France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Peut-on donner le nom de Jean Moulin.....
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> 39/45. La seconde Guerre Mondiale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Roro II


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 885
Localisation: Sainte Victoire

MessagePosté le: Mer 18 Jan - 09:10 (2012)    Sujet du message: Peut-on donner le nom de Jean Moulin..... Répondre en citant

à des établissements scolaires français ?


(Jean Moulin, dessin inspiré par la photographie de Bernard).

Cette simple question sera perçue comme une offense par beaucoup.
Pourtant,l'objectif de cette étude n'est ni de porter un jugement sur la personnalité
de Jean Moulin,ni de se prononcer sur l'honorabilité de la Résistance ni de savoir si,
oui ou non,les maquisards ont joué un rôle important dans la libération du territoire.
En rédigeant ce texte,j'ai uniquement voulu répondre à la question suivante:
En France,à l'heure où il est très souvent question de la "légalité républicaine" et
du respect du Droit international (affaires du Rwanda,du Kosovo....),est-il bon
de donner à un établissement scolaire le nom d'un homme qui incarne la Résistance ?"

"Résistants" : ceux qui l'étaient,ceux qui ne l'étaient pas.


Les Résistants français sont ces hommes et ces femmes qui,après la signature
des armistices franco-allemand et franco-italien en juin 1940,combattirent les
forces de l'Axe.
La "Résistance" ne fut pas un bloc.
Leurs mobiles furent très différents:certains agirent pour des raisons politiques,
des raisons qui,soit dit en passant,étaient parfois opposées.Ainsi,le citoyen qui
rejoignit l'Armée Secrète dès l'automne 1940 n'était pas mû par le même idéal
que le communiste qui,après avoir sympathisé avec l'occupant sur ordre de
ses chefs,attendit l'été 1941 et l'invasion de l'Union soviétique,pour,toujours
sur ordre de ses chefs,adhérer aux FTP.
D'autres vinrent grossir les rangs de la Résistance par accident et pour des raisons
qui n'avaient qu'un rapport très lointain avec la politique ou le patriotisme,tel fut
le cas de ces nombreux réfractaires au Service du Travail Obligatoire (STO) qui
formèrent des maquis.Pour eux,il ne s'agissait nullement de résister aux Allemands,
mais de vivre clandestinement.Par la suite,cependant,une partie de ces groupes
plus ou moins structurés furent récupérés par la Résistance et employés pour
des coups de mains. *
Quant aux "Résistants" de la dernière heure (opportunistes**,collaborateurs
soucieux de se refaire une virginité ***,aventuriers trouvant l'occasion de
satisfaire leurs bas instincts),sachant que leur action contre l'armée d'occupation
fut dérisoire (ils chassèrent surtout les "collabos" ou prétendus tels),
nous leur dénions toute qualité de Résistant.
Aujourd'hui,ainsi,on peut dire que la Résistance ne fut nullement en bloc.
Elle regroupa pendant plusieurs années des hommes et des femmes très
différents,dont les mobiles pour agir étaient très divers et les opinions
politiques parfois opposées....

 L'image actuelle du "Résistant".

Certains Résistants menèrent un combat sans arme.Le plus souvent,il s'agissait
de ravitailler les maquis,de faire parvenir des renseignements divers,d'organiser
la fuite d'aviateurs alliés tombés sur le territoire,de procurer du matériel ou
de faux papiers,etc.
Aujourd'hui cependant,l'image du Résistant est celle du civil armé,réalisant
des coups de mains audacieux,tendant des embuscades à l'occupant et
n'hésitant pas,le cas échéant,à l'affronter face à face.
Même si,en de multiple occurences,la vérité historique a été malmenée et
les "hauts faits des maquisards" démesurément grossis ****,il n'en reste pas
moins vrai que la Résistance a mené de nombreuses actions armées contre
les forces d'occupation.Ce combat était-il légal ? C'est toute la question.

La Résistance violait l'Article 10 de la Convention franco-allemanded'armistice du 22 juin 1940.


L'article 10,alinéa 3,de la Convention franco-allemande d'armistice signée
le 22 juin 1940 s'énonçait comme suit:

Le gouvernement français interdira aux ressortissants français de combattrecontre l'Allemagne au service d'Etats avec lesquels l'Allemagne se trouve encore
en guerre.Les ressortissants français qui ne se conformeraient pas à cette
prescription seront traités comme des francs-tireurs.

On en déduit que les Résistants armés,qu'ils aient obéi aux injonctions de Londres
ou de Moscou,agissaient de façon illégale,puisqu'ils violaient les termes de la
Convention d'armistice.

L'argumentation gaulliste.

Certains répondront que cette convention n'avait aucune valeur et,donc,
qu'elle ne s'imposait pas aux citoyens français.
En guise de justification,ils rappelleront que,dès le 28 juin 1940,le gouvernement
britannique avait reconnu le général De Gaulle "chef des Français libres".
Or,celui-ci:

- déniait toute autorité au gouvernement de Bordeaux qu'il affirmait composé
de "gouvernants tombés au pouvoir de l'ennemi" *****
(Cette prise de position sera confirmée le 9 août 1944 lorsque le gouvernement
provisoire publiera une ordonnance selon laquelle la République n'avait
"cessé d'exister" et qu'en conséquence,étaient déclarés "nuls et sans effettous les actes constitutionnels promulgués sur le territoire postérieurement au
16 juin 1940".).


- refusait l'Armistice non seulement parce qu'il aurait été signé par un gouvernement
illégitime mais aussi parce qu'il aurait violé les engagements pris par la France
****** (référence à l'accord franco-anglais du 28 mars 1940 de ne signer
aucune paix séparée avec l'ennemi).

Le général De Gaulle rappelait donc à tous "les officiers,soldats,marins,aviateursfrançais" qu'ils avaient "le devoir absolu de résister à l'ennemi".*******

De plus,il annonçait la formation d'une "force française terrestre,aérienneet navale" destinée à "aider toute résistance française" qui se ferait

dans l'Empire français (Id.).
S'appuyant sur ces faits historiques,les gaullistes en déduisent que les Français
qui continuèrent la lutte n'enfreignaient aucun texte,puisqu'ils agissaient en accord
avec le seul gouvernement légal (celui de Londres) et que ce dernier appelait
à la poursuite du combat.

Réfutation de l'argumentation gaulliste.
Cette argumentation doit cependant être rejetée pour deux raisons:

1) Le gouvernement de Bordeaux (puis de Vichy) était légal.
Le gouvernement de Bordeaux n'était pas illégal.
Son chef,le maréchal Pétain,fut nommé le plus légalement du monde,le 16 juin 1940,
par le président de la République,Albert Lebrun.Celui-ci agissait sur les conseils
de Paul Reynaud,président du Conseil démissionnaire.Tels sont les faits,rappelés
plus tard par A.Lebrun lui-même ********,l'ordonnance du 9 août 1944
n'y change rien.

Quant au gouvernement de Vichy,il a été reconnu à l'étranger,y compris par
les Etats-Unis et l'Angleterre.
A Nuremberg,l'avocat de l'accusé Fritz Sauckel,Me Servatius,le rappela justement
lorsqu'il lança:
L'objection (selon laquelle) le Gouvernement du maréchal Pétain n'était pasun Gouvernement légal,n'est pas soutenable,car il était le successeur légal
du Gouvernement qui avait signé l'armistice.Le fait décisif du point de vue
du Droit international est qu'il représentait l'Etat français dans le domaine
des relations avec l'étranger.Cette compétence a été confirmée par le fait
que les Etats-Unis,même après leur entrée en guerre,l'ont reconnu en maintenant
leur ambassadeur à Vichy.
La Grande-Bretagne également a conclu avec un général du Gouvernement
de Vichy un armistice en Syrie en 1941. (TMI,XVIII,p.480).

Ajoutons qu'en 1944,les gaullistes ont implicitement reconnu la légalité
des gouvernements qui avaient existé en France à partir du 16 juin 1940.
En effet,à supposer que le gouvernement de Bordeaux (puis de Vichy)
ait été illégal et ses actes constitutionnels nuls,la IIIè République aurait
automatiquement dû être rétablie à la "Libération",puisqu'elle n'avait jamais
cessé d'exister.Comme l'a écrit Paul Faure:

(Si Vichy n'avait eu aucune existence légale) Il en résultait que M.Albert Lebrun,n'ayant jamais démissionné et ayant vu son mandat renouvelé pour une période
de 7 ans en 1939,demeurait Président de la République,et que le Parlement,
dont les pouvoirs avaient été prorogés par les décrets-lois des 29 juillet-
31 août 1939,se trouvait toujours être l'organe législatif du pays.
Dès la promulgation de l'Ordonnance du 9 août 1944,le Gouvernement provisoire
aurait dû céder la place à un gouvernement constitutionnel de la République,
en application des termes mêmes de cette ordonnance.

(Voy.Paul Faure, De Munich à la Vè République (Ed.L'Elan,sans date,274 p),
pp.218-9.

Or,en 1944,personne ne songea à ressusciter la IIIè République,preuve que
l'ordonnance du 9 août 1944 était un texte de circonstance,sans aucune
existence légale.
Par conséquent,il est juste de dire que le gouvernement formé à Londres
par le général De Gaulle n'avait aucune autorité,et son armée aucune
existence légale.


* Voy.la brochure publiée en 1944 et intitulée:Orage sur la Glèbe.
On lisait:"Malheureusement,la vie de réfractaire comporte des tribulations.Il faut se cacher et manger chaque jour,mais surtout on ne peut vivre longtemps
inactif et isolé.Les réfractaires se cherchèrent les uns les autres.Quand ils se
furent rencontrés,il fallut organiser la vie commune et,bien vite,cette vie commune
fut organisée par des spécialistes français,mais aussi souvent étrangers,
ayant fait leur apprentissage dans les brigades internationales au cours de la
guerre d'Espagne"



 **Un ancien Résistant authentique,revenu du Vercors complètement infirme,
confia en 1947 à l'Abbé Desgranges:"Dans mon réseau,lorsque "ça bardait",nous étions tout au plus 200,aux approches de la Libération,2 000"

(voy.Abbé Desgranges,Les crimes masqués du "résistancialisme"
(Ed.L'Elan,1948),p.73).


***"Un milicien,dont l'activité était connue,retournant complètement sa vesteà la Libération,prend la tête des excités,soufflette de sa propre main un vieux
curé septuagénaire (sous le prétexte,reconnu faux,qu'il aurait soustrait
quelques boîtes de conserve à des colis de prisonniers) et dirige des expéditions
punitives et des pillages dans les maisons d'anticommunistes notoires de la commune.
Ces "services rendus" l'ont définitivement "blanchi""

(voy.Abbé Desgranges,op.cit., p.73-4.Ce cas a été pris parmi des centaines
d'autres.  

**** A tel point qu'en décembre 1999,le président de l'Association Nationale
des Anciens Combattants de la Résistance (ANACR),Pierre Fugain a déclaré,
à propos d'une exposition sur les maquis de l'Isère:"Il fallait beaucoupd'honnêteté pour tout dire sans trop en dire,faire allusion même aux bavures
et échapper aux bravades personnelles qui parasitent et faussent notre histoire
(...).Notre histoire est assez belle pour qu'on n'ait pas à en rajouter,à faire
d'une escarmouche une victoire d'Austerlitz,d'une infirmerie un hôpital,à déplacer
les dates,à forcer sur les chiffres et les grades.La vérité suffit"

(voy.Résistance Isère,n°119,décembre 1999,p.7).


*****"Mais beaucoup de Français se sont trouvés déchirés entre deuxchemins.D'une part,l'appel des gouvernants tombés au pouvoir de l'ennemi(...)"

(voy.le discours prononcé par le général De Gaulle le 2 juillet 1940).

****** "(....) la France s'est engagée à ne déposer les armes que d'accordavec les Alliés.Tant que les Alliés continuent la guerre,son gouvernement n'a pas
le droit de se rendre à l'ennemi" (voy.le discours prononcé par le général

De Gaulle le 22 juin 1940).
*******Voy.le discours prononcé par le général De Gaulle le 28 juin 1940.

********"Au sortir du Conseil (le 16 juin),je m'entretiens avec M.Reynaud.Il me conseille d'appeler pour le remplacer le maréchal Pétain placé au coeur
de la nouvelle majorité.Je consulte les présidents du Sénat et de la Chambre
et leur fait part de mon intention.J'appelle donc le maréchal.Je lui confie la mission
de former le nouveau Cabinet" (Voy.A.Lebrun,Témoignage,Ed.Plon,1945,p.85).


"La vérité rend libre"


http://www.planete-revelations.com/t9268-robert-faurrisson-le-probleme-des-…
_________________
L'autre Histoire :

"qui n'entend qu'un son,n'entend qu'une cloche."


http://www.phdnm.org/uploads/3/0/0/1/3001973/seize_pages-1.htm


Dernière édition par Roro II le Lun 26 Mar - 19:56 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 18 Jan - 09:10 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Roro II


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 885
Localisation: Sainte Victoire

MessagePosté le: Jeu 19 Jan - 09:38 (2012)    Sujet du message: Peut-on donner le nom de Jean Moulin..... Répondre en citant

2) La Déclaration franco-anglaise du 28 mars 1940 n'empêchait pas
la France de conclure un armistice le 22 juin 1940.


La Déclaration franco-anglaise du 28 mars 1940 (engagement à ne pas signer
de paix séparée avec l'Allemagne) n'interdisait pas à la France de conclure,
en juin 1940,un armistice avec le Reich.En effet,il ne s'agissait pas d'un pacte
(puisqu'il n'a pas été soumis à la ratification du Parlement français) *
mais d'une simple promesse.
Or,la morale n'interdit pas de revenir sur une promesse,lorsque,pour des raisons
impérieuses,celle-ci ne peut plus être tenue.Dans son Traité des Actes Humains,
Saint-Thomas d'Aquin écrit:

 "Quand on promet une chose et qu'on a l'intention de la faire (...) si on néglige
plus tard d'accomplir cette chose (...) on peut encore être excusé (...) lorsque
l'état des personnes et des choses a changé,car pour que la promesse garde
sa force obligatoire,il faut,dit Sénèque,De beneficiis,IV,3,que tout reste
dans la même situation.
Quand les circonstances deviennent autres (...) on ne commet pas l'infidélité
en ne tenant pas l'engagement stipulé,parce que les conditions sous-entendues
(au moment de signer l'accord) n'existent plus "(Traité des Actes Humains,
Question VI,art.VI:"La crainte cause-t-elle l'involontaire proprement dit ?").
La conclusion à en tirer est évidente.En mars 1940,l'Armée française était intacte
et le pays vivait presque normalement.Mais trois mois plus tard,la France était
militairement battue,son armée avait été disloquée et ses soldats fuyaient devant
les panzers (en 1944,un Français qui contemplait la retraite allemande déclara:
"Evidemment,les Allemands se sauvent,mais eux ils marchent,tandis que nous,
en 1940,on courait"

(Voy.Alexandre Caillet,Le Massacre de Coutances (auto-édité,1985),p.317.

Plus grave,le pays était totalement désorganisé,des millions de civils erraient
sur les routes,désemparés,la catastrophe humanitaire était imminente.
Par rapport à mars 1940,la situation avait radicalement changé.
Par conséquent,le gouvernement français était en droit de réclamer un armistice.

Comme l'a écrit Camille Chautemps:

"Lorsque deux nations s'interdisent de faire une paix séparée,leur but est de prendre
l'une vis-à-vis de l'autre un engagement de loyauté.Elles visent à se prémunir contre
la tricherie par laquelle l'une d'entre elles s'assurerait une paix avantageuse au
détriment de l'autre en désertant de mauvaise foi le combat commun.
Mais aucune d'elle ne pense à s'arroger le droit de refuser sans raison valable
d'examiner dans un esprit amical une situation exceptionnelle résultant d'un
désastre soudain et inattendu qui rendrait l'autre manifestement incapable
de combattre.Une nation encore intacte,n'ayant pas,ou très peu,lutté et souffert,
ne peut pas décemment exiger de l'autre,aux dépens de son existence même,
l'exécution brutale devenue impossible ou meurtrière.
Une convention de cette nature,pour répondre au bon sens,doit être jugée,
à la lueur des faits et en tenant compte des exigences légitimes de chacune d'elles.
Elle ne peut exclure la force majeure qui,en droit aussi bien qu'en morale,est
un élément essentiel des contrats."
(Voy.Camille Chautemps,Cahiers Secrets de l'Armistice (Ed.Plon,1963),pp.242-3.)

Cette vérité avait d'ailleurs été comprise par....Churchill.Parlant,le 15 juin 1940,
de l'éventualité d'un armistice au ministre des Affaires étrangères du gouvernement
polonais en exil à Londres,M.Zaleski,Paul Reynaud déclara:
" (...) nous sommes placés devant un cas de force majeur.Churchill lui-même
nous comprend.Il sait que nous ne pouvons plus tenir.Il n'insiste plus pour que
nous respections les termes de notre alliance."
(Voy.Jan Ciechanowski, La Rançon de la Victoire (Ed.Plon,1947),p.15.

Le 26 septembre 1944,dans son discours aux Communes,W.Churchill confirma
les propos de P.Reynaud en disant:

"On se souviendra que nous avions déclaré au Gouvernement français que nous
ne lui adresserions aucun reproche s'il venait à négocier même une paix séparée,
dans les tristes circonstances de juin 1940,à condition de mettre sa flotte hors
d'atteinte des Allemands."
La France n'a donc pas violé ses engagements lorsque,le 22 juin 1940,
elle conclut un armistice avec le Reich (qui ne revendiquaient nullement la flotte).

Telles sont les raisons pour lesquelles la convention devait être respectée
par tous les ressortissants français.
Lorsqu'ils prirent les armes,les Résistants se sont donc mis hors-la-loi.
Pourtant,les gaullistes n'ont pas épuisé leurs arguments.
L'invasion de la Zone sud par les Allemands en novembre 1942
ne changeait rien.


Certains rappelleront que,le 11 novembre 1942,suite au débarquement allié
en Afrique du Nord,la Wehrmacht occupa la France libre.
Cet événement,diront-ils,entraînait un changement radical de situation par rapport
au mois de juin 1940,ce qui aurait permis au gouvernement français de dénoncer
la Convention d'armistice.Sans doute.Mais il ne l'a pas fait.
Et jusqu'à la fin,la Délégation française auprès de la Commission allemande
d'armistice poursuivit ses activités. **

Par conséquent,le simple ressortissant français ne pouvait,en son propre nom,
déclarer nul le texte signé le 22 juin 1940 au motif que les Allemands avaient
envahi la Zone sud.

La déclaration d'Eisenhower en juillet 1944 n'avait aucune valeur légale.

Reste l'argument selon lequel le 7 juillet 1944,le général Eisenhower déclara
les maquisards "partie inhérente des Forces françaises de l'Intérieur"
et satisfaisant dorénavant aux stipulations de la Convention de La Haye.
Pour y répondre,on se contentera de remarquer que cette déclaration fut
unilatérale et que jamais le gouvernement allemand ne l'a reconnue.
Aux militaires qui demandaient s'il fallait lui accorder une quelconque valeur,
le Haut Commandement des Forces armées allemandes répondit par la négative.***

Cette réponse négative fut annoncée par voie de presse et à la radio
le 24 juillet 1944.Le message du Haut Commandement allemand de l'Ouest
se terminait ainsi:

"La France possède un gouvernement légal,ses relations avec les troupes
d'occupation sont règlées par la Convention d'armistice.Celui qui,dans le dos
des troupes d'occupation,organise des émeutes ou y participe est et reste
un franc-tireur.Si le Haut Commandement allié souhaite cette forme barbare
de la guerre,à son aise.Mais qu'il se rende compte que,dans ce cas,le combat
sera mené des deux côtés avec les mêmes moyens."
(Voy.Otto Abetz, Histoire d'une politique franco-allemande (1930-1950)
(Ed.Stock,1953),p.312.

Par conséquent,on ne saurait accorder à la déclaration du général Eisenhower
une quelconque valeur légale ou politique.
*Voy.Louis-Dominique Girard,Montoire,Verdun,Diplomatique
(Ed.André Bonne,1948),p.22.  

** Voy.notamment les protestations de Vichy face au traitement de l'Alsace-
Lorraine par l'Allemagne.Le 22 août 1944,encore,la Délégation des Services
de l'Armistice (rattachée à la Présidence du Conseil) ordonna à la Délégation
française auprès de la Commission allemande d'Armistice de protester au sujet
du communiqué allemand du 12 août 1944 citant Strasbourg et Mulhouse
comme des villes allemandes (voy.Louis Cernay, Le Maréchal Pétain,l'Alsace
et la Lorraine.Faits et Documents (1940-1944)
(Ed.Les Iles d'Or,1955),p.34).
Voy.également la liasse de documents présentés à Nuremberg par l'Accusation
française sous la cote RF-392 (F-673).On y trouve des protestations de la
Délégation française jusqu'au 18 août 1944 (TMI,XXXVII,pp.316 et suivantes).

***Dr LATERNSER. La légalité du mouvement de résistance a-t-elle été reconnue?
TEMOIN von RUNDSTEDT. Les généraux Eisenhower et De Gaulle l'avait déclarée
par radio.Alors nous avons demandé à l'OKW ce qu'il en était.
La réponse fut négative" ( TMI
,XXI,36).
_________________
L'autre Histoire :

"qui n'entend qu'un son,n'entend qu'une cloche."


http://www.phdnm.org/uploads/3/0/0/1/3001973/seize_pages-1.htm


Revenir en haut
Roro II


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 885
Localisation: Sainte Victoire

MessagePosté le: Jeu 19 Jan - 09:49 (2012)    Sujet du message: Peut-on donner le nom de Jean Moulin..... Répondre en citant

La Résistance violait les articles 2,4 et 23 (B,C,d)
de la Convention signée à La Haye en octobre 1907.


Cependant,allons plus loin.Supposons que le gouvernement du général
De Gaulle ait été légal,supposons nulle la Convention d'armistice franco-
allemand signée le 22 juin 1940,supposons recevable la déclaration du général
Eisenhower.Supposons de plus que,d'un point de vue moral,les ressortissants
français aient eu le droit et même le devoir de combattre l'Occupant les armes
à la main.
On rappellera alors que la volonté de combattre ne suffit pas,en Droit international,
pour être reconnu comme belligérant.Dans son annexe,la Convention de La Haye
(18 octobre 1907) définit très précisément le concept de belligérant.
On lit (section I,ch.1,article 2):
La population d'un territoire non occupé qui,à l'approche de l'ennemi,
prend spontanément les armes pour combattre les troupes d'invasion
(ce qui fut le cas à partir de novembre 1942,lorsque les Allemands envahirent
la Zone sud) (...) sera considéré comme belligérante si elle porte les armes
ouvertement et si elle respecte les lois et coutumes de la guerre.

Ces lois et coutumes étaient notamment rappelées au chapitre II qui concernait
les prisonniers de guerre et les méthodes de combat.Au sujet des prisonniers
de guerre,on lisait:

Article 4. Les prisonniers de guerre sont au pouvoir du Gouvernement ennemi,
mais non des individus ou des corps qui les ont capturés.
Ils doivent être traités avec humanité.
Tout ce qui leur appartient personnellement,excepté les armes,les chevaux
(pour la guerre moderne:les véhicules) et les papiers militaires,reste leur propriété.

Quant aux méthodes de combat,elles n'étaient pas toutes permises,loin s'en faut.
L'article 23 énonçait les interdictions suivantes:
Article 23.a) Outre les prohibitions établies par des conventions spéciales,
il est notamment interdit (....)

b) de tuer ou de blesser un ennemi qui,ayant mis bas les armes ou n'ayant plus
les moyens de se défendre,s'est rendu à discrétion.

c) de déclarer qu'il ne sera pas fait de quartier.
Or,il est évident que les maquisards ont violé tous ces articles.


Violation des articles 2 et 23 b.



De nombreux soldats allemands ont été tués traitreusement,d'une balle dans le dos
(violation de l'article 23 b.),par des hommes habillés en civil et qui cachaient leurs
armes jusqu'au dernier moment (violation de l'article 2).

Le 21 août 1941,un officier allemand,l'aspirant Mozer,fut tué d'une balle dans le dos,
au métro Barbès-Rochechouart,par un militant communiste,le futur "colonel Fabien".

Du 22 août au 15 septembre 1941,six autres officiers et soldats allemands furent
tués,d'une façon similaire,dans la région parisienne.

Le 20 octobre 1941,le Feld-Kommandant de la place de Nantes fut à son tour abattu
alors qu'il se rendait à pied à son bureau.
(Voy.Historia,hors série,n°41,1975,p.18 col.A.

Par la suite,les attentats s'intensifièrent.A Nuremberg,Hermann Göring lança:

" des bombes furent lancées dans des locaux où se trouvaient des officiers
et des soldats allemands,des bombes furent même jetées dans des locaux
où se trouvaient des femmes auxiliaires des services de transmission et
infirmières de la Croix-Rouge allemande" (TMI
,IX,344).

De janvier à septembre 1943,281 militaires allemands en France furent assassinés.

Violation de l'article 4,alinéa 1.


Les soldats allemands capturés n'ont jamais été remis aux autorités de Londres ou,
plus tard,d'Alger (violation de l'article 4,alinéa 1).

C'était impossible,me dira-t-on,car la Résistance ne disposait ni de bateaux
 ni d'avions pour les transporter.Certes,mais c'est précisément pour éviter ce genre
de situation que la Convention de La Haye existait et qu'il fallait la respecter.
Violation de l'article 4, alinéa 3.

Les prisonniers étaient parfois dépouillés de leurs uniformes et de leurs insignes
(violation de l'article 4,alinéa 3).
Dans l'affaire d'Oradour,par exemple,le lieutenant Gerlach et son chauffeur,
capturés par des maquisards (dont certains portaient l'uniforme de la Milice
en violation de l'article 23 f de la Convention de La Haye),se retrouvèrent
en sous-vêtements.
(Voy.V.Reynouard,Le massacre d'Oradour.Un demi-siècle de mise en scène
(Ed.VHO,1997) dans lequel la déposition de Gerlach est reproduite accompagnée
d'une analyse qui démontre pourquoi on ne saurait la qualifier de mensongère.

Violation des articles 4,alinéa 2 et 23c.


En de multiples occurences,les prisonniers furent abattus (violation de l'article 23c),
parfois après avoir été torturés et contraints de creuser leur tombe (violation
des articles 4,alinéa 2).
Le 15 janvier 1998,Le Populaire du Centre publia un article dans lequel
un ancien Résistant,René Jacob,évoquait ses souvenirs du maquis:

"Un de mes plus forts souvenirs
, déclarait-il,concerne l'attaque d'une
automitrailleuse allemande en panne à Sainte-Anne.J'étais aux premières loges"

(Voy.Le Populaire du Centre,15 janvier 1998,article intitulé:"René Jacob,
ancien résistant limousin,témoin à Bordeaux"
(au procès Maurice Papon).
L'ancien maquisard omettait toutefois de révéler le sort qui avait été réservé
aux occupants du véhicule.On le comprend.Le chauffeur et son équipier furent
contraints de creuser leurs tombes avant d'être abattus sans jugement.
(Information donnée par l'un de nos correspondants dans la région dans une lettre
du 16 janvier 1998).

Toujours dans le Limousin,mentionnons le chauffeur du lieutenant Gerlach,
fusillé par les Résistants pendant que celui-ci parvenait à s'enfuir.
Ces trois Allemands eurent cependant plus de chance que ces huit soldats
d'occupation tombés aux mains des maquisards et dont les corps mutilés furent
découverts près de Pau.
(Voy.O.Abetz,op.cit., p.312)

Ils eurent également plus de chance que ces Allemands de la garnison de Tulle,
submergés par les FTP et assassinés après qu'ils se furent rendus.
(Dans cette affaire,la thèse allemande s'oppose à la thèse française.
D'après les FTP,certains Allemands qui avaient brandi le drapeau blanc avaient
soudainement lancé des grenades sur leurs assaillants,ceux-ci auraient alors
riposté en tirant dans le tas (voy.Rémy,Les Balcons de Tulle (Librairie
Académique Perrin,1962),p.53).D'après Rémy,les mutilations visibles sur les soldats
morts auraient été dues aux grenades qu'ils s'apprêtaient à lancer et qui explosèrent
sous les balles des maquisards (Id).

Du côté allemand,cependant,on affirme que les soldats de la Wehrmacht et du SD
furent torturés après s'être rendus,d'après le juriste Hans Luther,qui vint sur les lieux
dans les heures qui suivirent le drame,des cadavres avaient le crâne défoncé,
les yeux arrachés,les membres écrasés par des camions qui leur avaient roulé
dessus...(voy.Hans Luther,Der französische Widerstand gegen die deutsche
Besatzugsmacht une eine Bekämpfung
(Tübingen ,1957).
De son côté,un Alsacien qui enterra une quarantaine de cadavres parle de corps
partiellement dénudés,de parties sexuelles tranchées et mises dans la bouche
(voy.SS-Beuteddeutscher-Weg und Wandhung eines Elsässer
(Askania verlag,Lindhorst,1979).

Toutes ces blessures ne pouvaient avoir été causées par l'explosion de grenades....
Quoi qu'il en soit,et même à supposer que la thèse des FTP soit exacte,il n'en reste
pas moins vrai que ceux-ci fusillèrent une dizaine de soldats allemands qui s'étaient
rendus (voy.Rémy,op.cit.,p.59).
L'un des cas les plus graves fut l'exécution sommaire de 80 prisonniers de guerre
allemands,le 2 septembre 1944,à Annecy et dans ses environs,au motif que
le gouvernement allemand refusait aux maquisards....le statut de combattants
réguliers.
(Sur cette affaire,voy.Maurice Bardèche,Nuremberg II ou les Faux Monnayeurs
(Ed.des Sept Couleurs,1950),pp.247 et suivantes ainsi que Alfred M.de Zayas,
The Wehrmacht War Crimes Bureau,1939-1945 (University of Nebraska Press,
ré-édition de 1995),pp.151 et suivantes.)

Combien d'autres exemples,restés inconnus parce que les victimes n'ont pu
et pour cause,témoigner et que les assassins se sont tus pourraient être cités ?
Encore aujourd'hui,de nombreux soldats allemands abattus sans jugement par
les maquisards sont portés disparus.Leurs corps doivent reposer à quelques
mètres de profondeur,dans les bois.

Violation de l'article 23d.


Ces crimes se comprennent aisément lorsqu'on connaît les mots d'ordre
des FTP entre 1942 et 1944.
Ceux-ci appelaient à ne pas faire de quartier (violation de l'article 23 d),
à tuer les "boches" et les "traîtres".

L'extrait du journal clandestin a été publié par le magazine Historia (hors série
déjà cité,p.21).

Le 21 août 1944,l'Humanité écrivit,sous le titre:
"Plus que jamais,mort aux boches" : "(...) chassons ou exterminons jusqu'au dernier
boche encore à Paris"
.
_________________
L'autre Histoire :

"qui n'entend qu'un son,n'entend qu'une cloche."


http://www.phdnm.org/uploads/3/0/0/1/3001973/seize_pages-1.htm


Revenir en haut
Roro II


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 885
Localisation: Sainte Victoire

MessagePosté le: Mar 24 Jan - 17:07 (2012)    Sujet du message: Peut-on donner le nom de Jean Moulin..... Répondre en citant


Les Résistants étaient-ils moralement en droit de violer
les textes en vigueur ?


En guise de réponse,certains déclareront que le national-socialisme
était une idéologie inhumaine,qui prévoyait la réduction en esclavage
de populations entières et la mort de millions d'innocents (Juifs,Tziganes,etc.).
La guerre commencée en 1939 était donc d'un type nouveau,il s'agissait
d'une guerre de la civilisation contre la barbarie,dans laquelle les peuples libres
luttaient pour leur existence et,plus généralement,pour la dignité humaine.
Par conséquent,les Français avaient le devoir moral de résister,même s'ils
violaient en cela les lois.

Cette thèse est certes très séduisante,car elle a l'avantage de simplifier
considérablement l'Histoire de l'Europe des années 30 (en la réduisant
à un combat manichéen du Bien contre le Mal) et,donc,d'absoudre tous
les crimes des "bons"au motif qu'ils auraient été commis au nom de la "civilisation".
L'ennui est que ce genre d'histoire,où les bons (aimables,généreux,altruistes,
guidés uniquement par un noble idéal de liberté et de fraternité) s'opposent
aux méchants (hautains,égoïstes,cyniques,guidés par la haine de tout ce qui
ne se prosterne pas à leurs pieds) n'est valable que dans les films.
La seconde guerre mondiale ne fut pas,comme on veut nous le faire croire,
la lutte des cow-boys contre les Indiens,de Zorro contre le capitaine Garcia
ou de Luc Skywalker contre Dark Vador.

Comme toujours dans l'histoire humaine,le bien et le mal furent enchevêtrés.
Certes,une analyse superficielle de l'Histoire donne tort aux Allemands.
N'est-ce pas le Reich qui a réarmé,les troupes allemandes qui ont pénétré
en Autriche,la Tchécoslovaquie qui a été dépecée par Hitler,la Pologne qui
a été envahie par la Wehrmacht,la France qui a subi et vécu une occupation
avec des déportations et Oradour-sur-Glane ?

 Les "nazis" n'ont-ils pas construit des camps et des fours crématoires ?

En 1945,les Alliés n'ont-ils pas découvert des montagnes de cadavres ?

Méfions-nous toutefois...Car on oublie trop souvent que l'Histoire des années
1930-1945 a été écrite par les vainqueurs alors que les vaincus étaient mis
dans l'impossibilité de faire connaître leur défense.
Il était donc facile au vainqueur d'occulter tous les événements qui plaidaient
en sa défaveur et d'imputer des crimes imaginaires au vaincu,afin de noicir à l'envi.
Je rappelle qu'il a fallu attendre 1990 pour que,enfin,l'Union soviétique reconnaisse
sa culpabilité dans le massacre de Katyn,attribué pendant 45 ans aux "nazis".

Certes,Hitler a réarmé.Mais on "oublie" de nous rappeler qu'à la fin de la première
guerre mondiale,les vainqueurs avaient exigé le désarmement quasi complet de
l'Allemagne,avec la promesse qu'une fois cette exigence réalisée,ils désarmeraient
à leur tour.Or,bien qu'en 1927,Foch lui-même ait constaté que l'Allemagne avait
rempli son devoir,la France refusa obstinément de désarmer.
Telle est la raison pour laquelle,à partir de 1934,Hitler réarma.*
 
Certes,Hitler a annexé l'Autriche.Mais on "oublie" de nous rappeler que dès 1918,
ce pays avait réclamé son rattachement à l'Allemagne et que les vainqueurs le
lui avaient refusé au mépris du droit des peuples à s'autodéterminer
(Id.,pp.59 et suivantes).

Certes,Hitler a contribué au dépècement de la Tchécoslovaquie et a envahi
la Pologne,mais on "oublie" de nous rappeler qu'en 1919,ces pays avaient été
créés (Tchécoslovaquie) ou recréés (Pologne) de toutes pièces par les vainqueurs
et que ceux-ci leur avaient donné de nombreux territoires incontestablement
allemands (pays des Sudètes donné à la Tchécoslovaquie,parties de la Silésie
et territoire de Dantzig donnés à la Pologne) (Ibid.,pp.69 et suivantes).
Dès les années 20,alors que Hitler était un inconnu,des personnalités françaises
et anglaises (Jacques Bainville,Marcel Sembat,Lloyd George,Robert Lansing....)
avaient prévu qu'une telle situation,si elle n'était pas révisée,mènerait à la guerre.**
Or,si la catastrophe put être évitée de justesse en 1938,il en fut autrement
un an plus tard,lorsque les Anglais poussèrent la Pologne à refuser toutes les offres
allemandes pour une solution pacifique des problèmes territoriaux.***
Rappelons en outre que,le 5 septembre 1939,l'Angleterre torpilla l'ultime tentative
de médiation acceptée par Hitler,pour restaurer la paix (Id.) et qu'un mois
plus tard,elle repoussa les offres d'A.Hitler pour une paix de compromis.

Quant aux événements d'Oradour-sur-Glane et à ce qui s'est passé dans les camps
de concentration allemands,des libres chercheurs ont démontré que l'Histoire officielle
enseignée depuis 1945 était truffée d'inexactitude  et de mensonges.
Aujourd'hui,cependant,en France,une loi existe qui les empêche de s'exprimer
publiquement (loi Fabius-Gayssot du 13 juillet 1990) et leurs livres sont interdits.

En voici quelques exemples:

- Annales d'Histoire Révisionnistes et Revue d'Histoire Révisionniste:
interdites d'exposition dans les librairies,de publicité et de vente ou de
 distribution aux mineurs par arrêté du 2 juillet 1990,

- L'Holocauste au Scanner de Jügen Graf: interdit en France par arrêté
du 19 décembre 1994,

- Rapport Rudolf (sur les prétendues chambres à gaz homicides d'Auschwitz):
interdit en France par arrêté du 7 avril 1997,

- Le Massacre d'Oradour,un demi-siècle de mise en scène :
 interdit en France par arrêté du 2 septembre 1997,

- Nouvelle Vision (bulletin confidentiel d'informations révisionnistes):
 interdit en France par arrêté du 12 janvier 1997,

- Les camps de concentration allemands.1941-1945.Mythes propagés et
réalités occultées
:sur le point d'être interdit en France (lette d'annonce
d'interdiction du 2 mars 2000,l'interdiction définitive devrait être publiée début
avril 2000).


Depuis près de vingt ans,les révisionnistes proposent un début public avec
des historiens et d'anciens déportés.On le leur a toujours refusé,préférant
 la répression impitoyable (interdictions,procès,amendes,prison,agressions...)
à la discussion courtoise.
Tant que l'Histoire européenne des années 1918-1950 sera écrite par les vainqueurs
de 1945,tant que les vaincus n'auront pas le droit de faire connaître leur défense,
tant que les libres chercheurs seront autoritairement réduits au silence,
on ne pourra prétendre juger objectivement le national-socialisme.

Telle est la raison pour laquelle je refuse de suivre ceux qui invoquent les
 "crimes nazis"(contre la paix,de guerre ou contre l'humanité) pour justifier
 toutes les atteintes au Droit commises par les Résistants.
Leur raisonnement est faussé dès le départ parce que l'histoire qu'ils utilisent
 se révèle fausse et les crimes qu'ils invoquent improuvés.
*(Voy.V.Reynouard,Les crimes "Libérateurs" contre la Paix (auto-édité,1995),
pp.7 à 38.

**(Voy.V.Reynouard,Les responsabilités des vainqueurs de 1918.Adolf Hitler n'a
été que l'instrument d'un destin inéluctable
(publié dans VHO
France informations....,n°21,10 septembre 1999).

*** (Voy.V.Reynouard,Les crimes "Libérateurs"...op.cit., pp.127 et suivantes).
..../....
_________________
L'autre Histoire :

"qui n'entend qu'un son,n'entend qu'une cloche."


http://www.phdnm.org/uploads/3/0/0/1/3001973/seize_pages-1.htm


Revenir en haut
Roro II


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 885
Localisation: Sainte Victoire

MessagePosté le: Mar 24 Jan - 17:28 (2012)    Sujet du message: Peut-on donner le nom de Jean Moulin..... Répondre en citant

  Le fait que la seconde guerre mondiale ait été une guerre
d'un genre nouveau ne change rien.


Pourtant,il est indéniable que la seconde guerre mondiale a été un conflit
nouveau dans l'histoire moderne,puisque le vaincu était promis à la mort.
De 1815 à 1939,en effet,les conflits avaient été menés principalement
pour des raisons impérialistes.L'objectif était d'affirmer sa suprématie,
d'annexer,de défendre un territoire convoité ou de faire accéder
une contrée à l'indépendance pour des raisons géopolitiques.

Les exemples abondent:guerres de Crimée (1854-5),d'Italie (1859),
des Duchés (1864),austro-prusienne (1866),franco-allemande (1870-1),
polono-russe (1921).

Lorsque ces conflits opposaient des grandes puissances entre elles,sur leur sol,
le vaincu perdait quelques portions de territoire et devait payer des réparations
(voy.la France en 1871).Mais il n'était jamais question de renverser le gouvernement,*
de pendre les hauts dignitaires et de démembrer le pays en expulsant les populations
indésirables.Un seul contre-exemple peut-être cité avec la défaite totale des armées
napoléoniennes en 1815,face à une coalition de pays européens.
Sous la pression des vainqueurs,l'Empire fut remplacé par une monarchie.
Mais le pays vaincu ne fut pas démembré et,malgré le sang qu'il avait sur les mains,
Napoléon ne fut pas condamné à mort....Jusqu'en 1939,donc,les guerres entre
les grandes puissances préservaient les gouvernements,les hommes d'Etat et,
dans une certaine mesure,les pays avec leurs populations.
Or,c'est dans ces années que furent rédigés et discutés les principaux traités
destinés à réglementer les conflits.Après qu'une première étape eut été franchie
en 1864 avec la fondation de la Croix-Rouge internationale,les deux plus importantes
conventions furent signées à La Haye en 1907 et à Genève en 1929.
Il n'est donc pas erroné de dire que ces conventions ont été ratifiées lorsque
les guerres se déroulaient encore selon un schéma traditionnel,un schéma qui
permettait de perdre un conflit sans être pendu et voir son pays démembré.

Cette situation changea radicalement le 3 septembre 1939,lorsque le conflit
germano-polonais se mondialisa.

Il devint alors une lutte d'un genre nouveau,une croisade idéologique
des démocraties contre le national-socialisme.Le 11 juin 1940,d'ailleurs,
alors que les Alliés prétendaient se battre uniquement pour sauver l'indépendance
de la Pologne,Winston Churchill ne cacha pas en privé ses intentions,évoquant
une possible défaite de la France,il déclara,optimiste:

"les Alliés conservent (...)les moyens de vaincre l'Allemagne
et de détruire le régime national-socialisme"**


On ne pouvait être plus clair.Il ne s'agissait pas d'une guerre pour défendre
la Pologne (celle-ci sera d'ailleurs abandonnée à Staline en 1945) mais
pour "détruire" le régime allemand.

Cette réalité que l'on pouvait appréhender dès 1940 s'imposa de plus en plus
avec la parution,aux USA,du livre de T.Kaufman:Germany must perish !
(L'Allemagne doit périr !) qui demandait l'anéantissement biologique du peuple
allemand (1941),la généralisation des bombardements massifs sur l'Allemagne
(1942-3) ainsi que les différentes décisions prises par les Alliés à Casablanca
(1943:"capitulation sans condition") et à Québec (1944:adoption du plan
Morgenthau qui prévoyait de transformer l'Allemagne en un vaste pâturage,
sans industries ni mines).
Pour les dirigeants nationaux-socialistes,il devenait évident qu'en cas de défaite,
aucune négociation ne serait entreprise,le Reich serait laminé par les vainqueurs.
Dans cette situation extrême,que devenaient les pactes internationaux sur
la conduite des hostilités ?

Dès 1932,Pierre Cot avait rappelé que le droit international public était dominé
par la règle suivante:"Pacta sunt servanda sic rebus stantibus" ,
c'est-à-dire:"Les traités subsistent dans la mesure où les circonstances qui
les ont fait naître subsistent". ***

La conclusion à en tirer est évidente:lorsque les Conventions de La Haye et
de Genève avaient été signées,notamment par l'Allemagne,l'Europe était encore
à l'époque des guerres traditionnelles,qui préservaient les pays vaincus.

Mais en 1941,les circonstances avaient radicalement changé.
La guerre était devenue une lutte où le vaincu n'aurait rien à attendre du vainqueur...
Par conséquent,les Conventions internationales sur la guerre avaient cessé d'être
ou,ce qui revient au même,pouvaient être transgressées.
Ici le résistancialiste va sourire de mon ingénuité et il me remerciera de lui avoir
fourni un argument auquel il n'avait pas pensé:"Vous voyez bien,s'écriera-t-il alors,
que les maquisards étaient en droit de ne pas respecter les textes en vigueur,
puisque cette guerre était d'un genre nouveau.Vous venez de réduire à néant
votre propre argumentation.Laissez-nous donc honorer Jean Moulin ou
Georges Guingouin en donnant leurs noms à des établissements scolaires ou à des rues."

"Peut-être,mais encore faut-il être cohérent.

Rappelons en effet qu'en 1946,les vainqueurs pendirent plusieurs hauts dignitaires
allemands parce qu'ils avaient violé le Droit international
(Convention de La Haye,de Genève,Pacte Briand-Kellog....).

On en déduit que,pour les Alliés,les conventions internationales n'avaient
jamais cessé d'être.

Par conséquent,ceux-ci ne peuvent aujourd'hui soutenir qu'elles ne s'appliquaient
pas aux Résistants entre 1941 et 1945.C'est une simple question de cohérence.
Mais il y a plus.De nos jours,les chantres de la Mémoire justifient leur action
en prétendant qu'ils agissent pour éviter "le retour de l'horreur" et pour l'avènement
d'un monde respectueux du Droit.Or,c'est toute la seconde guerre mondiale qui a
été une horreur,précisément parce que,d'origine idéologique,elle s'est rapidement
transformée,des deux côtés,en guerre totale d'extermination.

Une véritable éducation pour la paix et la justice nécessiterait d'exposer aux jeunes
générations tous les crimes et toutes les violations du Droit que cette
guerre insensée a provoqués,qu'ils aient été commis par les vaincus ou par
 les vainqueurs (parmi lesquels figurent les maquisards).

Aujourd'hui,il serait nécessaire de présenter la seconde guerre mondiale
(et les années qui l'ont suivi) comme un exemple à ne pas suivre.
Ce conflit devrait être étudié pour montrer aux jeunes où mènent nécessairement
les guerres idéologiques.

Or,en donnant le nom de Jean Moulin à des établissements scolaires,on justifie
la guerre idéologique dans l'esprit des jeunes,on justifie toutes les atteintes aux
droits,du moment qu'elles sont commises "pour la bonne cause".
On fabrique donc des générations qui ne reculeront pas devant les horreurs
de la guerre,puisque,lorsqu'un conflit éclate,chacun voit "la bonne cause"
 de son côté.

*Certes,en 1871,l'Empire français a été renversé.Mais il l'a été par des Français
eux-mêmes...

**Voy.Maxime Weygand,Mémoires.Rappelé au Service (Flammarion,1950),
p.596.

***Voy.Le Capital,20 mars 1932,cité par Jean Montigny dans:
France,libère-toi !(Auto-édité,Le Mans,1939),p.92.


CONCLUSION.



Le 15 mars 1946,à Nuremberg,le procureur américain Jackson déclara:

"(...) je suis prêt à reconnaître que les groupes de partisans se livrèrent,
dans les territoires occupés,à des actes regrettables,répréhensibles et préjudiciables
aux conquérants en puissance "(TMI IX,345).



Deux mois auparavant,le procureur français de Menthon avait dit:

"Certes,les membres de la Résistance ne remplissaient que rarement les conditions
prévues par la Convention de La Haye pour être considérés comme des combattants réguliers." (TMI,V,408).



Ces deux propos,qui résonnent comme des aveux,confirment notre analyse.
En prenant les armes contre l'occupant les Résistants français ont violé
non seulement les termes de la Convention d'armistice,signée le 22 juin 1940
avec l'Allemagne,mais aussi la Convention de La Haye d'octobre 1907 sur
"les lois et coutumes de la guerre sur terre".

Toutes les excuses fondées sur un prétendu "devoir moral de Résistance"
face au national-socialisme sont irrecevables.

Aujourd'hui,ainsi,les prétendus défenseur du Droit et de la Morale trahissent
la mission qu'ils se sont donnée lorsqu'ils proposent de baptiser un établissement
français du nom de Jean Moulin.Qu'on le veuille ou non,Jean Moulin symbolise
la guerre illégale,menée pour des raisons idéologiques au mépris du Droit,
génératrice de crimes et d'horreurs multiples.

A l'heure où des voix s'élèvent pour l'avènement d'un monde plus juste et plus humain,
la seconde guerre mondiale devrait être présentée aux jeunes générations comme
une folie meurtrière et un exemple à ne pas suivre.

Tant qu'il n'en sera pas ainsi,tant que la Mémoire restera sélective
(donnant naissance à une histoire falsifiée),tant que les "héros" de la lutte antinazie
seront glorifiés,même s'ils ont ouvertement enfreint le Droit et permis de nombreux
crimes,on ne voit pas comment les jeunes pourront "tirer les leçons du passé".


  
_________________
L'autre Histoire :

"qui n'entend qu'un son,n'entend qu'une cloche."


http://www.phdnm.org/uploads/3/0/0/1/3001973/seize_pages-1.htm


Revenir en haut
Jardin David


Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2011
Messages: 474
Localisation: France

MessagePosté le: Mer 25 Jan - 21:41 (2012)    Sujet du message: Peut-on donner le nom de Jean Moulin..... Répondre en citant

C'est bien tortueux ....
Il y a aussi dans le règlement militaire deux sanctions :
- n'a pas appliqué les ordres donnés
- n'a pas pris les initiatives qui s'imposaient
Fermez le ban !
Il était certainement inutile et dangereux de commettre des attentats aveugles, mais il était moralement utile et salutaire (et dangereux) de reprendre les armes le moment opportun. 
_________________
Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi (Le Cid)


Revenir en haut
Skype
Briard
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 3 331

MessagePosté le: Jeu 26 Jan - 10:06 (2012)    Sujet du message: Peut-on donner le nom de Jean Moulin..... Répondre en citant

Et silence assourdissant de "l'historien" Delpla et de son disciple lebel !!

<< Qui ne dit mot consent  >> nous dit l'adage.
_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter.
F Fenelon


Revenir en haut
Frère Jacques


Hors ligne

Inscrit le: 11 Oct 2010
Messages: 309
Localisation: Marseille

MessagePosté le: Jeu 26 Jan - 21:24 (2012)    Sujet du message: Peut-on donner le nom de Jean Moulin..... Répondre en citant

Briard a écrit:
Et silence assourdissant de "l'historien" Delpla et de son disciple lebel !! << Qui ne dit mot consent  >> nous dit l'adage.





Ils seront (peut-être) plus bavards sur le forum

de Frère François (à moins de censurer):

 

http://www.delpla.org/forum/viewtopic.php?f=7&t=811
_________________

Une autre version,
qui n'entend qu'un son,n'entend qu'une cloche.


http://phdnm.org/


Revenir en haut
François Delpla


Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2007
Messages: 1 405
Localisation: France 95

MessagePosté le: Lun 30 Jan - 07:27 (2012)    Sujet du message: Peut-on donner le nom de Jean Moulin..... Répondre en citant

Briard a écrit:
Et silence assourdissant de "l'historien" Delpla et de son disciple lebel !!

<< Qui ne dit mot consent  >> nous dit l'adage.


Tant que tu ne prouves pas que j'étais au courant avant ce matin, tu me diffames purement et simplement et tu es bien imprudent de tirer des arguments de mon silence.

Comme si au fond tu avais un urgent besoin de confirmation pour ceux de Roro !

Il me semble déceler quelque ironie quand Menthon dit que certes, les résistants présentaient rarement toutes les conditions requises par la convention de La Haye.


PS.- et si tu savais comme mon disciple Lebel n'en fait qu'à sa tête au fond de la classe !


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Lun 30 Jan - 12:36 (2012)    Sujet du message: Peut-on donner le nom de Jean Moulin..... Répondre en citant

  Le dénommé  Roro  , selon son habitude , nous inflige une laborieuse logorrhée , emaillée de citations douteuses quant à la personnalité de leur auteur * , qui epouse et justifie  le point de vue nazi  , en deniant , entre autres ,  toute légitimité à la Resistance !
Faut il detailler et discuter  tous ces points , notamment lorsqu'il evoque les attentats contre l'occupant , sans mentionner la repression impitoyable et les differents massacres , tous contraires aux lois de la guerre , perpetrés par cet occupant sur notre sol de 40 à 44 !


 Encore une fois , c'est une énième redite , avec l'inévitable réference à " l' Histoire racontée par les vainqueurs " ,  un copié collé à partir de sites revisionnistes ou carrement négationnistes ,  bien connus 


* Vincent Reynouard , pas historien pour un sou , mais infatigable propagandiste pro nazi 


Revenir en haut
boisbouvier


Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2009
Messages: 2 691
Localisation: 75

MessagePosté le: Mar 22 Jan - 12:22 (2013)    Sujet du message: Peut-on donner le nom de Jean Moulin..... Répondre en citant

Il m'interesserait de savoir comment ont été jugés les actes de représailles exercés par les Allemands contre les francs tireurs ? Le fait d'avoir fusillé des victimes qui furent dites expiatoires (des otages) a-t-il été reconnu comme contraire aux lois de la guerre ? Leurs auteurs furent-ils condamnés pour crime de guerre ? Si oui, d'autres ne furent-ils pas exonérés de charges ?
_________________
Je me fais une spécialité de défendre la mémoire du Maréchal injustement attaquée.
J'ai "commis" un ouvrage à cet effet:
Pétain, trahison ou sacrifice ?" aux éditions Godefroy de Bouillon.
Je défends aussi Laval.


Revenir en haut
soulrod2


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2013
Messages: 452
Localisation: alsace

MessagePosté le: Lun 11 Fév - 16:07 (2013)    Sujet du message: Peut-on donner le nom de Jean Moulin..... Répondre en citant

Un détail, c'est amusant comment reynouard tente des analyses juridiques pour tenté d'accréditer ses thèses en omettant à chaque fois de dire que se sont les nazie qui trahissait à chaque fois leur parole.... Je comprend que des civils résistants ne tenir pas compte de l'armistice, surtout après le franchissement de la ligne de démarcation, un nouveau traité ou hitler fut parjure...
_________________
L'ennemi est bête il croit que c'est nous l'ennemi alors que c'est lui. Déprosges


Revenir en haut
Roro II


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 885
Localisation: Sainte Victoire

MessagePosté le: Lun 11 Fév - 16:34 (2013)    Sujet du message: Peut-on donner le nom de Jean Moulin..... Répondre en citant

 Débat impossible sur l'"Holocauste",pourquoi ? la réponse est là.

Comment ne pas croire que nous sommes bien dans un pays
(comme d'autres:Allemagne,Autriche,etc),non démocratiques ?
Ces pays bafouent et violent l'article 13 de la Charte des Droits de l'Homme
et du Citoyen.
Des voix s'élèvent de plus en plus et sont étouffées en silence,
les media n'en parlent jamais,pour combien de temps encore ?
le mythe de l'"Holocauste" est-il une réalité ?
Voici des faits occultés par les media

:


PREUVES du MENSONGE Historique.

  :study:

1) Une première HISTORIQUE !
Ce documentaire d’1h30 est sortit sur Internet en Septembre 2011.
D’intérêt public, il sera mis à la disposition de tous.


http://www.egaliteetreconciliation.fr/Un-homme-Teaser-Robert-Faurisson-repo…


 


 2) des voix au Parlement européen s'élèvent :


http://liberation-44.forumactif.org/t580-le-virus-negationniste-a-frappe-a-…





- des Juifs s'élèvent contre le mensonge d'Auschwitz:


http://politique.forum-actif.net/t16115-le-professeur-juif-robert-jan-van-p…


- les travaux révisionnistes dans le monde:


http://liberation-44.forumactif.org/t727-les-travaux-revisionnistes-dans-le…


LES PREUVES DES MENSONGES de la version officielle

:

3) Pire que les "chambres à gaz " :


http://liberation-44.forumactif.org/t860-de-gaulle-churchill-einshower-pire…



4)Les arguments de la version officielle s'écroulent les uns après les autres:





a)


http://liberation-44.forumactif.org/t1083-le-site-antirevisionniste-phdn-ri…


b)

5) Aucune preuve de l'"Holocauste" :


a)


http://spartiate.tonempire.net/t568-aucune-preuve-de-l-holocauste


b)


http://spartiate.tonempire.net/t583-que-valent-les-temoignages-des-deportes…
c)


http://liberation-44.forumactif.org/t865-la-these-officielle-actuelle-n-eta…


d)
http://liberation-44.forumactif.org/t1214-comment-raul-hilberg-trompe-ses-l…


)
Les bonnes raisons de ces mensonges et la peur de la vérité

:

a)

http://liberation-44.forumactif.org/t1140-l-aveu-sionistel-holocauste-a-ren…


b)

http://politique.forum-actif.net/t16218-l-industrie-de-l-holocauste



La réponse des défenseurs du mythe.


LES ARMES DE DESTRUCTION MASSIVE des négationnistes de la version officielle

:





Cette réponse est un aveu.  :study:  :scratch:
/
_________________
L'autre Histoire :

"qui n'entend qu'un son,n'entend qu'une cloche."


http://www.phdnm.org/uploads/3/0/0/1/3001973/seize_pages-1.htm


Dernière édition par Roro II le Sam 16 Fév - 18:10 (2013); édité 2 fois
Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Lun 11 Fév - 16:36 (2013)    Sujet du message: Peut-on donner le nom de Jean Moulin..... Répondre en citant

Il y a deux façons d'aborder la Résistance. Celle de Dominique Venner, qui fait un distingo entre les véritables résistants à l'occupation nazie, qui s'engagèrent dès juin 40, sur le terrain dans des actes de résistance réels, et la résistance communiste officielle qui se manifesta aprés le 22 juin 1941, un an après donc, sur ordre de Staline afin de fixer sur le territoire national le maximum de troupes allemandes, ceci afin de soulager le front Est.
L'autre façon est celle d'historiens peu scrupuleux qui considèrent que tous les résistants à quelque faction politique qu'ils appartiennent étaient surtout des résistants à Vichy et que c'est grace à cette résistance héroïque et sans tâche que l'Allemagne fut vaincue.
En juin 1940, la France avait un pouvoir légal qui était le gouvernement de l'Etat français dirigé par le Maréchal Pétain et qui détenait ses pouvoirs de l'Assemblée Nationale. La preuve en est que les Etats-Unis, l'URSS, la Suisse, et d'autres états avaient conservé leur représentation diplomatique sur le teritoire national.
J'ai expliqué par ailleurs que l'état de "Franc-Tireur" était considéré par toutes les Conventions internationales comme de "droit commun" et ne pouvant bénéficier de la protection accordée lors de leur capture, aux prisonniers de guerre.
Nous partageons l'étude de Dominique Venner, rejoignant les mémoires d'Henri Frenay, fondateur de Combat, et de François de Grossouvre lorsqu'il disait: "C'est la gauche qui a exploité la résistance, mais ce sont des gens de droite qui l'ont créée."
Enfin et pour répondre à Soulrod2, ne pas tenir compte de l'armistice c'était s'opposer gravement aux conventions signées entre Français et Allemand pour suspendre les hostilités à un moment ou la France en avait un besoin urgent et donc risquer d'entrainer l'occupation totale de notre pays.
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
soulrod2


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2013
Messages: 452
Localisation: alsace

MessagePosté le: Lun 11 Fév - 16:48 (2013)    Sujet du message: Peut-on donner le nom de Jean Moulin..... Répondre en citant

Je te rejoint, admin, sur la difficulté du moment, une France avec un gouvernement plus ou moins reconnus et une autre France dite libre plus ou moins reconnu aussi. Et effectivement le droit international interdisait les mouvements résistants. Mais se droit international si souvent bafouer par hitler ( conf tout les traités et accord qu'il a trahit) sert à certain pour condamné les résistants c'est assez cocasse?
_________________
L'ennemi est bête il croit que c'est nous l'ennemi alors que c'est lui. Déprosges


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:03 (2016)    Sujet du message: Peut-on donner le nom de Jean Moulin.....

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> 39/45. La seconde Guerre Mondiale Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com