France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les spectacles sous Hitler.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> Bistrot du coin
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Roro II


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 885
Localisation: Sainte Victoire

MessagePosté le: Ven 11 Jan - 11:57 (2013)    Sujet du message: Les spectacles sous Hitler. Répondre en citant


Les spectacles sous Hitler.

 

Question.

 
Vous affirmez que le national-socialisme a supprimé les spectacles
de mauvais goût comme ceux qu’Ambroise Got avait pu voir
 sous la république de Weimar. [[b]1[/b]]
 Pour cela, il a dû prendre des mesures, c’est-à-dire édicter des textes de lois,
des directives. Mais vous n’en citez aucune, ce qui fragilise votre exposé.
Pourriez-vous combler cette lacune ?

 

Réponse.

 
Le 15 mai 1935, le gouvernement national-socialiste promulgua une loi
qui instituait un statut général pour tous les théâtres du Reich. [[b]2[/b]] 
Contrairement à ce qu’on a pu prétendre, ce texte n’avait pas été rédigé
dans le but de mettre les scènes en coupe réglée.
Les directeurs de théâtres avaient le droit de faire jouer les pièces
qu’ils voulaient, mais le ministre de la Propagande pouvait intervenir
 pour interdire certains spectacles ou, au contraire, en maintenir certains autres
(dans la mesure où un tel maintien pouvait être tolérable pour l’entrepreneur).
Pour le cinéma, les autorités procédèrent différemment.
 Elles créèrent une « corporation du cinéma » qui rassemblait les metteurs
 en scène, les producteurs, les techniciens et les acteurs.
Lorsque le besoin s’en faisait sentir, le ministre de la Propagande réunissait
la corporation pour lui donner des directives.
Une réunion de ce genre eut lieu par exemple le 14 décembre 1935 à Berlin. [[b]3[/b]] 
Là encore, il ne s’agissait pas de mettre le 7ème art en coupe réglée,
mais, tout d’abord, de rationaliser le travail afin d’obtenir des résultats meilleurs.


J. Goebbels proposa par exemple :


- la répartition de la production sur toute l’année, afin d’éviter l’encombrement
 et le travail hâtif en certaines saisons, suivi du chômage ;


- l’interdiction, pour les producteurs, d’exiger que les directeurs de salle
soient obligés de commander un film avant qu’il ne soit achevé, a
fin de diminuer les risques de commandes à l’aveuglette ;


- l’interdiction de commencer un film avant que les rôles ne soient achevés
 et remis pour l’étude aux acteurs une semaine au moins avant les prises de vue ;


- le relèvement et l’étalement sur toute l’année de l’appointement des acteurs,
cela afin qu’il leur soit possible de refuser toute production n’ayant pas
un caractère artistique sérieux.
 
- En 1935, la production du cinéma allemand se montait à 180 films par an,
 soit quinze par mois. Lors de la réunion de décembre à Berlin,
J. Goebbels déclara que chaque année, on comptait
« 3 à 6 bons films »,
 « le théâtre ne pouvant  présenter des résultats aussi satisfaisants
»[[b]4[/b]].

- En 1937, sur 95 films, « 3 [furent reconnus] recommandables
 pour leur haute valeur, 18 pour leur valeur artistique et 3 pour leur valeur
raciale
»[[b]5[/b]].

Preuve que les nationaux-socialistes étaient loin de régenter le monde de spectacle,
sans quoi ils auraient jugé bons la majorité des pièces et des films produits…
 
Finalement, la hausse du niveau moral des spectacles sous Hitler doit
être recherchée moins dans les lois et les directives publiées à partir de 1935
que dans l’émigration d’une grande partie des individus qui, sous Weimar,
concevaient, produisaient et mettaient en scène les pièces et les films sordides. 
Ceux qui restèrent (il s’agissait des moins décadents) pensèrent trouver
 une voie de sortie en produisant des spectacles d’un goût toujours douteux
mais à caractère patriotique, destinés à être joués dans les cérémonies
nationale-socialistes.
 Sans doute supposaient-ils que le patriotisme excuserait le malséant.
 Ils se trompaient.

- Le 10 novembre 1935, J. Goebbels publia une note énergique
qui dénonçait le « mauvais goût patriotique » [[b]6[/b]].
Il ordonna un contrôle renforcé de tous les projets destinés aux cérémonies.
On aurait cependant tort d’en déduire que les nationaux-socialistes
 furent des puritains.

-En décembre 1935, J. Goebbels affirma que la censure ne devait
 « pas être mesquine et se choquer d’une saine gaîté ».

 Et de préciser (en substance) :
 
"Le national-socialisme ne veut pas d’une atmosphère de puritanisme. […]
 le cinéma ne doit pas être guindé et se lancer dans les tirades héroïques
 à jet continu. Le peuple va au cinéma pour se distraire.
Les producteurs devront toujours penser qu’ils travaillent
pour le peuple tout entier.
 Ils devront présenter la vie telle qu’elle est, mais avec un sincère optimisme"
.[[b]7[/b]]
 
Un an plus tard, lors d’une assemblée de la Chambre de la Culture,
 le ministre de la Propagande s’éleva
« contre les hypocrites qui, sous prétexte de décence,
 prétendaient bannir de l’art une certaine sensualité
»[[b]8[/b]].

 
Le national-socialisme chercha toujours le juste équilibre…
 
 

--------------------------------------------------------------------------------
[[b]1[/b]] Voir le chapitre intitulé :
« Réponse à une objection : le national-socialisme a-t-il favorisé la débauche ? »

http://www.phdnm.org/uploads/3/0/0/1/3001973/hitler_providence.htm

[[b]2[/b]] Voy., par exemple, le Hamburger Fremdenblatt du 16 mai 1935.

[[b]3[/b]] Voy. la Deutsche Allgemeine Zeitung, 15 décembre 1935.

[[b]4[/b]] Voy. le Bulletin périodique de la presse allemande, n° 455, p. 27, col. B.

[[b]5[/b]] Ibid., n° 479, p. 35, col. A.

[[b]6[/b]] Voy. le Völkischer Beobachter, 11 novembre 1935.

[[b]7[/b]] Voy. le  Bulletin périodique de la presse allemande ,
n° 455, p. 27, col. B.

[[b]8[/b]] Voy. le Bulletin périodique de la presse allemande,
n° 467, 9 novembre 1936, pp. 30-1.
 
_________________
L'autre Histoire :

"qui n'entend qu'un son,n'entend qu'une cloche."


http://www.phdnm.org/uploads/3/0/0/1/3001973/seize_pages-1.htm


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 11 Jan - 11:57 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> Bistrot du coin Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com