France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le 18 juin 1940
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> L'entre-deux guerres
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Résistant
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2007
Messages: 1 684
Localisation: Vaucluse

MessagePosté le: Mar 14 Juin - 11:01 (2016)    Sujet du message: Le 18 juin 1940 Répondre en citant

Je place ce sujet dans l'entre-deux guerres, car si nous ne sommes pas encore entrés tout à fait dans la 2ème guerre mondiale qui se terminera en 1945, nous venons de perdre ses préliminaires de 39/40 qui marquent la fin de la IIIème République.
Qu'en est-il alors de l'appel du 18 juin que l'on va encore commémorer en grandes pompes, notre Président allant même s'incliner à Colombey-les-Deux églises sur la tombe du "général"...
Précisons d'abord que Charles De Gaulle, colonel de son état, venant cherché auprès de son ami Paul Reynaud un réconfort après des échecs de Montcornet et d'Abbeville, a été nommé comme Sous-Secrétaire d'Etat à la guerre. Le grade de colonel n'étant probablement pas assez élevé pour accéder à ce poste, Paul Reynaud, Président du Conseil, le fait nommer général, mais "à titre temporaire", ce qui signifie que lorsqu'il ne sera plus ministre, il retrouvera son grade de colonel.
Ce faisant, De Gaulle n'a de cesse de harceler Paul Reynaud pour qu'il en fasse sont interlocuteur privilégié auprès de Churchill, dont il a compris que cet homme ne baisserait jamais les bras devant Hitler, bien isolé dans son île au-delà de la Manche. Paul Reynaud, on le sait, politicien retors de la IIIème République, est malgré la catastrophe qui s'annonce, décidé à lutter jusqu'au bout. Il ne veut pas entendre parler d'armistice ou de cessez le feu. Pour lui, la solution c'est d'abord le réduit breton que lui a suggéré De Gaulle, "main tendue à l'Amérique..." puis la poursuite de la guerre en Afrique du Nord... La première est absurde, car il est impossible de construire une sorte de ligne Maginot de béton sur les 150 kilomètres de territoire que représente le début de la presqu'île bretonne, en trois/quatre semaines. Quand à la poursuite de la guerre en AFN, question: avec quels moyens ? Nous n'avons ni le temps de regrouper 500.000 hommes, leurs armes et leurs matériels, ni les moyens de les transporter de l'autre côté de la Méditerranée, où d'ailleurs il n'y a rien pour les réarmer et leur donner de quoi combattre plus de 48 heures !

.../...


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 14 Juin - 11:01 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Résistant
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2007
Messages: 1 684
Localisation: Vaucluse

MessagePosté le: Mar 14 Juin - 12:33 (2016)    Sujet du message: Le 18 juin 1940 Répondre en citant

..../....

Mais Paul Reynaud n'est plus Président du Conseil le 16 juin et c'est le Maréchal Pétain, nommé par Albert Lebrun Président de la République, et sur sa recommandation, qui le devient et qui forme son gouvernement, sans De Gaulle, on l'aura deviné.
De Gaulle donc redevient colonel, et n'est plus chargé de mission auprès du gouvernement britannique. Dernière tentative: dissoudre la France et l'Angleterre dans une entité commune... Encore une absurdité née dans les brumes du cerveau gaullien.
Bien sur, çà ne marche pas. Seulement De Gaulle s'accroche. Après un retour fugace à Bordeaux, où il fait croire à Spears que Weygand veut le faire arrêter, il revient à Londres et insiste pour avoir l'accès au micro de la BBC auprès de son "ami" Churchill, qui bien content d'avoir un "général" français sous la main, car il craint une attaque imminente contre la Grande-Bretagne le lui accorde volontiers.
Et ce sera cet appel du 18 juin aux Officiers, Soldats, Ingénieurs et ouvriers français des usines d'armement se trouvant en Angleterre, de le joindre pour poursuivre la lutte, soutenant cet appel en disant que la France n'est pas seule ! Et en invoquant une possible capitulation de ce gouvernement "sis à Bordeaux" formé par des Chefs qui ont été à la tête des armées depuis des années et qui ont trouvé le prétexte d'une défaite militaire pour justifier leur acte...
Comme on le voit cet appel est un tissus d'invraisemblances ! Car la France est seule à ce moment là ! L'Angleterre n'a plus d'armée. L'URSS est en paix avec l'Allemagne hitlérienne. Les USA n'ont aucune envie d'entrer en guerre. Et notre Empire n'a vraiment pas les moyens de partir à la reconquête de la métropole... Donc la France est seule ! Et personne ne peut prévoir que la guerre qui va s'étendre sera une guerre... mondiale.
Ensuite accuser ces "Chefs" des armées d'avoir, par une sorte de putsch, pris le pouvoir en France est un mensonge ! Il sait en disant ces mots que c'est à la suite de la démission de Paul Reynaud que le Président de la République a nommé le Maréchal Pétain, Président du Conseil, tout à fait conformément aux Lois en vigueur de la IIIème République ! Ensuite de quels "Chefs" veut-il parler ? Gamelin ? Il a été démis de ses fonctions par ... Reynaud lui-même qui l'a remplacé par Weygand qu'on est allé rappelé de Syrie où il était représentant de la France pour le Moyen-Orient ! E quels autres ? l'Amiral Darlan, pacha de la flotte française qui n'a qu'une seule idée en tête: sauver des griffes allemandes toute sa flotte de guerre !
Les autres "Chefs", ils se battent encore contre la Wehrmacht. Et ils le feront jusqu'au 24 juin, date du cessez le feu !

Il faut savoir aussi que contrairement aux affirmations qui afflueront à la Libération, peu de monde a entendu cet appel en France ! D'abord en raison des faibles quantités de postes de TSF en mesure de diffuser la BBC, et ensuite parce que les Français avaient d'autres "chats à fouetter" que d'écouter la radio.
 


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Lun 20 Juin - 19:38 (2016)    Sujet du message: Le 18 juin 1940 Répondre en citant

Mais il y aura la suite des discours enflammés de De Gaulle contre... Pétain et "Vichy" ! Tissus de mensonges d'où il espère ramener à lui, la majorité des officiers encore libres. Enflammés à tel point que Churchill lui retira un temps l'usage du micro de la BBC !
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
François Delpla


Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2007
Messages: 1 405
Localisation: France 95

MessagePosté le: Mar 28 Juin - 16:51 (2016)    Sujet du message: Le 18 juin 1940 Répondre en citant

Bonjour

j'ignorais qu'on pût encore écrire de sang-froid tant d'inexactitudes.

N'avez-vous donc rien lu de plus récent que Benoist-Méchin (d'ailleurs un peu plus rigoureux) ?

Même Amouroux et Lacouture, pourtant limités par rapport aux découvertes des années 1990, savaient que de Gaulle avait été fait général par Weygand le 1er juin, à titre temporaire parce que c'est l'usage en pleine bataille, etc.

Pour ce qui est des découvertes des années 1990, elles montrent qu'il y a eu au moins cinq brouillons de l'appel, résultant d'une négociation pied à pied avec Halifax qui n'en voulait pas. L'absence du nom de Pétain qui vous choque dans la version connue (qui n'est pas la dernière !) résulte directement de ces passages à la moulinette.


Revenir en haut
Maréchal


Hors ligne

Inscrit le: 19 Déc 2007
Messages: 1 138
Localisation: Gard

MessagePosté le: Mar 28 Juin - 19:30 (2016)    Sujet du message: Le 18 juin 1940 Répondre en citant

J'aimerai, Résistant également, que vous nous citiez les inexactitudes relatives à cet appel du 18 juin 1940, du général -à titre temporaire- De Gaulle.
_________________
Notre vie est- un voyage
Dans l'hiver et dans la nuit,
Nous cherchons notre passage
Dans le Ciel où rien ne luit.

Chanson des Gardes Suisses. 1793


Revenir en haut
François Delpla


Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2007
Messages: 1 405
Localisation: France 95

MessagePosté le: Mar 28 Juin - 21:31 (2016)    Sujet du message: Le 18 juin 1940 Répondre en citant

http://delpla.org/article.php3?id_article=13

http://delpla.org/article.php3?id_article=387

http://delpla.org/article.php3?id_article=193


Revenir en haut
Maréchal


Hors ligne

Inscrit le: 19 Déc 2007
Messages: 1 138
Localisation: Gard

MessagePosté le: Mer 29 Juin - 11:04 (2016)    Sujet du message: Le 18 juin 1940 Répondre en citant

OK. J'ai lu la version "Delpla" de l'appel du 18 juin, dont la version authentique n'aurait été reçue que par les services secrets... suisses ! La belle affaire, et répercutée à la "presse" française !
Mais le 18 juin, où en est la "presse" française ? Qui a le temps de lire cette presse ? Attablé au "Deux Magots" devant un café crème ?
N'empêche que la version "officielle", celle qui a été mise à la disposition des Français en ...1945, est celle qui est imprimée et encore diffusée dans les livres scolaires...
Vous parlez aussi de "capitulation", alors que le colonel De Gaulle, Saint-Cyrien, sait très bien la différence qu'il y a entre une demande d'armistice (qui n'a pas en encore de réponse le 18 juin) et une capitulation qui n'a pas besoin de "demande". Mais il emploie ce mot parce qu'il sait bien sur qu'il est susceptible de provoquer l'indignation des Français ! Et Hallifax ? En bon Anglais, il ne pense qu'aux intérêts de son pays. Il sait, lui, qu'il pourrait signer une paix de compromis avec Hitler sur le cadavre encore chaud de la France. De Gaulle ? Il ne l'intéresse que dans la mesure où il fait gagner du temps...
_________________
Notre vie est- un voyage
Dans l'hiver et dans la nuit,
Nous cherchons notre passage
Dans le Ciel où rien ne luit.

Chanson des Gardes Suisses. 1793


Revenir en haut
François Delpla


Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2007
Messages: 1 405
Localisation: France 95

MessagePosté le: Jeu 30 Juin - 21:07 (2016)    Sujet du message: Le 18 juin 1940 Répondre en citant

vous avez dû lire un peu vite :

-la version des journaux français du 19 leur a été donnée, avant l'émission, par la BBC, et non par quelque source helvétique que ce soit.

-Halifax ne cherche nullement à gagner du temps. Il s'oppose frontalement (quoique sournoisement) à Churchill sur la question même de la continuation de la guerre et ne veut pas entendre parler de De Gaulle, dont il sabote au maximum les initiatives.


Revenir en haut
François Delpla


Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2007
Messages: 1 405
Localisation: France 95

MessagePosté le: Jeu 30 Juin - 21:09 (2016)    Sujet du message: Le 18 juin 1940 Répondre en citant

quant au mot "capitulation", il a un sens juridique et un sens moral, à ne pas confondre. Dans le second, un armistice peut parfaitement être aussi une capitulation.

Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Dim 3 Juil - 09:17 (2016)    Sujet du message: Le 18 juin 1940 Répondre en citant

Non. Le terme capitulation est fort différent du terme armistice.
Une capitulation signifie une reddition sans condition de tout système de défense. Comme le dit le dictionnaire, c'est l'action de se rendre à l'ennemi sans condition !
Un armistice, c'est la suspension de l'état de guerre entre les belligérants. Suspension ! Ce qui signifie que les combats sont suspendus, soit dans la perspective de futures négociations de paix, soit dans la perspective d'une reprise des combats si ces négociations n'aboutissent pas.
D'ailleurs c'est dans ce sens que le gouvernement du maréchal Pétain dépose sa demande des conditions d'armistice aux Allemands, avant que les combats n'aient cessé ! D'ailleurs après le 8 novembre 1942, les Allemands jugeront que la France a rompu les conditions d'armistice pour envahir la zone "libre"... 
Rien de "Moral" là-dedans ! Et tous les militaires le savent. 
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
François Delpla


Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2007
Messages: 1 405
Localisation: France 95

MessagePosté le: Dim 3 Juil - 09:52 (2016)    Sujet du message: Le 18 juin 1940 Répondre en citant

mais enfin !

1) je suis sûr que quand une foi ne t'aveugle pas, tu es capable de distinguer le sens juridique et le sens élargi de concepts comme contravention, forfaiture, procès, condamnation, verdict, etc. etc.

2) Pétain précisément se rend sans condition, à un moment précis : le 17 juin à 12h 30, dans l'allocution radiophonique où, avant toute réponse de Hitler à sa demande nocturne des conditions allemandes d'armistice ET DE PAIX, il déclare à l'ensemble de ses compatriotes "qu'il faut cesser le combat". Si ce n'est pas une capitulation, qu'est-ce ?


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Dim 3 Juil - 12:00 (2016)    Sujet du message: Le 18 juin 1940 Répondre en citant

Les termes ce son discours ont été rectifiés le lendemain. Ensuite s'il déclare qu'il "faut cesser le combat", il précise qu'il s'est mis en relation avec l'ennemi "entre soldats" pour demander quelles seraient les conditions d'un armistice !
Quel est le texte de cette allocution ? Le voici:
"Français !
A l'appel de Mr le Président de la République, j'assume à partir d'aujourd'hui la direction du gouvernement de la France. Sûr de l'affection de notre admirable armée, qui lutte avec un héroïsme digne de ses longues traditions militaires contre un ennemi supérieur en hommes et en armes; sûr que, par sa magnifique résistance, elle a rempli ses devoirs vis à vis de nos alliés; sûr de l'appui des anciens combattants que j'ai eu la fierté de commander, je fais à la France le don de ma personne pour atténuer son malheur.
En ces heures douloureuses, je pense aux malheureux réfugiés qui, dans un dénuement extrême, sillonnent nos routes. Je leur exprime ma compassion et ma sollicitude. C'est le cœur serré que je vous dit aujourd'hui qu'il faut cesser le combat.
Je me suis adressé cette nuit à l'adversaire, pour lui demander s'il est prêt à rechercher avec nous entre soldats, après la lutte et dans l'honneur, les moyens de mettre un terme aux hostilités.
Que tous les Français se groupent autour du gouvernement que je préside pendant ces dures épreuves et fassent taire leur angoisse pour n'écouter que leur Foi dans le destin de la Patrie."

Qu'il faille cesser les combats, c'est une évidence. Il y a déjà plus d'un million de prisonniers et plus de 100.000 morts ! Il n'y a plus de ligne de résistance possible et continuer les combats, c'est multiplier le nombre des victimes, civiles et militaires.
Mais cesser les combats, pas à n'importe quel prix !
Il veut donc expliquer à ses compatriotes les démarches qu'il a entreprises pour faire cesser leurs malheurs. Il n'y a rien d'une capitulation là-dedans ! D'ailleurs ce qu'il reste des armées françaises continue à se battre, alors que dans une capitulation elles auraient reçu l'ordre de déposer les armes et de se rendre à l'ennemi.
Et si Pétain s'était "rendu dans condition", il aurait été démis de ses fonctions de Chef du gouvernement, aurait été fait prisonnier et remplacé par un gauleiter, Déat ou Doriot ou peut-être un Allemand...
Paul Baudouin fait rectifier dans la soirée même la fameuse phrase par "Il faut tenter de cesser le combat." Mais les Français qui ont entendu l'allocution applaudissent et clament leur satisfaction.
A 21 h 30 ce même jour, le ministre des affaires étrangères prononce une allocution à la radio. Il y précise notamment:
"Le gouvernement français a décidé de demander ses conditions à l'Allemagne. Il va sans dire qu'il n'acceptera aucune condition contraire à l'honneur et à la dignité. La France ne saurait consentir à des clauses qui signifieraient la fin de toute liberté spirituelle pour son peuple..."

Capitulation ? Evidemment, il n'y a que les gaullistes et Paul Reynaud pour le traduire ainsi !
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
François Delpla


Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2007
Messages: 1 405
Localisation: France 95

MessagePosté le: Dim 3 Juil - 15:16 (2016)    Sujet du message: Le 18 juin 1940 Répondre en citant

S'il a fallu falsifier (appelons les choses par leur nom) la phrase, c'est bien parce qu'elle signifiait, qu'elle comportait, une reddition avant tout dévoilement, par l'ennemi, de ses conditions.

D'autre part, où vas-tu chercher que dans ce cas Hitler mettrait Pétain en prison au profit d'un Doriot ou d'un Gauleiter ?
Tu vas bien vite en besogne. Ce sera une menace pour faire marcher droit Vichy, de même que celle de la "polonisation", mais nous n'en sommes pas là, pas d'anachronisme s'il te plaît !
Hitler a besoin que le combat cesse vraiment et que le moins de monde possible aille chez de Gaulle (dont il parle à Mussolini le lendemain, 18 juin, au matin, sans le nommer certes mais en exprimant sa crainte d'un "gouvernement français en exil"). Pour cela, il est indispensable que le gouvernement qui signe l'armistice AIT L'AIR FRANCAIS
et
AIT L'AIR DE SAUVER LES MEUBLES AU MAXIMUM.


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Dim 3 Juil - 16:49 (2016)    Sujet du message: Le 18 juin 1940 Répondre en citant

Mais non ! Quelle mauvaise foi ! La suite de la phrase erronée dans la première version est suivi d'une autre phrase qui démontre bien justement que la demande a été faite à l'ennemi de rechercher les moyens de mettre un terme aux hostilités !

"L'air de sauver les meubles au maximum" ! Non là franchement, François, ce n'est plus un historien qui parle ! Sauver les meubles ?  Mais alors quels meubles ! L'Afrique du Nord, les 3/5 du territoire métropolitain, la flotte française, les moyens en Afrique de reconstituer une armée de revanche ! Un gouvernement qui conserve l'administration du pays... Hitler n'a aucune raison de ménager Pétain. Il est tranquille à l'Est. L'Angleterre blessée à mort n'est pas prête à voler au secours de son allié qu'elle a d'ailleurs abandonné en pleine bataille. Quand aux USA, ils ne sont pas prêts eux non plus à s'engager...
Si Hitler "craint un gouvernement français en exil", c'est parce qu'il a des informations sur les hommes d'état européens qui ont été chercher refuge en Angleterre et qu'il a aussi des information sur les intentions de Reynaud et de Mandel. Le 18 juin "au matin", il ne sait rien encore de l'appel de De Gaulle... Mais il sait qu'un déplacement d'un gouvernement français vers l'AFN est envisagé. Je commence à douter vraiment de tes compétences en matière d'Histoire. Franchement !
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
François Delpla


Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2007
Messages: 1 405
Localisation: France 95

MessagePosté le: Dim 3 Juil - 17:13 (2016)    Sujet du message: Le 18 juin 1940 Répondre en citant

Quant à moi, je me garderai comme toujours de mettre ta personne en cause, mais je constate que sur ce sujet la passion t'aveugle... et te rend sourd à tout ce qui n'est pas la vulgate pétainiste.

Ordonner à la radio de cesser le combat, quand on est le vainqueur de Verdun et de 1918, est non pas une erreur corrigée dès la phrase suivante mais une faute politique et militaire majeure, qui s'explique très bien sans faire de Pétain un idiot ni un traître. C'est simplement un découragé, qui n'a plus qu'un espoir et mise tout dessus : gagner la confiance de Hitler, lui prouver un peu plus chaque jour que la France se repent de lui avoir déclaré la guerre et n'entend plus jamais lui nuire. En se rendant sans condition comme il le fait à 12h 30, il escompte que Hitler va faire connaître par retour de courrier diplomatique espagnol ses conditions. Mais le rusé se contente d'annoncer en fin d'après-midi qu'il a besoin de causer avec Musso, et de le convoquer à Munich pour le lendemain. Du coup Bordeaux fait un pas en arrière : "il faut tenter de cesser le combat" + allocution de Baudouin.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:46 (2016)    Sujet du message: Le 18 juin 1940

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> L'entre-deux guerres Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com