France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Lumière sur un témoin oublié:Anni Winter
Aller à la page: <  1, 2, 35, 6, 713, 14, 15  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> 39/45. La seconde Guerre Mondiale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
boisbouvier


Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2009
Messages: 2 691
Localisation: 75

MessagePosté le: Sam 20 Oct - 11:22 (2012)    Sujet du message: Lumière sur un témoin oublié:Anni Winter Répondre en citant

Mais mon cher Patton même si le chiffre de six millions est exagéré et qu'il doive être réduit de moitié que sont devenus les trois millions qui manquent ?
Sont-ils tous allé s'installer en Palestine ?
Sans même faire un petit tour dans leurs pays d'origine pour y prendre quelques affaires, y vendre quelques biens et dire au revoir aux amis et aux cousins ?
Et le courrier ? Pourquoi ces trois millions n'auraient-ils jamais envoyé fût-ce une carte postale à leurs proches restés au logis ?
Laisse tomber Faurisson et Reynouard. Ce sont deux zozos, même pas sympathiques, d'ailleurs.
Ceci dit, je ne leur veux aucun mal et je regrette qu'ils aient été persécutés.
_________________
Je me fais une spécialité de défendre la mémoire du Maréchal injustement attaquée.
J'ai "commis" un ouvrage à cet effet:
Pétain, trahison ou sacrifice ?" aux éditions Godefroy de Bouillon.
Je défends aussi Laval.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 20 Oct - 11:22 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Patton14


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2012
Messages: 336
Localisation: Caen

MessagePosté le: Sam 20 Oct - 11:44 (2012)    Sujet du message: Lumière sur un témoin oublié:Anni Winter Répondre en citant

Cher Boisbouvier,

Sur un chiffre fantaisiste de 6 millions:

- 50% d'après des souces officielles israéliennes(1997)
soit 3 millions en Palestine,
- reste 3 autres millions (à supposer ??) qui ont émigré
aux USA,Australie,Canada,Amérique du Sud,
Y COMPRIS ceux qui sont morts comme d'autres déportés
non raciaux dans les camps allemands.
Ce n'est pas là une simple anecdote !! on est loin d'un programme
organisé d'extermination d'un peuple !!!
Quant à la "déclaration" de Ribbentrop concernant la déclaration d'AH,
je la trouve un peu grosse comme ficelle ! 
Enfin,concernant les révisionnistes comme Faurisson,Reynouard
et bien d'autres,je n'imagine pas un instant que ces gens aient sacrifié
leur carrière,vie de famille,plus les persécutions pour le plaisir....
Et que dire d'un Etat qui fabrique une loi spécifique pour les faire taire ?
Si ça ce n'est pas la preuve que leur affirmation ne tient pas.

Mon père a été déporté à Buchenwald,il ne m'a jamais parlé
de chambre à gaz homicide ? Pourtant,à Nuremberg,certains "témoins"
ont dit avoir vu cette fameuse chambre,en 2012,à part Hessel,plus aucun
historien sérieux ne parle de la chambre à gaz de Buchenwald....
Alors,toubib,soit curieux et creuse encore....sinon,tu seras comme d'autres
un "croyant" et tu réciteras tes cantiques à longueur de journées.
_________________

"L'avenir de notre passé est entre nos mains"


Revenir en haut
boisbouvier


Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2009
Messages: 2 691
Localisation: 75

MessagePosté le: Sam 20 Oct - 14:16 (2012)    Sujet du message: Lumière sur un témoin oublié:Anni Winter Répondre en citant

 
Citation:
 50% d'après des souces officielles israéliennes(1997)
soit 3 millions en Palestine,
Tu dois confondre, cher Patton 14, les immigrants de Palestine de 1945-46-47 ...qui peuvent avoir été 3 millions en effet et le nombre des tués de la Shoah. Ceux-ci ne pouvaient évidemment immigrer... puisqu'ils avaient cessé d'exister.
L'Etat d'Israël n'a jamais nié la Shoah que je sache. Bien au contraire, il a créé un organisme , Yad Vashem, pour la commémorer. C'est lui qui parle de six millions et, sauf erreur, il en donne l'identité : nom, prénom, date et lieu de naissance... comme le mémorial de la rue Geoffroy Lasnier le fait pour les 73000 Français. Ce chiffre de six millions avait été fourni dès 1945 par Hans Bernd Gisevius qui dut témoigner à Nuremberg. Il dit l'avoir appris d' Himmler lui-même.
Tu deviens incompréhensible.
_________________
Je me fais une spécialité de défendre la mémoire du Maréchal injustement attaquée.
J'ai "commis" un ouvrage à cet effet:
Pétain, trahison ou sacrifice ?" aux éditions Godefroy de Bouillon.
Je défends aussi Laval.


Revenir en haut
boisbouvier


Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2009
Messages: 2 691
Localisation: 75

MessagePosté le: Sam 20 Oct - 14:23 (2012)    Sujet du message: Lumière sur un témoin oublié:Anni Winter Répondre en citant

 
Citation:
Pourtant,à Nuremberg,certains "témoins"
ont dit avoir vu cette fameuse chambre,en 2012,à part Hessel,plus aucun
historien sérieux ne parle de la chambre à gaz de Buchenwald....

Buchenwald n'est pas en cause. Ni Dachau. Ni Ravensbrück. Ni Mauthausen. Ni Sachsenhausen.
Les chambres à gaz furent surtout utilisées à Auschwitz mais aussi à Belzec, Sobibor, Treblinka, Maidanek et Chelmno.
Ce n'est pas parce que des témoignages furent controuvés qu'on doive jeter le manche après la cognée et nier le fait lui-même du gazage massif des Juifs.
_________________
Je me fais une spécialité de défendre la mémoire du Maréchal injustement attaquée.
J'ai "commis" un ouvrage à cet effet:
Pétain, trahison ou sacrifice ?" aux éditions Godefroy de Bouillon.
Je défends aussi Laval.


Revenir en haut
Patton14


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2012
Messages: 336
Localisation: Caen

MessagePosté le: Sam 20 Oct - 14:40 (2012)    Sujet du message: Lumière sur un témoin oublié:Anni Winter Répondre en citant

boisbouvier a écrit:
 
Citation:
Pourtant,à Nuremberg,certains "témoins" ont dit avoir vu cette fameuse chambre,en 2012,à part Hessel,plus aucunhistorien sérieux ne parle de la chambre à gaz de Buchenwald....






Buchenwald n'est pas en cause. Ni Dachau. Ni Ravensbrück. Ni Mauthausen.
 Ni Sachsenhausen.
Les chambres à gaz furent surtout utilisées à Auschwitz

mais aussi à Belzec, Sobibor, Treblinka, Maidanek et Chelmno.
Ce n'est pas parce que des témoignages furent controuvés
qu'on doive jeter le manche après la cognée et nier le fait lui-même
 du gazage massif des Juifs.




Hélas mon pauvre ami,je puis rien pour vous !!
_________________

"L'avenir de notre passé est entre nos mains"


Revenir en haut
Patton14


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2012
Messages: 336
Localisation: Caen

MessagePosté le: Dim 21 Oct - 10:24 (2012)    Sujet du message: Lumière sur un témoin oublié:Anni Winter Répondre en citant

boisbouvier a écrit:
 
Citation:
 50% d'après des souces officielles israéliennes(1997) soit 3 millions en Palestine,




Tu dois confondre, cher Patton 14, les immigrants de Palestine de 1945-46-47 ...qui peuvent avoir été 3 millions en effet et le nombre des tués de la Shoah.
Ceux-ci ne pouvaient évidemment immigrer... puisqu'ils avaient cessé d'exister.


L'Etat d'Israël n'a jamais nié la Shoah que je sache.

 Bien au contraire, il a créé un organisme , Yad Vashem, pour la commémorer.
 C'est lui qui parle de six millions et, sauf erreur, il en donne l'identité :
 nom, prénom, date et lieu de naissance... comme le mémorial de la rue Geoffroy Lasnier le fait pour les 73000 Français.

Ce chiffre de six millions avait été fourni dès 1945 par Hans Bernd Gisevius
 qui dut témoigner à Nuremberg. Il dit l'avoir appris d' Himmler lui-même.
Tu deviens incompréhensible.






  Merci de ne pas noyer le poisson en ne tenant pas compte des réponses

de vos contradicteurs,RoroII,vous a répondu en vous mettant sous le nez
(et à tous ici,preuve je l'ai lu!) ce document sur le nombre d'émigrés venant
d'Europe "rescapés" de la Shoah: de source officielle israélienne):




http://liberation-44.forumactif.org/t1026-en-1997soit-52-ans-apres-la-guerr…





 
_________________

"L'avenir de notre passé est entre nos mains"


Revenir en haut
Roro II


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 885
Localisation: Sainte Victoire

MessagePosté le: Dim 21 Oct - 10:50 (2012)    Sujet du message: Lumière sur un témoin oublié:Anni Winter Répondre en citant

Je doute que Boisbouvier et certains autres veulent faire de l'Histoire,
ils sont dans la croyance,enfin,voici le détail concernant les fameux 6 millions:

"Six millions":une estimation infondée.

Finalement, le chiffre total de six millions fut retenu.
Le Tribunal le présenta comme une évaluation fournie par A.Eichmann.
A supposer que ce fût vrai, encore aurait-il fallu établir la pertinence
de cette estimation.Mais en vérité, A.Eichmann n'était pour rien dans cette affaire.
Le Tribunal s'était fondé une simple "déclaration sous serment" d'un certain
Wilhelm Höttl, ancien membre du RSHA.
Voici ce que l'on put entendre le 14 décembre 1945 à Nuremberg:

Commandant Walsh : Je vais vous présenter (...) un document,
une déclaration qui établit la mort de 2 000 000 de juifs par la Police d'Etat de l'Est,
formant un total de 6 000 000.
Document PS-2738 (USA-296).Les chiffres cités émanent d'une déclaration
d'Adolf Eichmann, chef de la section juive de la Gestapo faite par le Dr Wilhelm Höttl,
chef adjoint de groupe de la section étrangère de la section de sécurité,
AMT VI du RSHA.


 Le Dr Wilhelm Höttl fit la déclaration suivante sous forme d'affidavit et je cite:


"(Eichmann) exprima sa conviction que l'Allemagne avait perdu la guerre et quelui personnellement n'avait plus aucune chance.Il savait qu'il serait considéré
comme Grand Criminel de guerre par les Nations alliées puisqu'il avait des millions
de vies sur la conscience.Je lui en demandai le chiffre.Il me répondit que bien
que le chiffre fût un très grand secret, il me le dirait parce que, comme historien
cela m'intéressait également et que, vraisemblablement, il ne reviendrait pas
de son commandement en Roumanie.
Peu de temps auparavant, il avait fait un compte rendu à Himmler qui voulait
savoir exactement le nombre de juifs qui avaient été tués.
(Se fondant sur ses informations,il en avait déduit que:)
"Environ 4 000 000 de juifs ont été tués dans les divers camps de concentration
et 2 000 000 ont trouvé la mort autrement, la plus grande partie fusillée par
les détachements de la Police de sûreté pendant la campagne de Russie."



8
Il ne s'agissait donc pas d'une estimation fondée sur une étude statistique
sérieuse, mais de chiffres avancés par un homme qui aurait entendu
un homme lui dire que...
Malgré cela, l'Accusation présenta l'affidavit de Höttl (doc.PS-2738)
comme une "statistique".
C'était le 26 juillet 1946.Le procureur général britannique lança:


"L'extermination des deux tiers des juifs d'Europe,plus de 6 000 000, d'après les propres statistiques des assassins (document PS-2738).
Des assassinats réalisés à la chaîne, dans les chambres à gaz et les fours d'Auchwitz,
Dachau,Treblinka,Buchenwald,Mauthausen,Majdanek et Oranienburg."

(TMI, XIX, 456).


Sans surprise, les juges reprirent ce chiffre, comme s'il avait été établi solidement.
Ainsi s'achevait leur exposé sur la "persécution des juifs".
Dans ce jugement de 115 pages (exclusion de la partie intitulée:


"Responsabilités individuelles") moins de deux avaient été consacrées à "l'Holocauste",
deux pages sans aucun document probant, émaillés de formules vagues, de tricheries,
et de recours à des affidavits sans valeur.
Quand on les relit, on mesure le cynisme du procureur général français Auguste
Champetier de Ribes qui, le 29 juillet 1946, avait déclaré:


"Monsieur le Président, Messieurs.Au moment de présenter le réquisitoire du Ministère Public français,
je demande au Tribunal de dire l'admiration et la reconnaissance de mon pays
pour l'objectivité et la sérénité avec lesquelles ces débats ont été conduits.
Depuis neuf mois, plus de quinze ans d'histoire sont évoqués à cette barre.
Les archives de l'Allemagne, celles que les nazis n'ont pas pas brûleravant
leur défaite, nous ont révélé leurs secrets.
Nous avons entendu de nombreux témoins,dont les souvenirs,sans ce Procès,
auraient été perdus pour l'Histoire.
Tous les faits ont été exposés avec une objectivité rigoureuse qui n'a jamais
laissé place à la passion, ni même à la sensibilité, tout ce qui aurait pu être
dicté par l'esprit de vengeance.
C'est que l'intérêt de ce procès est avant tout celui de la vérité historique."

(TMI, XIX, 556).


1 Paul Köner.Pendant la guerre, il participait à la reconstruction
économique des pays de l'Est.
A Nuremberg, il certifia n'avoir jamais entendu parler de massacres de masse.

2 Voy.l'affidavit de R.Höss,PS-3868:TMI,XXXIII,277.


 3 Ce rapport est publié dans TMI, XXXIX,290-332.


4 "Ce document a été présenté par le Ministère Public soviétiquesous le numéro URSS-54, le 14 février 1946, et a été accepté par le Tribunal,
et d'après l'article 21 du Statut, il ne saurait faire l'objet de contestations"

(Intervention du général Rudenko à Nuremberg,3 juin 1946,TMI, XV,300).


  5 Voy.le Doc.L-161:TMI, XXXVII,626-7.On lit:

"Interrogatoire de : - étudiant français, né le 15 mai 19.. à Saint-Nazaire,qui a rejoint l'Angleterre via Odessa le 17 avril 1945"



6 Le menteur R.Vrba fut démasqué en 1985 au procès d'E.Zündel


 7 Doc.URSS-008:TMI, XXXIX, 261.


8 :TMI, III, 572-73.La phrase mise entre crochet apparaît dans le document
original mais n'a pas été traduite par le commandant Walsh.


Source:(faut-il encore la lire entièrement...)

http://forumfrance-en-guerres.xooit.fr/t1694-La-These-officielle-actuelle-n…
_________________
L'autre Histoire :

"qui n'entend qu'un son,n'entend qu'une cloche."


http://www.phdnm.org/uploads/3/0/0/1/3001973/seize_pages-1.htm


Revenir en haut
Roro II


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 885
Localisation: Sainte Victoire

MessagePosté le: Dim 21 Oct - 11:00 (2012)    Sujet du message: Lumière sur un témoin oublié:Anni Winter Répondre en citant

Patton14 a écrit:
boisbouvier a écrit:
 
Citation:
 50% d'après des souces officielles israéliennes(1997) soit 3 millions en Palestine,






Tu dois confondre, cher Patton 14, les immigrants de Palestine de 1945-46-47 ...qui peuvent avoir été 3 millions en effet et le nombre des tués de la Shoah. Ceux-ci ne pouvaient évidemment immigrer... puisqu'ils avaient cessé d'exister.

L'Etat d'Israël n'a jamais nié la Shoah que je sache.

 Bien au contraire, il a créé un organisme , Yad Vashem, pour la commémorer.
 C'est lui qui parle de six millions et, sauf erreur, il en donne l'identité :
 nom, prénom, date et lieu de naissance... comme le mémorial de la rue Geoffroy Lasnier le fait pour les 73000 Français.

Ce chiffre de six millions avait été fourni dès 1945 par Hans Bernd Gisevius
 qui dut témoigner à Nuremberg. Il dit l'avoir appris d' Himmler lui-même.
Tu deviens incompréhensible.









  Merci de ne pas noyer le poisson en ne tenant pas compte des réponses
de vos contradicteurs,RoroII,vous a répondu en vous mettant sous le nez
(et à tous ici,preuve je l'ai lu!) ce document sur le nombre d'émigrés venant
d'Europe "rescapés" de la Shoah: de source officielle israélienne):







http://liberation-44.forumactif.org/t1026-en-1997soit-52-ans-apres-la-guerr…











Une autre pièce au dossier de ces 3 millions de "rescapés"
de la Shoah en Palestine,concernant les derniers survivants  spoliés
par leurs "frères":


http://www.modia.org/infos/infos/nitsuleChoa.html
_________________
L'autre Histoire :

"qui n'entend qu'un son,n'entend qu'une cloche."


http://www.phdnm.org/uploads/3/0/0/1/3001973/seize_pages-1.htm


Revenir en haut
boisbouvier


Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2009
Messages: 2 691
Localisation: 75

MessagePosté le: Dim 21 Oct - 11:11 (2012)    Sujet du message: Lumière sur un témoin oublié:Anni Winter Répondre en citant

La preuve des six millions de victimes juives me semble ainsi suffisamment apportée puisque, les trois "H" (Hitler, Heydrich, Himmler) étant morts, les témoins suivants les plus proches de la Shoah, Eichmann, Höttl, Höss, ainsi que beaucoup d'autres témoins moins importants  aux procès de Nuremberg et de Francfort l'ont dite, cette preuve.
Je n'arrive même pas à imaginer ce que pourrait être une preuve supplémentaire.
Toutefois si Roro II, bien informé, voulait me dire ce qu'a dit Ribbentrop à l'instruction à ce sujet, je l'en remercie d'avance. Je rappelle l'apostrophe de Jackson à Göring : "Comment pouvez-vous dire avoir ignoré la Shoah alors que Ribbentrop votre subordonné la savait ?".
_________________
Je me fais une spécialité de défendre la mémoire du Maréchal injustement attaquée.
J'ai "commis" un ouvrage à cet effet:
Pétain, trahison ou sacrifice ?" aux éditions Godefroy de Bouillon.
Je défends aussi Laval.


Revenir en haut
Roro II


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 885
Localisation: Sainte Victoire

MessagePosté le: Dim 21 Oct - 12:11 (2012)    Sujet du message: Lumière sur un témoin oublié:Anni Winter Répondre en citant

Je ne vais pas répéter avec des sources,100 fois la même chose !

Voici encore un autre "AVEU" de taille:




L’aveu capital de Claude Lanzmann.
De façon très surprenante, Claude Lanzmann lui-même l’a confirmé voilà peu.
Interrogé à l’occasion de la rediffusion de son film Shoah, il a déclaré qu’il ne fallait pas
 « confondre camps de concentration et camps d’extermination » et que si des clichés
 avaient été pris dans les premiers (où aucune extermination de masse n’avait été perpétrée),
 il n’y avait en revanche « pas une seule photo du camp de Belzec […],
 de Treblinka […], de Chelmno, de Sobibor ». D’où cette remarque du journaliste
qui l’interrogeait : « Les images que l’on connaît sont donc celles des camps de concentration… », remarque à laquelle C. Lanzmann répondit (je souligne) :

Oui, les cadavres que l’on voit par exemple dans Nuit et brouillard, d’Alain Resnais,
 sont des images des camps de concentration en Allemagne, découverts par les alliés
 au printemps 1945. Ces gens sont morts des épidémies de typhus
qui se sont abattues sur les camps
C. Lanzmann a répété cela dans un autre entretien accordé au quotidien L’actu.
 A la question : « Pourquoi n’avoir montré ni images d’archives, ni cadavres ? »,
 il a répondu (je souligne) :

Parce qu’il n’y a aucun cadavre ! […] [Les Allemands] ont détruit les traces.
 Le crime parfait ! Il n’y a donc ni cadavres, ni archives.
Les corps que montre Alain Resnais dans Nuit et Brouillard sont ceux
d’un camp de concentration libéré par les Américains.
 Ce sont les cadavres de gens morts du typhus .
C. Lanzmann ne fait qu’énoncer une évidence.
Une évidence qu’on pouvait connaître dès 1945.
Tout commença avec Ohrdruf
Ohrdruf qualifié de « camp d’extermination »
Dans un article paru il y a quelques années, Ohrdruf était qualifié de :
camp d’extermination où les détenus « devaient mourir au travail dans un délai de trois mois »

Quelques lignes plus bas, toutefois, on lisait :

Un rescapé de ce camp […] expliquera même que, lui, il n’avait dû son salut
qu’à la brutalité d’un SS qui lui avait broyé le doigt, ce qui lui avait permis d’entrer à l’infirmerie [Id.].

Là encore, si, vraiment, Ohrdruf avait été un « camp d’extermination » où les détenus
devaient mourir en trois mois, on ne voit pas pourquoi les Allemands y auraient établi
 une infirmerie pour soigner les blessés.
La vérité sur OhrdrufEn vérité, Ohrdruf n’était pas un camp, mais un commando
de Buchenwald établi dans l’urgence en novembre 1944.
 A l’époque, le Reich était victime des bombardements
 incessants et les Allemands avaient choisi d’installer
 un centre de communication ferroviaire dans les souterrains du château du lieu.
Les déportés devaient creuser un tunnel qui aurait relié ce château à la voie ferrée principale.
Ils étaient logés dans les secteurs nord et sud d’un camp militaire et se rendaient tous
les matins sur les lieux de travail.
Sachant que les travaux étaient urgents, le nombre de prisonniers affectés dans
ce commando augmenta rapidement au point de quadrupler en quelques mois :
 de 2 500 en novembre 1944, il passa à 9 100 en janvier 1945 et à 11 700 à la fin
du mois de mars. L’avance des troupes américaines interrompit toutefois le projet.
 En avril 1945, le commando fut évacué vers Buchenwald .

Telle est l’histoire du commando d’Ohrdruf, qui n’a jamais été un camp d’extermination
 (d’où la présence d’une infirmerie pour les blessés).
Les Allemands évacuent Ohrdruf et laissent derrière eux les morts et les malades
Mais comme on pouvait s’y attendre, dans cette situation d’apocalypse due à la surpopulation,
au manque de ravitaillement et à la désorganisation générale, les Allemands laissèrent
 derrière eux, lors de l’évacuation du commando, des prisonniers morts ou trop malades
 pour être transportés. Si bien que lorsque, au début du mois d’avril, les Américains
 pénétrèrent dans ce lieu, ils découvrirent des cadavres.
Les Anglo-américains vont se servir d’Ohrdruf puis de Bergen-Belsen pour les besoins
 de leur propagande Immédiatement, ils comprirent le bénéfice que pourrait en tirer
 la propagande.
 Alors intervint ce que l’on appelle la « rupture d’Ohrdruf », c’est-à-dire :

 « la décision des états-majors d’ouvrir les camps aux visites et aux médias
dans un premier temps, puis d’en diffuser ensuite abondamment les images » .

 L’historien Clément Chéroux écrit :

La rupture d’Ohrdruf résulte en somme de la volonté alliée de médiatiser l’horreur
 à des fins pédagogiques (au mieux) ou de propagande (au pire). […] ces images […]
permettaient en premier lieu de désigner l’ennemi […]. Cependant, les photographies
 des camps ne servaient pas seulement à désigner le nazisme et ses crimes,
 elles permettaient également de justifier la guerre qui était menée contre lui,
 de valider la nécessité de son éradication [Id.].

Ce texte venait confirmer la révélation faite 52 ans plus tôt par Freda Utley.
Dans un livre publié en 1949 et intitulé : The High Cost of Vengeance
(Le coût élevé de la vengeance), cette Américaine qui avait visité l’Allemagne en 1945
 avait écrit :

Un très grand professeur américain que je rencontrai à Heidelberg, exprima cette opinion
 que les autorités militaires américaines, quand elles entrèrent en Allemagne et virent
 les effroyables destructions causées par notre « obliteration bombing », furent
 épouvantées en comprenant que cela pourrait provoquer un retournement de l’opinion
 en Amérique et empêcher qu’on appliquât à l’Allemagne le traitement qu’on avait
prévu à Washington, en éveillant la sympathie pour les vaincus et en révélant nos
 crimes de guerre. Ce fut, croit-il, la raison pour laquelle le général Eisenhower mit
 instantanément une flotte aérienne tout entière à la disposition des journalistes,
 des congressmen et des gens d’église pour leur faire voire les camps de concentration ;
l’idée était que le spectacle des victimes d’Hitler affamées effacerait notre sentiment
 de culpabilité. Il est certain qu’on réussit cette opération .

Ces textes confirment que la campagne orchestrée autour des camps de concentration
à partir d’avril 1945 (avec Ohrdruf, mais surtout avec Bergen-Belsen) répondait
 avant tout à un besoin politico-stratégique : la justification de la guerre d’extermination
 menée contre le IIIe Reich .

  Comme l’a écrit Robert Faurisson (s’appuyant sur les travaux de David Irving) :

L'affaire, si l'on peut dire, se passa en quatre temps.
En un premier temps, Churchill assura aux Britanniques que leur devoir était de venir
 en aide à la Pologne agressée par Hitler, mais, deux semaines plus tard, ce motif
devenait caduc avec l'agression de la Pologne par l'Union soviétique.
En un deuxième temps, il expliqua à ses concitoyens qu'ils devaient continuer
la guerre pour sauvegarder l'empire britannique ; il refusait les offres de paix
réitérées de l'Allemagne ; en mai 1941, il faisait interner le messager de paix Rudolf Hess ;
 et, alors que l'Allemagne était attachée au maintien de l'empire britannique, il choisit
de conclure une alliance avec le pire ennemi qui fût de cet empire :
l'Américain Franklin Roosevelt. Le deuxième motif devenait ainsi caduc à son tour.
En un troisième temps, Churchill annonça à ses compatriotes qu'il leur fallait
se battre pour la démocratie, y compris sous sa forme la plus paradoxale :
 la démocratie socialiste soviétique ; il fallait, disait-il, ouvrir un second front
 en Europe pour soulager les efforts de Staline. C’était venir en aide à une dictature
 qui avait pourtant agressé la Pologne le 17 septembre 1939 et qui s'apprêtait
à une nouvelle conquête de ce pays.
Encore un mois avant la fin de la guerre en Europe (8 mai 1945), la propagande
 anglaise tournait ainsi à vide, cependant que beaucoup de soldats britanniques
et américains découvraient avec effarement à quel point l'aviation anglo-américaine
 avait ravagé l'Allemagne.
C'est alors que, soudain, en avril 1945, un miracle se produisit qui permit à Churchill
de trouver cette fois-ci le quatrième et bon motif : la découverte du camp
de Bergen-Belsen l'amena à prétendre que, si la Grande-Bretagne s'était
 tant battue et avait provoqué et subi tant de destructions pendant près de six ans,
 ce n'était pour rien moins que la civilisation. Assurément, Churchill avait déjà,
 plus d'une fois, débité aux Britanniques les habituels couplets, depuis la guerre
 de 1914-1918, sur la Grande-Bretagne, ce berceau de la civilisation mis en péril
 par les hordes teutoniques (par « les Huns », disait-il), mais la mécanique
oratoire tournait à vide. Le miracle fut la découverte en avril 1945 de ce camp
de concentration ravagé par les épidémies : une aubaine pour Churchill et
 pour la propagande britannique.

Par conséquent, loin de conforter la thèse exterminationniste,
l’affaire du camp d’Ohrdruf qui marque le début de la campagne de presse alliée
autour des camps de concentration apporte au contraire de l’eau au moulin révisionniste.
 Elle démontre en effet que,dès le début, les Alliés n’ont pas pu agir avec honnêteté,
puisque leur objectif était de noircir le plus possible le vaincu.
_________________
L'autre Histoire :

"qui n'entend qu'un son,n'entend qu'une cloche."


http://www.phdnm.org/uploads/3/0/0/1/3001973/seize_pages-1.htm


Dernière édition par Roro II le Dim 21 Oct - 12:31 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
Roro II


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 885
Localisation: Sainte Victoire

MessagePosté le: Dim 21 Oct - 12:25 (2012)    Sujet du message: Lumière sur un témoin oublié:Anni Winter Répondre en citant

@ Boisbouvier

Concernant la "déclaration" de J.von Ribbentrop,
jamais lu ce genre de déclaration ni à Nuremberg
ni ailleurs !
Seuls certains films actuels peuvent nous sortir
de telles déformations (à défaut d'amener une seule preuve
de ce qu'ils avancent...).
_________________
L'autre Histoire :

"qui n'entend qu'un son,n'entend qu'une cloche."


http://www.phdnm.org/uploads/3/0/0/1/3001973/seize_pages-1.htm


Revenir en haut
boisbouvier


Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2009
Messages: 2 691
Localisation: 75

MessagePosté le: Dim 21 Oct - 18:44 (2012)    Sujet du message: Lumière sur un témoin oublié:Anni Winter Répondre en citant

 
Citation:
 Concernant la "déclaration" de J.von Ribbentrop,
jamais lu ce genre de déclaration ni à Nuremberg
ni ailleurs !
Il doit suffire de retrouver les affidavits des interrogatoires de Ribbentrop à l'instruction de son procès.
Comme c'est vous qui nous aviez fourni le témoignage d'Anni Winter je vous imaginais en spécialiste de ces affidavits.
_________________
Je me fais une spécialité de défendre la mémoire du Maréchal injustement attaquée.
J'ai "commis" un ouvrage à cet effet:
Pétain, trahison ou sacrifice ?" aux éditions Godefroy de Bouillon.
Je défends aussi Laval.


Revenir en haut
Briard
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 3 331

MessagePosté le: Dim 21 Oct - 18:56 (2012)    Sujet du message: Lumière sur un témoin oublié:Anni Winter Répondre en citant

boisbouvier a écrit:

 
Citation:

 Concernant la "déclaration" de J.von Ribbentrop,
jamais lu ce genre de déclaration ni à Nuremberg
ni ailleurs !

Il doit suffire de retrouver les affidavits des interrogatoires de Ribbentrop à l'instruction de son procès.
Comme c'est vous qui nous aviez fourni le témoignage d'Anni Winter je vous imaginais en spécialiste de ces affidavits.

Et il ne vous ait jamais venu à l'idée que c'est tout simplement parce qu'ils n'existent tout simplement pas ?
_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter.
F Fenelon


Revenir en haut
Roro II


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 885
Localisation: Sainte Victoire

MessagePosté le: Dim 21 Oct - 18:56 (2012)    Sujet du message: Lumière sur un témoin oublié:Anni Winter Répondre en citant

boisbouvier a écrit:
 
Citation:
 Concernant la "déclaration" de J.von Ribbentrop,jamais lu ce genre de déclaration ni à Nurembergni ailleurs !






Il doit suffire de retrouver les affidavits des interrogatoires de Ribbentrop
 à l'instruction de son procès.Comme c'est vous qui nous aviez fourni
 le témoignage d'Anni Winter je vous imaginais en spécialiste de ces affidavits.








Je ne suis pas un spécialiste des faux documents.
Si ce document avait existé:il n'y aurait pas de polémique sur l'existence
ou non de l'Holocauste,Jackson l'aurait brandit à Nuremberg en 1945,
et les Rassinier,Faurisson,Reynouard et cie n'auraient jamais fait parler d'eux.

Désolé pour vous !
_________________
L'autre Histoire :

"qui n'entend qu'un son,n'entend qu'une cloche."


http://www.phdnm.org/uploads/3/0/0/1/3001973/seize_pages-1.htm


Revenir en haut
boisbouvier


Hors ligne

Inscrit le: 08 Nov 2009
Messages: 2 691
Localisation: 75

MessagePosté le: Dim 21 Oct - 19:02 (2012)    Sujet du message: La félonie Répondre en citant

 
Citation:

  Elle démontre en effet que,dès le début, les Alliés n’ont pas pu agir avec honnêteté,
puisque leur objectif était de noircir le plus possible le vaincu.

Ce qui a rendu Hitler différent de tout c'est son mépris des engagements souscrits.
La civilisation a commencé avec le respect de la parole donnée. La félonie fut autrefois le crime suprême quand ni le papier ni l'encre ni les notaires n'existaient encore.
Or, la félonie d'Hitler, dans les occasions solennelles des rapports internationaux, soulève le coeur.
Il trahissait tous ses engagements.
Chamberlain l'a dit. Pour que je puisse engager mon pays dans la guerre il fallait que la mesure soit comble et au delà.
Elle fut comble cette mesure quand Hitler occupa Prague en mars 39 six mois après le viol de la Tchécoslovaquie des sudètes. Et l'au-delà fut atteint quand il attaqua la Pologne.
Les camps d'extermination furent la cerise sur le gâteau. Même s'ils n'avaient pas existé Hitler avait suffisamment mal agi pour justifier la haine qui lui fut vouée.
_________________
Je me fais une spécialité de défendre la mémoire du Maréchal injustement attaquée.
J'ai "commis" un ouvrage à cet effet:
Pétain, trahison ou sacrifice ?" aux éditions Godefroy de Bouillon.
Je défends aussi Laval.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:01 (2016)    Sujet du message: Lumière sur un témoin oublié:Anni Winter

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> 39/45. La seconde Guerre Mondiale Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 35, 6, 713, 14, 15  >
Page 6 sur 15

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com