France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le ghetto de Varsovie : ce que l'on cache plus de 50 ans après
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> Bistrot du coin
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Sam 4 Fév - 23:28 (2012)    Sujet du message: Le ghetto de Varsovie : ce que l'on cache plus de 50 ans après Répondre en citant

Les éditions Robert Laffon auraient donc publié un livre de Mr Faurisson ? J'avais cru qu'il s'agissait de la traduction du livre de W. Spizlmann, pianiste, à Varsovie... On en apprend tous les jours ! Laughing
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 4 Fév - 23:28 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Dim 5 Fév - 00:18 (2012)    Sujet du message: Le ghetto de Varsovie : ce que l'on cache plus de 50 ans après Répondre en citant

   Je ne parle pas du livre , je parle des " commentaires" ........qui ne sont pas de R. Laffond !

Revenir en haut
boisbouvier


Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2009
Messages: 2 691
Localisation: 75

MessagePosté le: Dim 5 Fév - 09:38 (2012)    Sujet du message: Le ghetto de Varsovie : ce que l'on cache plus de 50 ans après Répondre en citant

Et si la Shoah n'était que l'oeuvre personnelle des Dioscures, Himmler et Heydrich ?
Il existe une énigme Heydrich.
Ce "coeur de fer" semble avoir été infiniment pervers. L'amour du mal pour le mal.
Le sort des juifs ne devient terrible qu'à partir du moment où il s'en empare, mandaté qu'il est par Göring lors de la mission qu'il lui confie le 31 juillet 41 de trouver une solution, non pas "finale", mais "totale" ou "définitive" au problème juif.
Que voit-on alors, en effet ?
On voit les Einsatzgruppen qu'il a formés pendant le printemps dans des écoles spéciales se répandre dans les arrières des fronts et commencer leurs massacres.
On voit les limites de ces massacres : ils se voient. C'est mauvais pour la propagande externe mais aussi pour la troupe qu'ils révulsent. Himmler, lui-même, avait un coeur sensible : n' eut-il pas un malaise à Minsk le 15 août 41 en assistant à un massacre ?
Il faut changer de méthode et ce sera l'objet de Wannsee. On construira des camps pour les regrouper et les tuer en catimini et, pour s'assurer que ça ne transpire pas, on fera déporter les Juifs par des Juifs qu'il suffira de mettre à mort ensuite comme les pharaons le faisaient des constructeurs de leurs tombeaux.
Qu'ont su de tout cela Göring et même Hitler ?
En fait, nous ne le savons pas.
_________________
Je me fais une spécialité de défendre la mémoire du Maréchal injustement attaquée.
J'ai "commis" un ouvrage à cet effet:
Pétain, trahison ou sacrifice ?" aux éditions Godefroy de Bouillon.
Je défends aussi Laval.


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Dim 5 Fév - 10:36 (2012)    Sujet du message: Le ghetto de Varsovie : ce que l'on cache plus de 50 ans après Répondre en citant

Les commentaires, Lebel, ne sont pas de "Faurisson", à preuve du contraire.Il est de n'importe

quel lecteur (intelligent) qui lit avec un esprit critique le bouquin de Spilzmann, et donc en retire certaines conclusions. C'est ce que je fais lorsque je lis n'importe quel bouquin d'histoire ou prétendu d'histoire. Si tu voyais ceux que j'ai tiré de "De Gaulle, mon père" de Sosthène... Alors là !
C'est ce qu'on devrait tous faire en lisant. Or, ce n'est pas le cas ! Il y a ceux qui avalent tout ce qu'ils lisent parceque le bouquin est "historiquement correct", c'est à dire qu'il nous affirme que Pétain était un salaud et que De Gaulle était un héros, et les autres, dont je fais partie. Mais je te concède que je fais partie d'une petite minorité, ce qui en langage "démocratique" signifie que nous avons politiquement tort...
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Résistant
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2007
Messages: 1 684
Localisation: Vaucluse

MessagePosté le: Dim 5 Fév - 10:45 (2012)    Sujet du message: Le ghetto de Varsovie : ce que l'on cache plus de 50 ans après Répondre en citant

Tout à fait d'accord avec Admin ! Qu'importe d'ailleurs que les commentaires cités par RoroII soient de Faurisson ou de Tartampion. Ils commentent, de manière critique, le texte de Spilzmann, et on peut évidemment être ou pas d'accord avec ces commentaires, et c'est là qu'il peut y avoir un débat "constructif". Je note que dès qu'il est question de commenter un témoignage, ou des souvenirs qui ne vont pas dans le sens unique de l'histoire convenue, vous vous lancez dans des anathèmes irréfléchis et des accusations de négationnisme flagrant ! Je doute, franchement de vos capacités d'analyse !


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Dim 5 Fév - 11:26 (2012)    Sujet du message: Le ghetto de Varsovie : ce que l'on cache plus de 50 ans après Répondre en citant

Qu'ont su de tout cela Göring et même Hitler ?
En fait, nous ne le savons pas.

Voyons , Boisbouvier ,  comment peut on croire que la finalité de l'extermination ait pu être ignorée des deux plus grands chefs nazis , quand il s'agit là d'une entreprise dûment planifiée 
( au moins à partir de Barbarossa ) , souvent prioritaire par rapport à d'autres urgences * , fondement mème de la politique hitlerienne !
Et je rappelais : 
         comme si l'organisation methodique de la Shoah ait pu être l'oeuvre d'initiatives isolées et sans directives précises .......quand on connait l'efficacité du système nazi et le rigoureux devoir d'obeissance de ses executants à des ordres et à  une finalité qui devait rester secrete
    Encore une fois , cette pretendue ignorance n'est avancèe que dans les ecrits negationnistes , et par eux seuls 








* le 17 aout 44 , alors que les alliés etaient aux portes de Paris , le SS Brünner , s'acharnera à faire partir le dernier convoi de déportés vers Auschwitz , au detriment des trains militaires allemands ! 


Revenir en haut
Roro II


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 885
Localisation: Sainte Victoire

MessagePosté le: Dim 5 Fév - 11:58 (2012)    Sujet du message: Le ghetto de Varsovie : ce que l'on cache plus de 50 ans après Répondre en citant

boisbouvier a écrit:
Et si la Shoah n'était que l'oeuvre personnelle des Dioscures,
 Himmler et Heydrich ?
 Il existe une énigme Heydrich.Ce "coeur de fer" semble avoir
été infiniment pervers.

L'amour du mal pour le mal.
Le sort des juifs ne devient terrible qu'à partir du moment où il s'en empare,
 mandaté qu'il est par Göring lors de la mission qu'il lui confie
le 31 juillet 41 de trouver une solution, non pas "finale", mais "totale"
 ou "définitive" au problème juif.
Que voit-on alors, en effet ?
On voit les Einsatzgruppen qu'il a formés pendant le printemps
dans des écoles spéciales se répandre dans les arrières des fronts
et commencer leurs massacres.
On voit les limites de ces massacres : ils se voient.
C'est mauvais pour la propagande externe mais aussi
 pour la troupe qu'ils révulsent. Himmler, lui-même, avait un coeur sensible :
n' eut-il pas un malaise à Minsk le 15 août 41 en assistant à un massacre ?
Il faut changer de méthode et ce sera l'objet de Wannsee.
On construira des camps pour les regrouper et les tuer en catimini et,
 pour s'assurer que ça ne transpire pas, on fera déporter les Juifs
par des Juifs qu'il suffira de mettre à mort ensuite comme
les pharaons le faisaient des constructeurs de leurs tombeaux.
Qu'ont su de tout cela Göring et même Hitler ?

En fait, nous ne le savons pas.











Que d'imagination !!!
Quelques documents sérieux vous serons d'un grand secours
pour votre culture historique:

 Le 24 juin 1941,cependant,tout changea:R.Heydrich informa le ministre
des Affaires étrangères du Reich que la solution d'ensemble de la question
juive concernait 3,25 millions de Juifs disséminés dans toute la sphère
d'influence allemande,donc qu'on ne pouvait plus espérer la résoudre
par la voie de l'émigration,une solution territoriale s'imposait. *
Quelques semaines plus tard,les victoires fulgurantes sur l'Armée rouge
et la certitude que l'URSS serait écrasée vers la fin du mois d'août **
firent germer dans l'esprit de certains un nouveau plan:
l'évacuation des Juifs à l'Est,au-delà du Gouvernement général,
dans les territoires devenus accessibles suite au recul de l'armée soviétique
(Ukraine,Biélorussie,Lituanie,Lettonie,voir même de l'Estonie).
Voilà pourquoi le 31 juillet 1939,H.Göring écrivit à R.Heydrich
une lettre qui commençait ainsi (je souligne):

"En complément de la tâche qui vous a déjà été assignée par décret
du 24-1-39,à savoir d'obtenir pour la question juive, par la voie
de l'émigration ou de l'évacuation,la solution la plus avantageuse
possible eu égard aux circonstances,je vous charge par la présente de procéder
 à tous les préparatifs nécessaires,sur le plan de l'organisation et des questions
concrètes et matérielles pour aboutir à une solution totale
(ou"solution d'ensemble")de la question juive dans la zone d'influence
 allemande en Europe."
(Doc.PS-710 in TMI,XXVI,p.267.


Cette première phrase démontre que,contrairement aux allégations
d'un Georges Wellers,la lettre ne trahit aucune intention criminelle.
H.Göring évoquait le refoulement des Juifs hors de la sphère d'influence
allemande,c'est-à-dire dans les territoires soviétiques qui avaient été conquis
depuis le 21 juin 1941 et qui allaient être conquis très prochainement.
Il n'était pas question d'exterminer qui que ce fut...


C'était si évident qu'à Nuremberg,l'ancien Reichsführer s'expliqua sans problème.
Répondant au procureur Jackson qui l'interrogeait sur ce document,il déclara:

"La raison pour laquelle je lui ai adressé cette lettre était que Heydrich
ou peut-être Himmler,par décret du 24 janvier 1939,avait été chargé
de l'émigration des Juifs.
C'était donc le service intéressé et c'est au service auquel avait
 été confiée cette tâche que j'avais à m'adresser pour toutes
les questions matérielles et économiques qui se posaient".
(TMI,IX,553).






Robert Jackson n'insista pas et passa rapidement à autre chose...


J.Guedj trompe donc son lecteur lorsqu'il considère la lettre du 31 juillet 1941
comme une preuve que la "décision de procéder à la liquidation physique
de tous les Juifs du continent européen" aurait été "prise au tournant
de l'été 1941" (p.79).




*Voy.le mémoire de Martin Luther en date du 21 août 1942,doc.NG-2586-J,
cité intégralement par Arthur R.Butz dans son ouvrage:
 La Mystification du XXè siècle
(éd.La Sfinge,2002,pour la version française),pp.347-54
et plus particulièrement p.349 (al.4).

**:Dans le compte rendu d'un entretien qui eut lieu le 14 juillet 1941
entre le Führer et le comte Oshima,on lit:

"Il (Hitler) ne croit pas que la résistance,en Russie d'Europe,puisse encore
se prolonger au-delà de six semaines.Où les Russes iraient,il l'ignorait.
Peut-être dans l'Oural ou au-delà de l'Oural.
Mais nous les poursuivrons et lui,le Führer,ne reculerait pas
devant la perspective de pousser au-delà de l'Oural"
(Voy.Andreas Hillgruber,Les entretiens secrets de Hitler


(éd.Fayard,1969),pp.607-8.


Extrait du sujet ci-dessous:


http://liberation-44.forumactif.org/t1067-introduction-a-l-histoire-de-la-s…


La dernière phrase de M.Boisbouvier est très pertinente !  Very Happy
_________________
L'autre Histoire :

"qui n'entend qu'un son,n'entend qu'une cloche."


http://www.phdnm.org/uploads/3/0/0/1/3001973/seize_pages-1.htm


Revenir en haut
boisbouvier


Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2009
Messages: 2 691
Localisation: 75

MessagePosté le: Dim 5 Fév - 17:05 (2012)    Sujet du message: Le ghetto de Varsovie : ce que l'on cache plus de 50 ans après Répondre en citant

Roro II me conforte dans mon analyse.
Göring n'a sans doute appris l'extermination physique des Juifs qu'à Nuremberg.
Jusque là, il ne pensait la solution (endlösung) qu'en termes d'évacuation et de réinstallation.
Cette extermination comme un effet de la perversité d'un seul homme : Heydrich. Est-ce possible ?
Avec cet étrange animal qu'est l'homme tout est possible.
Mais, me direz-vous, c'est oublier que Heydrich est mort le 4 juin 42 et que la Shoah n'a battu son plein qu'ensuite.
Or, que sait-on de l'emprise que put avoir Heydrich sur l'esprit débile et confus de Heinrich Himmler ?
C'est après sa mort en juin 42 qu'il décida que la destruction des Juifs (opération Reinhardt) devait être réalisée dans le délai d'un an.
_________________
Je me fais une spécialité de défendre la mémoire du Maréchal injustement attaquée.
J'ai "commis" un ouvrage à cet effet:
Pétain, trahison ou sacrifice ?" aux éditions Godefroy de Bouillon.
Je défends aussi Laval.


Revenir en haut
MC2R


Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2012
Messages: 58

MessagePosté le: Dim 5 Fév - 17:08 (2012)    Sujet du message: Le ghetto de Varsovie : ce que l'on cache plus de 50 ans après Répondre en citant

Bonjour Roro II,

J'ai moi aussi lu le livre de Wladiyslaw Szpilman et je dois dire qu'il ne m'est pas venu à l'idée de trouver dans son récit de quoi confirmer les thèses négationnistes. Cela vient peut-être que je n'interprète pas le texte à l'aune un objectif préconçu.




Roro II a écrit:
Rumeurs exagérations et bruits dans les périodes troublées.Autre sujet,les faux bruits qui circulent dans les périodes troublées.

Plusieurs anecdotes rapportées par W.Szpilman confirment que les temps
de guerre sont propices aux rumeurs,aux exagérations et aux comportements
hystériques.Il y a cent ans,déjà,Gustave Lebon avait rappelé que,pendant
le siège de Paris (en 1870) une "une bougie allumée à l'étage supérieurd'une maison était considérée aussitôt comme un signal fait aux assiégeants",

alors que "deux secondes de réflexion eussent prouvé (...) qu'il leur étaitimpossible d'apercevoir à plusieurs lieues de distance la lueur de cette bougie"

(Voy.Gustave Lebon,Psychologie des foules (PUF,réédition de 1988),p.20,n).
Soixante-neuf ans plus tard,il en était de même dans la capitale polonaise.
W.Szpilman écrit:
Alors que le dénouement du siège (de Varsovie) approchait,la hantise du sabotagea atteint un niveau d'hystérie jusqu'alors inégalé.N'importe qui pouvait être désignécomme espion infiltré et abattu sur-le-champ,sans avoir le temps de plaiderson innocence (p.29).




Une vieille fille excentrique devient une espionne.

L'auteur raconte l'histoire d'une vieille fille excentrique,qui,dans Varsovie assiégée
et soumise aux bombardements,n'avait pas changé ses habitudes,jouant du piano
et nourrissant des oiseaux en cage qu'elle élevait sur le balcon de son appartement
situé au dernier étage d'un immeuble:
Dans Varsovie assiégée ce style de vie devait immanquablement provoquerla perplexité,puis les soupçons.Les bonnes de l'immeuble,qui se trouvaientrègulièrement dans la loge du concierge pour échanger leurs points de vuesur la situation,avaient longuement débattu de son cas et l'avaient soumise
à une constante surveillance avant de parvenir à la conclusion que la vieille fille
affublée d'un nom aussi germanique (Hoffer) ne pouvait qu'être allemande,
et que ses gammes constituaient en réalité un code secret qui lui permettait
d'indiquer aux pilotes de la Luftwaffe les objectifs sur lesquels déverser leurs
 bombes.A l'issue de leurs délibérations,ces femmes surexcitées avaient assailli
l'originale chez elle,l'avait ligotée puis l'avait enfermée dans l'une des caves
du bâtiment,en compagnie des oiseaux,preuve indiscutable de ses activités
d'espionne. (pp.29-30).




Estimations exagérées.
W.Szpilman rapporte aussi  les estimations grossièrement exagérées qui circulèrent
après la chute de Varsovie:
Initialement,le chiffre de cent mille morts avait couru, soit dix pour centde la population de Varsovie,ce qui avait provoqué la consternation générale.Le temps passant,nous avons appris qu'il fallait déplorer environ vingt mille victimes.


(p.35).










Vous parler de rumeurs, seulement une rumeur qui se confirme cesse à un moment d'être une rumeur et ne le reste pas encore 50 ans après comme vous semblez le laisser croire.

Le Pianiste - Wladyslaw Szilman

Capitre 8 "Une fourmilière affolée :
"D'après les rumeurs, l'opération de "réinstallation" des juifs devait débuter dans la nuit même. En constatant lundi matin qu'il ne s'était rien passé, les gens ont repris confinace : une fois encore, les bruits qui avaient circulé n'était certainement que des affabulations..."

Nous sommes donc lundi matin

"Vers le soir, pourtant, un vent de panique a soufflé de nouveau. Il n'y avait plus aucun doute, désormais : l'avacuation forcée était imminente, et concernait en premier lieu le Petit Ghetto"

Pourtant Szpilman et sa famille décident de ne pas bouger. Après tout c'est peut-être une panique infondée, confirmé par ce qui suit :

"Dans la matinée de mardi, je me suis rndu avec Goldfedere au service adminstratif du OCnseil juif. Nous gardions en effelt l'espoir d'une issue possible et nous voulions apprendre la version officielle du conseil quant à ce que les allemands prévoyaient (...)"

Cela c'était le mardi. Pourtant le mercredi :

"Il était onze heure quant je suis parvenu au pont de la rue Chlodna. (...) Je m'apprêtaient à gravir les marches qu conduisaient à l'arche de bois quand un amis que j'avais perdu de vue ces dernières mois m'a retenu par le bras.
"Mais qu'est-ce que tu fais ici ?"
Il paraissait très agité. Pendant qu'il parlait, sa lèvre inférieure frémissait de manière comique, comme le museau d'un lapin.
"Retourne chez toi immédiatement !"
- Quoi, qu'est-ce qu'il y a ?
- Ils entrent en action dans une heure !
- Impossible !
- Ah oui ?"
(...)
-Regarde plutôt!"
(...)
"Vers midi en effet, les troupes ont entrepris de ratisser les hospices de vieillards, les pensions d'anciens combattants et les asiles de nuit, soit tous les centres où avaient trouvés refuges les juifs des provinces ect..."

"Peu après la ville a été couverte d'affiches annonçant le début de l'entreprise de "réinstallation".

Le rumeur n'en est plus une.

"C'était la première fois qu'un décret de ce type n'était pas cosigné par le président du Conseil du ghetto ; au demeurant, Czerniakow venait de mettre fin à ses jours en avalant du cyanure."

Pourquoi le président du Conseil du ghetto s'est-il donné la mort devant la matérialisation des rumeurs. A-t-il mal interprété la politique des allemands ? La suite du sort des habitants du ghetto de Varsovie nous pousse plutôt à penser qu'il avait compris qu'il ne pouvait plus agir pour enrayer la fin tragique de la population qu'il représentait après des autorités nazis.


Revenir en haut
Roro II


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 885
Localisation: Sainte Victoire

MessagePosté le: Dim 5 Fév - 20:07 (2012)    Sujet du message: Le ghetto de Varsovie : ce que l'on cache plus de 50 ans après Répondre en citant

 Pour répondre à MC2R.


Pour ce qui concerne La rumeur lire le 'fil' ci-dessous:

http://liberation-44.forumactif.org/t276-rumeursle-plus-vieux-media-du-mond…


A noter qu'aucun de ces personnages :
de Gaulle, Churchill ou Eisenhower n'a soufflé d'un seul petit mot
dans leurs Mémoires (écrit plusieurs années après la fin du conflit)
sur le judéocide !
Troublant,non ? la rumeur était-elle donc non confirmée ?


Et que dire du sort de ce petit garçon juif retrouvé plusieurs années
à Londres ?


-L'ENFANT DU GHETTO,RETROUVE ! -  


 

 (Cette photo a fait le tour du monde).

                 Elle symbolise depuis la fin de la guerre la résistance du ghetto de Varsovie,
                 détruit par les Allemands en 1943.
                 Le visage tragique de ce petit garçon, coiffé d'une casquette,est naturellement 
                 apparu comme un résumé poignant du sort réservé aux milliers de juifs polonais
                 promis à l'enfer des camps de concentration.

            En 1978, le journaliste britannique  Joseph Finklestone révélait
                que ce petit garçon avait, en fait, survécu et était devenu aujourd'hui
 un paisible père de famille britannique:

 "Il n'y a pas de symbole plus poignant de la souffrance des juifs                      
 et de la bestialité des nazis que la photographie de ce petit garçon en casquette,
mains en l'air en signe de reddition, qui, avec d'autres juifs, est emmené
du ghetto de Varsovie, sous la menace du fusil d'un soldat allemand arrogant"                                           

 "Jusqu'ici on était en droit de penser que le petit garçon, comme les autre             
 sur la photographie,était mort dans un des nombreux camps d'extermination nazis. 
 Aujourd'hui je peux révéler que ce petit garçon, alors âgé de 6 ans,
a miraculeuseument survécu.
Il vit  aujourd'hui à Londres et, à 43 ans, est un homme d'affaires prospère, père de 4 enfants dont l'un a sensiblement l'âge du petit garçon de la plus
connue des photos de guerre."





 ( Jewish Chronicle Londres ,11 août 1978).

                Ces révélations suscitèrent de vigoureuses protestations
de la part du Jérusalem Post du 1er septembre 1978, qui rappela
 que "cette photo avait été versée au dossier du procès de Nuremberg",
et qu'elle figurait parmi celles qui entraînèrent la pendaison
de Jurgen Stroop , général allemand.... *

*Avec l'article 19 des statuts du TMI de Nuremberg,
pas besoin d'apporter la "preuve",d'où la réaction du  Jérusalem Post ...


Article 19

" Le Tribunal ne sera pas lié par les règles techniques relatives à
 l'administration des preuves.Il adoptera et appliquera autant que possible
une procédure rapide et non formaliste et admettra tout moyen qu'il estimera
 avoir une valeur probante."


Question :Pourquoi "censurer" cette information qui fait
 partie de l'Histoire de la 2è GM ?

Pour terminer un autre exemple,celui du travail "historique" de la LICRA,
vous voyez mon cher BC2R,vous avez encore des "oublis"de la thèse officielle
à découvrir....

Quand la LIC(R)A revisite l'Histoire.

Je rappelle que la LIC(R)A a été fondée
 pour défendre un assassin,notamment en faisant pression sur les magistrats ,
qui à l'époque,avaient à le juger.La LIC(R)A n'a pas dérogé.
Elle porte un stigmate qui ne trompe pas.

Un exemple d'une falsification dans l'avertissement au lecteur
de Mein Kampf.


Le Monde du 16 mai 1978 (p.7) annonçait que la LIC(R)A venait

d'engager une action civile devant le tribunal de Paris contre
les Nouvelles Editions Latines de F.Sorlot à la suite de la diffusion
par cet éditeur du livre Mein Kampf d'Adolf Hitler.

Voici l'article du Monde:

 - Plainte contre Mein Kampf -

"La Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (LICA)
a engagé une action civile devant le tribunal de Paris contre
les Nouvelles éditions latines,la Société lorraine des magasins modernes
à Paris, et les Nouvelles Galeries, à Thionville, à la suite de la diffusion
par cet éditeur et ces magasins du livre Mein Kampf, d'Adolf Hitler.
La LICA s'appuie sur le fait que la réédition mise en vente ne respecte pas
les dispositions légales concernant les nouveaux tirages:
- indication du millésime,nom de l'imprimeur ou du producteur,
les lieu et date du dépôt légal initial."

L'arrêt de la cour d'appel de Paris en date du 11 juillet 1979 ordonnait
que chaque exemplaire du livre contiendrait un texte, à mettre au point,
qui aurait pour but de montrer aux lecteurs à quels crimes Mein Kampf
avait conduit.
Le texte,rédigé sous la responsabilité de M.Henri Noguères,est de huit pages.
Il manifeste l'inquiètude de la LIC(R)A devant le progrès des idées révisionnistes.
Il contient la phrase suivante:

" Certains "historiens" nient l'évidence des génocides perpétrés par les nazis
afin de rendre à nouveau présentable cette doctrine de Mein Kampf"

Sans doute afin de mieux faire pièce à ces négateurs de l'existence
des chambres à gaz, le rédacteur du texte a-t-il voulu mentionner
ces chambres à gaz comme une pure évidence que même un général SS
aurait spontanément cautionnée devant le Tribunal militaire international
de Nuremberg.Une telle caution n'existant pas dans la réalité,on n'a pas
hésité à la forger de toute pièce.
On a pris une déclaration authentique du général SS von dem Bach-Zelewski,
en un premier temps,on l'a gravement dénaturée, puis,en un second temps,
pour faire bonne mesure,on lui a ajouté une fin qui constitue un faux pur et simple.

- La déclaration originelle -

" Le 7 janvier 1946, devant le Tribunal militaire international,le Dr Thoma,
 avocat de l'accusé Rosenberg, allait poser une questionau général
von dem Bach-Zelewski.
Cette question portait sur une réflexion du général Ohlendorf,censé avait fait
 massacrer en Russie quatre-vingt-dix mille personnes de juin 1941 à juin 1942.
Ohlendorf avait dit que dans son esprit de tels massacres correspondaient pas
à l'idéologie nationale-socialiste.Interrogé sur ce point, von dem Bach Zelewski avait répondu
devant le tribunal:





" Personnellement, je suis d'un autre avis.Si,pendant des années,
on prêche la doctrine que la race slave est une race inférieureet que les juifs
 ne sont pas même des êtres humains, une telleexplosion est inévitable." *




- La déclaration, reprise dans le jugement final -

Dans le jugement final, cette déclaration devait réapparaître
sous une forme légèrement différente, que voici:

'Lorsqu'on demanda au témoin Bach-Zelewski comment Ohlendorf
avait pu trouver naturel le meurtre de quatre-vingt-dix mille personnes
(on ne précise pas:en un an), il répondit:

"J'estime que, si l'on enseigne pendant des années la doctrine selon laquelle
la race slave est une race inférieure et le juif à peine un être humain,
un tel aboutissement (au lieu de:explosion) est inévitable." **

- La déclaration reprise et transformée sous l'autorité de M.Henri Noguères -
Aux pages 2 et 3 du texte à insérer dans Mein Kampf, on lit:

"Mais comme l'indiquait lors du procès de Nuremberg le général SS
Bach Zelewski:

"...Si vous prêchez pendant dix longues années que les peuples slaves
constituent une race inférieure et que les juifs sont des sous-hommes,
il s'ensuivra comme un phénomène naturel le fait de tuer des millions

 (et non plus quatre-vingt-dix mille personnes en un an) de ces êtres humains.
De "Mein Kampf" le chemin conduit directement aux fournaises d'Auschwitz
et aux chambres à gaz de Majdanek".


La LICRA n'a jamais travaillé autrement.

* Voy. TMI,IV,p.514

** Voy. TMI,I, p.261
_________________
L'autre Histoire :

"qui n'entend qu'un son,n'entend qu'une cloche."


http://www.phdnm.org/uploads/3/0/0/1/3001973/seize_pages-1.htm


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Dim 5 Fév - 21:07 (2012)    Sujet du message: Le ghetto de Varsovie : ce que l'on cache plus de 50 ans après Répondre en citant

Roro II me conforte dans mon analyse.
Göring n'a sans doute appris l'extermination physique des Juifs qu'à Nuremberg.
Jusque là, il ne pensait la solution (endlösung) qu'en termes d'évacuation et de réinstallation.



Malgré tes protestations , Boisbouvier , je te sens de plus en plus enclin à t' accommoder de la prose filandreuse du dénommé Roro qui ne fait que reprendre , en s'inspirant de leurs ouvrages et de leurs sites , le discours des negationnistes et d'eux seuls 
 Leurs mensonges ont été depuis longtemps démontés , pour qu'on ne leur fasse plus la grace de leur repondre ou d'entamer avec eux , une discussion qui ne ménera à rien .......ils en sont reduits à s'agiter et s'autocongratuler en vase clos ......ça vaut mieux !


Quant à Goering *, a qui fera t'on avaler que le bon gros Reichmarschal , second personnage du régime nazi , ait pu ignorer ce qu'ont  revelé des milliers de temoins , bourreaux et victimes 




Il est curieux que pour disculper Goering tu t'en tiennes à ses dénegations et autres subterfuges au TMI .........il est fidèle au vieux principe ,  " N'avouez jamais "  !


Revenir en haut
MC2R


Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2012
Messages: 58

MessagePosté le: Dim 5 Fév - 21:12 (2012)    Sujet du message: Le ghetto de Varsovie : ce que l'on cache plus de 50 ans après Répondre en citant

@RORO II,

Comme pour le livre de Szpilman votre regard est attiré pour ce qui l'arrange.

Et encore, car si on part de la déclaration officielle d'Ohlendorf qui a dit, de la plus naturelle des façons, que 90 000 personnes furent tués ; que l'on parle d'aboutissement ou d'explosion (moi j'ai une autre traduction "de tels excès") cela ne change rien au chiffre de 90 000 NI à la NATURE de leur mort qui a été par assassinat.

Je ne vois pas ce qui peut faire revenir les 90 000 en jouant sur un mot qui somme tout convient tout aussi bien que l'autre aux raisons qui ont facilité un tel massacre. A savoir l'idéologie nazi de la race des seigneurs. Il est quand même étonnant que vous ne dites rien sur la théorie des sous-hommes et races inférieures. Elle n'a rien à voir avec les massacres ?   

Quant au petit enfant symbole de la barbarie nazie, je remarque que vous faites l'impasse sur  la monstruosité de la situation qui est quand même de voir des femmes et enfants LES BRAS LEVES emmenés par des hommes en armes dans un contexte que l'on sait catastrophique pour eux.

Tout ce que vous trouvez à dire c'est "il n'est pas mort !".

Ce à quoi je pourrais répondre en "feignant" votre jeu odieux : "Mais enfin, pour quelle raison eut-il dû mourir ? Aucune raison voyons..."


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Dim 5 Fév - 22:02 (2012)    Sujet du message: Le ghetto de Varsovie : ce que l'on cache plus de 50 ans après Répondre en citant

 Mon cher MC2R , va falloir que tu t' habitues , à defaut d'y repondre , aux delires de notre néga de service ! Very Happy

Revenir en haut
MC2R


Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2012
Messages: 58

MessagePosté le: Dim 5 Fév - 22:25 (2012)    Sujet du message: Le ghetto de Varsovie : ce que l'on cache plus de 50 ans après Répondre en citant

@Lebel,

Je ne sais pas si je m'y habituerai un jour. Mais je crois que vous avez raison sur l'idée de ne pas prendre la peine d'y répondre.

C'est perte de temps. Mais c'est quand même fou le négationnisme...


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Dim 5 Fév - 22:50 (2012)    Sujet du message: Le ghetto de Varsovie : ce que l'on cache plus de 50 ans après Répondre en citant

   
        Sur ce forum aucune discussion ou echange de vues utiles , si ce n'est les petaineries de Boisbouvier ou les diarrhées negationnistes de Roro , avec la bienveillante comprehension de l' Admin en poste !


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:57 (2016)    Sujet du message: Le ghetto de Varsovie : ce que l'on cache plus de 50 ans après

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> Bistrot du coin Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
Page 3 sur 6

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com