France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

L’œuvre des infirmières nationales-socialistes.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> Bistrot du coin
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Roro II


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 885
Localisation: Sainte Victoire

MessagePosté le: Ven 11 Jan - 11:04 (2013)    Sujet du message: L’œuvre des infirmières nationales-socialistes. Répondre en citant

 

L’œuvre des infirmières nationales-socialistes.

 

Question.

 
Dans l’une de vos études, vous affirmez que sous Hitler,
« des infirmières rétribuées visitaient les familles de la campagne
 pour s’assurer la bonne santé de la progéniture ».
Vous appuyez cette affirmation par une photographie certes très belle,
mais qui ne prouve finalement pas grand-chose.
Pouvez-vous me donner davantage d’informations sur ce sujet ?

 

Réponse.

 
Sous Hitler, le service d’assistance sociale, dont le chef était M. Hilgenfeldt,
avait créé trois grands mouvements d’infirmières :
- la Croix Rouge allemande (qui ne nous intéresse pas ici),
- les infirmières nationale-socialistes (NS Schwestrenschaft,fondé le 17 mai 1934)
- et la Ligue des infirmières libres.
Ces dernières étaient rattachées à l’assistance nationale-socialiste ;
elles collaboraient aux œuvres d’assistance dans les cliniques, les sanatoriums,
les infirmeries d’usine, les pouponnières, les garderies et les autres services
d’hygiène ou d’assistance.
 
Les infirmières nationale-socialistes sont celles qui nous intéressent ici.
 Elles s’occupaient des questions d’hygiène et d’assistance des services
communaux ; elles remplissaient la fonction d’assistantes sociales,
avec la mission de créer « un état d’esprit favorable à la natalité »,
et s’occupaient des futures mères en assurant les consultations prénatales
dans maternités.
Une fois l’enfant né, l’infirmière veillait à la santé du nourrisson et donnait
 des conseils à la mère au sujet de l’alimentation et de l’hygiène.
 Par la suite, elle devait assurer le suivi, écartant de l’entourage les malades
contagieux, visitant régulièrement le jeune après son entrée à l’école
et proposant l’envoi en colonie de vacances.
 Une fois l’enfant devenu grand, c’est à elle qu’il devrait s’adresser
au moment de fonder une famille. [[b]1[/b]]




La photo que j’ai publiée dans mon étude montre une infirmière nationale-socialiste.
 
En 1937, il y avait 8 000 infirmières alors que les besoins se montaient à 15 000.
 Leur formation était la suivante : avant d’entrer dans une école,
elles devaient effectuer, comme toutes les jeunes filles allemandes
(depuis janvier 1937), un stage de « travaux ménagers »
(pour voir des clichés montrant des jeunes filles allemandes effectuant
 leur stage de « travaux ménagers » : photo1, photo2).








Ce stage consistait à aider une famille de la ville et une famille rurale
afin d’acquérir « la connaissance de toutes les questions concernant
 l’économie domestique et la direction ménagère ».
Une fois à l’école, les élèves commençaient par travailler dans des jardins d’enfants
 ou dans des pouponnières afin d’apprendre à soigner les petits.
En même temps, elles devaient fortifier leur santé par une pratique régulière
 des sports.
Ensuite, elles allaient suivre des cours destinés à leur faire acquérir
 les connaissances spéciales suivant les fonctions auxquelles elles se destinaient.
 
La formation était entièrement gratuite, mais en contrepartie,
les élèves devaient s’engager à travailler au moins deux années comme infirmières.
Leur travail était rémunéré suivant leur ancienneté et leur grade.
Les plus volontaires (et les plus douées) pouvaient suivre des cours
dans une école de perfectionnement afin de devenir infirmière-major,
directrice ou, au plus haut, infirmière régionale de confiance du Parti.
Le versement d’une pension était en outre prévu à la retraite. [[b]2[/b]]

--------------------------------------------------------------------------------
[[b]1[/b]] Voy. la Westfälische Landeszeitung, 28 février 1938,
 compte rendu de l’allocution de Kathe Boettger, supérieure du corps
des infirmières nationale-socialistes.

[[b]2[/b]] Voy. la Deutsche Allgemeine Zeitung,
8 janvier 1938 et la Westfälische Landeszeitung, 28 février 1938.
 
_________________
L'autre Histoire :

"qui n'entend qu'un son,n'entend qu'une cloche."


http://www.phdnm.org/uploads/3/0/0/1/3001973/seize_pages-1.htm


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 11 Jan - 11:04 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> Bistrot du coin Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com