France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La verité sur Oradour
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> 39/45. La seconde Guerre Mondiale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Sam 20 Nov - 10:30 (2010)    Sujet du message: La verité sur Oradour Répondre en citant

Le témoignage de Madame Rouffanche, tel que rapporté par Wikipédia. Analyse critique:
Le témoin nous dit qu'après avoir été conduite à l'église avec les femmes et les enfants, elle vit les Allemand amener dans les lieux une "caisse assez volumineuse de laquelle dépassait des cordons qu'ils laissèrent trainer sur le sol." Puis elle nous indique que ces mêmes soldats allemands "allument" les cordons en question. A la suite de quoi nous dit-elle, une "forte" explosion se produit, suivie d'une forte fumée noire et suffocante, qui s'échappe de la caisse.
Il ne s'agit donc pas d'une trés forte explosion, sinon la caisse aurait été détruite et madame Rouffanche n'aurait pas eu le temps d'observer la fumée "noire et suffocante".
Si on considère comme crédible la thèse d'un "artificier allemand" mettant à feu une caisse d'explosifs pour détruire l'édifice et ses occupants, il faut bien constater que sa machine infernale a... foiré ! Si c'était le cas, une caisse assez volumineuse aurait pu contenir 30 à 40 kilogs d'explosifs minimum. Il aurait choisi pour avoir le maximum d'effet un explosif à effet de souffle, qui, outre la destruction des parties les plus faibles de la construction (le toit) tue instantanément tous les êtres vivants qui y sont enfermés par l'énorme pression dégagée par l'explosion. Il n'aurait pas utilisé un explosif "brisant" qui est fait pour détruire par contact des ouvrages d'art, des charpentes métalliques, etc...
D'aprés madame Rouffanche, il n'y aurait donc eu dans cette fameuse caisse qu'un pétard de feu d'artifice mêlé à des chiffons ou de la paille, car la caisse ne fut même pas détruite !
Ensuite, elle nous décrit la foule des femmes et des enfants "à demi asphyxiés et hurlant d'épouvante" se précipitant vers toutes les parties de l'église susceptibles de contenir encore de l'air respirable, enfonçant la porte de la sacristie qui est en contre bas de la nef. Et elle s'assied tranquillement sur une marche de l'escalier, "résignée".
Les Allemands arrivent et "abattent sauvagement ceux qui venaient d'y trouver refuge". Mme Rouffanche a beaucoup de chance. Elle est assise sur les marches de la sacristie, tout près donc de la porte, échappe aux coups de feu, venus donc de l'intérieur de l'église. Mais elle précise que sa fille est tuée de coups de feu venus de l'extèrieur ! On se demande d'ailleurs comment des Allemands, postés à l'extèrieur de l'église, ont pu tirer vers l'intérieur du local et sinon à l'horizontal, du moins de haut en bas, les fenêtres de la sacristie étant situées bien au-dessus du sol.
Ensuite et alors que l'église est en feu, elle "profite d'un nuage de fumée" pour escalader une fenêtre du choeur et sauter à l'extérieur. A-t-on examiné la position de cette fenêtre par rapport au sol, à l'extérieur ? Elle le dit elle-même, il y a plus de trois mètres. Puis elle s'enfuit jusqu'au jardin du presbytère, et là elle se rend compte qu'une jeune femme et son bébé l'ont suivie. Elle doit donc retourner sur ses pas pour que la jeune femme "du haut de la fenêtre" lui lance son bébé. Malheureusement ajoute-elle, cette jeune femme et son bébé sont tués par des Allemands en faction de ce côté de l'église, mais pas elle qui, bien que blessée gagne le jardin voisin. Comment ces Allemands, qui ont sans doute tiré de trés près, ne l'ont-ils pas suivie et "achevée" ?
Pour en revenir à l'explosion, il est à noter que plusieurs témoins, parmi ceux qui sont revenus sur place quelques heures après la fin du massacre, ont vu que les poutres du toit de l'église avaient été projetées à plusieurs mètres.
Signe qu'une trés forte explosion avait ébranlé l'édifice.
Il y a donc des incohérences dans le "témoignage" de madame Rouffanche. Je n'en dirait pas plus.
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 20 Nov - 10:30 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Briard
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 3 331

MessagePosté le: Sam 20 Nov - 11:13 (2010)    Sujet du message: La verité sur Oradour Répondre en citant

Ohh le maudit révisioniste, négationiste, qui remet en cause le "témoignage" de cette "brave dame" !!

Là c'est pareil, tu devrais commander "les lunettes à lire entre les lignes" chez "Delpla, Delogu, Laurent &Cie", célébre fabricant de lunettes bien connu des "historiquement correct" résistancialistes !!
_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter.
F Fenelon


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Sam 20 Nov - 11:47 (2010)    Sujet du message: La verité sur Oradour Répondre en citant

@ Briard
Toutes les sources indiquent qu'il n'y avait pas de maquis organisé à Oradour ..........comme dans tout le coin , il y avait surement des ravitailleurs et des informateurs , des dormants , peut être .......nous ne sommes ni à Gueret , ni à Tulle , ni avec Guingouin ! En tout cas , rien d'organisé , et la presence de " dormants " n'en fait pas un PC des FTP
Dans toute la France , il y avait des " dormants "
Même le prefet de Vichy , qui n'etait pas tendre pour les " terroristes " , s'emeut de ce massacre dans un village paisible

L' operation d'Oradour a été declenchée par Dickmann , avec l'accord de ses chefs , suite à l'entrevue de St Junien , avec la Milice et ses denonciateurs , sur une pretendue presence de Kampfe à Oradour et son éxecution imminente et les declarations de Gerlach
Il fallait faire un exemple de represailles dures , selon la directive Sperrle , et on a choisi
Oradour ..........operation peu risquée sur le plan militaire ( les allemands n'y deploreront qu'un mort , accidentel ! )

- Si les Allemands s'attendaient à un affrontement avec un maquis , ils n'auraient pas envoyé une seule compagnie de 150 hommes , ils auraient prévu un armement lourd , des blindés , lance flammes
- S'il y avait un maquis , ils auraient trouvé des armes , des munitions , ils auraient tué ou fait prisonniers des maquisards , il y aurait eu un semblant d'affrontement .........rien de tout ça !
- Les 200 hommes valides ont TOUS été raflés et rassemblés , le maire s'offre en otage avec ses 3 fils ....il aurait pu y avoir un ou plusieurs hommes , qui pour sauver leur vie , auraient denoncé des caches d'armes ........mais les allemands n'ont rien trouvé , et ils ont abattu de sang froid ces 200 hommes !

Les autorités allemandes ont vite été au courant du massacre , qu'avait denoncé le prefet et l'evêque de Limoges ....embarrassés , ils ont fait " profil bas " et ont diligenté une instruction ( pas une inculpation ) contre les deux principaux responsables , Dickmann et Kahn ............qui seront interrogés par le juge Okrent , en Normandie !


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Sam 20 Nov - 17:40 (2010)    Sujet du message: La verité sur Oradour Répondre en citant

Bon , sur l'histoire rocambolesque de Len Cotton
De Roro ( qui reprend Reynouard ) :

Les révélations d'un ancien pilote de la RAF:
" Robert Chataignier( policier français), lors d'un voyage en Australie,
rencontra un paisible retraité qui,
dans son jardin de Canberra,avaitreconstitué le village d'Oradour
en miniature.Len Cotton( son nom) luiraconta son histoire.
Durant la guerre, il avait été pilote à la RAF,le 25 novembre 1942,son bombardier fut touché par la DCA allemande alors qu'il effectuait une mission au-dessus de Bordeaux.L'appareil s'écrasa à Confolens, non loin d'Oradour.Les six membres d'équipage,qui avaient
survécu, furent immédiatement pris en charge par les maquisards
de Confolens.
D'après L.Cotton, lui et ses camarades furent emmenés à
Oradour-sur-Glane où ils restèrent cachés pendant trois jours."
( The Canberra Times,11 janvier 1996,p.3, article de Graham Cooke
intitulé:"RAF man discovers link to a hasardous past").

Revenu en France,R.Chataignier entrepris des démarches pour retrouver
à Oradour, des personnes qui auraient pu se souvenir de ce pilote.
Un article, en forme d'appel, parut dans le Populaire du Centre.

L'histoire de Len Cotton y était résumée.
Le témoignage de L.Cotton est authentifié par un
des rescapés d'Oradour,Aimé Renaud qui confirma le passage:
"vers le début de l'année 1943" de pilotes d'avions abattus
qui avaient bien été cachés par les maquisards de Confolens
à Oradour.
A noter que l'ancien pilote a déclaré le 10 septembre 1996
à un proche: " qu'une fois arrivés à Oradour,lui et ses camarades avaient été présentés
au ....prètre du village( un homme petit avec des sourcils épais...),que ce
dernier les avait cachés dans....la sacristie de l'église"
("Introduced Abbé in church (short manbushy eyebows).
Stayed in sacristy")

Durant ces trois jours restés à Oradour, ils avaient été nourris par...la
fille de Mme Rouffanche qui se faisait appeler "Danielle"
( "Fed by "Danielle" daughter Mme Rouffanche")
L.Cotton confirma que la fille de Mme Rouffanche appartenait
à la Résistance sous le pseudonyme de"Danielle".
Elle s'occupait particulièrement d'un réseau d'évasion appelé:
Comet Escape Line:



Len Cotton was a RAF crewman aboard a Wellington bomber on the night of 23rd November 1943 when it was hit in both engines and forced to make a crash landing in France. All 6 crewmembers survived the landing, which was near to the town of Oradour-sur-Glane. Members of the resistance sheltered them in the town for three nights before arranging for their transport firstly to Limoges and then to Toulouse before crossing the boarder into Spain. In about a month the whole crew were back in Britain. .......Canberra Times

On va faire le point :
Len Cotton raconte que son Wellington , touché par la DCA allemande , le 23 novembre 1942 , lors d'une mission sur Bordeaux , s'ecrase à Confolens .......les 6 membres d'equipage , sains et saufs , sont recueillis par les maquisards et emmenés à Oradour ...durant 3 jours ils sont abrités à la sacristie et soignés par la fille de Mme Rouffanche , "Danielle" membre de la Resistance et du reseau d'evasion " Comète " .........ils arrivent à parvenir en Espagne et de là , en Angleterre

Quelques differences avec le compte rendu du journal australien
-Len Cotton est membre d'equipage et non pilote
- Le Wellington fait un atterrissage forcé et ne s'est pas ecrasé ( auquel cas il y aurait eu morts et blessés ! )
- le journal mentionne le 23 novembre 43 et Reynouard le 23 novembre 42 ( ce qui semble cadrer avec les " declarations authentifiées " ( !) de Aimé Renaud

( La suite à venir en detaillant les supercheries du recit Very Happy )


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Sam 20 Nov - 20:57 (2010)    Sujet du message: La verité sur Oradour Répondre en citant

La suite .....
Un ancien policier parisien , Chataigner, rencontre en Australie , en 1996 , ce retraité anglais , ancien de la RAF , qui , devant un Oradour de carton pate , lui débite son recit
Notons que Len Cotton , aprés la guerre , a été journaliste ......et qu'a ce jour il n'avait pas fait
profité ses lecteurs de son interessant récit
Chataignier etait en 1944 , à 16 ans , membre de la Resistance à Oradour , connaissait l'histoire ; il voulut en savoir plus à son retour en France , et mis une annonce dans le " Populaire du Centre ........sans resultat
Curieux , voila un survivant d' Oradour , qu'on ne connaissait pas et que Reynouard n'a jamais rencontré , c'est dommage !

Là, un rescapé, Aimé Renaud, confirma le passage, "vers le début de l'année 1943" , de pilotes qui, après avoir eu leur avion abattu, avaient été cachés par les résistants de Confolens dans le village martyr.
Faux , Aimé Renaud n'a jamais authentifié ce passage , ni parlé de" pilotes cachés". avec Reynouard ......un mensonge parmi d'autres !
En faisant son" enquête "sur Oradour , Reynouard , vers 1990 , avait berné ses interlocuteurs , en se faisant passer pour historien , et cachant bien sur son pedigree negationniste
Il avait pu ainsi , les mettant en confiance , interroger de nombreux survivants : Hebrard , Darthout , Renaud ........ce qui lui permit de les citer dans son livre , sans qu'aucun de ces temoins ait jamais cautionné sa thèse revisionniste

Pour en finir avec la fable Len Cotton , voici le meilleur :
-Le nom de Len Cotton est inconnu sur les trés nombreux sites de la RAF , relatifs aux equipages de bombardiers 1942- 1943 , dont Wellington
- Il ne figure pas sur les equipages de Wellington abattus de novembre 42 à decembre 43 , notamment en France
http://www.lostbombers.co.uk/
-Le site Bomber Command est un journal de campagne qui relate , pour toute la guerre , toutes les operations de bombardement , detaillées par jour
voir operations de nov 42 et nov 43
http://www.raf.mod.uk/bombercommand/nov42.html
http://www.raf.mod.uk/bombercommand/nov43.html

Nulle part , il n'est fait mention d'operation dans la région de Bordeaux , et encore moins d'un crash à Confolens
Pour un ancien" pilote" de la RAF , et sa crédibilité , il omet de donner le numero de son squadron .............numero dont se souvient toujours un ancien !
Il omet aussi de citer le nom de ses 6 compagnons rescapés .........ça aurait donné plus de poids à son recit !

Enfin ,
L.Cotton confirma que la fille de Mme Rouffanche appartenait à la Résistance sous le pseudonyme de"Danielle".Elle s'occupait particulièrement d'un réseau d'évasion appelé:
Comet Escape Line:
Sur le site de Comet , il y a une liste de plus de 500 aviateurs alliés qui ont pu rejoindre l' Espagne de 1941 à 1944 ......bien sur aucune mention de Len Cotton
Dans les ouvrages et sites consacrés à ce reseau , aucune mention des 6 copains de Cotton , de Confolens ou de Danielle Rouffanche !
http://www.cometeline.org/cometaviateurpasse.html

En definitive cette legende L . Cotton est invraisemblable , elle est forgèe de toutes pièces par
le menteur et negationniste Reynouard pour les besoins de sa cause

Il faudrait passer des journées à recenser les bobards et la perversité de cet individu que tu as l'audace de tenir , pourquoi pas , pour un honorable " temoin à decharge ! Very Happy

http://www.raf.mod.uk/bombercommand/nov42.html
http://www.raf.mod.uk/bombercommand/nov43.html


Revenir en haut
Briard
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 3 331

MessagePosté le: Dim 21 Nov - 10:48 (2010)    Sujet du message: La verité sur Oradour Répondre en citant

Le probléme c'est qu'il en va de même avec le "témoignage" de cette "brave mme rouffanche", qui s'i tu le décortique comme tu le fais là, révéle des incohérences encore plus grosses que ce récit, et pourtant, la tronche enfarinnée tu viens nous le présenter comme "hautentique et indiscutable".

Bon c'est vrai que celui ci va dans ton sens, donc il ne peut être remis en cause, bien sur.
Si un jour la mauvaise foi devait étouffer, tu aurais 30 secondes d'autonomie, toi !!
_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter.
F Fenelon


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Dim 21 Nov - 11:34 (2010)    Sujet du message: La verité sur Oradour Répondre en citant

Ah! que j'aime bien vous confondre , une fois de plus !
J'espère que vous rangerez cet " argument " de Raynouard , dans un tiroir , comme ses autres divagations sur les temoignages de Mmme Rouffanche , qu'il traite de menteuse !
Mme Rouffanche a perdu TOUTE sa famille à Oradour , et ce neonazi la traite de faux temoin , en y rajoutant qu'elle etait une activiste de la Resistance ( d'aprés le mythomane Len Cotton ! )
Reynouard , comme je l'ai dit , si tant est qu'il ait cherchè la verité , aurait du d'abord verifier les " confidences " de Cotton , mais le bougre n'en est pas à un mensonge prés

Au fait , Mme Rouffanche , qui a pu s'echapper de l'eglise , a été blessée de 4 balles , tirées par un SS ............alors , la fable selon laquelle femmes et enfants ont été regroupés dans l'eglise , pour les mettre à l'abri , ne tient pas !
, Pourquoi un SS tire t'il sur une femme ,inoffensive , qui cherche à s'extraire de l'enfer ?

A tout à l' heure , j'aurai un document interessant à vous soumettre Smile


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Dim 21 Nov - 16:11 (2010)    Sujet du message: La verité sur Oradour Répondre en citant

D'aprés Robert Hebras , survivant du massacre des granges :

"Un collabo notoire d'Oradour * , denonciateur en tous genres , connu pour ses accointances avec la Milice avait été rassemblé avec les autres hommes , il se precipite vers un SS , en brandissant une carte ** , le SS n'en tient pas compte et le repousse dans le groupe....................il sera fusillé avec les autres hommes "


Commentaires : Le SS Dickmann somme le maire de lui indiquer des caches d'armes ou de designer des maquisards , le maire , qui ne sait rien , se designe alors comme otage avec ses 3 fils
Si le collabo , hostile au maquis , avait voulu sauver sa peau , nul doute qu'il aurait denoncé maquisards et depot d'armes !

* J'ai deja connu son nom , je le retrouverai........il figure sur la liste des fusillés , avec son fils
** vraisemblablement de membre d'un mouvement collabo


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Dim 21 Nov - 17:13 (2010)    Sujet du message: La verité sur Oradour Répondre en citant

Un, je n'ai pas cité Reynouard, mais le texte du témoignage de Mme Rouffange cité par... Wikipédia, et tel que le rapporte le "Mémorial" d'Oradour.
Il y a une autre curiosité dans ce "témoignage":
Deux. Lorsqu'on regarde une photo retraçant la chute et la fuite de Mme Rouffange, on se rend compte qu'il y a effectivement une grande hauteur entre la fenêtre et la base du mur de l'église, mais qu'en plus cette base est en glacis herbeux qui se termine lui-même par un autre mur qui donne sur la route en contre bas. Il faut donc que Mme Rouffange ait été une sacré sportive pour se recevoir sans fracture ni entorse grave sur le glacis, puis sur la route pour pouvoir fuir, mais revenir à l'appel de cette jeune mère qui lui tend son bébé. Je connais des parachutistes aguerris qui se seraient pêté une guibolle dans ces conditions de réception !
Diekmann somme le Maire de lui donner une liste d'otages (30). Ce que le Maire, courageusement, lui refuse, mais ce faisant, il condamne tout le village à être "otage".
Ensuite, en pleine guerre clandestine on peut imaginer sans trop se forcer que justement parceque le village d'Oradour était considéré comme un village "paisible", qu'il a pu être choisi par les chefs du maquis pour y entreposer des armes et des muntiions ! C'est probablement ce que j'aurais fait, et ce n'est pas parceque Oradour n'était pas une "base" de la résistance, qu'il ne pouvait pas y avoir de passages de résistants. J'ajouterai que dans les journées du 8 et du 11 juin, la résistance était passée ouvertement au combat contre les Allemands suivant les ordres reçus de l'EM des FTP. D'où le témoignage de Gerlach à ses chefs.

Enfin, je répète que je ne cherche pas du tout à "dédouaner" les SS. Pas du tout ! Je cherche simplement à ce que la vérité se fasse jour.
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Résistant
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2007
Messages: 1 684
Localisation: Vaucluse

MessagePosté le: Dim 21 Nov - 19:25 (2010)    Sujet du message: La verité sur Oradour Répondre en citant

lebel a écrit:
La suite ..... Un ancien policier parisien , Chataigner, rencontre en Australie , en 1996 , ce retraité anglais , ancien de la RAF , qui , devant un Oradour de carton pate , lui débite son recit
Notons que Len Cotton , aprés la guerre , a été journaliste ......et qu'a ce jour il n'avait pas fait
profité ses lecteurs de son interessant récit
Chataignier etait en 1944 , à 16 ans , membre de la Resistance à Oradour , connaissait l'histoire...

Tiens, tiens, un résistant à Oradour ? Qui l'eut cru ?

; il voulut en savoir plus à son retour en France , et mis une annonce dans le " Populaire du Centre ........sans resultat
Curieux , voila un survivant d' Oradour , qu'on ne connaissait pas et que Reynouard n'a jamais rencontré , c'est dommage !

Là, un rescapé, Aimé Renaud, confirma le passage, "vers le début de l'année 1943" , de pilotes qui, après avoir eu leur avion abattu, avaient été cachés par les résistants de Confolens dans le village martyr.
Faux , Aimé Renaud n'a jamais authentifié ce passage , ni parlé de" pilotes cachés". avec Reynouard ......un mensonge parmi d'autres !
En faisant son" enquête "sur Oradour , Reynouard , vers 1990 , avait berné ses interlocuteurs , en se faisant passer pour historien , et cachant bien sur son pedigree negationniste
Il avait pu ainsi , les mettant en confiance , interroger de nombreux survivants : Hebrard , Darthout , Renaud ........ce qui lui permit de les citer dans son livre , sans qu'aucun de ces temoins ait jamais cautionné sa thèse revisionniste

Je crois mon cher que Reynouard devait, s'il voulait avoir des confidences, devait se montrer discret... Un peu comme un détective faisant son enquête sur un adultère...

Pour en finir avec la fable Len Cotton , voici le meilleur :
-Le nom de Len Cotton est inconnu sur les trés nombreux sites de la RAF , relatifs aux equipages de bombardiers 1942- 1943 , dont Wellington
- Il ne figure pas sur les equipages de Wellington abattus de novembre 42 à decembre 43 , notamment en France
http://www.lostbombers.co.uk/
-Le site Bomber Command est un journal de campagne qui relate , pour toute la guerre , toutes les operations de bombardement , detaillées par jour
voir operations de nov 42 et nov 43
http://www.raf.mod.uk/bombercommand/nov42.html
http://www.raf.mod.uk/bombercommand/nov43.html

Nulle part , il n'est fait mention d'operation dans la région de Bordeaux , et encore moins d'un crash à Confolens
Pour un ancien" pilote" de la RAF , et sa crédibilité , il omet de donner le numero de son squadron .............numero dont se souvient toujours un ancien !
Il omet aussi de citer le nom de ses 6 compagnons rescapés .........ça aurait donné plus de poids à son recit !

Enfin ,
L.Cotton confirma que la fille de Mme Rouffanche appartenait à la Résistance sous le pseudonyme de"Danielle".Elle s'occupait particulièrement d'un réseau d'évasion appelé:
Comet Escape Line:
Sur le site de Comet , il y a une liste de plus de 500 aviateurs alliés qui ont pu rejoindre l' Espagne de 1941 à 1944 ......bien sur aucune mention de Len Cotton
Dans les ouvrages et sites consacrés à ce reseau , aucune mention des 6 copains de Cotton , de Confolens ou de Danielle Rouffanche !
http://www.cometeline.org/cometaviateurpasse.html

En definitive cette legende L . Cotton est invraisemblable , elle est forgèe de toutes pièces par
le menteur et negationniste Reynouard pour les besoins de sa cause

Il faudrait passer des journées à recenser les bobards et la perversité de cet individu que tu as l'audace de tenir , pourquoi pas , pour un honorable " temoin à decharge ! Very Happy

http://www.raf.mod.uk/bombercommand/nov42.html
http://www.raf.mod.uk/bombercommand/nov43.html



Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Dim 21 Nov - 23:12 (2010)    Sujet du message: La verité sur Oradour Répondre en citant

Cette discussion dure depuis prés de trois semaines et tes seules explications tiennent dans la "thèse" du negationniste Reynouard .......et accessoirement du temoin Weidinger
Tu ne prends pas la peine de lire tout ce qui a été ecrit par des historiens des thèses universitaires , et rapporté par des temoins , pour t'en tenir aux dires des " revisionnistes , dont Reynouard ...........tous infirmés
Tu te contentes de te faire leur porte parole , en jouant à celui qui veut ecouter les deux parties ..... mais ta religion est déja faite !
Contrairement à toi , je t'ai apporté des documents solides , que par facilité tu balaies , incapable que tu es , de les discuter ou les infirmer ..............moi , les mensonges de Reynouard , je les mets en evidence !

Le temoignage de Mme Rouffanche n'est mis en cause que par Reynouard .....et toi , qui lui emboite le pas
.C'est le b.a ba des négationnistes : décrédibiliser le témoin essentiel pour instiller le doute.
Pour ne pas m'epuiser à reprendre point par point ta controverse , tu pourrais lire ce site , detaillé
http://www.scrapbookpages.com/Oradour-sur-Glane/Story/Rouffanche.html
http://www.scrapbookpages.com/oradour-sur-glane/Story/VincentReynouard.html
La chute de Mme Rouffanche ne correspond qu' à une chute de plafond à plancher .....la panique donne des ailes , on a vu des gens sauter d'immeubles en flammes , sans grand dommage
Mais Reynouard s'attache a un detail pour echaffauder son mensonge

Je t'ai mis au defi de me citer un historien serieux qui avalise la thèse revisionniste ..............et tous les historiens , français et etrangers , sur Oradour , ne sont pas , loin de là , tous des resistancialistes


PS : une relation complète des faits http://beaucoudray.free.fr/oradoursurglane.htm


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Lun 22 Nov - 09:33 (2010)    Sujet du message: La verité sur Oradour Répondre en citant

Mais mon vieux Lebel, je n'ai pas cité Reynouard, mais le propre témoignage de Mme Rouffange rapporté par Wikipédia et les auteurs "résistancialistes", et par toi-même ! J'ai analysé ces propos comme aurait du le faire n'importe quel juge un tant soit peu impartial, et j'y ai relevé des incohérences, ce que n'aurait pas manqué n'importe quel avocat de la défense.
Je n'ai pas contesté le fait que "la terreur ait donné des ailes à Mme Rouffange". C'est tout à fait possible. Mais il y a ce que le physique peu supporter. Ainsi il est étonnant qu'une chute de 3 mètres (nos plafonds sont à 2,40m) aboutissant sur un glacis à 45° minimum, qui lui-même prolonge la chute au-delà d'un muret sur la route en contre-bas, n'ait donné lieu à aucune entorse ! Ensuite, Mme Rouffange, qui a déjà pris le chemin du jardin du presbytère, doit retourner sur ses pas pour aller recueillir le bébé que lui tend de la fenêtre, cette malheureuse. Quel sang-froid ! Et tu me parles des "ailes de la terreur" ! Les soldats, qui sont en sentinelles à cet endroit mitraillent la mère et son bébé qui sont tués sur le coup, mais "blessent" légèrement Mme Rouffange, qui peut continuer sa fuite... Aucun des SS ne la poursuit pour l'achever ?

Le problème est simple pour toi: il y a la thèse "officielle", celle qui a été mise au point par les FTP de Guingouin et selon laquelle les Waffen SS sont d'abominables salauds qui sont venus dans ce paisible village pour y massacrer tout le monde. Et il y a la thèse des "révisionnistes" qui affirment qu'au contraire les SS sont venus à Oradour pour y accomplir une oeuvre de charité.
Entre les deux: RIEN ! Et surtout pas le droit de se poser des questions et d'essayer de comprendre la réalité des faits !

Je me refuse à un tel aveuglement, et même si je ne tiens pas compte de ce témoignage de cet aviateur de la RAF, dont tu nous as apporté un document attestant son inexistence, je cherche !
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Lun 22 Nov - 11:57 (2010)    Sujet du message: La verité sur Oradour Répondre en citant

Et j'ajouterai que, sous-officier du génie avec la spécialité "mineur-démineur-explosifs", j'ai donc examiné d'un oeil critique cette "caisse volumineuse" sensée contenir des explosifs, et je n'ai pas besoin des commentaires de Mr Reynouard pour en avoir dit ce que j'en ai dit:
- Ou bien les explosifs des Allemands n'étaient qu'un vulgaire pétard mouillé, ou bien ce n'est pas de là qu'est venue l'explosion qui a détruit et enflammé l'église.
Une trés forte déflagration d'explosifs à effets de souffle, suivie probablement de la mise à feu de munitions à base de phosphore, s'est donc produite dans le bâtiment. Des témoins ont noté la position des corps qui démontrait la soudaineté de la mort, ces corps étant "surpris" dans des attitudes "vivantes" disent ceux qui les ont découverts.
Et je m'en tiens à celà.
Mme Rouffange n'a donc pu "voir" l'explosion dans la caisse suivie d'une épaise fumée noire, et s'enfuir ensuite.
Je trouve curieux, que cette femme, prise dans la panique de la foule qui enfonce la porte d'un local pour charcher une protection, se soit assise sur une marche... résignée ! Il faudrait savoir; Mme Rouffange saute en aveugle de la fenêtre, "portée par les ailes de la panique", mais avec un redoutable sang-froid, s'assied dans l'escalier, alors qu'on tire de tous les côtés...
Comme le témoignage de Mme Roufange est le seul dont on dispose pour savoir ce qu'il s'est passé dans l'église, je suis bien obligé de m'en tenir là ! Puisque les témoignages des femmes qui auraient été sauvées par des soldats Allemands (ce que dit le colonel Matthes) n'est pas recevable selon les critères Lebel...
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Lun 22 Nov - 12:20 (2010)    Sujet du message: La verité sur Oradour Répondre en citant

Evidemment , Admin , tu te cramponnes a ce que tu peux
Le temoignage de Mme Rouffanche , corroboré par tous les temoins , y compris par le prefet de vichy , ne peut être mis en doute .............aprés plus de 60 ans et les études faites depuis
Puisque tu cites Wikipedia :
"J'ai fait un saut de plus de trois mètres, puis je me suis enfuie jusqu'au jardin du presbytère. Ayant levé les yeux, je me suis aperçue que j'avais été suivie dans mon escalade par une femme qui, du haut de la fenêtre, me tendait son bébé. Elle se laissa choir près de moi. Les Allemands alertés par les cris de l'enfant nous mitraillèrent. Ma compagne et le poupon furent tués. Je fus moi-même blessée en gagnant un jardin voisin
Dissimulée parmi des rangs de petits pois, j'attendis dans l'angoisse qu'on vienne à mon secours. Je ne fus délivrée que le lendemain vers 17 heures.

Contrairement à ce que tu dis , Mme R. n'a pas été blessée "legerement" , elle ne s'est pas enfuie ,mais s'est dissimulée jusqu'a être secourue le lendemain à 17 h
Ses blessures etaient tellement "légères " qu'elle restera de longues semaines encore à l'hopital ( eu egard à ses blessures par balles , une foulure ou une entorse , en plus , ne sont pas contradictoires ni superflues )
Pour faire bref , tu t'en tiens à la thèse de Reynouard , qui cherche à disculper les nazis et à "enfoncer " tous les temoignages contraires , en traitant Mme Rouffanche , la seule femme rescapée , de menteuse .........et en insinuant qu' elle n'etait même pas presente dans l'eglise !
Dans ton naïf questionnement et ta quête de la verité , tu mets en balance les mensonges d'un neonazi avoué et les centaines de temoignages , les innombrables thèses et ouvrages d'historiens qui tous se rejoignent , sans qu'il ait été mis en doute la veracité des dires de Mme Rouffanche
Entre les deux , tu t'en tiens à la thèse du menteur ......allez , cherche encore !


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Lun 22 Nov - 12:30 (2010)    Sujet du message: La verité sur Oradour Répondre en citant

Admin a écrit:
Et j'ajouterai que, sous-officier du génie avec la spécialité "mineur-démineur-explosifs", j'ai donc examiné d'un oeil critique cette "caisse volumineuse" sensée contenir des explosifs, et je n'ai pas besoin des commentaires de Mr Reynouard pour en avoir dit ce que j'en ai dit:
- Ou bien les explosifs des Allemands n'étaient qu'un vulgaire pétard mouillé, ou bien ce n'est pas de là qu'est venue l'explosion qui a détruit et enflammé l'église.
Une trés forte déflagration d'explosifs à effets de souffle, suivie probablement de la mise à feu de munitions à base de phosphore, s'est donc produite dans le bâtiment. Des témoins ont noté la position des corps qui démontrait la soudaineté de la mort, ces corps étant "surpris" dans des attitudes "vivantes" disent ceux qui les ont découverts.
Et je m'en tiens à celà.
Mme Rouffange n'a donc pu "voir" l'explosion dans la caisse suivie d'une épaise fumée noire, et s'enfuir ensuite.
Je trouve curieux, que cette femme, prise dans la panique de la foule qui enfonce la porte d'un local pour charcher une protection, se soit assise sur une marche... résignée ! Il faudrait savoir; Mme Rouffange saute en aveugle de la fenêtre, "portée par les ailes de la panique", mais avec un redoutable sang-froid, s'assied dans l'escalier, alors qu'on tire de tous les côtés...
Comme le témoignage de Mme Roufange est le seul dont on dispose pour savoir ce qu'il s'est passé dans l'église, je suis bien obligé de m'en tenir là ! Puisque les témoignages des femmes qui auraient été sauvées par des soldats Allemands (ce que dit le colonel Matthes) n'est pas recevable selon les critères Lebel...


C'est bizarre , depuis 66 ans , aucun historien ou temoin n'a pensé à ce que tu nous revèles ..........mais fais donc une communication !
Quant au fantomatique Matthés , et sa supposée existence , tu vas nous en dire plus , j'en suis sur !


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:07 (2016)    Sujet du message: La verité sur Oradour

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> 39/45. La seconde Guerre Mondiale Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
Page 4 sur 6

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com