France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La bataille de la Rhur

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> L'entre-deux guerres
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
JULES


Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 262
Localisation: FRANCE

MessagePosté le: Sam 20 Oct - 19:33 (2007)    Sujet du message: La bataille de la Rhur Répondre en citant

           En fait,en août 1922,l'Allemagne n'était plus capable de payer la moindre rançon.
           Des experts internationaux,des banquiers,des spécialistes des finances et des
           professeurs,appelés par le gouvernement du Reich, ne voyaient nulle part d'issue.
           Ils déclarèrent l'Allemagne en faillite...

           L'heure était venue pour la France,sous le couvert du Traité de Versailles,de
           prendre possession de territoires allemands.
           A la fin de 1922,la Commission des Réparations constata que,dans le courant    
           de l'année,l'Allemagne n'avait pas livré suffisamment de bois et de poteaux
           télégraphiques.L'Allemagne offrit de payer en espèces la valeur des marchandises 
           qui n'avaient pas été livrées à la suite de difficultés administratives.
           
           A Paris,ni l'Angleterre,ni l'Italie ne voulaient s'associer au désir de la France
           de prendre des sanctions.Rien n'y fit.La France en tout cas voulait détenir
           encore plus de "gages productifs".Mais la véritable raison fut peut-être donnée
           par Jacques Bainville lorsque,très sincèrement,il écrivit dans La  Liberté:
               
                   " Et si bien même nous amenions vraiment la désorganisation
                     complète de l'Allemagne,en serait-ce plus mauvais? Et comme
                     nous avons plus à craindre une Allemagne organisée comme
                     celle de 1914 qu'une Allemagne désorganisée comme celle de
                     1923,nous pourrons toujours nous dire que l'effondrement et
                     l'impuissance de l'Allemagne,en nous préservant de l'invasion,
                     valent pour nous des milliards."

             Le 5 janvier 1923,le gouvernement français décidait l'occupation de la Ruhr.
             C'est le plus grand territoire allemand et européen de production charbonnière
             et métallirgique,avec une population extrèmement dense(environ 600hab./km2).
             Il comprend près de 3 800 km2 et son stock de charbon est de 60 milliards de
             tonnes.Le 10janvier,la France avisait le gouvernement allemand qu'elle comptait 
             envoyer dans la Ruhr une délégation d'ingénieurs pour contrôler les livraisons
             allemandes de charbon.Afin de protéger cette délégation de quelques douzaines
             d'ingénieurs, 5 divisions françaises et une division belge,sous les ordres du général
             Degoutte,pénétraient le 11 janvier dans la Ruhr:60 000hommes avec l'artillerie
             lourde,75 chars,de la cavalerie et des dizaines d'avions.
             Le gouvernement du Reich publia une proclamation dans laquelle,devant le monde
             entier,il accusait la France de violation du droit.

             LE MONDE RESTA MUET...

             Il est vrai qu'un exposé de juristes anglais éminents stigmatisait l'invasion de la
             Ruhr comme une violation du Traité de Versailles.
             Mais l'Angleterre s'abtint de publier cet exposé.Le général Allen,commandant
             en chef des forces américaines,écrit dans son journal de Rhénanie:

                   " La pensée que nous voyons ici une toile de fond pour la répétition
                     historisque de la guerre de Sept ans et de la guerre de Trente ans
                     était et reste prépondérante.Ce n'est pas une vaine façon de parler
                     que de dire qu'on vient d'allumer ici une poudrière dont les effets
                     se feront sentir jusqu'à la frontière russe et peut-être même
                     encore au-delà." 

             Quelques jours après l'entrée des Français,les troupes américaines d'occupation
             se retiraient de Coblence.

             Le 19 janvier 1923,du côté allemand,la résistance passive fut proclamée dans 
             la Ruhr.Les chemins de fer,la poste,les administrations,les usines cessèrent
             le travail,et les livraisons de charbon au compte des réparations s'arrètèrent.
             Les Français étaient furieux.
             Une colère sans bornes les saisit contre cette population récalcitrante et
             se manifesta par des cruautés et des excès sanglants.Lorsqu'un Allemand 
             qui rencontrait un officier français ne descendait pas respectueusement du trottoir,
             il était cravaché,ceux qu'on soupçonnait de faire de la résistance étaient 
             emprisonnés et soumis à des chatiments corporels.Les magasins furent pillés.
             On tira à la mitrailleuse sur les Allemands qui osaient chanter des chants
             patriotiques.On expulsa d'abord tous les cheminots.Plus tard,on expulsa des
             d'autres habitants.On vola l'argent des banques,ce qui produisit une somme
             d'environ 100 milliards de marks.Evidemment,cela ne représentait pas 
             grand-chose,le dollar valait 49 000 marks.Quand les Français avaient besoin
             de quelque chose,personne ne se proposait volontairement.Ils envahirent
             les usines Krupp,et comme les ouvriers s'étaient rassemblés dans la cour
             de l'usine,les Français firent tirer sur eux,conséquence:des morts et des
             blessés.Krupp et ses directeurs furent arrètés et mis en prison.

             Le 29 janvier,le général Degoutte proclama l'état de siège aggravé.
             Ainsi le territoire de la Ruhr se trouvait complètement coupé du reste
             de l'Allemagne.
             Les Français essayèrent de s'en tirer avec leurs ouvriers et fonctionnaires.
             La conséquence fut le chaos complet dans l'administration et les entreprises. 
             Plus leur impuissance était grande,plus l'arbitraire se faisait brutal.
             A Dortmund,dans une querelle avec des Allemands,deux Français furent
             tués.Les soldats français parcoururent alors la ville en donnant libre cours
             à leur rage,un seul officier français abattit à coup de révolver six Allemands
             l'un après l'autre.Les Français expulsèrent la police locale et empèchèrent
             la formation de troupes de sureté.Un vaste organisme pour le recouvrement  
             des gages,la " Mission interalliée de Contrôle des Usines et des Mines"
             (Micum),s'arroga un droit illimité de réquisition.Et les conseils de guerre
             siègeaient sans arrèt.En sept mois,dans les territoires occupés, on avait
             infligé pour plus de 1 652 milliards de marks d'amendes.

...A suivre.   
                
                 
                               


Dernière édition par JULES le Sam 20 Oct - 23:13 (2007); édité 10 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 20 Oct - 19:33 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
JULES


Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 262
Localisation: FRANCE

MessagePosté le: Sam 20 Oct - 21:20 (2007)    Sujet du message: La bataille de la Rhur Répondre en citant

....Suite: Le peuple,désarmé,contrôlé,espionné,entouré de dénonciateurs,de traitres
              et de soldats en arme,se tenait tranquille.Mais une fermantation latente se
              produisait,et la volonté passionnée de la liberté,d'abord contenue et étouffée, 
              ne tarda pas à jaillir,tandis que dans les ministères berlinois se succédaient
              les soirées brillantes et les réceptions diplomatiques.

              L'adversaire le plus dangereux fut Albert Léo Schlageter, un jeune combattant 
              qui,dans sa lutte pour la liberté de l'Allemagne,ne trouva jamais aucune tâche
              trop difficile,aucune entreprise trop risquée.Sous le pression des Français,un
              maire allemand lança contre Schlageter un mandat d'arrèt.La trahison le livra  
              aux mains des Français.Le 26 mai 1923,Schlageter fut fusillé par les Français
              sur la lande de Golzheimer,près de Dusseldorf.
              Un sergent brisa brutalement de sa crosse les genoux du condamné,debout
              devant le poteau d'exécution....

              Mais personne,dans les conférences et les négociations qui se tenaient à Berlin 
              et dans les Etats de l'Entente,ne s'occupait de ces tragédies qui ensanglantaient 
              les territoires occupés.En fait,conférences et négociations n'amenaient aucun
              résultat positif.
              Ce ne fut qu'au début août que l'Angleterre se décida à déclarer que ses juristes 
              avaient eu raison dans leur exposé,que l'occupation de la Ruhr constituait
              une violation du Traité de Versailles.
              Mais aucune conférence ne pouvait maintenant arrèter le torrent de l'inflation.
              De semaine en semaine,la valeur du mark papier tombait.
              A la mi-juin,on devait donner 100 000 marks pour un dollar,à la fin juillet,
              plus d'un million,un mois plus tard,plus de deux millions,au milieu de septembre 
              132 millions...
              Le gouvernement devait confier l'impression des marks papier à des imprimeries
              privées,parce qu'à lui seul il n'en venait pas à boutDans diverses provinces,dans
              quantité de villes,on imprima des marks papier de secours sous toutes les formes. 
              Le caractère fictif de la valeur de l'argent apparaissait sous le jour le plus cru.
              Quand les ménagères allaient faire leurs achats sur les marchés elles emportaient
              pour leurs provisions une sacoche ou un petit panier,mais pour transporter l'argent
              nécessaire,il fallait un sac beaucoup plus grand.
              A côté de leurs étalages,les vendeuses avaient de grandes corbeilles dans lesquelles  
              elles jetaient l'argent.
              Quand,à la fin du marché,on nttoyait la place,on voyait s'envoler ou trainer dans la
              boue des billets de 100 000 marks et plus dont personne ne se souciait.

              En septembre,le Gouvernement en était à un tel point qu'il ne voyait plus d'issue.
              Le 26 septembre 1923,il suspendit la résistance passive.La valeur du mark papier
              tomba avec une rapidité encore plus grande.
              Le 15 octobre,alors que pour un dollar on devait verser 5 milliards 500 millions 
              de marks papier,fut fondée la Rentenbank allemande,afin de se rendre maitre
              de l'inflation à l'aide d'un nouveau moyen de paiement.
              Plus d'un mois s'écoula avant qu'on pût ramener au port le bateau qui sombrait.
              Cependant,la valeur du mark papier tombait de jour en jour,d'heure en heure.
              Le mot "argent" n'avait plus de sens,seule la "marchandise",n'importe quelle
              marchandise,valait encore quelque chose.Celui qui avait en mains pour des
              milliards de papier se hatait de les dépenser.La possession des choses les plus
              insignifiantes apparaissait préférable à celle de l'argent.
              Les étrangers, qui venaient de tous les coins du monde,grace àleurs devises,
              achetaient à des prix pour eux ridicules,des chargements entiers des objets
              les plus précieux.
              En même temps, la spéculation boursière sur les titres s'étendait dans
              toutes les couches de la population des villes.
              Celui qui ne passédait rien cherchait au moins, par l'intermédiaire d'agents véreux   
              et d'hommes d'affaires, à gagner quelque chose à la Bourse.
              Hommes et femmes,jeunes et vieux,riches et pauvres,tous étaient entrainés dans
              le tourbillon de l'appât du gain.  

              Enfin, le 20 novembre 1923,alors qu'on payait pour un dollar 4,2 milliards de marks 
              papier,et que le nouveau rentenmark venait d'ètre mis en circulation,on réussit
              à arrèter l'inflation d'un seul coup!
              Les 4,2 milliards de marks papier,c'est-à-dire le dollar,ne valurent plus
              que 4,2 Rentenmarks....
              Ce fut comme si on arrètait brusquement une toupie folle.L'inflation avait été une
              sorte d'ivresse malsaine.Maintenant,avec la solidité de la monnaie,arrivait le
              dégrisement.
              Mais en mème temps un appauvrissement sans exemple du peuple allemand.
              Les fortunes privées se composant d'anciens Reichsmarks,ou de valeurs
              émises en Reichsmarks, n'existaient plus,car le Reichsmark lui-mème
              n'existait plus,il avait été noyé dans les marks papier.!
              Non seulement la classe moyenne économe,mais aussi les gens aisés et riches,
              qui n'avaient pas saisi le danger de l'inflation,et n'avaient par conséquent pris
              aucune mesure pour sauver leur argent ou leurs valeurs,se trouvaient sans
              exception réduits à la mendicité. 
              On vit le bouffon se mèler au tragique: un paysan,un avare qui avait laborieusement  
              entassé les marks papier après l'inflation,s'était rendu à la banque avec une énorme
              malle pleine d'innombrables milliards, afin de grossir encore sa fortune.In ne pouvait
              ni croire ni comprendre pourquoi le contenu de son coffre nevalait mème plus un
              pfennig.
              Les étrangers qui avaient acquis pour un morceau de pain des immeubles de 5 étages
              n'étaient plus en mesure de payer leurs énormes impots avec le montant fondu des
              loyers.Ils prirent leur parti d'une perte en vérité sans importance, et ne s'occupèrent
              plus de leurs maisons...

              C'est ainsi qu'il y eut à Berlin une quantité de maisons sans propriétaires qui
              durent ètre administrées par les locataires pour ne pas tomber en ruine.
              A partir du moment où le gouvernement du Reich ne fut plus en mesure de
              financer la résistance passive de la Ruhr avec des marks papier,la population
              de ces territoires fut en proie à la plus grande détresse.
              
               On comprit alors soudain que l'Allemagne "non occupée" avait 
               entretenu les "territoires occupés" grace à ses ressources fiscales.  
              
               Maintenant,ces territoires n'avaient ni travail,ni nourriture.
               La plupart des familles vivaient des semaines et des mois d'un peu de pain,
               de pommes de terre et de margarine.
               La farine fit son entrée au milieu du peuple ruiné aussi bien dans les territoires
               occupés que dans les territoires non occupés.
               
               Le nombre des suicides s'accrut d'une manière effrayante et  
               l'amertume sociale prit des formes désespérées et inquiétantes.  * 
  

 *( Voy. : Johannes Ohquist:Le National-socialisme,des origines à la guerre, pp.36-42( éd.Avallon-Paris,1989)       
                  

            


Revenir en haut
REX


Hors ligne

Inscrit le: 01 Déc 2007
Messages: 17
Localisation: Vienne

MessagePosté le: Mer 2 Jan - 14:46 (2008)    Sujet du message: La bataille de la Rhur Répondre en citant

5 ans après la fin de la guerre,
l'occupation Franco-Belge de la Rhur commence .

Episode très mal connu .

Quelques questions :

a) qui payait l'occupation ?
Y a-t-il eu un nouvel acte d'imposition sur les allemands ?

b) les troupes franco-belges étaient "coordonnées" ou elles agissaient simplement de concert mais en parfaite autonomie l'une de l'autre ?

c) Y a t'il eu 1 ou 2 secteurs distincts d'occupation ?

d) Y a t'il eu dans les 2 secteurs une barrière douanière ou seulement dans le secteur français ( je sais qu'il y a eu une barrière douanière,mais comme on ne définit jamais si c'est le secteur français,ou franco-belge ...) ?

e) l'affaire des poteaux de télégraphe était un prétexte pour justifier l'occupation,
ou faut-il y voir une idée sous jacente (soit de l'armée,soit des milieux politiques,soit des milieux financier,parce q'il me semble difficile de croire que l'Allemagne pouvait réelement payer ...) ?

f) Sans l'occupation et les grèves qui ont suivis,est ce que le Mark se serait effondré aussi vite et aussi fort (en d'autres termes sans l'occupation,est ce que le Mark aurait pu s'en sortir ?


Revenir en haut
Néness


Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2007
Messages: 43
Localisation: Clermont-Ferrand

MessagePosté le: Mer 2 Jan - 14:55 (2008)    Sujet du message: La bataille de la Rhur Répondre en citant

Le mark s'est effondré car le gouvernement allemand l'a voulu !  Sa stratégie était simple : il suffisait de montrer qu'il était dans l'incapacité de payer les réparations de guerre (raison de l'intervention franco-belge) pour que la France perde la face. C'est une des conséquences de la "résistance passive" de Cuno.

Laughing


Dernière édition par Néness le Mer 2 Jan - 15:59 (2008); édité 1 fois
Revenir en haut
H.U RUDEL


Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2007
Messages: 72
Localisation: Strasbourg

MessagePosté le: Mer 2 Jan - 15:00 (2008)    Sujet du message: La bataille de la Rhur Répondre en citant

Cuno démissionne en aout, et l'inflation atteint son maximum en décembre. Et l'occupation de la Ruhr me parait être suffisante pour déstabiliser une monnaie.

Que Cuno ait rien fait pour arranger les choses, c'est sûr, mais de là à la provoquer, je n'en suis pas sûr.

Et je ne vois pas le rapport entre la dévaluation de la monnaie papier, alors que les remboursements doivent être faits en or, ou en nature.
Voici une courbe de l'inflation allemande de 1923. Cuno est au pouvoir de novembre 22 à août 23. L'occupation de la Ruhr est de janvier 23.




Revenir en haut
Crin noir


Hors ligne

Inscrit le: 01 Déc 2007
Messages: 33
Localisation: Camargue

MessagePosté le: Mer 2 Jan - 22:05 (2008)    Sujet du message: La bataille de la Rhur Répondre en citant

Pour faire le point sur cette question, je vous propose de nous plonger dans les ouvrages d' A.Wahl et d'E. Kolb.
Pour eux : "Cuno se servit de la perspective de banqueroute pour démontrer qu'il ne pouvait à la fois résoudre le problème de la dette intérieure et assumer les réparations".
Alors, bien entendu, il n'est pas responsable de l'inflation, puisque celle-ci existe depuis 1914 en Allemagne et qu'elle a même été favorisée en 1918, car elle a permis jusqu'à la fin de l'année 1921 le plein emploi, ainsi qu'une hausse des salaires et ce n'est qu'à la fin de l'année 1922 qu'elle ne pose réellement problème au gouvernement de la jeune République.

Quoiqu'il en soit, si Cuno, qui échoua sur tous les points (hyperinflation et négociations probantes avec la Repko) dû céder la place à Stresemann, qui lui, arriva à persuader la Repko que l'Allemagne ne pouvait payer les réparations dans de telles conditions. Deux comités furent alors nommés pour réxaminer son paiement, en octobre 1923, dont l'un sous la présidence de Dawes ; on connaît la suite...

Même si ce point ne fait pas l'unanimité chez les historiens et les économistes, force est de constater qu'à la fin de l'année 1923, les Allemands avaient gagné dans leur "résistance passive" : les Français évacuaient la Ruhr, sous les insultes internationales et les Allemands avaient réussi à minorer les réparations et à les repousser dans le temps.


Revenir en haut
Maréchal


Hors ligne

Inscrit le: 19 Déc 2007
Messages: 1 138
Localisation: Gard

MessagePosté le: Jeu 3 Jan - 09:33 (2008)    Sujet du message: La bataille de la Rhur Répondre en citant

Il ne faut pas tout mettre sur le compte de l'économie. l'Allemagne était également en proie à de graves problèmes politiques dus aux tentatives des communistes pour s'emparer du pouvoir, et ce depuis 1918 !
_________________
Notre vie est- un voyage
Dans l'hiver et dans la nuit,
Nous cherchons notre passage
Dans le Ciel où rien ne luit.

Chanson des Gardes Suisses. 1793


Revenir en haut
Lulu


Hors ligne

Inscrit le: 29 Déc 2007
Messages: 40
Localisation: Rouen

MessagePosté le: Lun 14 Jan - 00:16 (2008)    Sujet du message: La bataille de la Rhur Répondre en citant

Je connaissais pas cette page de l'histoire Idea
_________________
--------------------------------------------------------------------------------


Revenir en haut
Maréchal


Hors ligne

Inscrit le: 19 Déc 2007
Messages: 1 138
Localisation: Gard

MessagePosté le: Lun 14 Jan - 10:57 (2008)    Sujet du message: La bataille de la Rhur Répondre en citant

Tu vas pas me dire que tu n'étais pas courant des soviets mis en place dans les grandes villes d'Allemagne par les spartakistes, Rosa Luxembourg et Karl Liebknecht, ça ne te dit rien ?
_________________
Notre vie est- un voyage
Dans l'hiver et dans la nuit,
Nous cherchons notre passage
Dans le Ciel où rien ne luit.

Chanson des Gardes Suisses. 1793


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:49 (2016)    Sujet du message: La bataille de la Rhur

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> L'entre-deux guerres Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com