France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe
Aller à la page: <  1, 2, 36, 7, 814, 15, 16  >
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> 39/45. La seconde Guerre Mondiale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Briard
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 3 331

MessagePosté le: Sam 3 Nov - 22:27 (2012)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

<<  Tu sais bien , JD , qu'avec ces " revisionnistes " t'as beau leur mettre le nez dans leurs fientes , ils te jureront que c'est de la mousse au chocolat  >>

Et là JD tu as a faire à un spécialiste du genre. Licencié es mousse au chocolat !!
_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter.
F Fenelon


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 3 Nov - 22:27 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Jardin David


Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2011
Messages: 474
Localisation: France

MessagePosté le: Sam 3 Nov - 22:31 (2012)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

Je n'ai rien contre la mousse au chocolat, mais je ne pensais pas venir ici pour parler cuisine !
_________________
Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi (Le Cid)


Revenir en haut
Skype
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Dim 4 Nov - 02:17 (2012)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

Patton14 a écrit:
boisbouvier a écrit:
Il me semble que quand on entend Ohlendorf avouer à la TV qu'il a ordonné la fusillade de 90 000 juifs en Ukraine en 41 on peut le croire. Non ?




Comme R.Hoss,qui non seulement multiplie les morts,

mais s'occupait d'un "camp" qui n'existait sur....aucune carte (?)
c'est dire la fiabilité des "témoins".
Faut dire que des interrogatoires à la gnole et au fouet....
Sacré Michel,suis pas sûr qu'on puisse te sauver (pas même ton âme).
Quant à Ohlendorf:il faut nous citer sa déclaration dans son entier.

http://forum.axishistory.com/viewtopic.php?t=59983

Tout le monde ne parle et ne lit pas l'anglais.
Alors ou tu te donnes la peine de traduire ou tu t'abstiens de copié/collé un texte en anglais sans mettre sa traduction.


Revenir en haut
Frère Jacques


Hors ligne

Inscrit le: 11 Oct 2010
Messages: 309
Localisation: Marseille

MessagePosté le: Dim 4 Nov - 09:14 (2012)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

lebel a écrit:
Patton14 a écrit:
boisbouvier a écrit:
Il me semble que quand on entend Ohlendorf avouer à la TV qu'il a ordonné la fusillade de 90 000 juifs en Ukraine en 41 on peut le croire. Non ?





Comme R.Hoss,qui non seulement multiplie les morts,

mais s'occupait d'un "camp" qui n'existait sur....aucune carte (?)
c'est dire la fiabilité des "témoins".
Faut dire que des interrogatoires à la gnole et au fouet....
Sacré Michel,suis pas sûr qu'on puisse te sauver (pas même ton âme).
Quant à Ohlendorf:il faut nous citer sa déclaration dans son entier.








http://forum.axishistory.com/viewtopic.php?t=59983

Tout le monde ne parle et ne lit pas l'anglais.
Alors ou tu te donnes la peine de traduire ou tu t'abstiens de copié/collé un texte en anglais sans mettre sa traduction.





Un peu de respect pour vos contradicteurs,lebel !

? la charte du forum demande que les questions et réponses
soient en français et non en langue étrangère.
Nous ne sommes pas à Nuremberg où certains interrogatoires
étaient rédigés en anglais et signés par les interrogés:exemple R.HOSS
(qui ne parlait pas l'anglais:sérieux ce "grand" procès).
_________________

Une autre version,
qui n'entend qu'un son,n'entend qu'une cloche.


http://phdnm.org/


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Dim 4 Nov - 12:54 (2012)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

PRESIDING JUDGE MUSMANNO: Witness, you may perhaps not agree to what I have stated, but you will have to agree to what you stated yourself on 3 January 1946; you were asked: "Do you know how many persons were liquidated by the Einsatzgruppe D under your direction?" And you answered: "In the year between June 1941 and June 1942 the Einsatzkommandos reported ninety thousand people liquidated.
Temoin , vous n'êtes peut être pas d'accord avec ce que j'ai declaré , mais vous serez d'accord avec votre declaration du 3 janvier 1946 à la question " Savez vous combien de personnes ont été liquidées , sur votre ordre , par le Einsatzgruppe D " et vous avez répondu " Entre juin 41 et juin 42 , sur un an ,le EK a signalé la liquidation de 90000 personnes "

DEFENDANT OHLENDORF: Yes. Oui

PRESIDING JUDGE MUSMANNO: Question: "That included men, women, and children?" Answer: "Yes." Question: "On what do you base these figures?" Answer: "On reports sent by the Einsatzkommandos to the Einsatzgruppen." Question: "Were those reports submitted to you?" Answer: "Yes."
Question : Cela comprenait des hommes des femmes et des enfants ?
Réponse : OUI
Question Sur quoi basez vous ces chiffres ?
Réponse : Sur les rapports des EK aux EG
Question : Avez vous eu connaissance de ces rapports ?
Réponse : OUI


Voila pour la partie concernant la liquidation des 90000 personnes

Pour la partie concernant l'utilisation de camions à gaz , la déposition est trés longue , Ohlendorf
la reconnait et donne une description de ces camions et du modus operandi
Si vous le desirez , je traduirai cette partie plus tard
La recension in extenso de l'interrogatoire ( procés du 9 avril 1948 ) prend plus de trente pages , vous comprendrez que je ne peux , faute de temps , m'y consacrer .......il y a de bons moteurs de traduction , allez y Smile


Revenir en haut
Roro II


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 885
Localisation: Sainte Victoire

MessagePosté le: Dim 4 Nov - 15:32 (2012)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

Dans le Livre de la Mémoire juive,cependant, cette tuerie n'est pas
mentionnée.On y apprend toutefois que le 10 juin 1942, 1 200 juifs
auraient été " massacrés au cours d'une Aktion de deux jours "
et que le 25 juin, " après le massacre de 5 000 juifs, la grande Aktion
déclenchée à Lida" par les SS et les volontaires lituaniens aurait cessé. (1)


J'ignore si les 1 200 juifs allégués du 10 juin figurent parmi ceux du 25.
Mais quelle que soit la version choisie, la thèse officielle contradictoire
 sur les dates,évoque tout au plus 6 200 victimes.

On est loin des 16 000 mentionnées par W.Kube !


A son procès, le commandant de Einsatzgruppe D, Otto Ohlendorf,
certifia que les estimations consignées dans les rapports allemands avaient
 été grossièrement exagérées. (2)

Un an plus tôt, témoignant à Nuremberg, il avait lâché:

"Je crois que, dans les autres Einsatzgruppen, les chiffres ont été,
dans une grande mesure, exagérés."

(TMI, IV, 326).

Des massacres en lien direct avec la lutte contre les partisans.

Cela dit, revenons au sujet central.Le message du Feldmarschall von Reichenau
et la lettre de W.Kube démontrent que ces massacres de juifs à l'Est furent
une conséquence tragique de la guerre contre les partisans.
D'où leur caractère essentiellement limité (même s'ils touchèrent de très nombreux
innocents), alors que s'ils avaient été perpétré dans le cadre d'un génocide total,
tout le monde serait mort...

L'Accusation se contredit elle-même.

Sans surprise, R.Jackson omit de citer ces deux documents.
Mais ceux qu'il produisit allaient tout de même confirmer cette thèse.
On y apprenait par exemple que dans une cité de Ruthénie blanche,
337 juives avaient été fusillées pour avoir fait preuve d'une "attitude provocante"
et que dans une autre ville, 380 juifs avaient été fusillés
"pour avoir diffusé de la propagande subversive" (Ibid.,p.134).
Venaient ensuite le massacre de Kiev "en représailles d'incendies
qui avaient étéallumés dans la ville", les fusillades de Jitomir
 "l'expérience ayant appris qu'il fallait les considérer (les=les juifs)
 comme des agents de la propagande bolchevique"les exécutions
de Cherson "en représailles d'actes de sabotage"
(Id.)




Plus loin, le document R-135 déclarait nettement:


"Paysans, femmes et enfants sont fusillés, sous prétexte
qu'on les soupçonne d'appartenir à des bandes."(Id.)



Trois mois plus tard, l'Accusation soviétique produisit un rapport allemand
sur la liquidation du ghetto de Pinsk, les 29 et 30 octobre 1942,
une opération qui aurait coûté la vie à 26 200 juifs
(URSS-199a,TMI, VIII,298-300).


En 1963, certains membres du bataillon 306 qui avaient participé à cette opération
furent jugés.
On apprit alors que le ghetto avait été liquidé non dans le cadre d'une extermination
des juifs, mais parce qu'il était considéré comme "le centre de l'activité des gangs"
dans la région, une activité qui menaçait directement la ligne Brest-Gomel,
c'est-à-dire l'une des principales voies utilisées pour le ravitaillement des troupes.
(3 )


Quand on sait cela, on comprend pourquoi, à Nuremberg,le général Jodl déclara:


"Je puis vous dire d'une façon certaine que je n'ai jamais vu un ordre qui contint
autre chose que l'assurance que ces troupes de Police (les Einsatzgruppen)
avaient été envoyées dans la zone d'opération pour assurer la tranquillité
et l'ordre, pour éviter les émeutes, et éventuellement pour lutter contre l'activitédes partisans.Je n'ai jamais vu ni un ordre ni un compte rendu disant autre chose."
(TMI, XV,424).





Une confusion volontairement entretenue.



Malgré ce vide documentaire, l'Accusation n'hésita pas à déclarer par la voix
du commandant américain Warren Farr:

" Avec le déclenchement de la guerre et la marche des armées nazies
à travers l'Europe, les SS participèrent à cette solution de la question juive
dans tous les pays d'Europe.Cette "solution" n'était rien d'autre que
 l'extermination.La plupart des massacresfurent camouflés sous le nom d'action "contre les partisans"
ou "contre les guérillas"
(TMI, IV,219).




On le voit:le Père Desbois avec sa " shoah par balles" n'a rien inventé.
Sa thèse est née à Nuremberg où, faute de documents qui auraient
clairement démontré l'existence d'un génocide total et planifié,
l'Accusation confondit lutte anti-partisans et "Holocauste".

Les "camions à gaz".

R.Jackson évoqua ensuite les "camions à gaz". Il cita deux courts fragments
du fameux "document Becker" (PS-501) qui évoquait en premier lieu les difficultés
d'utilisation de ces véhicules.Or, même à supposer que ces camions aient existé,
rien, absolument rien ne permettrait de conclure qu'ils auraient été utilisés
pour la perpétration d'un génocide.
En particulier, le "document Becker" ne mentionnait jamais les juifs.
L'auteur parlait uniquement de "gens à exécuter", de "gens"
et de "prisonniers".
(Doc.PS-501, TMI, XXVI, 103-5).


Il pouvait donc s'agir de partisans, d'otages ou de civils tués en représailles
d'attentats.L'asphyxie dans des camions aurait alors constitué un mode
d'exécution particulier utilisé dans la guerre contre les partisans, à côté
de la fusillade et de la pendaison.
Plus tard, certes, le témoin à charge Otto Ohlendorf déclara que ces véhicules
gazeurs avaient été utilisés pour tuer les femmes et les enfants juifs sans avoir
à les fusiller.(.4)

Mais sa déposition desservit finalement l'Accusation, car à la question:


"Combien de personnes furent-elles exécutées dans ces voitures ? "


Il répondit:


"Je ne peux pas donner de chiffres exacts, mais le nombre était relativement
très faible, peut être quelques centaines."

(TMI, IV, 340).


Face à des estimations si dérisoires,il devenait évident que les "camions à gaz"
ne pouvaient être invoqués pour démontrer l'existence d'un génocide planifié
et perpétré à grande échelle.



R.Jackson invoque le ghetto de Varsovie.



Sans doute conscient qu'il n'avait jusqu'à présent rien démontré, R.Jackson
annonça qu'il allait achever son exposer par la production d'un "document écoeurant"
preuve du "caractère organisé et systématique des persécutions juives"
( 5)


Allait-on enfin découvrir l'ordre exterminateur d'Hitler ou un historique complet
adressé au Führer et retraçant l'extermination systématique des juifs ? Nullement !
Le procureur américain montra et résuma le rapport du général Stroop sur....
la destruction du ghetto de Varsovie (PS-1601).


Puis il lança en guise de conclusion:


" Nous déclarons que toutes les atrocités commises contre les juifs
(lors de la destruction du ghetto) furent l'extérioration et le point culminant
du plan nazi, auquel a collaboré chacun des accusés présent.
La détermination de détruire les juifs fut un lien puissant qui, en tout temps,unit les éléments de cette conspiration.
Sur bien des points de politique intérieure, il y eut des divergences parmi
les accusés.Mais il n'y en a pas un qui n'ait répondu au cri de ralliement
du nazisme: Deutschland Erwache, Juda Verrecke !
 (Allemagne réveille-toi,et toi, Israël, crève ! ) (Ibid., p.136).






L'Accusation n'avait finalement rien trouvé.  



Ce fut tout.On en déduit que l'Accusation à Nuremberg n'avait trouvé
aucun document administratif qui aurait fait allusion à une extermination planifiée:
ni ordre, ni projet, ni plan, ni budget, ni compte rendu de réunion,
 ni correspondances.....Rien. R.Jackson n'avait mentionné ni Auschwitz,
ni même les chambres à gaz !

Quand on compare avec tous les documents très clairs, à commencer
 par les ordres d'Hitler lui-même ! concernant l'effroyable lutte contre les partisans
 et l'extermination des "commandos", ce vide documentaire est frappant.....
  



1) Voy.Simon Wiesenthal,Le Livre de la Mémoire juive
(éd.Robert Laffont,1986),pp.143-153



2)Voy.la déposition de Mark Weber au deuxième procès d'Ernst Zündel
en 1988 Did Six Million Reallie Die ? 'Samisdat Publishers Ltd,Toronto,1992)
p.191, col.B.


3) Voy. Tikva Fatal-Knaani," The Jews of Pinsk,1939-1943,
Throughthe Prism of New Documentation", p.30.


Disponible sur:
http://1.yadvashem.org/download/about_holocaust/studies/FatalENGPRINT.pdf.



4" Dans les zones d'opérations des Einsatzgruppen, en territoire russe,
les juifs et les commissaires politiques devaient être liquidés"

(déposition d'O.Ohlendorf à Nuremberg:TMI, IV, 323)
"Selon un ordre formel de Himmler, les femmes et les enfants ne devaient
 pasêtre soumis à la torture des exécutions (par fusillade), de cette façon,
les hommes des kommandos, qui étaient pour la plupart mariés, n'étaient pasobligés de mettre en joue des femmes et des enfants" (Ibid., p.340).




5"Je n'insisterai plus sur ce sujet que pour citer un autre documenté
coeurant qui prouve le caractère organisé et systématique des
persécutions juives." (TMI, II, 135).


_________________
L'autre Histoire :

"qui n'entend qu'un son,n'entend qu'une cloche."


http://www.phdnm.org/uploads/3/0/0/1/3001973/seize_pages-1.htm


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Dim 4 Nov - 21:40 (2012)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

Encore et toujours , la même litanie negationniste qui minimise le nombre des victimes ( avec une reference à Mark Weber , néga americain notoire et redacteur de l' IHR ! ) qui chipote sur les raisons du massacre ( les massacrés , complice des partisans et saboteurs ) sans mentionner bien sur les femmes et les enfants
C'est comme pour les ordres ecrits , ( qu' Ohlendorf reconnait , lui ) promis , juré personne n'en a rien su !
Sur Ohlendorf , j'ai la retranscription intégrale de son procés et de son interrogatoire , en anglais , et notamment sur les camions a gaz , la declaration que tu mentionnes , il l' a faite en 1946, comme temoin , et non à son procés en 1948
peux tu scanner ton document TMI IV 340
En fait , les executions par camions à gaz ont été des experiences limitées , qui s'ajoutent à tous les massacres perpetrés en Europe de l' Est et les morts dans les camps (par gazage entre autres)

Bref , à quoi bon discuter des arguments , à base de documents tronqués et deformés , que les negationnistes ( toujours les mêmes ) nous ressassent ad nauseam


Revenir en haut
Briard
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 3 331

MessagePosté le: Lun 5 Nov - 13:24 (2012)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

Bien sur dés que la thése officielle est contestée, c'est obligatoirement par un "négationiste", alors qu'il n'est qu'un révisioniste, comme le furent bien d'autres avant lui, sinon le soleil tournerait autour de la terre et celle ci serait plate.

Mais voila, sur cette période de l'Histoire, nul ne peut remettre en cause la thése officielle, sans être mis au ban de la sociètè, par l'anathéme du "négationnisme".

Une "Histoire" à été déclarée "officielle" à Nuremberg, et malheur à celui ou celle qui voudrait y changer un point ou une virgule.
_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter.
F Fenelon


Revenir en haut
boisbouvier


Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2009
Messages: 2 691
Localisation: 75

MessagePosté le: Mar 6 Nov - 08:10 (2012)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

 
Citation:
 Bref , à quoi bon discuter des arguments , à base de documents tronqués et deformés , que les negationnistes ( toujours les mêmes ) nous ressassent ad nauseam

Oui. Et aussi comme des chiens qui retournent à leur vomissement.
_________________
Je me fais une spécialité de défendre la mémoire du Maréchal injustement attaquée.
J'ai "commis" un ouvrage à cet effet:
Pétain, trahison ou sacrifice ?" aux éditions Godefroy de Bouillon.
Je défends aussi Laval.


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Mar 6 Nov - 11:38 (2012)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

boisbouvier a écrit:
Auschwitz ( Oswiecim en polonais) n'existe sur aucune carte ?
Bien sur que si ! Lorsqu'on se rend à Katowice, il est facile de trouver la route pour s'y rendre ! Il y avait durant la guerre tout un complexe industriel à cet endroit ! J'y ai été en décembre 1981 ! Qui raconte cette connerie ?

Dire que je l'ai vu si souvent à la télé. Même que j'y ai vu un chef de gouvernement allemand s'y mettre à genoux et des cars de touristes s'y rendre.
On ne peut plus croire à rien.


_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Briard
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 3 331

MessagePosté le: Mar 6 Nov - 20:26 (2012)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

Laughing   Pour une fois que Boisbouvier s’essayait à l'humour, ça fait un flop !! Pas de bol.


_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter.
F Fenelon


Revenir en haut
boisbouvier


Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2009
Messages: 2 691
Localisation: 75

MessagePosté le: Mer 7 Nov - 08:53 (2012)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

Les négationnistes ont une technique mensongère qui leur est propre car le mensonge comme toute pratique humaine a ses techniques particulières.
1/ Se servir des défaillances présentes dans les dossiers d'instruction, les témoignages et les débats (il y en a forcément puisque le personnel nazi n'était pas des plus doué, loin s'en faut);
2/ Faire le silence complet sur les preuves irréfutables qui existent par ailleurs comme les six millions de juifs disparus de la circulation après avoir été arrêtés.

Silence complet ?
Pas tout à fait. Il y aurait eu, parait-il, deux ou trois mille Juifs en Birmanie qui se seraient fait la malle pendant la même période. Sauf qu'ils n'ont jamais été arrêtés par les nazis -et pour cause- mais pas non plus par les Birmans et qu'aucun camp ni de concentration ni d'extermination n'a jamais existé en Birmanie.
_________________
Je me fais une spécialité de défendre la mémoire du Maréchal injustement attaquée.
J'ai "commis" un ouvrage à cet effet:
Pétain, trahison ou sacrifice ?" aux éditions Godefroy de Bouillon.
Je défends aussi Laval.


Revenir en haut
boisbouvier


Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2009
Messages: 2 691
Localisation: 75

MessagePosté le: Mer 7 Nov - 09:08 (2012)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

 
Citation:
  puisque le personnel nazi n'était pas des plus doué, loin s'en faut);
J'ai eu l'occasion de le montrer dans un fil du Forum de F. Delpla intitulé "La démocratie est un poison violent".
Le NSDAP a recruté dans les basses classes de la société mais il a été dépassé dans cette action de recrutement anti-élitaire par d'autres comme Röhm ou les bolcheviks.
Hans Bernd Gisevius montre bien dans son témoignage "Jusqu'à la lie" qu'en matière de démagogie Hitler fut un modéré et que c'est ce qui fit qu'il se tailla une certaine popularité dans les classes saines de la population et dans l'armée. Celles-ci, lassées de la course aux places de tous les ratés de la vie civile qu'étaient en particulier les SA, accueillirent avec reconnaissance la nuit des longs couteaux qui élimina les SA.
_________________
Je me fais une spécialité de défendre la mémoire du Maréchal injustement attaquée.
J'ai "commis" un ouvrage à cet effet:
Pétain, trahison ou sacrifice ?" aux éditions Godefroy de Bouillon.
Je défends aussi Laval.


Revenir en haut
Roro II


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 885
Localisation: Sainte Victoire

MessagePosté le: Mer 7 Nov - 09:25 (2012)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

boisbouvier a écrit:
Les négationnistes ont une technique mensongère qui leur est propre
 car le mensonge comme toute pratique humaine a ses techniques particulières.



1/ Se servir des défaillances présentes dans les dossiers d'instruction,
 les témoignages et les débats (il y en a forcément puisque le personnel nazi
n'était pas des plus doué, loin s'en faut);

2/ Faire le silence complet sur les preuves irréfutables qui existent


 par ailleurs comme les six millions de juifs disparus de la circulation
après avoir été arrêtés.

Vous avez "oublié" (encore une fois...) les 3 millions enregistrés après 1945
en...Israel:c'est volontaire ou pathologique ?)

Silence complet ? 

Je crois que c'est en effet pathologique !

Pas tout à fait. Il y aurait eu, parait-il, deux ou trois mille Juifs en Birmanie
qui se seraient fait la malle pendant la même période.
Sauf qu'ils n'ont jamais été arrêtés par les nazis -et pour cause-
mais pas non plus par les Birmans et qu'aucun camp ni de concentration
 ni d'extermination n'a jamais existé en Birmanie.

Voici pour faire plaisir à Boisbouvier quelques manoeuvres
de ces négationnistes d'Etat.(l'effet boomerang...):


Les « aveux » de Rudolf Höss.

 
Cette étude est extraite d’une autre,plus large,qui s’intéressait à la façon
dont les manuels scolaires français traitent le prétendu « Holocauste »
 ( voir la liste des manuels étudiés) * 
 

Sommaire
 

Des « aveux » qui ne sont pas cités dans un ouvrage de référence. 1

Les manuels scolaires amputent et déforment honteusement
 les « aveux » de R. Höss  1

Une contradiction manifeste entre les « aveux » et la thèse officielle. 2

On cache le fait que R. Höss a mentionné un camp qui… n’a jamais existé. 3

Des « aveux » obtenus sous la torture. 3

Des « Mémoires » qui ne sont pas meilleurs. 4

Un témoin abandonné par les historiens de cours,
mais pas par les auteurs des manuels d’Histoire. 6
 

 
Rudolf Höss a été le premier commandant d’Auschwitz.
 En 1946, au procès Nuremberg, il « avoua » que, dans ce camp,
 plusieurs millions de personnes avaient été exterminées, la plupart par le gaz.
 A partir de cette date, les « aveux » de R. Höss furent considérés comme
la preuve manifeste que les « nazis » avaient exterminé les juifs.
 Ils ont été cités des milliers et des milliers de fois dans les livres d’histoire.

 

Des « aveux » qui ne sont pas cités dans un ouvrage de référence.
 

Avant d’aller plus loin, notons que ces « aveux » ne sont pas cités
dans l’ouvrage de Stéphane Bruchfeld et Paul A. Levine,
« Dites-le à vos enfants ». Histoire de la Shoah en Europe, 1933-1945.

 En l’an 2000, pourtant,ce document a été diffusé gratuitement dans tous
 les établissements scolaires français, preuve que, pour les autorités,
 il s’agit d’un ouvrage de référence.
 Dans les seize pages consacrées à Auschwitz-Birkenau, le nom de Höss
n’est même pas cité une fois (pp. 127-141) ;
de même, aucune des 76 citations qui figurent en gros caractères au fils
des pages n’est de R. Höss ;dans la bibliographie,enfin,ses Mémoires
 ne sont même pas mentionnés (voir la bibliographie):




 Pourquoi cette disparition suspecte ?


 La façon dont ses « aveux » sont cités dans les manuels d’Histoire
pour classe de troisième parus en 2003 et les conclusions que l’on peut
 en tirer l’expliquent. 

 

Les manuels scolaires amputent et déforment
 honteusement les « aveux » de R. Höss.

La version la plus longue, avec environ 340 mots,est donnée dans le Belin.
Le Breal, pour sa part, publie une version d’environ 275 mots.
 Quant au Hatier au Hachette, ils livrent un extrait long de 120-130 mots environ.

 Nous avons vu que l’affidavit de R. Höss a été produit au procès de Nuremberg
 sous la cote PS-3868. Il est long de près de 1 000 mots.
 La comparaison avec le document original montre que les auteurs des manuels
ont non seulement amputé le texte, mais aussi bouleversé l’ordre des phrases
[[b]1[/b]].


Quoi qu’il en soit, acceptons ce que l’on nous donne et reportons-nous au Belin.
 On y apprend que R. Höss a déclaré :


"Les exécutions massives par gaz commencèrent dans l’été de 1941
[1ère phrase du § 4]. La solution de la question juive signifiait l’extermination
de tous les juifs d’Europe.En juin 1941,je reçus l’ordre d’organiser l’extermination
 à Auschwitz [Ici, coupure non signalée].Je me rendis à Treblinka pour étudier
 les méthodes d’extermination.Le commandant du camp me dit qu’il avait
 exterminé 80 000 détenus en six mois. Il s’occupait surtout des juifs du ghetto
de Varsovie [...]. Quand j’aménageai le bâtiment d’extermination à Auschwitz,
 je choisis le gaz « Zyklon B » [Belin, 97].

 

Une contradiction manifeste entre les « aveux » et la thèse officielle.
 

Même avec les coupures,la contradiction avec ce qui précède est ici évidente,
 voici pourquoi.
D’après l’histoire officielle,le génocide aurait été décidé en janvier 1942,
lors de la conférence de Wannsee.
Le manuel scolaire paru chez Hachette explique :


En 1942, les nazis programment un génocide, l’extermination des juifs d’Europe,
 appelée par les nazis « solution finale du problème juif ».
 Des camps d’extermination sont crées et des chambres à gaz installées.
 Au total, près de six millions de juifs sont massacrés
(Hachette, p. 110.)
[[b]2[/b]].


Or, d’après R. Höss, l’extermination méthodique aurait commencé à Treblinka
 en janvier 1941 (depuis « six mois » en « juin 1941 ») et ailleurs sept
ou huit mois plus tard (« dans l’été de 1941 »).
 Dès lors, comment prétendre que le génocide aurait été programmé et
aurait réellement commencé à partir de janvier 1942, après la conférence
de Wannsee, comme le prétend aujourd’hui l’histoire officielle ?

Il est d’ailleurs intéressant de noter que dans tous les autres manuels,
 la phrase « Les exécutions massives par gaz commencèrent dans l’été de 1941 »
a été omise.
L’incohérence avec la thèse de l’ « Holocauste » qui aurait été décidé
à Wannsee était trop manifeste…

Naturellement, certains pourront contester notre analyse :
 ils prétendront que les « exécutions massives » dont parle R. Hoess étaient
 celles de juifs polonais et qu’il a fallu attendre janvier 1942 pour que
 les dirigeants allemands décident d’étendre le programme à toute l’Europe.
 Afin d’appuyer leur thèse, ils rappelleront la précision donnée par R. Höss
 selon laquelle de janvier à juin 1941, les 80 000 gazés à Treblinka étaient
 « surtout des juifs du ghetto de Varsovie ».



Cette argumentation est indéfendable pour deux raisons principales :


- d’après la thèse officielle en vogue, le « premier gazage de juifs dans
 un camp d’extermination » aurait eu lieu le 8 décembre 1941
« à Chelmno, dans l’ex-Pologne »[[b]3[/b]].



 Dès lors, l’histoire des 80 000 gazages à Treblinka avant juin 1941
 relève du l’affabulation ;

- le camp de Treblinka II , présenté comme le centre d’extermination ;
Treblinka I n’ayant été qu’un petit camp de travail , a été ouvert… en juillet 1942
[[b]4[/b]]
 Par conséquent,on voit mal comment R. Höss aurait pu le visiter

 treize mois auparavant,alors qu’il n’existait pas, et comment
son prétendu commandant lui aurait dit qu’il gazait depuis six mois.
Tout cela est délirant.
Ces deux précisions suffisent à rendre totalement vaine
l’ultime tentative pour sauver les « aveux » de R. Höss.

On cache le fait que R. Höss a mentionné un camp qui… n’a jamais existé.


Mais il y a « mieux » encore : les deux manuels qui prétendent reproduire
 le paragraphe 6 de l’affidavit signé R. Höss omettent à chaque fois ,
 et sans prévenir le lecteur , la phrase dans laquelle il était dit :


 « A cette époque [juin 1941], il y avait déjà, dans le Gouvernement général,
 trois autres camps BELZEK, TREBLINKA et WOLZEK. »
(At that time ther were already in the general gouvernment three other
 extermination camps ; BELZEK, TREBLINKA and WOLZEK).
[voir les documents] :




Pourquoi ? La raison est simple :

- non seulement nous savons que Belzec et Treblinka ont été créés
en mars et en juillet 1942, mais aussi, il est manifeste que le camp de Wolzek…
n’a jamais existé.
 Cette simple phrase révèle l’absence totale de valeur à accorder
 au témoignage de R. Höss.

 

Des « aveux » obtenus sous la torture.

Pour ceux qui connaissent l’histoire objective, il n’y a là rien de surprenant ;
 car on le sait depuis les années 80, les « aveux » de l’ancien commandant
 du camp d’Auschwitz ont été obtenus sous la torture (physique et mentale) ;
c’est ainsi qu’il a dit tout et n’importe quoi, avançant des chiffres délirants,

 bouleversant les chronologies et allant jusqu’à inventer un camp etc.[[b]5[/b]].
 

Des « Mémoires » qui ne sont pas meilleurs.

J’ajoute que ses Mémoires ne sont pas meilleurs.
 Ils ont été publiés dans un ouvrage patronné par le Musée d’État d’Auschwitz
et intitulé : Auschwitz vu par les SS (éd. Interpress, Varsovie, 1991).




A la page 48, R. Höss décrit ainsi une visite d’Himmler à Auschwitz en juillet 1942 :
"En juillet 1942, nous eûmes une nouvelle visite du Reichsführer SS [Himmler].
 Je lui montrai le camp des Tziganes. Il vit tout:les baraquements remplis à craquer,

 les conditions d’hygiène insuffisantes, l’infirmerie pleine de malades.
 Il vit le service des maladies infectieuses, les enfants atteints de « noma »,
 épidémie infantile […].
 Il vit ces petits corps décharnés, ces joues marquées de trous,
 ce lent pourrissement des corps vivants".
[p. 48].


Or,on sait que toute cette histoire est fausse,pour la bonne et simple raison
qu’à l’époque, il n’y avait pas… de Tziganes au camp.


Dans l’ouvrage Auschwitz vu par les SS, les auteurs qui publient
 les Mémoires de Höss commentent :


"Les 17 et 18 juillet 1942 eut lieu la deuxième visite de Himmler au KL Auschwitz.
 Höss a commis dans ses Mémoires une erreur fondamentale:en juillet 1942,
 il n’avait pas pu montrer à Himmler les camps des Tziganes à Birkenau,
 car à l’époque il n’y avait pas encore de Tziganes dans le camp"
[p. 48, note 66].

 

De son côté, J.-C. Pressac, écrit:
 
 
"Les erreurs chronologiques de Höss dans ses Mémoires sont fréquentes
 et atteignent parfois six mois (construction de la nouvelle cheminée du crématoire I),

 voire presque deux ans ([…]). Quant aux chiffres des morts qu’il avance,
 ils sont régulièrement multipliés par deux ou trois".
[[b]6[/b]].


L’erreur chronologique de « presque deux ans » dont parle J.-C. Pressac
 est la suivante (passage entre parenthèses que j’ai omis dans la citation ci-dessus) :

"visite imaginaire par Himmler du camp des Tziganes en juillet 1942,
ayant été certainement effectuée par Pohl, le chef du SS-WVHA,en juin 1944".

 

Autre exemple :ailleurs dans ses mémoires, R. Höss décrit ainsi le premier
(prétendu) gazage au crématoire 1 :

"Je me souviens beaucoup mieux du gazage de neuf cents Russes
qui eut lieu peu de temps après [septembre 1941], dans le vieux crématoire […].
Tout simplement,pendant qu’on déchargeait les camions,on perça rapidement
plusieurs trous dans le plafond de la morgue.
 Les Russes durent se déshabiller et passèrent ensuite tranquillement

 à la morgue, parce qu’on leur avait dit qu’ils allaient à l’épouillage.
Tout le convoi remplit exactement la morgue.
 Alors on ferma les portes et on laissa pénétrer le gaz
par les trous. Je ne sais combien de temps a duré leur anéantissement
, mais pendant un bon moment, on entendant encore une espèce
de bourdonnement".
[[b]7[/b]].

 

Commentant cette description, J.C. Pressac écrit :
  

"Deux détails sont invraisemblables:
l’entassement de 900 personnes dans 78,2m² [surface de la morgue
 hâtivement reconvertie en « chambre à gaz »] et le percement
« rapide » de plusieurs trous dans le plafond pour verser le Zyclon-B.
 Percer à travers 10 à 15 cm de béton n’était pas un travail qui pouvait
 être fait dans la presse du moment
"[[b]8[/b]].


Pour ne pas,toutefois,remettre en cause la thèse officielle,
J.C. Pressac trouve une explication ingénieuse.
 Il déclare que R. Höss « était présent sans voir » (He was present without seeing),

ce qui expliquerait « les erreurs involontaires relevées au fil de son autobiographie »
(Ibid., p. 248). On lit :

"Höss participait aux « actions spéciales » seulement parce qu’il y était obligé
 et il occupait son esprit avec les missions quasiment insurmontables que
 lui imposait l’agrandissement exponentiel de son camp, ainsi empêchait-il
 sa conscience de faire face aux questions d’ordre moral.
Il était présent sans voir. D’après l’auteur [J.C. Pressac], cette attitude
 explique les erreurs involontaires relevées au fil de son autobiographie" [Id
.].


Un témoin abandonné par les historiens de cours,
mais pas par les auteurs des manuels d’Histoire.

Comme le souligne R. Faurisson,si R. Höss n’a rien finalement vu,
c’est qu’il « n’était donc pas un témoin ! »[[b]9[/b]].
 En donnant une telle explication,J.C. Pressac abandonnait implicitement
ce témoin qui était pourtant sans cesse cité depuis 1946.
 Quatre ans plus tard, ce qui était implicite devint explicite.
 Dans son livre Les crématoires d’Auschwitz…, J.-C. Pressac conclut :


"Höss, malgré son rôle essentiel dans la « Solution finale »,
 ne peut plus être considéré comme un témoin fiable sur les dates
 et les chiffres[[b]10[/b]]. (voir le document):

 
Le coup de grâce fut asséné quelques mois plus tard, en décembre 1993,
lorsqu’un autre historien exterminationniste très connu, Christopher Browning,

 avoua : « Höss a toujours été un témoin très faible et confus »[[b]11[/b]].
 C’en était fini du premier commandant d’Auschwitz.
 Voilà pourquoi, dans leur ouvrage, S. Bruchfeld et P. A. Levine

n’ont même pas mentionné son témoignage.
 
[[b]1[/b]] Les auteurs du Hachette et du Hatier ont cité le § 7 qu’ils ont tronqué
 et dans lequel ils ont inséré une phrase du § 6.
 Les auteurs du Breal citent un extrait du § 2, puis le § 6 au sein duquel
 il intercalent le début du § 7 tronqué et ils terminent par la fin du § 7.
 Les auteurs du Belin commencent par citer le milieu du § 7, puis
 la première phrase du § 4, puis le § 6 tronqué et terminent avec
 la première phrase du § 7.



[[b]2[/b]] Voy. également Hatier, p. 104 (« A la suite de la conférence de Wannsee,
 les juifs des ghettos puis de toute l’Europe occupée, ainsi que les Tziganes,
sont déportés en masse vers les camps d’extermination.
 La plupart y sont tués dans des chambres à gaz avant d’être brûlés dans
 des fours crématoires ») ; Breal, p. 84 (« Puis, à partir de janvier 1942,
 des millions d’hommes, de femmes et d’enfants meurent, assassinés dans
les camps d’extermination ») ; Belin, p. 96
 (« La politique d’extermination s’amplifie en 1942 avec l’ouverture de camps
 de la mort où juifs et tziganes, raflés à travers toute l’Europe, sont éliminés
 dans les chambres à gaz »)


[[b]3[/b]] Voy. Stéphane Bruchfeld et Paul A. Levine, op. cit., pp. 73 et 116 :
 « Le 8 décembre 1941, au camp d’extermination de Chelmno, on recourut
pour la première fois à des camions spécialement conçus pour utiliser

 les gaz d’échappement ». Voy. également Raul Hilberg,
 La destruction des juifs d’Europe (éd. Fayard, 1989), p. 755 :
 « En 1941, le Gauleiter Greiser, du Watheland,
 obtint d’Himmler l’autorisation de tuer 100 000 juifs dans son Gau.
Trois camions [à gaz] furent donc expédiés dans les bois de Kulmhof

(Chelmno), la région fut bouclée, et le premier centre de mise à mort
 commença à fonctionner ».


[[b]4[/b]] Voy. Raul Hilberg, op. cit., p. 761 :
 « Quelques jours après cette discussion, qui se tint l’après-midi du 16 mars 1942,
 on ouvrait Belzec. Au cours du mois suivant Sobibor fut achevé et, en juillet, Treblinka ».
Voy. également Stéphane Bruchfeld et Paul A. Levine, op. cit., p. 121.
 On lit : « Treblinka, juillet 1942-août 1943 : 700 000-900 000 [victimes] ».
 Dès 1945, le Soviétique Vassili Grossman avait écrit un livre sur Treblinka
 (à notre connaissance, c’est le premier sur le sujet).
Bien qu’il soit grotesque en de nombreux endroits, l’auteur écrivait :
 « En mai 1942 les Allemands avaient en effet entrepris […] la construction
d’une véritable usine de mort » (voy. V. Grossmann, L’Enfer de Treblinka
[réédition chez Arthaud, 1966], p. 14).



[[b]5[/b]] Sur le fait que R. Höss a été torturé et qu’il a lui-même dit avoir
signé tout ce qu’on lui demandait de signer, voy. Robert Faurisson,
« Comment les Britanniques ont obtenu les aveux de Rudolf Höss,
commandant d’Auschwitz », publié dans les Annales d’Histoire Révisionniste
 (n° 1, 1987), pp. 137 à 151 puis dans Rudolf Höss à Nuremberg
(éd. VHO, 2000).
 Voy. également la Revue d’Histoire Révisionniste, n° 3, p. 115-116, note.
R. Faurisson compare la directive établie par R. Höss le 12 août 1942 afin
 d’appeler l’attention des équipes de désinfection sur la dangerosité
des gazages et son interrogatoire préliminaire à Nuremberg au cours duquel
il déclara que les membres des Sonderkommandos ne portaient jamais
de masques à gaz « vu qu’il n’arrivait jamais rien » (de fâcheux lors des gazages).
 Il conclut : « La directive du 12 août 1942 […] prouve que [Höss], lorsqu’il fut […]

 interrogé par les Américains dans sa prison de Nuremberg, leur fit des réponses
ineptes ; il avait été dressé, ainsi que j’ai pu le démontrer, par ses premiers
 interrogateurs et geôliers : des juifs de la sécurité militaire britannique
qui l’avaient torturé à Minden avant de l’envoyer à la prison de Nuremberg ».



[[b]6[/b]] Voy. J.-C. Presac, Les Crématoires d’Auschwitz.
 La Machinerie du meurtre de masse
, pp. 102-103.



[[b]7[/b]] Voy. Auschwitz vu par les SS, op. cit., pp. 67-8.


[[b]8[/b]] Voy. Auschwitz. Technique and Operation of the gas chambers,
 p. 127.



[[b]9[/b]] Voy. la Revue d’histoire révisionniste, n° 3, p.122.


[[b]10[/b]] Voy. J.-C. Pressac, Les Crématoires d’Auschwitz…, op. cit., p. 103.

[[b]11[/b]] « Höss was always a very weak and confused witness » ;
 voy. Christopher Hitchens, « Whose history is it ? », publié dans Vanity Fair,

décembre 1993, p. 117 et cité par R. Faurisson dans
« Le témoignage du “commandant d’Auschwitz” est déclaré sans valeur ! »
 in Nouvelle Vision, n° 33 (1994), pp. 111-117, reproduit en l’an 2000
dans la brochure intitulée : Rudolf Höss à Nuremberg (éd. VHO).




 Manuels d’Histoire étudiés :


 
Bouvet (Christian), Lambin (Jean-Michel),
 Histoire Géographie/Le monde d’aujourd’hui (éd. Hachette Éducation, 2003)

 
Casta (Michel), Guizard (Philippe), Daboval (Nadine),
 Histoire Géographie Éducation civique 3e (éd. Magnard, 2003)

 
Champigny (Danielle), Loubes (Olivier), Bernier (Michel),
 Le monde d’aujourd’hui/ Histoire Géographie 3e (éd. Nathan, 2003)

 
Chaudron (Éric), Knofou (Remy), Histoire Géographie 3e (éd. Belin, 2003)
 
Lambin (Jean-Michel), Martin (Jacques), Desplanques (Pierre),
 Histoire Géographie 3e (éd. Hachette, 1989

 
Lebrun (F.), Zanghellini (V.), Histoire, terminale (éd. Belin, 1983)
 
Thouzet (Anne), Histoire Géographie/Le monde d’aujourd’hui
(éd. Breal, 2003)

 
Trtignon (Y.), Wagret (P.), Saliou (M.), Neant (H.),
 Histoire,terminales.1939 à nos jours (éd. Scodel, 1983)

 
Wenel (Martin), Histoire Géographie 3e (éd.Hatier, 2003)
 



_________________
L'autre Histoire :

"qui n'entend qu'un son,n'entend qu'une cloche."


http://www.phdnm.org/uploads/3/0/0/1/3001973/seize_pages-1.htm


Revenir en haut
boisbouvier


Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2009
Messages: 2 691
Localisation: 75

MessagePosté le: Mer 7 Nov - 11:24 (2012)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe Répondre en citant

Tout ça n'est pas inintéressant mais ne fournit pas de réponse à la seule question qui vaille. Que sont devenus les six millions de Juifs arrêtés sur ordre des nazis qui ne sont pas rentrés chez eux ? Pourquoi n'ont-ils pas imité les prisonniers ordinaires ?
Même si certains ont pu partir en Palestine après la guerre pourquoi ne sont-ils pas passés par leur domicile antérieur pour y prendre quelques effets, vendre leus biens mobiliers ou immobiilers et embrasser leurs cousins ou leurs voisins de palier ?
D'ailleurs Israël n'était pas fondé en 45 et les Anglais empêchaient qu'on se rende en Palestine.
Qu'ont-ils donc fait entre 45 et 48 ? Ont-ils erré tels des zombis entre le ciel et la terre en attendant une réincarnation ?
_________________
Je me fais une spécialité de défendre la mémoire du Maréchal injustement attaquée.
J'ai "commis" un ouvrage à cet effet:
Pétain, trahison ou sacrifice ?" aux éditions Godefroy de Bouillon.
Je défends aussi Laval.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:10 (2016)    Sujet du message: Oradour:cette tâche ingrate qui nous incombe

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> 39/45. La seconde Guerre Mondiale Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 36, 7, 814, 15, 16  >
Page 7 sur 16

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com