France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe
Aller à la page: <  1, 2, 312, 13, 14, 15, 16  >
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> 39/45. La seconde Guerre Mondiale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Mer 15 Mai - 14:44 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

  Interessant echange entre Admin et le néga Mikael


M .ecrit  
les explosions d'un dépôt de munitions clandestin 
est plus que probable.

Pas déposé par les Allemands,donc par les maquisards.

Les massacrés de l'église (femmes et enfants) ont donc été massacrés

par ceux qui avaient caché ce dépôt clandestin....
 Admin repond 
On ne peut pas dire celà. Car c'est bien la compagnie de SS de la Das Reich qui est intervenue à Oradour avec le prétexte de retrouver le commadant  Kämp. Quelque soit la cause de l'explosion du dépôt clandestin, ce sont bien les SS qui ont enfermé les femmes et les enfants dans l'église et rien ne se serait produit s'il n'y avait pas eu cette explosion. D'ailleurs Weidinger lui-même n'accuse pas directement le maquis d'avoir causé la mort des habitants d'Oradour.
et M. de retorquer 
Vous voulez dire que si vous emmenez demain dans votre voiture (sabotée par un tiers qui aurait desserré vos roues),votre voisine avec ses enfants,un accident leur coût la vie suite à ce sabotage,c'est de votre faute ?


En clair , M . nous serine la thèse reynouardienne , partisane , neonazie et negationniste , à la quelle j'ai maintes fois repondue ,  à savoir que l'explosion et la mort subsequente  de femmes et d'enfants serait  due à l'action maquisarde  en exonerant les SS , bien sur !


Quant à Admin , il est plus reservé et il admet que c'est l'explosion qui est cause des victimes , sans incriminer le maquis , ce que même Weidinger ne fait pas 
Si vous avez des questions précises , je vous repondrai ...........sinon reportez vous aux nombreuses explications et sources que j'ai fournies , on gagnera du temps 
 Sur le pamphlet de Weidinger , je le tiens à votre disposition , in extenso , grace au web !


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 15 Mai - 14:44 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Mer 15 Mai - 14:53 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

Résistant a écrit:


- Personne n'a vu les SS entreposer cette quantité d'explosifs dans l'église. 


 As tu lû , en plus des depositions au procés de Bordeaux ,  la declaration de Otto Kahn , faite  en toute liberté ou il detaille l'apport d'explosifs par les SS?


Revenir en haut
Résistant
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2007
Messages: 1 681
Localisation: Vaucluse

MessagePosté le: Mer 15 Mai - 15:19 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

Non. Je n'ai pas lu cette déposition dont personne et c'est curieux ne fait état. Même les témpoignages faits au procés de Bordeaux. Si celà avait été le cas, il n'y aurait même pas eu la moindre controverse et tout le monde aurait dit: "les SS ont amené une grosse quantité d'explosifs qu'ils ont fait sauté et ils ont achevé les survivants".
Mais la thèse retenue par les tenants même du "Mémorial", c'est la thèse de l'incendie de l'église au moyen de fagots de bois apportés par les SS et entassés sur les bancs.
Cette déclaration d'Otto Kahn, je serais trés curieux de la connaître !


Revenir en haut
Briard
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 3 331

MessagePosté le: Mer 15 Mai - 15:41 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

Pour lebel c'est la faute de Pétain et de l'abrogation du decret Crémieux !! Laughing
_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter.
F Fenelon


Revenir en haut
Michael


Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2012
Messages: 157
Localisation: Canada

MessagePosté le: Mer 15 Mai - 15:46 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

lebel a écrit:
Résistant a écrit:
 
- Personne n'a vu les SS entreposer cette quantité d'explosifs dans l'église. 
 


 As tu lû , en plus des depositions au procés de Bordeaux ,  la declaration de Otto Kahn ,
 faite  en toute liberté ou il detaille l'apport d'explosifs par les SS?

 Deux petites questions à Lebel:

1) Kahn a-t-il déclaré au Tribunal avoir caché des dépôts de munitions clandestins dans les maisons ?


2) Comment Lebel explique-t-il tous ces maquisards qui habitent à Oradour,
village si paisible,loin des maquis d'après la version officielle ?
_________________
"Il me semble qu'on vend l'Holocauste au lieu de l'enseigner."

Le rabbin Arnold Jacob Wolf,Directeur,Université de Yale.


Revenir en haut
Résistant
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2007
Messages: 1 681
Localisation: Vaucluse

MessagePosté le: Mer 15 Mai - 17:01 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

Je viens de reprendre la lecture du livre de Guy Pauchou et du Dr Pierre Masfrand "Oradour sur Glane - Vision d'épouvante", édité en 1970 qui ne dit pas un seul mot sur Otto Kahn... De tels aveux auraient tout de même mérité au moins une ligne !

Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Mer 15 Mai - 17:26 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

Résistant a écrit:
Non. Je n'ai pas lu cette déposition dont personne et c'est curieux ne fait état. Même les témpoignages faits au procés de Bordeaux. Si celà avait été le cas, il n'y aurait même pas eu la moindre controverse et tout le monde aurait dit: "les SS ont amené une grosse quantité d'explosifs qu'ils ont fait sauté et ils ont achevé les survivants".
Mais la thèse retenue par les tenants même du "Mémorial", c'est la thèse de l'incendie de l'église au moyen de fagots de bois apportés par les SS et entassés sur les bancs.
Cette déclaration d'Otto Kahn, je serais trés curieux de la connaître !




 Si tu lisais mes messages , tu le saurais , c'est hier à 11h56
2) Otto Kahn : d'aprés sa deposition faite à Dortmund en decembre 62 , c'est Dickmann qui ordonne à un artificier, l' Ustuf Knug , de deposer 2 à 4 kg d'explosifs à l'interieur de l'eglise ( Knug , blessé par l'explosion , mourra peu aprés ..(.ce sera la seule victime allemande d' Oradour , ce qui dement un pretendu affrontement avec des maquisards , selon Reynouard ) , lors de l'explosion , le sol trembla dans un bruit assourdissant provenant de l'eglise 
http://www.oradour.info/appendix/kahnsta1.htm

Kahn a fait cette deposition en decembre 62 , 10 ans aprés le procés de Bordeaux ...........condamné à mort par contumace , il a , en vertu d'accord franco allemand , jamais été extradé , et c'est donc libre qu'il s'exprime pour defendre son superieur Lammerding et ses compagnons SS.......Il faut noter qu'il ne fait aucune reference à un depot de munitions caché dans l'eglise 
 Et pourquoi donc , en toute liberté , lui qui ne craint plus rien , ne revelerait il pas ce fait , utile pour dedouaner la responsabilité SS ?
Au procés de Bordeaux , on le croyait mort ou réfugié en Suéde ( c'est l'opinion de Weidinger en 1990 , pas curieux ! ) alors qu'il vivait tranquillement et est mort en 1977 dans sa ville natale  
Quant aux fagots deposés dans l'eglise , relis les depositions de certains accusés à Bordeaux , ils en font etat 


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Mer 15 Mai - 17:50 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

 En réponse à Mikael
Deux petites questions à Lebel:

1) Kahn a-t-il déclaré au Tribunal 
avoir caché des dépôts de munitions clandestins dans les maisons ?
2) Comment Lebel explique-t-il 
tous ces maquisards qui habitent à Oradour,
village si paisible,loin des maquis 
d'après la version officielle ?
_______
__________

1) lis donc la déposition de Kahn ( traduite en anglais ) il ne fait aucune mention de depots clandestins ........ni d'accredite la thèse de Weidinger sur l'ambulance detruite  avec les servants , massacrés 
2) il ne s'agit pas de maquisards ( d'aprés ta liste ) mais de sympathisants , comme dans toutes les villes de France ,et surtout dans cette région ...........de plus aucun temoin allemand ,  en juin 44 ou lors du procés , n'a pu prouver l'existence  d'armes retrouvées ou decouvertes 



Revenir en haut
Michael


Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2012
Messages: 157
Localisation: Canada

MessagePosté le: Mer 15 Mai - 18:07 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

lebel a écrit:
 En réponse à Mikael 
2) il ne s'agit pas de maquisards ( d'aprés ta liste )
mais de sympathisants , comme dans toutes les villes
de France ,et surtout dans cette région ...........de plus aucun temoin allemand ,  en juin 44 ou lors du procés ,
n'a pu prouver l'existence  d'armes retrouvées ou decouvertes 



Si tu avais lu mon post ci-dessus,tu aurais "découvert" ces 2 maquisards:

Jean-Jacques Fouché, Oradour ,p.140
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le 10 juin,il prit la fuite dès l'arrivée des Waffen-SS,après avoir...brûlé tous les papiers
 qui pouvaient lui nuire.Tout cela avant même de savoir ce qui allait se passer !
Voilà donc un homme qui n'avait pas la conscience tranquille,qui détenait des documents jugés
singulièrement compromettants et qui se doutait que les Allemands allaient perquisitionner.
S'il n'avait été qu'un "membre supplétif du maquis",il n'aurait certainement pas eu à agir ainsi.
Mais ce n'est pas fini.
Dans la maison détruite de Martial Machefer,on retrouvera le cadavre de Sarah Jakubowitz,
une jeune fille originaire de Pologne et dont la famille s'était réfugiée un temps à Oradour.
Son frère,David,s'était engagé dans les F.T.P.Sarah sera-t-elle inhumée anonymement dans une fosse
commune avec les autres victimes ? Non,son cadavre sera reconnu et....
...il sera enterré au cours d'une grande cérémonie organisée par...l'Union de Résistance et d'Entraide
des Juifs de France,une organisation d'obédience communiste.
Six cents (voire huit cents) personnes assisteront à cette cérémonie au cours de laquelle
"un catafalque (fut) dressé,entouré d'une garde d'honneur (de F.T.P) en armes (...).
Des gerbes (furent) déposées au nom des formations militaires qui rend(irent) les honneurs".
(ci-dessous,extraits soulignés,p.126)
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
David se marie,en décembre 1940,dans les combles de la mairie de Saint-Victurnien.
La famille subit les agressions des miliciens.David devient bûcheron.
Il s'engage dans la Résistance en rejoignant,probablement épisodiquement,
le groupe issu de l'équipe de football de Saint-Victurnien,
puis une compagnie FTP
.Il protège comme il peut ses parents,son épouse   et son fils.
Sa sœur Sarah est mise en sécurité dans le bourg d'Oradour,chez le cordonnier Machefer qui habite
sur le champ de foire.
Il est le plus proche voisin de la famille Kanzler.Joseph Kanzler,né en 1893 à Budapest,et son épouse
Maria Goldmann née en
Jean-Jacques Fouché, Oradour, p.126

Albert Mirablon,né aux Etats-Unis et authentique résistant comme on l'a dit précédemment.
Le quotidien Centre libre,dans son édition du 20 septembre 1944 (n°25),annonce
pour le lendemain "les obsèques de mademoiselle Sarah Jakobowicz,décédée à l'âge de seize ans,
brûlée vive à Oradour ".
Un communiqué de l'Union de résistance et d'entraide des Juifs de France,qui se présente
au côté de la famille coorganisatrice de la cérémonie,précise: "Mle Jakobowicz est morte
 suppliciée au cours de l'effroyable crime d'Oradour,ses restes furent recueillis par
 son frère,soldat FTP qui,les Allemands
encore présents,creusa de ses mains la tombe improvisée."
La cérémonie se déroulera successivement à Oradour puis à Limoges,dans les deux localités
sur le champ de foire,avant l'inhumation au cimetière de Louyat à Limoges,où la tombe
 est surmontée par une colonne coupée en biseau.
Le 22,le même quotidien rend compte des obsèques.
Six cents personnes ont fait le déplacement à Oradour,on en compte huit cents devant la maison
où le corps carbonisé de la jeune fille a été recueilli par son frère.
Un catafalque est dressé,entouré d'une garde d'honneur en armes,à laquelle participe le frère de Sarah.
Des gerbes sont déposées au nom des formations militaires qui rendent les honneurs:
 les FTP de la caserne Marceau à Limoges
,une compagnie dénommée
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 Ajoutons que le cercueil de Sarah était recouvert du drapeau tricolore.
Si,vraiment,Sarah n'avait été qu'une jeune fille anonyme ou qu'un petit membre supplétif,
sans mission précise,elle n'aurait jamais bénéficié d'une telle cérémonie.
Plus on avance,donc,plus la thèse du village tranquille et sans maquis notable se fissure.
La simple réflexion d'un survivant va la fracasser.

Le récit de Mathieu Borie.

Le 23 juin 1994,l'hebdomadaire Paris Match publia un document inédit:
- le récit du drame d'Oradour rédigé peu après les événements par Mathieu Borie.
Pourquoi n'avait-il jamais été publié ?
On va le comprendre maintenant.
Le rescapé raconte ainsi sa tentative de fuite:

" Je monte au carrefour pour prendre la route du cimetière,mais les Boches sont en position.
Trop tard pour m'évader.Etant résistant,je pensais aller chercher du renfort.
Je suis obligé de continuer.Des coups de feu claquent de partout.Je me dis:
"Il y en a quelques-uns qui ne veulent pas suivre et qui engagent le combat".


Tu en veux d'autres mon cher Léon ?
_________________
"Il me semble qu'on vend l'Holocauste au lieu de l'enseigner."

Le rabbin Arnold Jacob Wolf,Directeur,Université de Yale.


Revenir en haut
Soulrod


Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2013
Messages: 110
Localisation: Alsace

MessagePosté le: Mer 15 Mai - 18:28 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

Roro rassure moi tu ne crois quand même pas ce que tu écris? 2 Maquisards valent la peine pour tout un village, femmes et enfants compris? 2 maquisards sans arme dont un se souci juste de détruire des papiers? Et étrangement aucun ne songe à cherché la moindre arme dans les si nombreuses caches que tu évoque....


Et pourquoi Oradour et pas les autres fiefs du FPT? Courageux mais pas téméraires les SS?
_________________
Vive la vérité, qu'elle qu'elle soit...


Revenir en haut
Michael


Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2012
Messages: 157
Localisation: Canada

MessagePosté le: Mer 15 Mai - 21:34 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

 Devant le silence de Lebel et ses amis,je continue cette contre-enquête,
pour démontrer que ceux qui ont provoqué ce drame atroce ne sont pas
ceux que l'on nous désigne depuis 1944.
 
 
L'état des maisons détruites.
Dans un premier temps,j'invoquerai l'état des maisons à Oradour.
Celles que vous voyez à l'écran ont leurs murs maculés de traces de noir de fumée.
C'est typique de l'incendie.Les traces blanches sous le noir de fumée nous indiquent
même que des flammes sont sorties et ont léché les murs en ces endroits.
 
 
 
  
Voici d'autres maisons d'Oradour qui ont été ravagées par des incendies.
Là encore,le noir de fumée est bien visible.
 
 
 
 
 
Maintenant regardez ces trois bâtisses.
(source):
http://www.google.fr/imgres?q=oradour sur glane&sa=X&hl=fr&biw=…
 
 
 
 
  
La maison du Résistant Martial Machefer (à gauche),où le corps de Sarah Jakubowicz a été retrouvé,
l'hôtel Milord (au centre) et l'épicerie Mercier (à droite) où Mathieu Borie avait aménagé une cache.

Deux éléments frappent:
- l'absence totale de trace de noir de fumée et,surtout,
- la végétation intacte.
En cas d'incendie,elle aurait brûlé sous l'effet du rayonnement.
Tout indique donc que ces maisons ont été détruites par des explosions.
Peut-on invoquer des bouteilles de gaz qui auraient explosé après qu'un incendie ait été allumé ?
Il est vrai que,lors de mon enquête,j'ai vu au moins une bouteille dans les ruines.
Mais je n'en ai vu aucune éventrée et jamais je n'ai entendu parlé,à Oradour,d'explosions dues
à des bouteilles de gaz.
 
La thèse officielle ne parle que d'incendies allumés par les Waffen-SS.

J'ajoute que,dans son rapport rédigé le 4 janvier 1945,le juge allemand qui avait enquêté
sur le drame et interrogé des Waffen-SS écrit (extrait):
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
O.U.den,4.1.1945
Geheim
Tötung frans.Stagteangehbriger .Urteil
An das
Gericht des Höheren Pionier-Pürero Ungarn
Anliegande Vorgange ende ich mit folgender Siellungnahme zuruck
1) Vorfälle in Tulle :
(Ein gerichtl Ermitlungaverfahren wegen der Vorfälle,in Tulle
- ist beim hirsigen : Gericht nie einfeleiter worden
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
(Rapport du juge Detlev Okrent (04/01/45) traduction française:
"Dès l'approche,la compagnie essuya le feu de fusils et de mitrailleuses.
Une fois brisée la résistance,une quantité d'armes considérable fut saisie lors de la fouille
des maisons.Là-dessus,le feu fut mis au village.Il s'ensuivit dans presque toutes les maisons
des détonations provenant des munitions détenues en secret.
Les détonations furent si fortes que le commandant en chef dut retirer ses hommes pour leur sécurité".
 La première partie de ce texte confirme que les coups de feu entendus par Mathieu Borie
étaient bien dus à des maquisards armés.
Voilà sans doute pourquoi il voulait se précipiter pour appeler des renforts.
Quant à la deuxième,elle explique l'état de nombreuses maisons dans le village détruit.
Elles contenaient des dépôts de munitions.
Le juge Okrent n'est d'ailleurs pas le seul à avoir parlé d'explosions dans les maisons.


 
 

Dans son ouvrage,Pierre Poitevin rapporte l'histoire de Louise Compain,arrivée le soir
avec d'autres aux environs d'Oradour et arrêtée par des Waffen-SS.
Interrogés,ceux-ci déclarèrent que tous les habitants du village étaient morts et qu'Oradour
était une capitale du maquis.
Face à l'insistance des gens inquiets,un Allemand ajouta:
"Nous trouver des armes et des munitions.Alors tout faire sauter,tout flamber.
Ecoutez les explosions ! ..."
Le fait que Mlle Compain dise n'avoir rien entendu ne change pas grand-chose;l'état de certaines
maisons appuie la thèse des explosions. (ci-dessous :extrait de la page 56 et 57):
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Orpheline de père et de mère,brûlés dans la catastrophe,Mme Louise Compain nous rapporte
ce qui se passa autour d'elle pendant ces moments tragiques.
- Comme nous voulions savoir ce qu'on avait fait de la population,si on avait fusillé des otages,
des Allemands nous répondaient invariablement par ces mots:
"Tous kaput ! tous kaput ! "
Pierre Poitevin,Dans l'enfer d'Oradour (éd.1944),p.56
DANS L'ENFER D'ORADOUR     - 57 -
( Que sont devenus nos femmes,nos enfants ? Interrogeaient,haletants d'émotion,les hommes
qui étaient avec nous.
- Tous kaput ! tous kaput !
"Kapitale maquis ! kapitale maquis !"
Nous pensions qu'une bataille s'était peut-être livre entre le maquis et eux;mais un Allemand,
baragouinant en français,s'approcha de notre groupe et nous expliqua:
"Nous trouvez des armes et des munitions.Alors faire tout sauter,tout flamber.
Ecoutez les explosions ! ..."
Nous entendions les maisons s'écrouler en un vacarme effrayant,mais à aucun moment
nous ne percevions le bruit de bombes ou d'explosions.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Les douilles dans l'église.
Allons plus loin.Oui,oublions ces maisons sièges d'explosions.
Dans ses différents témoignages et dans celui,officiel,du 30 novembre 1944,
Marguerite Rouffanche a toujours parlé d'une fusillade qui avait eu lieu dans l'église.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Je dus la vie à l'idée que j'eus de fermer les yeux et de simuler la mort.
"Une fusillade éclata dans l'église,puis de la paille,des fagots,des chaises,furent jetés pêle-mêle
sur les corps qui gisaient sur les dalles.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Sans surprise,la thèse officielle accuse les Allemands d'avoir voulu "terminer le travail"
en massacrant les femmes et les enfants qui avaient survécu à la fumée asphyxiante
de la mystérieuse "caisse". (ci-dessous : extrait de la page 49 du livre de Pierre Poitevin):
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 Pierre Poitevin, DANS L'ENFER D'ORADOUR - 49 -
L'ASPHYXIE ET LA MITRAILLE
Dans un brouhaha effréné, le feu de Bengale
Les tueurs à l'affût braquent leurs armes automatiques dans la fumée qui reflue sur eux,
et ils tirent précipitamment,à l'aveugle,des rafales de leur mitraille.
L'ouverture se referme.Les cris s'apaisent,
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
D'après le rapport de l'évêché de Limoges," des centaines de douilles" ont été retrouvées dans l'église.
(ci-dessous : extrait de la déclaration):
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
" Déclaration de son Excellence Monseigneur Rastouil,évêque de Limoges"
ORADOUR SUR GLANE  - CITE MARTYRE
 - 2 -
L'EFFROYABLE MASSACRE
L'INCENDIE
---------------------------------------
Quand femmes et enfants sont réunis dans l'Eglise,les allemands viennent déposer sur l'autel
une caisse et y allument des mèches.Fumée,suffocation,panique,cris...
Puis,plus tard,les mitrailleuses crépitent,amenées,comme l'attestent les centaines de douilles
trouvées sur le sol,jusqu'au premier tiers de l'Eglise.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Ailleurs,Guy Pauchou et Pierre Masfrand précisent que l'on a retrouvé:

" des quantités de douilles" de 9 mm avec inscrit sur le culot "WRA 9 mm";
- 3 douilles portant l’inscription : "hrn St" suivi de deux fois deux chiffres;
- plusieurs douilles marquées : "aso Stf 8-44";
- 1 douille marquée : " Kam St 42-5";
- 3 douilles sans mention lisible.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Balles allemandes  G.Pauchou & P.Masfrand, Oradour-sur-Glane, vision d'épouvante
(éd.1966),p. 96
Si l'on n'a recueilli dans les ruines aucun engin incendiaire,on a cependant trouvé des quantités
de douilles de révolvers de 9 millimètres avec inscriptions au culot:
WRA 9 mm,ainsi que des douilles de fusils.
M.Romério,entrepreneur T.P,chargé de la consolidation des ruines de l'église,a découvert,
près du maitre-autel,sous des tas de décombres,au milieu d'ossements humains et d'objets divers,
six douilles de fusils de 50 millimètres de longueur,portant au culot les inscriptions suivantes:
- la première : hrn St 39-43;
- la deuxième: hrn St 40-43;
- la troisième:hrn St 41-43.
Les inscriptions des trois culots des autres douilles détériorées par le feu et l'oxydation
demeurent illisibles.
Pour notre part,nous avons découvert une douille de révolver portant l'inscription suivante:
aso Stf 8-44 et plusieurs autres de fusil sur lesquelles nous relevons les mêmes lettres et chiffres
que ci-dessus.Nous en noterons une portant l'inscription suivant: Kam St 42-5.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
D'après,donc,les informations recueillis,l'immense majorité d'entre elles portaient la mention
"WRA 9 mm"et une douzaine d'autres des inscriptions différentes.
Pour cette douzaine,la provenance est incontestablement allemande.
Concernant une douille de la seconde guerre mondiale avec marqué:"hrn".
Ces trois premières lettres indiquaient le nom de la fabrique d'armement;
"St" indiquait la nature du culot (culot acier,culot renforcé...);
- le premier chiffre était le numéro du lot,
- le deuxième indiquait l'année de fabrication.
"hrn" indiquait une fabrique de munitions située en Prusse orientale,
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Ka Gerhardi u.Co.,Inh.K.Steinweg,Dr H.Steinweg u.R.Neuerb
Kam Hugo Schneider AG,Werk Skarzysko Kamienna,Pologne.
Kaw Weber u.Niezel,Dresde.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Kam" une fabrique située en Pologne,
et "aso" une fabrique à Schweinfurt.Par conséquent,une provenance allemande indéniable.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
aso Fichtel u.Sachs,Schweinfurt.
asr HAK Hanseatisches-Kettenwerk Gmbh,Hamburg-Langenhorn.
asw E & F. Hoerster,Solingen.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
En revanche,"WRA" indiquait la fabrique américaine Winchester,située à New Haven dans le Connecticut.

Confirmé par la version officielle:

http://oradour-sur-glane.pagesperso-orange.fr/page_18.htm

_________________
"Il me semble qu'on vend l'Holocauste au lieu de l'enseigner."

Le rabbin Arnold Jacob Wolf,Directeur,Université de Yale.


Dernière édition par Michael le Jeu 16 Mai - 09:00 (2013); édité 2 fois
Revenir en haut
Jardin David


Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2011
Messages: 474
Localisation: France

MessagePosté le: Mer 15 Mai - 21:38 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

Michael a écrit:
 Devant le silence de Lebel et ses amis,je continue cette con ...





Juste un mot de ma part, et sans être un "ami" de Léon. 
Je n'ai aucune envie de m'exprimer sur ce fil, et donc aucune envie d'être pris à témoin par Michael-Roro ou Miro si vous préférez. Oradour, ce n'est pas spécialement mon truc. Mais après tout, chacun son terrain d'action. Assez à faire ailleurs pour ma part.
Négationnistes de tous les pays, unissez vous ... et allez donc voir sur libé44 si j'y suis !
JD


_________________
Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi (Le Cid)


Revenir en haut
Skype
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Mer 15 Mai - 22:55 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

 
Dans sa laborieuse compilation , le néga M . veut nous prouver une evidente resistance armée à Oradour en citant le juge allemand Ockrent 




'ajoute que,dans son rapport rédigé le 4 janvier 1945,le juge allemand qui avait enquêté sur le drame
et interrogé des Waffen-SS écrit (extrait):
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
O.U.den,4.1.1945
Geheim
Tötung frans.Stagteangehbriger .Urteil
An das
Gericht des Höheren Pionier-Pürero Ungarn
Anliegande Vorgange ende ich mit folgender Siellungnahme zuruck
1) Vorfälle in Tulle :
(Ein gerichtl Ermitlungaverfahren wegen der Vorfälle,in Tulle
- ist beim hirsigen : Gericht nie einfeleiter worden
------------------------------------------------------------------------------
Il se trouve que le juge allemand parle de Tulle , ou il y a eu effectivement des engagements avec le maquis , et non pas d'Oradour
Un trucage et un mensonge de plus..................et je comprends JD de ne pas vouloir discuter avec le nauseabond Mikael- Roro 


Revenir en haut
Michael


Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2012
Messages: 157
Localisation: Canada

MessagePosté le: Jeu 16 Mai - 07:29 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

lebel a écrit:
 Dans sa laborieuse compilation , le néga M . veut nous prouver une evidente resistance armée à Oradour en citant le juge allemand Ockrent     'ajoute que,dans son rapport rédigé le 4 janvier 1945,le juge allemand qui avait enquêté sur le drame
et interrogé des Waffen-SS écrit (extrait):
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
O.U.den,4.1.1945
Geheim
Tötung frans.Stagteangehbriger .Urteil
An das
Gericht des Höheren Pionier-Pürero Ungarn
Anliegande Vorgange ende ich mit folgender Siellungnahme zuruck
1) Vorfälle in Tulle :
(Ein gerichtl Ermitlungaverfahren wegen der Vorfälle,in Tulle
- ist beim hirsigen : Gericht nie einfeleiter worden
------------------------------------------------------------------------------
Il se trouve que le juge allemand parle de Tulle , ou il y a eu effectivement des engagements avec le maquis , et non pas d'Oradour
Un trucage et un mensonge de plus..................et je comprends JD de ne pas vouloir discuter avec le nauseabond Mikael- Roro 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


Voici la traduction du texte en français du juge Okrent,je souligne les passages que le négaga lebel n'a pas voulu voir ,
 
il s'agit bien de Mathieu Borie entre autres,"Résistant" habitant à Oradour :
 
 
 (Rapport du juge Detlev Okrent (04/01/45) traduction française:
 

"Dès l'approche,la compagnie essuya le feu de fusils et de mitrailleuses.
Une fois brisée la résistance,une quantité d'armes considérable fut saisie
 lors de la fouille des maisons.
Là-dessus,le feu fut mis au village.Il s'ensuivit dans presque toutes les maisons
des détonations provenant des munitions détenues en secret.
Les détonations furent si fortes que le commandant en chef dut retirer
 ses hommes pour leur sécurité".

 
 La première partie de ce texte confirme que
 
les coups de feu entendus par Mathieu Borie étaient bien dus
à des maquisards armés.
Voilà sans doute pourquoi il voulait se précipiter pour appeler des renforts.

Quant à la deuxième,elle explique l'état de nombreuses maisons
dans le village détruit.
Elles contenaient des dépôts de munitions.

Le juge Okrent n'est d'ailleurs pas le seul à avoir parlé d'explosions
 dans les maisons.

 
Dans son ouvrage,Pierre Poitevin rapporte l'histoire de Louise Compain,
arrivée le soir avec d'autres aux environs d'Oradour et arrêtée
 par des Waffen-SS.
Interrogés,ceux-ci déclarèrent que tous les habitants du village étaient morts
 et qu'Oradour était une capitale du maquis.
Face à l'insistance des gens inquiets,un Allemand ajouta:
 
 
"Nous trouver des armes et des munitions.Alors tout faire sauter,tout flamber.
Ecoutez les explosions ! ..."
Le fait que Mlle Compain dise n'avoir rien entendu ne change pas
grand-chose;l'état de certaines maisons appuie la thèse des explosions.
 (ci-dessous :extrait de la page 56 et 57):
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Orpheline de père et de mère,brûlés dans la catastrophe,
Mme Louise Compain nous rapporte ce qui se passa autour d'elle
pendant ces moments tragiques.

- Comme nous voulions savoir ce qu'on avait fait de la population,
si on avait fusillé des otages,des Allemands nous répondaient invariablement
par ces mots:
"Tous kaput ! tous kaput ! "

 
 


 
Pierre Poitevin,Dans l'enfer d'Oradour (éd.1944),p.56
DANS L'ENFER D'ORADOUR     - 57 -
 
( Que sont devenus nos femmes,nos enfants ? Interrogeaient,haletants d'émotion,les hommes qui étaient avec nous.
- Tous kaput ! tous kaput !
"Kapitale maquis ! kapitale maquis !"
Nous pensions qu'une bataille s'était peut-être livre entre le maquis
 et eux;mais un Allemand,baragouinant en français,s'approcha
de notre groupe et nous expliqua:
"Nous trouvez des armes et des munitions.Alors faire tout sauter,
tout flamber.Ecoutez les explosions ! ..."
Nous entendions les maisons s'écrouler en un vacarme effrayant,
mais à aucun moment nous ne percevions le bruit de bombes ou d'explosions.
 
Voilà la MAUVAISE FOI révélée du sieur Lebel,qui comme à son habitude
entraîne dans ses délires son "ami" Jardin potagé,qui lui aussi
 n'a rien n'a opposé...
 
PREUVE qu'ORADOUR était bel et bien un nid de maquisards.
 
CQFD
 
Au plaisir et à votre disposition pour d'autres documents,
les archives de LIBE-44 sont très fournies.
 
 
 
 
_________________
"Il me semble qu'on vend l'Holocauste au lieu de l'enseigner."

Le rabbin Arnold Jacob Wolf,Directeur,Université de Yale.


Revenir en haut
Résistant
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2007
Messages: 1 681
Localisation: Vaucluse

MessagePosté le: Jeu 16 Mai - 09:32 (2013)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

Non Michael, vous citez Poitevin et Mathieu Borie, mais vous ne citez pas le rapport du juge Okrent qui comporte un paragraphe "1" qui concerne évidemment Tulle, mais qui doit également comporter un paragraphe "2"... Oradour ?
Il y eut un combat entre résistants et SS à Tulle. Mais nous n'avons aucune preuve d'un combat similaire à Oradour.
Pour l'honnêteté du débat, il faudrait citer l'intégralité de ce rapport et pour ma part je ne pense pas à un combat entre résistants et soldats allemands à Oradour, et la similitude avec Tulle n'est pas crédible.
D'ailleurs, à Tulle, les Allemands après avoir libéré la petite ville (il ne s'agit pas d'un village), s'emparent d'otages, tous des hommes adultes, ne détruisent aucune maison et laissent les femmes et les enfants libres. Aprés des négociations serrées ils éxécutent une partie de ces otages (moins d'une centaine). Les Allemands ? Ce sont aussi des SS de la division Das Reich qui ont les mêmes instructions que ceux qui investissent Oradour.
Par ailleurs, il n'est pas question ici de traiter de "négationnistes" ceux qui essaient de comprendre ce qui s'est passé. Personne ici en effet ne NIE le massacre des habitants d'Oardour dans d'horribles conditions.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:32 (2016)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> 39/45. La seconde Guerre Mondiale Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 312, 13, 14, 15, 16  >
Page 13 sur 16

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com