination au camp Boudarel
fut de 85% ( chiffre établi par le service de santé des armées
sous la direction du médecin commandant Martin)
               Georges Boudarel ne se salissait pas les mains à torturer lui-même.
               Il était commissaire politique.
               Il décidait simplement des punitions et se promenait impassible parmi
 les agonisants.
               Son rôle principal consistait à "rééduquer" et à faire chanter l'Internationale
et adresser des louanges à l'oncle Hô par les malheureux épuisés de faim et de fatigue. 
               Georges Boudarel né à Saint-Etienne en 1926 a été élevé
chez les frères maristes et est rentré au Grand Séminaire.
                Il jette son froc aux orties avant d'être ordonné, fasciné par
 une autre Eglise avec ses dogmes, ses mystères, une intolérance absolue
 et dotée d'une inquisition qui, selon l'aveu du marxiste russe Plekhanov
tue chaque jour plus que celle de Torquemada en trois siècles.
                Professeur sans talent mais apparatchik fanatique et prêt à tout,
 il accepte la mission du parti communiste qui le fait nommer professeur
 au lycée Marie Curie à Saigon afin qu'il renoue le contact avec le Vietminh.
                Il a 23 ans..Sursitaire, il déserte (comme Thorez), rejoint à pied
                le Nord Tonkin ou l'organisation communiste lui assigne un poste
de commissaire politique chargé du lavage de cerveau (?) des prisonniers français.
                Le camp 113 est réservé aux hommes de troupe que
 l'on peut démoraliser plus vite que le corps des officiers.
                 Cependant un officier fait prisonnier dans la région y séjournera:
 le capitaine Tommasi, qui sera plus tard le commandant Tommasi, figure légendaire
 du 8è RPIMa de Castres.  
                 Boudarel alias " Dai Dong",son nom de guerre du camp 113, quittera
le Vietnam en 1964 pour être recueilli en URSS ou il devient Boris.
                  De Moscou, il partira pour Prague pour travailler au sein
de la plus gigantesque courroie de transmission du Kominform, la FSM
( Fédération Syndicale Mondiale) qui controle à cette époque
    une centaine de millions d'adhérents.
                  Les services secrets tchèques l'exfiltreront en 1967.
                  Arrivé à Paris, il vérifiera que le parti communiste n'a pas perdu
de son influence.
                  Pris en charge par Maitre Matarasso,celui-ci se charge
des contacts avec les autorités militaires.
                  Le colonel chargé du dossier, qui sait que Boudarel a été condamné
 à mort par contumace,est en liaison avec le cabinet du ministre,
Pierre Messmer...
                 A Maître Matarasso, il dira:

" Tout est arrangé.Le ministre a été compréhensif..." 
 ..../....
_________________
L'autre Histoire :

"qui n'entend qu'un son,n'entend qu'une cloche."


http://www.phdnm.org/uploads/3/0/0/1/3001973/seize_pages-1.htm


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 19 Sep - 10:25 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Roro II


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 885
Localisation: Sainte Victoire

MessagePosté le: Dim 19 Sep - 10:32 (2010)    Sujet du message: Crime contre l'humanité: AOC ? Répondre en citant

 En 1968, Boudarel entre au CNRS.



      Il particpe à mai-68 signant les pétitions "ex-militant Vietminh"
      En 1971, il est accueilli en héros pour sa soutenance de thèse
"Mémoires de Phon Boi Chau"
      Le 13 février 1991, colloque au Sénat sur le thème:
" Actualité vietnamienne, analyses et révélations"
      Le professeur Boudarel va pour la première fois rencontrer le chau :
 celui des hommes qui autour de Jean-Jacques Beucler,ancien secrétaire d'Etat
 aux  Anciens Combattants et rescapé du camp no 1 vérifient de visu que Boudarel
      n'était autre que le bourreau Dai Dong.

                       L'affaire Boudarel commence alors.  

       Autour de Boudarel, les "honorables" collègues feront bloc et pétitionnent
    pour pour refuser " que se banalise en France le lynchage médiatique"( sic!)...
      Quant à la "justice", ses tribunaux seront insensibles aux plaintes
      de ces rescapés-là!, insensibles à la mémoire des morts de l'enfer Boudarel,
insensibles aux arguments du colonel Weinberger,de confession israélite.

      Celui-ci déclarera, en subtance dans maints articles:

        " Je suis un survivant et d'un camp de concentration du nazisme et d'un camp 
        du Vietminh.Dans le premier le travail et la discipline étaient rudes,
       mais au moins on ne nous obligeait à chanter et à crier vive Hitler..
       Dans le second, on était plus maltraités mais de surcroit on nous obligeait
       sans cesse à crier vive Ho Chi Minh à chanter l'internationale et à clamer notre joie."

         Le colonel Weinberger (Figaro, 19 septembre 1991) fera la preuve que
  les actes de Boudarel ressortissaient des "crimes contre l'humanité".

   Mais la Cour de cassation décidera le 1er avril 1993:

       Que pour le droit français:

 " le crime contre l'humanité est un crime commis en "Europe",  
 par ou pour l'Allemagne nazie".


   Ainsi, les victimes du communisme (plus de 100 millions..
Livre noir du communisme, loin devant toutes les doctrines totalitaires
à la fois depuis la création de l'humanité..) ne relèvent sans doute
  pas de la notion d'humanité.... 

  Pour conclure: Nous avons bien la "PREUVE" de la farce du simulacre
de justice  et de mise en scène du tribunal de Nuremberg!
 Et que le pays des "Droits de l'Homme et du Citoyen" se prète
à cette mascarade. On est en droit de se poser des questions sur sa crédibilité...

8)
_________________
L'autre Histoire :

"qui n'entend qu'un son,n'entend qu'une cloche."


http://www.phdnm.org/uploads/3/0/0/1/3001973/seize_pages-1.htm


Revenir en haut
Résistant
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2007
Messages: 1 684
Localisation: Vaucluse

MessagePosté le: Mer 6 Oct - 17:25 (2010)    Sujet du message: Crime contre l'humanité: AOC ? Répondre en citant

Les communistes ne peuvent être accusés de "crimes contre l'humanité". On a dores et déjà décidé que ces crimes étaient imputables aux seuls nazis. L'horreur du Goulag soviétique ? Ce fut Staline et Staline est mort. Tous les communistes qui lui ont succédé sont de pacifiques angelots... humanistes !

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:05 (2016)    Sujet du message: Crime contre l'humanité: AOC ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> La guerre d'Indochine Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com