France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Mise au point sur les dérives du Point

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> Les livres
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Roro II


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 885
Localisation: Sainte Victoire

MessagePosté le: Mer 31 Oct - 12:38 (2012)    Sujet du message: Mise au point sur les dérives du Point Répondre en citant

L’éditorial encourageant de F.-O. Giesbert

Dans l’éditorial, Franz-Olivier Giesbert prévenait :

La Deuxième Guerre mondiale a longtemps été un enjeu politique. 
Une foire aux mensonges. Un festival de mystifications.
Chaque parti avait sa propre vérité qu’il entendait vendre et faire prospérer
 au mépris des faits les plus évidents […].L’objet de ce numéro est de répertorier toutes les fables, bêtises et sornettes
accumulées sur la guerre 1939-1945 depuis des décennies et pas seulement,
 hélas, dans notre inconscient, mais aussi parfois dans des revues apparemment
 sérieuses. Avec ce hors-série, nous avons voulu faire là œuvre de salubrité publique.
 Car il faut toujours se méfier des mensonges : à force d’être répétés, ils finissent
par devenir des vérités, et vous pourrez vérifier, au fil de votre lecture,
que certains d’entre eux étaient sur le point de devenir des certitudes.




(lire l’éditorial complet)



Source : Le Point,hors-série,février-mars 2012,p.3)


Quand il s’agit de la (prétendue) Shoah, la grande presse diffuse n’importe quoi.
Dernier exemple en date : Le Point, hors-série février-mars 2012
qui se targue de dénoncer et de rectifier
« 100 idées reçues sur la Deuxième Guerre mondiale ».
 (voir la couverture)






Une photo inutilisée depuis 47 ans est recyclée.



Alléchée par cet éditorial si prometteur, je me suis directement rendue
à la page 95 qui promettait de rectifier l’idée reçue suivante :
« Les chambres marquent le début de la Shoah ».
Allais-je découvrir un article miraculeux ? Nullement.
 L’auteur, Rémi Kauffer, reprenait la thèse actuelle de la « Shoah par balles »
qui aurait commencé avant la « Shoah par gaz » (lire l’article complet).



Mais le plus affligeant était le cliché publié en guise d’illustration :

 il montrait une banale salle de bain avec deux fenêtres (voir le cliché).




  La légende portait :

Holocauste. En 1945, le monde horrifié découvre les camps de la mort.
 La « solution finale » avait été entérinée à la conférence de Wannsee en janvier 1942.



La prétendue « chambre à gaz » du Struthof



En France, ce cliché pris au Struthof n’était plus utilisé comme illustration
 d’une « chambre à gaz » depuis… quarante-sept ans !
A l’époque, il avait été publié dans une brochure diffusée par la Fédération
 nationale des Déportés et internés Résistants et Patriotes (FNDIRP)
à l’occasion du vingtième anniversaire de la libération des camps
 (voir la couverture).
C’était en 1965. La légende qui l’accompagnait portait :
 « Le SS criaient “pour les douches, avancez !”
et le gaz mortel faisait son œuvre… »[[b]1[/b]]

(voir la page entière).

 




Au Struthof, on connaît la vérité.


Au Struthof, toutefois,on savait depuis le début qu’il ne s’agissait pas
d’une « chambre à gaz ». Dans un « reportage illustré » publié dès 1945
par un ancien interné au camp, un cliché montrant les deux baignoires figurait,
avec au premier plan une sorte de chevalet en bois.
 L’explication était la suivante :
Le tréteau sur lequel furent exécutées les bastonnades.
Au fond, les deux baignoires à eau chaude et froide dans lesquelles
ceux qui s’évanouirent furent ranimés[[b]2[/b]].

 (voir le cliché, voir l’explication)

Il n’était donc pas question de « chambre à gaz ».


Quant à l’explication, elle était totalement stupide car on ne voit pas pourquoi
 les Allemands auraient utilisé deux baignoires pour ranimer les détenus évanouis.
Un simple baquet d’eau aurait suffi.



Une vérité enfin dévoilée au public.



La vérité (évidente) finit tout de même par être admise publiquement ;
les guides expliquèrent aux visiteurs que cette pièce avait été une banale
 salle de bain dont l’eau était chauffée avec l’énergie dégagée
par les crématoires [[b]3[/b]].

 Face à l’évidence, la FNDIRP dut reculer;dans une réédition actualisée
 de sa brochure publiée en 1970, elle supprima ce cliché [[b]1[/b]]
(voir la page entière).



Depuis, l’image de la salle de bain du Struthof (avec ou sans tréteau)
 restait dans les tiroirs… Mais voilà quelques semaines, Le Point
choisit de la reprendre et de l’accompagner d’une légende qui ignorait totalement
 les déclarations révisionnistes de Yehuda Bauer et de Jean-Claude Pressac
(Sur les concessions de Y. Bauer et de J.-C. Pressac).


Wannsee : y a-t-on planifié une liquidation industrielle ?

Dans son livre Auschwitz expliqué à ma fille, Annette Wieviorka prétend
(après bien d’autres) que l’extermination des juifs aurait été planifiée
 le 20 janvier 1942 lors de la conférence de Wannsee. A la page 41, elle écrit :

— […] On connaît bien cette conférence parce que son procès-verbal a été conservé.
Je t’en cite un extrait, suffisamment clair même si le langage, comme souvent
chez les nazis, demeure codé car tout cela devait en principe rester secret :
« Sous une direction autorisée, les juifs doivent être — dans la perspective de la solution finale — transférés à l’Est et forcés d’y travailler.
 Ils seront constitués en grandes compagnies de travailleurs,
avec séparation des sexes.
Les zélus aptes au travail seront conduits dans ces régions pour des travaux
 de terrassement sur les routes. Il faut naturellement s’attendre à une élimination
naturelle par la mort d’une proportion importante de ces effectifs.
L’élément naturel qui sera maintenu en vie devra de ce fait même être considéré
comme résistant, constituant une sélection naturelle.
La remise en liberté de tels individus présenterait le danger de la formation
d’un noyau de nouvelle réédification juive ».






— En langage clair, comment tu traduirais ?

— Cela signifie que ceux que les conditions de travail ne tueront pas,
 et qui sont donc les plus résistants, devront être éliminés par d’autres moyens,
 de crainte de voir renaître le peuple zélu.

On se contentera de répondre qu'en 1992, le professeur Yehuda Bauer,
exterminationniste connu et professeur à l'Université hébraïque de Jérusalem,
 a qualifié cette thèse d' « histoire inepte » (silly story) :

Le public répète encore, jour après jour, l'histoire inepte qui veut que ce soit
 à Wannsee que l'extermination des juifs ait été décidée.
Wannsee n'était qu'une étape dans le déroulement du processus
 du meurtre de masse[5].



Un an plus tard, Jean-Claude Pressac écrivit sans être contredit :




Le 20 janvier [1942], se tenait à Berlin la conférence dite de Wannsee.
Si une action de « refoulement » des zélus vers l’Est fut bien prévue avec
 l’évocation d’une élimination « naturelle » par le travail, personne ne parla
alors d’une liquidation industrielle. Dans les jours et les semaines qui suivirent, la Bauleitung d’Auschwitz ne reçut ni appel, ni télégramme,
 ni lettre réclamant l’étude d’une installation adaptée à cette fin[2].





(voir les documents)

C’est clair : à Wannsee, aucun « génocide » n’a été planifié.
Si A. Wieviorka peut affirmer le contraire, c’est qu’elle traduit incomplètement
et mal le passage qu’elle cite, et notamment le dernier paragraphe.
 Celui-ci dit en vérité (je souligne) :

Ce qu’il en restera de toute façon à la fin, c’est-à-dire sans doute la partie
 la plus capable de résistance, devra être traité de façon appropriée parce que,
 constituant une sélection naturelle, ce reste, à sa remise en liberté,
 sera à considérer comme portant en germe les éléments d’une renaissance juive.
 (Voyez la leçon de l’Histoire)[3].
(voir document comparatif)



On ne le répètera jamais assez : lors de la conférence de Wannsee,
aucune extermination n’a été ni décidée, ni planifiée…


[1] Voy. Canadian Jewish News, 30 janvier 1992, cité
dans la Revue d'Histoire Révisionniste, n° 6, mai 1992, pp. 157-158.


[2] Voy. J.-C. Pressac, Les Crématoires d’Auschwitz. 
La Machinerie du meurtre de masse (éd. du CNRS, 1993), p. 35.


[3] Voy. Robert Faurisson, Écrits révisionnistes
(auto-édité,1999, tome III),p. 987, note.


Qui sont les véritables falsificateurs de l’Histoire ?




[1] Voy. C’était il y a vingt ans : la libération des camps de la mort.
 Pour que le monde n’oublie pas, les rescapés témoignent
 (éd. FNDIRP, janvier 1965), p. 70.

[2] Voy. François Kozlik, Le mont de l’épouvante.
Horreurs vécues au camp du « Struthof » avec illustrations
 (éd. Sedal, Strasbourg, 1945), pp. 53 (pour l’explication)
et 57 (pour le cliché).

[3] Voy. Jean-Claude Pressac, Auschwitz : Technique and operation
 of the gas chambers (Beate Klarsfeld Foundtation, 1989), p. 599,

 col. A. J.-C. Pressac a écouté le discours du guide au Struthof en 1982.

[4] Voy. 1945-1970. L’impossible oubli. Pourquoi (éd. FNDIRP, 1970).





_________________
L'autre Histoire :

"qui n'entend qu'un son,n'entend qu'une cloche."


http://www.phdnm.org/uploads/3/0/0/1/3001973/seize_pages-1.htm


Dernière édition par Roro II le Lun 19 Nov - 15:24 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 31 Oct - 12:38 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Frère Jacques


Hors ligne

Inscrit le: 11 Oct 2010
Messages: 309
Localisation: Marseille

MessagePosté le: Mer 31 Oct - 18:21 (2012)    Sujet du message: Mise au point sur les dérives du Point Répondre en citant

Le Point ne recule devant rien et prend ses lecteurs pour des glands.
_________________

Une autre version,
qui n'entend qu'un son,n'entend qu'une cloche.


http://phdnm.org/


Revenir en haut
François Delpla


Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2007
Messages: 1 405
Localisation: France 95

MessagePosté le: Mer 31 Oct - 18:38 (2012)    Sujet du message: Mise au point sur les dérives du Point Répondre en citant

désolé !
Wieviorka, en mettant au conditionnel la traduction de "anzusprechend", met sans doute un peu plus les points sur les i que le texte allemand mais au moins elle est logique. De la part de pareils antisémites, qui se préparent à tuer par le travail (d'après ce texte) la grande majorité des Juifs d'Europe, le "traitement particulier" des survivants, présentés comme des durs à cuire capables d'engendrer un nouveau peuplement juif, ne peut guère signifier que leur mise à mort. La "traduction exacte" est beaucoup plus inexacte puisque, en inventant un futur qui n'est pas dans le texte, elle prévoit que ces gens seront libérés !


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Mer 31 Oct - 18:59 (2012)    Sujet du message: Mise au point sur les dérives du Point Répondre en citant

Non effectivement elle dit qu'au cas où ces gens seraient libérés ils constituraient une "menace", ce qui peut sous-entendre qu'il vaut mieux qu'ils ne soient pas libérés. Mais entre "ne soient pas libérés" et "exterminés", il y a tout de même une différence !
Moi qui suis contre la peine de mort, je suis par contre pour la perpétuité sans possibilité de remise de peine pour les assassins d'enfants et de policiers.
On est d'accord ?
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
François Delpla


Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2007
Messages: 1 405
Localisation: France 95

MessagePosté le: Mer 31 Oct - 19:32 (2012)    Sujet du message: Mise au point sur les dérives du Point Répondre en citant

Je signale en outre que le protocole de Wannsee porte qu'à l'arrivée à leur destination les Juifs raflés dans toute l'Europe seront mis au travail s'ils sont "valides", ce qui laisse assez mal augurer de la longévité des enfants, des vieillards et des malades. Il s'agit donc bien d'un projet de meurtre généralisé, pour certains à leur arrivée, pour d'autres par l'épuisement au travail, pour les plus résistants par un "traitement spécial".

Revenir en haut
Patton14


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2012
Messages: 336
Localisation: Caen

MessagePosté le: Mer 31 Oct - 20:27 (2012)    Sujet du message: Mise au point sur les dérives du Point Répondre en citant

François Delpla a écrit:
Je signale en outre que le protocole de Wannsee porte qu'à l'arrivée à leur destination les Juifs raflés dans toute l'Europe seront mis au travail s'ils sont "valides", ce qui laisse assez mal augurer de la longévité des enfants, des vieillards et des malades. Il s'agit donc bien d'un projet de meurtre généralisé, pour certains à leur arrivée, pour d'autres par l'épuisement au travail, pour les plus résistants par un "traitement spécial".




Que crois-tu qu'il c'est passé en 45 avec les déplacements des populations
à travers l'Europe par les soviets ? des millions de morts d'épuisement,
de faim,de froid et de torture en tous genres.
Et que fais-tu des 9 millions de morts allemands après 45 ?
ils comptent pour du beurre ? ça aussi c'était un "traitement spécial"
programmé...et là,pas d'indemnités ou de pensions à vie pour eux
ou leurs descendants.
Un peu de décence pour tous les morts,la guerre reste la guerre,
ce sont les fauteurs de guerre qui auraient dû passer devant le Tribunal
et pendus,ceux qui sont revenus en 44.

_________________

"L'avenir de notre passé est entre nos mains"


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:55 (2016)    Sujet du message: Mise au point sur les dérives du Point

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> Les livres Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com