France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe
Aller à la page: <  1, 2, 39, 10, 1114, 15, 16  >
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> 39/45. La seconde Guerre Mondiale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Ven 22 Fév - 19:19 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

Mon témoignage sur L . Cotton est solide et il est sourcé , renseigne toi , Briard , et prouve moi que c'est " bidon "

Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 22 Fév - 19:19 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Michael


Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2012
Messages: 157
Localisation: Canada

MessagePosté le: Ven 10 Mai - 16:44 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

 Je reviens sur cette tragédie.
Neuf ans après les faits,au procès des Waffen-SS en 1953,on put apprendre
 d'un témoin sur lequel je reviendrai,Mme Rouffanche,qu'à un moment,une "flamme"
était entrée "dans l'église".
Cela appuie la thèse de l'explosion dans le clocher,phénomène qui aurait été
 suivi de l'irruption,dans la nef,des gaz enflammés
.


A vous lire.
_________________
"Il me semble qu'on vend l'Holocauste au lieu de l'enseigner."

Le rabbin Arnold Jacob Wolf,Directeur,Université de Yale.


Revenir en haut
Michael


Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2012
Messages: 157
Localisation: Canada

MessagePosté le: Sam 11 Mai - 10:33 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

 Je comprends votre embarras pour répondre.
Mais continuons,tous les témoins oculaires ont déclaré:
 "avoir entendu  une ou plusieurs explosions venant de l'église".
Les Waffen-SS n'auraient donc pas mis le feu volontairement
comme on nous le raconte depuis 1944,mais qu'un dépôt de munitions
clandestin des maquisards semble  être l'origine de ce drame.

 


Au plaisir.
_________________
"Il me semble qu'on vend l'Holocauste au lieu de l'enseigner."

Le rabbin Arnold Jacob Wolf,Directeur,Université de Yale.


Revenir en haut
Soulrod


Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2013
Messages: 110
Localisation: Alsace

MessagePosté le: Sam 11 Mai - 13:18 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

Mickael tu nous a déjà dit tout ça.... Donc pour les groupies de faurrisson ils s'agit d'un suicide collectif ou les gentils nazies on essayés de sauver les dangereux suisidaires. Une chance pour la France, ces nazies la étaient entraîné, sur le front de l'est ils avaient eu à faire face à pleins de village remplis de suicidaires...
_________________
Vive la vérité, qu'elle qu'elle soit...


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Sam 11 Mai - 15:56 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

L' histoire du dépot de munitions , c'est Oradour revu par Reynouard , entre autres énormités
Etait ce pour proteger femmes et enfants ( rassemblés dans l'eglise ) que les SS mitraillent des fugitifs : M. Rouffanche , bléssée de 5 balles , une mère et son enfant , tués sur le coup !


Revenir en haut
Michael


Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2012
Messages: 157
Localisation: Canada

MessagePosté le: Sam 11 Mai - 16:32 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

lebel a écrit:
L' histoire du dépot de munitions , c'est Oradour revu par Reynouard , entre autres énormités  
 
Etait ce pour proteger femmes et enfants ( rassemblés dans l'eglise )
 que les SS mitraillent des fugitifs : M. Rouffanche , bléssée de 5 balles ,
 une mère et son enfant , tués sur le coup !
 
 
 
 
 
 
 


 L'énormité c'est surtout d'occulter les déclarations des rescapés,témoins oculaires
qui ont déclaré avoir entendu une ou plusieurs explosions venant de l'église,
 avant la fusillade des hommes dans les granges du bourg.
Rien à voir avec un mitraillage de fugitifs APRES les explosions.
Ecoutons la seule rescapée de l'église au Procès de Bordeaux:
------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sténotypies du procès de Bordeaux.
Audience du 23 janvier 1953
Déposition de Marguerite Rouffanche.
 
- J'étais assise au fond d'un ? escalier dans la sacristie,j'ai fait la morte.
Il y avait une Espagnole qui était assise sur mes pieds quand le boche est arrivé,
nous avons fait les mortes toutes les deux,nous nous tenions par la main,
Mme Mingo a été brülée.
 
M.le Président : Et cet escalier pouvez-vous le situer sur le plan ?
 
- Il était dans la sacristie, du côté gauche juste en rentrant.
 
M.le Président :
 
Et c'est de cet escalier que vous avez pu voir ce qui se passait dans l'église ?
 
- Et je suis rentrée au moment où la flamme entrait dans l'église.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
De quelle flamme parlait Mme Rouffanche ? d'une explosion ?
_________________
"Il me semble qu'on vend l'Holocauste au lieu de l'enseigner."

Le rabbin Arnold Jacob Wolf,Directeur,Université de Yale.


Revenir en haut
Soulrod


Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2013
Messages: 110
Localisation: Alsace

MessagePosté le: Sam 11 Mai - 19:22 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

C'est marrant tu passe ton temps a nous dire que les témoins de la Shoah faut pas les écouté... Et la tu nous bassine qu'on les écoute pas assez... Un peu de cohérence...
_________________
Vive la vérité, qu'elle qu'elle soit...


Revenir en haut
Briard
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 3 331

MessagePosté le: Sam 11 Mai - 20:55 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

Depuis quand les témoins d'Oradour sont des témoins de la "Shoananas" ?
Mon pôvre Soulrod, tu es le parfait représentant de cette réplique de Gabin "si la connerie se mesurait il servirait de metre étalon" !!
_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter.
F Fenelon


Revenir en haut
Soulrod


Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2013
Messages: 110
Localisation: Alsace

MessagePosté le: Sam 11 Mai - 21:39 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

Les témoins d'oradour ne sont pas des témoins de la Shoah, mais des témoins occulaire. Ce que je note c'est que les negagas nous assène que les centaines de témoin de la Shoah sont pas crédible, Mme Rouffanche pas crédible mais si un témoin à prononcé une phrase qui leurs permettent de l'interprèté pour servir leur soupe la ça devient parole d'évangile...
_________________
Vive la vérité, qu'elle qu'elle soit...


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Dim 12 Mai - 18:39 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

Michael a écrit:
 Je comprends votre embarras pour répondre.
Mais continuons,tous les témoins oculaires ont déclaré:
 "avoir entendu  une ou plusieurs explosions venant de l'église".
Les Waffen-SS n'auraient donc pas mis le feu volontairement
comme on nous le raconte depuis 1944,mais qu'un dépôt de munitions
clandestin des maquisards semble  être l'origine de ce drame.

 


Au plaisir.


Notre néga sait il que les grenades explosent et font du bruit ! Very Happy
Cette presomption de depot de munitions clandestin n'a jamais ètè avancée par les SS survivants , accusés à Oradour et encore moins par la declaration du commandant SS otto Kahn , condamné à mort par contumace mais refugié en allemagne et libre , faite devant un tribunal de Dortmund en 1962


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Dim 12 Mai - 22:41 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

Bien sur que des "grenades qui explosent" font du bruit ! Mais en même temps ces explosions peuvent alerter des soldats qui s'attendent à une attaque du maquis et qui réagissent en conséquence... Donc, explosion d'un dépôt d'explosif ou de grenades, l'effet est le même !
Par ailleurs comment se fait-il que personne n'ait publié ces "révélations" extraordinaires ?
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Dim 12 Mai - 23:58 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

non , même les SS survivants temoigneront : le massacre des otages etait prémédité , les SS avaient disposé des mitrailleuses à l'entrée des granges , et c'est à un signal de leur superieur qu'ils ouvriront le feu
il n'y a pas de panique chez les SS , suivant une supposée attaque du maquis ( et qui n'a jamais existé ) et le mitraillage des granges est bien une action déliberée


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Lun 13 Mai - 08:10 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

Ben voyons ! On ne va pas recommencer à rabacher les inepties du compte-rendu "officiel" de l'historiquement correct. Lebel s'y accroche bec et ongles en rejetant les témoignages de Weidinger et d'autres officiers SS qui disent exactement le contraire. Il s'en tient aux témoignages des "bons" SS, que furent les quelques "malgrés nous" alsaciens présentés aux tribunaux français de la Libération et qui pour sauver leurs peaux avouèrent ce que leurs avocats -commis d'office- leur avaient suggéré.
Il n'en demeure pas moins que l'enquête rigoureuse réalisée depuis, démontre, et s'il en était besoin que le montage réalisé par les FTP et donc les communistes n'est que contre-vérités. J'ai pu m'en rendre compte moi-même en visitant les lieux ! Point !
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Lun 13 Mai - 11:11 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

Admin , toutes les discussions à ce sujet ont fait l'objet de nombreux fils dont , http://forumfrance-en-guerres.xooit.fr/t1729-La-verite-sur-Oradour.htm , je t'y demontrais les inepties et les omissions du livre de Weidinger qui semble tout rejeter sur son subordonné Diekman , opportunement tué en Normandie
Le Commandant Diekmann avait trouvé, entre autres, à la sortie d'Oradour-sur-Glane, les restes d'un échelon sanitaire dont tous les éléments, blessés, conducteurs, chefs de voiture, avaient été attachés aux volants de directions, et avaient manifestement été brûlés vivants. Pour étayer ces faits, des preuves furent envoyées, après la guerre, à Lammerding ainsi qu'au Service de Protection juridique.

Abstraction faite des victimes, femmes et enfants de l'église, ces nouveaux faits permettent une nouvelle appréciation de la décision de Diekmann de brûler le village et d'exécuter les hommes.
L'enquête juridique militaire ne put être terminée en Normandie compte tenu du fait que Diekmann fut tué dès les premiers engagements et que son bataillon subit des pertes s'élevant à 70-80% de tués, blessés et disparus. En outre, le Capitaine Kahn, commandant la 3ème Compagnie, grièvement blessé (amputation du bras), n'était plus là pour la continuation de l'enquête.
La procédure fut clôturée et remise en l'état à l'Administration Centrale. Les minutes des investigations du Tribunal Divisionnaire ont été perdues pendant les combats, des grosses ont été délivrées par le Cdt de la Division, l'Officier-opérations de la Division et l'Officier de Justice Militaire. Les événements de Tulle et Oradour ont fait l'objet, en outre, de compte rendus journaliers et, conformément aux ordres en vigueur, sous la rubrique "cas particuliers".
Kahn aussi, est mort quelques années plus tard.
Weidinger a ecrit son livre en 1990 ( interdit en France pour negationisme ) et semble ignorer le temoignage de Kahn , bien vivant , au tribunal de Dortmund ,et nous ressort l'invraisemblable recit de Matthes à Oradour en 1962 !
Alors , Admin , comme temoignage objectif , pour Weidinger , tu repasseras Very Happy


Revenir en haut
Michael


Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2012
Messages: 157
Localisation: Canada

MessagePosté le: Lun 13 Mai - 14:35 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

lebel a écrit:
Michael a écrit:
 Je comprends votre embarras pour répondre.Mais continuons,tous les témoins oculaires ont déclaré:
 "avoir entendu  une ou plusieurs explosions venant de l'église".
Les Waffen-SS n'auraient donc pas mis le feu volontairement
comme on nous le raconte depuis 1944,mais qu'un dépôt de munitions
clandestin des maquisards semble  être l'origine de ce drame.

 
 
 
Au plaisir.

 
Notre néga sait il que les grenades explosent et font du bruit ! Very Happy
Cette presomption de depot de munitions clandestin n'a jamais ètè avancée par les SS survivants , accusés à Oradour et encore moins par la declaration du commandant SS otto Kahn , condamné à mort par contumace mais refugié en allemagne et libre , faite devant un tribunal de Dortmund en 1962

 Celui nie un fait avéré est néga,ce qui n'est pas mon cas,
voici d'autres documents (source:seul forum de la Toile à avoir des documents
inédits de la WWII,j'ai cité LIBE-44)  :

Toujours à ce procès,Mme Rouffanche révéla un autre événement qu'on nous
avait caché jusque-là
:
- dans la sacristie,une explosion soudaine avait provoqué l'effondrement du plancher
et la chute des gens.
Si c'était vrai,alors les cadavres trouvés dans ce lieu ne devaient pas,eux non plus,
être calcinés.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
M. le Président : Ce qui nous intéresse c'est qu'au cours du tir, le plancher a pris feu ?

- Oui.

M. le Président : Est-ce qu'il y a eu une explosion au moment de l'effondrement ?

-  Oui il y a eu une explosion . Les gens qui étaient dans la sacristie sont passés 
 sous le plancher.Ma fille aînée et d'autres voisines
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
C'est ce que confirme le Commissaire de Police Hubert Massiéra qui avait enquêté
sur les lieux peu après le drame.Les cadavres retrouvés dans la resserre,nous dit-il,
n'étaient pas calcinés
.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sténotypies du procès de Bordeaux (redactylographiées).
Audience du 23 janvier 1953
Déposition du commissaire Hubert Massiéra.


Massiera : Non,sur le sol se trouvait des douilles de balles,à proximité
du tas de cendres du charnier,devant la porte de l'église et également sur les escaliers
qui conduisaient à la petite porte latérale,à côté où se trouvait la fosse.
Dans la sacristie,le plancher avait été effondré et on a trouvé à l'intérieur
 une trentaine de cadavres qui,ceux-là, ,n'étaient pas calcinés.
Je pourrais parler des événements qui se sont passés dans l'église.
J'ai entendu Mme Rouffanche,à l'hôpital de Limoges,j'ai été présenté à elle par des médecins.
Cette femme était grièvement blessée et m'a fait sa déposition comme suit:
 elle était chez elle,le jour de l'arrivée des allemands,avec son mari,son fils et ses deux filles.
Ils ont été conduits sur le champ de foire et,au bout d'un certain temps,Mme Rouffanche avec toutes
les femmes et les enfants ont été scindés en deux groupes:d'un côté les hommes de 
 l'autre côté
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
La thèse de l'incendie généralisée s'éloigne davantage.
Cela dit,intéressons-nous à d'autres témoins venus peu après le drame.
Le Commissaire de Police André Petit confirme:

"C'était une horreur gigantesque. Il n'y avait pas un corps intact.
Certains étaient coupés en deux".

 
Concernant l'église,Pierre Poitevin écrit:

"Des têtes se sont détachées des troncs,des bras,des jambes gisent çà et là,épars".
"Une main crispée pend après un ornement de fer tordu accroché au maître-autel"
(...) "un corps décapité est étendu en croix."

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Pierre Poitevin,
DANS L'ENFER D'ORADOUR      - 61 -

épargné personne.Toute la polpulation a péri.
Dans ce qui fut le sanctuaire,sous la voûte qui a résisté aux flammes,parmi les débris
 de toutes sortes,dix,vingt,trente,cinquante cadavres à demi calcinés émergent
d'une couche d'ossements et de cendres.
Des têtes se sont détachées des troncs,des bras et des jambes gisent çà et là,épars.
Des lambeaux de chairs brûlées sont collés,agglutinés aux murs.
Une douzaine de petits crânes noircis dont,à l'intérieur,la matière cérébrale a gardé
 une couleur jaunâtre,dorée,sont là,en chapelet,dans le chevet du chœur.
Une main crispée pend après un ornement de fer tordu accroché au maître-autel.
Et devant le bas-relief intact des disciples d'Emmaüs,un corps décapité est étendu en croix.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
L'évêque de Limoges confirme:

"Nous pénétrons dans l'église (...);çà et là des morceaux de crânes,de jambes,de bras,
de thorax,un pied dans un soulier".

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
" Déclaration de son Excellence Monseigneur Rastouil,évêque de Limoges"
ORADOUR-SUR-GLANE - CITE MARTYRE.

A 50 mètres de l'Eglise,sur la façade d'une maison incendiée,accrochés au mur brûlé,
une deuxième croix,en bois,reste debout,et dessus,Lui,toujours Lui,le Christ aux bras
étendus sur les ruines.C'est vrai cela,je l'ai vu et c'est bouleversant et consolant si le monde
sait répondre à l'appel du Christ.
Nous pénétrons dans l'Eglise,ruines,désolation,horreur,l'autel brisé,par endroits,
par les balles
et les marteaux;le tabernacle enfoncé devant et derrière;la table de communion arrachée
et tordue,çà et là des morceaux de crânes,de jambes,de bras,de thorax,un pied dans un soulier.
Les statues brisées gisant sur le sol;mais surprise encore et enseignement : Face à l'autel,
à gauche,deux statues sont absolument intactes;celle de Notre Dame de Lourdes et à trois
ou quatre mètres,celle de Bernadette,tournée vers Marie et en prières.
Et je me souviens que Notre Dame a été donnée
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Ces témoignages confirment amplement nos constatations matérielles issues des photographies.
Mais il y a plus.
Un ingénieur de la S.N.C.F.,Jean Pallier,qui s'est rendu à Oradour le lendemain du drame,
a rédigé ce rapport:
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Rapport de Jean Pallier/

COMPTE-RENDU DES EVENEMENTS D(ORADOUR-sur-GLANE

MISSION EFFECTUEE PAR UN INGENIEUR FRANCAIS les 9/10/11/12/13 JUIN 1944
Le 8 juin 1944,j'ai été désigné pour diriger une mission qui con
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
et qui,par la suite,a attendu que l'incendie soit suffisamment violent pour sortir de la grange
sans être vu des Allemands.
Il ne semble pas que les femmes et les enfants aient subi le même sort puisque l'on a retrouvé
dans l'église des corps que la mort a surpris dans une attitude normale.
Il s'en suit que les femmes et les enfants ont dû,avant de mourir,assister au massacre
des hommes.
Il est inimaginable que des cerveaux humains aient pu concevoir une chose pareille.
Faissent la justice divine et celle des hommes châtier comme il convient pareil crime
et venger tous ceux qui,au nombre de plus de MILLE périrent de la plus abjecte barbarie.
++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Dans son rapport,il écrit:

Il ne semble pas que les femmes et les enfants aient subi le même sort (que les hommes
qui ont été mitraillés puis brûlés) puisque l'on a retrouvé dans l'église des corps que la mort
 a surpris dans une attitude normale."


Témoignage isolé ? Non.

L'homme qui commandait les équipes de la Croix Rouge chargées de déblayer les lieux
consigne dans son rapport:

"Dans l'église en partie détruite (...) Ce sont les restes des femmes et des enfants surpris
 par la mort et brûlés sur place".

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Extrait de Pierre Poitevin, Dans l'Enfer d'Oradour (oct.1944),p.198.
LA CATASTROPHE D'ORADOUR-SUR-GLANE.
Par le Commandant G.Briand des Equipes d'urgence de la Croix-Rouge.

Quand j'entendis parler la première fois de la destruction d'Oradour-sur-Glane et du massacre
là un visage riant qui accentue le ton de l'émotion générale.
Le tramway stoppé et les équipes réparties,l'une au cimetière,l'autre aux issues du village
pour assurer le service d'ordre,je me dirige avec les trois autres vers l'église.
Cest là que devait nous être réservée l'impression la plus pénible et la plus forte.
Dans l'église en partie détruite,où le tabernacle est béant et les statues mutilées,
un tapis de cendres et d'ossements recouvre le sol.Ce sont les restes des femmes
et des enfants surpris par la mort et brûlés sur place.
On doit improviser des urnes funéraires avec tous les ustensiles
qu'on trouve à portée et recueillir pieusement ces restes pour les enterrer
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Ces constats s'accordent avec la thèse d'une explosion soudaine qui aurait provoqué le passage,
dans la nef,d'une nuée ardente.
Les femmes et les enfants se trouvant sur son chemin ont été totalement surpris et certains
sont morts avant d'avoir pu esquisser un geste....
_________________
"Il me semble qu'on vend l'Holocauste au lieu de l'enseigner."

Le rabbin Arnold Jacob Wolf,Directeur,Université de Yale.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:10 (2016)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> 39/45. La seconde Guerre Mondiale Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 39, 10, 1114, 15, 16  >
Page 10 sur 16

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com