France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

L'Allemagne a-t-elle vraiment voulu la guerre ?
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> L'entre-deux guerres
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Roro II


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 885
Localisation: Sainte Victoire

MessagePosté le: Mer 13 Fév - 18:44 (2013)    Sujet du message: L'Allemagne a-t-elle vraiment voulu la guerre ? Répondre en citant

J'ai souligné en bleu et marron les passages importants,
bonne lecture à tous.


La thèse officielle prétend que Hitler voulait provoquer un conflit armé en Europe
 afin d’obtenir sa revanche sur 1918. Si c’était vrai, il aurait dû sauter de joie lorsque,
 le 3 septembre 1939, l’Angleterre puis la France lui déclarèrent de facto la guerre.
 Mais c’est le contraire qui advint.
 Nous possédons sur cette question un témoignage qui n’a jamais été démenti :
- celui de l’interprète officiel d'Hitler, Paul-Otto Schmidt.
 C’est lui qui apporta au Führer et à son ministre des Affaires étrangères
Joachim von Ribbentrop la traduction de l’ultimatum britannique.
 Dans ses mémoires, il raconte qu’à la lecture de ce document, Hitler resta
« comme pétrifié, regardant droit devant lui ».
« Au bout d’un moment, poursuit-il, il se tourna vers Ribbentrop
qui était resté comme figé à la fenêtre.
Et maintenant ?” demanda Hitler à son ministre des Affaires étrangères,
avec un éclair de fureur dans les yeux, comme s’il voulait exprimer que Ribbentrop
 l’avait faussement informé sur la réaction des Anglais


(cf. P. Schmidt, Sur la scène internationale, Plon, 1950, p. 226).



Revenu dans l’antichambre, P. Schmidt annonça aux dignitaires présents
 que la guerre européenne était désormais inévitable. Le dépit fut général :
« un profond silence s’établit. Göring se tourna vers moi et dit :

“Si nous perdons cette guerre, que le Ciel ait pitié de nous !”
Goebbels était dans un coin,abattu, replié sur lui-même ; il avait l’air, littéralement,
 d’un barbet qu’on vient de doucher. Partout je vis des visages consternés,
 même chez les membres du Parti les plus modestes qui se trouvaient
dans la salle »



(id.).
De façon évidente, les nationaux-socialistes ne voulaient pas d’un conflit européen.
Ils le redoutaient même, pour une première raison très simple :

- contrairement à ce que prétend la thèse officielle, en 1939,
l’Allemagne n’était absolument pas prête à affronter une guerre étendue


.
 A Nuremberg, le général Jodl expliqua :


 « Jusqu'en 1939, nous étions, il est vrai, en mesure d'abattre la Pologne seule ;
 mais nous n'avons jamais été en mesure, ni en 1938, ni en 1939, de nous opposer
à une attaque concentrique de ces nations réunies
[France, Angleterre et Pologne].
 Et si nous ne nous sommes pas effondrés dès 1939, cela est du simplement
 au fait que, pendant la campagne de Pologne, les 110 divisions françaises
et britanniques à l'Ouest sont demeurées absolument inactives en face
des 23 divisions allemandes


(...)

Un réarmement intensif ne commença, en réalité, qu'après le début de la guerre.
 Nous sommes entrés dans cette guerre avec environ 75 divisions.
Soixante pour cent de notre potentiel d'effectifs n'avait encore
subi aucune formation militaire.
L'Armée du temps de paix comprenait environ 400 000 hommes,
 contre nos 800 000 en 1914.
Nos réserves en munitions et en obus […] atteignaient alors un niveau dérisoire.
[…] nous pouvions nous battre pendant dix jours à quinze jours »[[i]TMI
, t. XV, pp. 365-6].
[/i]
Voilà pourquoi une fois la Pologne à terre, le Führer se tourna
vers l’Angleterre et la France pour proposer non seulement la paix
, mais aussi un règlement définitif, par la voie de négociations, de tous les problèmes européens



.


 




Le 6 octobre 1939, il lança au monde :



 « Pourquoi la guerre doit-elle maintenant avoir lieu à l’Ouest ?
Pour la reconstitution de la Pologne ?
La Pologne du Traité de Versailles ne ressuscitera jamais.
[…]
On sait d’ailleurs très exactement que ce serait une aberration que d’anéantir
 des millions de vies humaines et de détruire des centaines de milliards de valeurs
pour réédifier peut-être une construction qui avait déjà été, au temps de sa formation,
qualifiée d’avortement par tous les non-polonais.



Quelle serait donc autrement la raison ?


L’Allemagne n’a posé à l’Angleterre aucune revendication qui puisse menacer
l’Empire colonial britannique ou remettre son existence en question.
Non, au contraire
.
 Ni à la France, ni à l’Angleterre, l’Allemagne n’a adressé de pareille revendication. »


Hitler abordait ensuite l’avenir de l’Europe :



« La deuxième des tâches à accomplir, et à mes yeux la plus importante,
 est de faire régner non seulement la conviction mais aussi le sentiment
 d’une sécurité européenne


. Pour cela, il est nécessaire que :

1. La lumière absolue soit faite sur les buts de la politique extérieure
 des États européens.
 En ce qui concerne l’Allemagne, le gouvernement du Reich est disposé à donner
 des éclaircissements absolument complets sur ses intentions de politique extérieure.
 Il met au premier plan de cette déclaration la constatation que
le Traité de Versailles n’existe plus à ses yeux.

La revendication des colonies se fonde non seulement sur notre droit historique
aux anciennes colonies allemandes mais surtout sur le droit élémentaire à une participation
aux sources de matières premières du globe.
 Cette revendication n’est pas un ultimatum;elle n’est pas non plus une exigence
 appuyée par la force, mais au contraire une exigence de justice politique
et de bon sens économique.
2. L’exigence d’une prospérité véritable de l’économie internationale, en liaison
 avec l’augmentation du commerce et des échanges, présuppose la remise en ordre
 des économies intérieures, c’est-à-dire des productions au sein des divers États
.
 Mais pour faciliter l’échange de ces productions, il faut en venir à une réorganisation
 des marchés et à un règlement définitif des monnaies, afin de déblayer peu à peu
 les obstacles qui s’opposent à la liberté du commerce.


3.Mais la condition nécessaire et préalable la plus importante d’une réelle
prospérité de l’économie européenne et également de l’économie extra-européenne
 est l’établissement d’une paix absolument garantie et du sentiment de sécurité
des divers peuples



.
Cette sécurité sera rendue possible surtout par une réduction des armements
 à un niveau raisonnable et économiquement supportable.

Ce sentiment nécessaire de sécurité implique avant tout un règlement de l’applicabilité
 et du domaine d’utilisation de certaines armes modernes qui sont capables
de pénétrer en tout temps jusqu’au cœur de chaque pays et qui de ce fait font régner
un sentiment constant d’inquiétude.

J’ai déjà fait des propositions en ce sens dans mes discours précédents au Reichstag.
Elles ont été alors vouées à un refus sans doute du fait qu’elles provenaient de moi.
Je continue toutefois à croire que le sentiment de la sécurité nationale ne reparaîtra
en Europe que si, dans ce domaine, des obligations internationales nettes
et créant un lien de droit auront largement défini les concepts du recours aux armes
 permises et interdites.

De même que la Convention de Genève est arrivée jadis, du moins dans les États civilisés,
à prohiber la mise à mort des blessés, les mauvais traitements à l’égard des prisonniers,
les actes de guerre contre les non-combattants etc. et de même qu’on a réussi au cours
des temps à obtenir l’observation universelle de cette prohibition,
de même l’on doit pouvoir aboutir à définir l’emploi de l’arme de l’air, celui des gaz, etc.,
des sous-marins et également les concepts de la contrebande, de telle manière que
 la guerre [n’ait plus] son odieux caractère de lutte contre les femmes et les enfants et,
de façon générale, contre les non-combattants



.
Je me suis efforcé, dans cette guerre avec la Pologne, de limiter l’emploi
de l’arme aérienne aux objectifs importants au point de vue militaire ou de n’y faire appel
qu’en cas de résistance active sur un point déterminé.

 En liaison avec la Croix-Rouge, il doit être possible de dégager
une réglementation internationale de principes universels.

C’est dans ces conditions seulement que la paix pourra revenir, notamment
sur notre continent peuplé de façon si dense, une paix qui, exempte de méfiance
et d’angoisse,pourra être la condition préliminaire d’une prospérité véritable,
également dans la vie économique



.
Je crois qu’il n’y a pas d’homme d’État européen soucieux de ses responsabilités
 qui ne désire de tout son cœur que son peuple fleurisse.
Mais ce vœu ne saurait se réaliser que dans le cadre d’une collaboration générale
des nations de ce continent.
 Aussi le but de tout homme luttant sincèrement pour l’avenir de sa propre nation
ne peut-il être que d’assurer cette collaboration.
En vue d’atteindre ce noble résultat, il faudra bien un jour que les grandes
nations de ce continent délibèrent ensemble pour élaborer, adopter et garantir
 dans une réglementation exhaustive un statut leur donnant à toutes un sentiment
de sécurité, de tranquillité et, pourtant, de paix



.
II est impossible que pareille conférence se réunisse sans les travaux préalables
les plus approfondis, c’est-à-dire sans avoir tiré au clair les points de détail,
et surtout sans élaboration préparatoire.
Mais il est tout aussi impossible que cette conférence appelée à fixer pour des [décennies]
les destinées précisément de ce continent, puisse travailler sous le grondement des canons
 ou même, tout simplement, sous la pression d’armées mobilisées.
 Et s’il faut tôt ou tard résoudre ces problèmes, il serait plus raisonnable de s’attacher
 à leur solution avant que des millions d’hommes ne soient de nouveau sacrifiés sans but
 et des valeurs représentant des milliards, détruites sans résultat.
On ne saurait concevoir le maintien de l’état actuel des choses à l’Ouest.
Chaque jour exigera bientôt un nombre croissant de victimes.
Il arrivera un moment ou pour la première fois la France bombardera
et démolira peut-être Sarrebruck.
Comme représailles, l’artillerie allemande détruira Mulhouse


[…].
 Puis l’on disposera de pièces à plus longue portée et de part et d’autre la destruction s’étendra
de plus en plus et ce que, finalement, l’artillerie à grande puissance ne pourra plus atteindre,
sera anéanti par les aviateurs.
 Le jeu sera très intéressant pour un certain journalisme international et éminemment utile
aux fabricants d’avions, d’armes, de munitions, etc. mais épouvantable pour les victimes.
Cette lutte impitoyable ne se déroulera d’ailleurs pas seulement sur Terre.
Car elle s’étendra plus loin, sur la mer. Il n’y a plus d’îles aujourd’hui.
Et les fortunes nationales d’Europe seront gaspillées en obus tandis
que les forces de peuples se consumeront sur les champs de bataille dans les flots
de sang


.
 Et cependant, un beau jour, il y aura de nouveau une frontière entre l’Allemagne et la France;
 seulement au lieu de villes florissantes ce seront des champs de ruines et des cimetières
à n’en plus finir qui s’étendront tout au long.
Il se peut que MM. Churchill et consorts interprètent tout bonnement ma manière
de voir comme une preuve de faiblesse ou de lâcheté
.
Je n’ai pas à m’occuper de ce qu’ils pensent.
Je ne fais ces déclarations que parce que je veux tout naturellement épargner
ces souffrances aussi à mon peuple.

Toutefois, si le point de vue de M. Churchill et de sa clique devait l’emporter,
 la déclaration que je fais aurait été la dernière.
 Nous lutterons alors […].
 M. Churchill est convaincu que la Grande-Bretagne vaincra.
 Quant à moi, je ne doute pas une seule seconde que c’est l’Allemagne qui remportera
 la victoire.
Au Destin de décider qui a raison.
 Il y a toutefois une chose certaine :
- on n’a jamais vu deux peuples sortir l’un et l’autre vainqueurs d’une guerre.
 L’histoire du monde a, en revanche, très souvent constaté qu’il n’y avait que des vaincus.
Il me semble que tel a déjà été le cas dans la dernière guerre.
C’est aux peuples et aux dirigeants des peuples qui partagent ma manière
de voir qu’il incombe de prendre la parole.

Et que ceux qui croient être forcés de voir dans la guerre la solution
 la meilleure, repoussent la main que je leur tends !


"



(cf. Akten Zur Deutschen Auswärtigen Politik, 1918-1945,série D,
1937-1945, Band VIII, pièce 205, pp. 177 à 180).


Sans véritable surprise, ce discours fut rejeté avec mépris
 par les dirigeants anglais et français
.


Certains me répondront que Hitler n’était pas sincère. Peut-être…
Mais il suffisait alors de le prendre au mot, d’accepter ses propositions
et de voir sa réaction.
 Les Alliés s’en sont bien gardés. Pourquoi ?
 Parce qu’ils savaient que Hitler était sincère.
 La meilleure preuve se trouve dans deux documents issus d’une publication française
qui n’était pas destinée au public :


-  le Compte rendu de renseignements concernant la propagande allemande
d’après l’étude de la presse.
La couverture porte la mention : « Confidentiel ».
Dans la livraison du 15 novembre 1939, on lisait (je souligne) :

 « l’Allemagne n’a pas réussi […] à séparer la France de l’Angleterre,
ni à obliger ces pays à reconnaître le fait accompli.
Enfin, ses tentatives répétées pour rallier les pays neutres à sa cause
n’ont pas abouti jusqu’ici.
Le Reich se voit ainsi obligé d’accepter une lutte dont les proportions
dépassent celles qu’il avait envisagées
.


»



p  8 
Trois mois plus tard, le message était encore plus net.
Les auteurs écrivaient (je souligne) :
« En dépit de ses efforts gigantesques pour se dégager,
 le Reich s’est vu imposer la forme d’une guerre qu’il cherchait à éviter



 (cf. la livraison du 15 février 1940, p. 10).

Oui, vraiment, la culpabilité des démocraties dans la mondialisation
 du conflit en 1939 est écrasante .
Les Alliés voulaient la guerre pour détruire le IIIe Reich.
 La Pologne n’était qu’un prétexte.






W. Churchill jeta le masque lorsque le 11 juin 1940, il déclara aux militaires français :
 « Même si l’Allemagne parvient à occuper la France tout entière […]
 les Alliés conservent en fin de compte, les moyens de vaincre et de détruire
 le régime national-socialiste


»
(cf. M. Wegand, Rappelé au service, annexes).
L’aveu était net…
 

 Source: RIVAROL n°3016 du 7 octobre 2011,p.9.

On est très très loin de la thèse officielle...
_________________
L'autre Histoire :

"qui n'entend qu'un son,n'entend qu'une cloche."


http://www.phdnm.org/uploads/3/0/0/1/3001973/seize_pages-1.htm


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 13 Fév - 18:44 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
soulrod2


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2013
Messages: 452
Localisation: alsace

MessagePosté le: Mer 13 Fév - 19:20 (2013)    Sujet du message: L'Allemagne a-t-elle vraiment voulu la guerre ? Répondre en citant

Enfin un peu de sérieux, Hitler a annoncer son plan dans Mein Kampf, ensuite il a multiplier les actes d'agression envers d'autre pays, tout en se constituant un arsenal capable de dominé l'Europe pendant plusieurs année, mais il voulais pas la guerre?

Pourquoi attaquer la Pologne? N'avait il pas promis qu'il n'avait plus aucune volonté expansionniste après Munich? Pourquoi ne pas négocier, si vraiment il ne voulait pas la guerre? En vérité Hitler était un dictateur dangereux, obsecionnel, il n'a cesser de provoquer la guerre, un simple examens des faits le prouve, et ce n'est pas un pseudo article fumeux et tendancieux, citant des nazies qui pourront y changer quoique ce soit.

Incroyable de lire qu'il fut pacifiste...
_________________
L'ennemi est bête il croit que c'est nous l'ennemi alors que c'est lui. Déprosges


Revenir en haut
Patton14


Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2012
Messages: 336
Localisation: Caen

MessagePosté le: Mer 13 Fév - 21:12 (2013)    Sujet du message: L'Allemagne a-t-elle vraiment voulu la guerre ? Répondre en citant

soulrod2 a écrit:
Enfin un peu de sérieux, Hitler a annoncer son plan dans Mein Kampf, ensuite il a multiplier les actes d'agression envers d'autre pays, tout en se constituant un arsenal capable de dominé l'Europe pendant plusieurs année, mais il voulais pas la guerre?
Pourquoi attaquer la Pologne? N'avait il pas promis qu'il n'avait plus aucune volonté expansionniste après Munich? Pourquoi ne pas négocier, si vraiment il ne voulait pas la guerre? En vérité Hitler était un dictateur dangereux, obsecionnel, il n'a cesser de provoquer la guerre, un simple examens des faits le prouve, et ce n'est pas un pseudo article fumeux et tendancieux, citant des nazies qui pourront y changer quoique ce soit.

Incroyable de lire qu'il fut pacifiste...

Je ne suis pas comme Delpla "psy",désolé !
_________________

"L'avenir de notre passé est entre nos mains"


Revenir en haut
soulrod2


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2013
Messages: 452
Localisation: alsace

MessagePosté le: Mer 13 Fév - 21:21 (2013)    Sujet du message: L'Allemagne a-t-elle vraiment voulu la guerre ? Répondre en citant

Pas compris ta réponse, mais apparemment tu ne me dément pas...
_________________
L'ennemi est bête il croit que c'est nous l'ennemi alors que c'est lui. Déprosges


Revenir en haut
Michael


Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2012
Messages: 157
Localisation: Canada

MessagePosté le: Jeu 14 Fév - 12:00 (2013)    Sujet du message: L'Allemagne a-t-elle vraiment voulu la guerre ? Répondre en citant

N'oublions pas que les communistes allemands ont rejoint
les nazis pour plus de la moitié d'entre eux sans contrainte.
Beaucoup sont devenus cadres du parti nazi.
_________________
"Il me semble qu'on vend l'Holocauste au lieu de l'enseigner."

Le rabbin Arnold Jacob Wolf,Directeur,Université de Yale.


Revenir en haut
soulrod2


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2013
Messages: 452
Localisation: alsace

MessagePosté le: Jeu 14 Fév - 13:18 (2013)    Sujet du message: L'Allemagne a-t-elle vraiment voulu la guerre ? Répondre en citant

Sans contrainte? Les camps c'était de la villégiature? L'interdiction des autres parties politique une saine décision?
_________________
L'ennemi est bête il croit que c'est nous l'ennemi alors que c'est lui. Déprosges


Revenir en haut
Roro II


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 885
Localisation: Sainte Victoire

MessagePosté le: Jeu 14 Fév - 14:50 (2013)    Sujet du message: L'Allemagne a-t-elle vraiment voulu la guerre ? Répondre en citant

Hitler s'est-il imposé par la terreur ?


 
    
O
n prétend que le national-socialisme s'est " imposé par la terreur ",
c'est-à-dire qu'un petit nombre de fanatiques a pris le pouvoir
et s'y est maintenu grâce à la peur jusqu'à sa défaite en 1945.
C'est la thèse bien connue selon laquelle:

" la première victime du nazisme fut le peuple allemand    .
 
Admettons.Mais alors, comment expliquez-t-on cette rééducation
de tout le peuple allemand qui dure depuis 1945 ?
Comment explique-t-on l'épuration des bibliothèques,la suppression
de la presse indépendante et la rédaction des nouveaux manuels scolaires
 par les " libérateurs " ?
On ne rééduque pas un peuple enfin libéré de la pire des dictatures
jamais apparues,il n'en a nul besoin,il pousse un grand cri de joie
et jette lui-même au feu tout ce qui rappelle les heures les plus sombres
 de son histoire.


Incohérence...


C'est toujours la même chose:les " antinazis " disent tout
et son contraire suivant les circonstances.
Jean-Marie Le Pen se hisse-t-il au deuxième tour de l'élection présidentielle ?
Ils poussent un cri d'alarme:

 
" Attention,Hitler est arrivé démocratiquement au pouvoir " 
 
.
Mais dans le même temps,ils apprennent aux élèves que le national-socialisme
 s'est imposé grâce à une petite minorité qui a fait régner la terreur.
Afin de masquer cette contradiction,ils disent:

 
" Hitler est arrivé démocratiquement au pouvoir parce qu'il a soigneusement
 caché ses objectifs réels ou parce qu'il n'a pas été pris au sérieux
"

Mais dans le même temps,ils prétendent que tout était clairement annoncé
dans Mein Kampf et que ce livre était devenu la bible des " nazis ".  
 
*Dernière exemple en date:interrogé par une juive,un jeune Allemand a déclaré:

" Hitler avait écrit tout son programme dans Mein Kampf,il y avait exposé
 ses théories folles sur les différents types de races humaines "
.
 
Dès lors,pourquoi a-t-il été élu démocratiquement ?
Le jeune homme l'explique en affirmant que: 

" beaucoup de monde ne l'avait pas lu et parmi ceux qui l'avaient lu,
beaucoup n'y croyaient pas "

 
 
 (Voy.,Shofar,septembre 2008,p.45).

....Et malhonnêteté.

_________________
L'autre Histoire :

"qui n'entend qu'un son,n'entend qu'une cloche."


http://www.phdnm.org/uploads/3/0/0/1/3001973/seize_pages-1.htm


Revenir en haut
soulrod2


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2013
Messages: 452
Localisation: alsace

MessagePosté le: Jeu 14 Fév - 16:16 (2013)    Sujet du message: L'Allemagne a-t-elle vraiment voulu la guerre ? Répondre en citant

Encore un copié collé, ton amis Vincent omet volontairement que dès la prise du pouvoir d'Hitler s'en est suivi une dictature. Interdiction des autres parties politique emprisonnement et embrigadement des adversaires, jeunesse hitlerienne pour pervertir toute une génération. Et entre nous, à par toi Vincent et deux pelé et surtout trois tondu qui aujourd'hui en France ou en Allemagne peut décemment défendre ce partit de débiles? Ils ont engendré le pire conflit de l'histoire, industrialisé la mort de déporté dont des enfants. Ils ont abandonné l'Allemagne et les allemands aux milieu des ruines et des cadavres. L'ouest a eu de la chance, aider par les vainqueurs ils ont pu reconstruire un pays développer et moderne, l'est à eu moins de chance leur libération est arrive beaucoup plus tard.

Mais parler de nostalgie du nazisme, à par les idiots, personne ne le fait. Surtout les allemands qui on constater ou l'idéologie nazie les a conduit à la fin de la guerre.

Hitler, en bon dictateur qu'il était, à anesthésie le libre arbitre allemand, et malheureusement le monde et les allemands l'ont payer bien cher.

Et si tu avait été communiste ou juif ou homo à cette époque la croit moi que tu parlerais bien de terreur...
_________________
L'ennemi est bête il croit que c'est nous l'ennemi alors que c'est lui. Déprosges


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Jeu 14 Fév - 16:26 (2013)    Sujet du message: L'Allemagne a-t-elle vraiment voulu la guerre ? Répondre en citant

Et pourquoi les democraties occidentales auraient pu faire confiance aux déclarations rassurantes et lénifiantes d' Hitler , quand il pretendait pour Munich ne plus avoir de revendications ?...............rassurées , la France et la Gde Bretagne signent l'accord , pensant avoir préservé la paix ...........on connait la suite ,quand on sait les veritables intentions d' Hitler

Revenir en haut
soulrod2


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2013
Messages: 452
Localisation: alsace

MessagePosté le: Jeu 14 Fév - 16:27 (2013)    Sujet du message: L'Allemagne a-t-elle vraiment voulu la guerre ? Répondre en citant

Je me permet une apparthé pour les jeunes lecteurs qui tomberaient sur ce forum, RoroII n'est qu'un individu qui recopie des textes de gens qui n'ont aucune légitimité historique (d'ailleurs il ne sont pas historien) et vous pouvez constater qu'en dehors du texte initiale il sont absolument incapable d'argumenter, d'ailleurs il ne le font jamais...

La lâcheté de leur méthode n'égale que leur impuissance à discuter sereinement d'histoire...
_________________
L'ennemi est bête il croit que c'est nous l'ennemi alors que c'est lui. Déprosges


Revenir en haut
Roro II


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 885
Localisation: Sainte Victoire

MessagePosté le: Jeu 14 Fév - 17:57 (2013)    Sujet du message: L'Allemagne a-t-elle vraiment voulu la guerre ? Répondre en citant

N'ayant à voir avec Vincent Scoto ni St Vincent d'Assises,je vous donne
d'autres informations pour combler vos carences historiques.
Il est clair que pour les " antinazis ", la vérité importe peu.
Leur propagande fait flèche de tout bois,suivant les circonstances de l'instant.

Ce n'est pas nouveau.

Si vous êtes sages,je consacrerai bientôt une étude de la façon dont
 le travail obligatoire en Allemagne (STO) a été abordé lors
du " procès "Laval puis à Nuremberg.

Pour cet St Valentin (eh oui,j'ai une petite soirée avec une belle blonde
aux yeux bleus),je me contenterai d'un très court résumé.

Début octobre 1945, Pierre Laval comparaît devant la Haute Cour pour trahison.
Concernant le STO,on lui reproche d'avoir cédé sans combat
sur toute la ligne et d'avoir même été au devant des exigences allemandes.
Avec la " Relève ",lui dit-on,"vous avez livré
des travailleurs à l'Allemagne !"
Bref,la trahison était consommée.

Quelques semaines plus tard,à Nuremberg,le cas de Fritz Sauckel
 est abordé.
Pendant la guerre,il avait été plénipotentiaire à la main d'oeuvre étrangère
 en Allemagne.
L'Accusation française se lève et l'accuse de crimes contre l'Humanité:

- vous avez exercé des pressions scandaleuses sur le gouvernement français
 pour obtenir ce que vous vouliez.

- Vous avez menacé,contraint les gens au départ,utilisé des rabatteurs sans scrupules.

- Vous avez même organisé des rafles...

A quelques semaines d'intervalle,donc,deux argumentaires totalement
contradictoires furent utilisés:

- Laval fut accusé d'avoir tout cédé sans combat,

- Sauckel d'avoir menacé pour vaincre les résistances.

Preuve que les vainqueurs ne cherchaient pas la vérité,mais uniquement
 la condamnation des accusés et,à travers eux,des fascismes
....
Cette situation perdure depuis 1945.


 D'où le fait que,chez les "antinazis ",le principe de non-contradiction
 est constamment violé sans aucune vergogne.

Les arguments les plus contradictoires sont invoqués sans aucun souci d'exactitude,
simplement suivant les circonstances du moment.


Une révolution qui aurait défié toutes les lois sociologiques.


Le national-socialisme, dit-on,s'est imposé par la terreur,
la délation organisée et les camps de concentration ouverts dans tout le pays.
L'histoire allemande aurait donc défié toutes les lois de la sociologie.
C'est-à-dire qu'immédiatement après l'arrivée d'Hitler  au pouvoir,
des dizaines de camps de concentrations seraient sortis de terre,
un peu comme les champignons après la pluie,et qu'une nouvelle police politique
 aurait été mise en place, épaulée par des centaines de milliers de mouchards
 sortis d'on ne sait où pour mettre immédiatement l'Allemagne  en coupe règlée.

A partir de cet instant,le peuple terrorisé se serait tu.
Tout le pays aurait retenti du bruit des autodafés,des portes fracassées
 lors des perquisitions,des cris poussés par les centaines de milliers
 de prisonniers politiques torturés dans les camps

.
Bref,un retournement total de situation en quelques semaines.

Un peu de sérieux les gars.
_________________
L'autre Histoire :

"qui n'entend qu'un son,n'entend qu'une cloche."


http://www.phdnm.org/uploads/3/0/0/1/3001973/seize_pages-1.htm


Revenir en haut
soulrod2


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2013
Messages: 452
Localisation: alsace

MessagePosté le: Jeu 14 Fév - 18:05 (2013)    Sujet du message: L'Allemagne a-t-elle vraiment voulu la guerre ? Répondre en citant

Belle démonstration, un copié collé sans rapport avec le sujet...

Vous comprenez ce que veux dire débattre d'un sujet? Alors Hitler un démocrate?
_________________
L'ennemi est bête il croit que c'est nous l'ennemi alors que c'est lui. Déprosges


Revenir en haut
Roro II


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 885
Localisation: Sainte Victoire

MessagePosté le: Jeu 14 Fév - 18:24 (2013)    Sujet du message: L'Allemagne a-t-elle vraiment voulu la guerre ? Répondre en citant

soulrod2 a écrit:
Belle démonstration, un copié collé sans rapport avec le sujet...
Vous comprenez ce que veux dire débattre d'un sujet?

 Alors Hitler un démocrate?

L'autodafé de 1933.
 
Face à cette représentation fantaisiste,je rappellerai tout d'abord
que le fameux autodafé de 1933 ne s'attaquait pas à la culture en tant que telle,
mais à la littérature d'un monde perçu comme mauvais et dépassé.
On oublie bien souvent que la jeunesse allemande n'a pas uniquement brûlé
des livres;elle a jeté aux flammes ce qui symbolisait l'ordre ancien.
Début 1942,Fritz Bran a expliqué:
 
" En 1933, les jeunes ont brûlé leurs casquettes de collégiens,
qui marquaient l'opposition des classes.
Ils ont brûlé également les poteaux-frontières qui, en vertu du traité
 de Munster,séparaient les provinces entre elles
.
Ils ont encore voué aux flammes une prétendue littérature,dont
 la plus grande propriété était d'intoxiquer les esprits
. "

(Voy.Fritz Bran,La jeunesse allemande et l'avenir de l'Europe)
Les conférences du groupe "Collaboration ", Paris,juin 1942.
Conférence donnée le 31 janvier 1942 à la Maison de la Chimie (Paris),p.12)
 
C'est clair, la littérature pernicieuse ne venait qu'en dernier lieu.
J'ajoute qu'en matière de destruction de symboles,les révolutionnaires français
et les républicains espagnols ont fait " mieux ", de religieux et de religieuses
.


Soit pas pressé petit,je vais doucement pour que tu puisse suivre,
ne pas brûler les étapes (tu n'es pas sur Le monde-en-guerre ou le VERT ici,
on fait de l'Histoire, pas de la propagande.).
_________________
L'autre Histoire :

"qui n'entend qu'un son,n'entend qu'une cloche."


http://www.phdnm.org/uploads/3/0/0/1/3001973/seize_pages-1.htm


Revenir en haut
soulrod2


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2013
Messages: 452
Localisation: alsace

MessagePosté le: Jeu 14 Fév - 19:11 (2013)    Sujet du message: L'Allemagne a-t-elle vraiment voulu la guerre ? Répondre en citant

Je me pose la question si roro n'est pas un bot, il ne répond que par copier coller et toujours à côté de la question.


Alors soit il est limité, soit c'est un bot, mais un enfant de 6 ans comprendrais mes question. Roro si t'es pas un bot peut tu répondre: hitler démocrate ou pas?
_________________
L'ennemi est bête il croit que c'est nous l'ennemi alors que c'est lui. Déprosges


Revenir en haut
Roro II


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2010
Messages: 885
Localisation: Sainte Victoire

MessagePosté le: Jeu 14 Fév - 19:26 (2013)    Sujet du message: L'Allemagne a-t-elle vraiment voulu la guerre ? Répondre en citant

soulrod2 a écrit:
Je me pose la question si roro n'est pas un bot, il ne répond que par copier coller et toujours à côté de la question.

Alors soit il est limité, soit c'est un bot, mais un enfant de 6 ans comprendrais
mes question.

Roro si t'es pas un bot peut tu répondre: hitler démocrate ou pas?

Bien sûr ! et je peux le prouver.
_________________
L'autre Histoire :

"qui n'entend qu'un son,n'entend qu'une cloche."


http://www.phdnm.org/uploads/3/0/0/1/3001973/seize_pages-1.htm


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:57 (2016)    Sujet du message: L'Allemagne a-t-elle vraiment voulu la guerre ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> L'entre-deux guerres Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com