France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

L'effondrement

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> L'entre-deux guerres
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
JULES


Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 262
Localisation: FRANCE

MessagePosté le: Sam 20 Oct - 21:47 (2007)    Sujet du message: L'effondrement Répondre en citant

                 Juillet et août 1918 sont de sombres mois pour l'armée allemande en France.
                 Dans centaines de chars ennemis dissimulés derrière un brouillard artificiel
                 percent le front allemand.
                 Grâce à un mouvement de retraite rapide et adroit,on réussit cependant à
                 créer sans cesse une nouvelle ligne de défense.
                 Mais alors se produit un fait innatendu: les troupes qu'on engage dans la
                 contre-attaque sont accueillies par les autres aux cris de "Briseurs de grève,
                 prolongeurs de guerre!"
                 Cependant, on continue à se battre.Non pas pour prolonger la guerre, mais pour
                 obtenir de l'adversaire une paix acceptable. 

                 Hindenburg a la conviction que cela est possible si l'armée allemande reste sur
                 le sol de France.  

                 Cependant l'armée allemande recule au-delà de la puissante ligne fortifiée d'où,
                 en mai et juin 1918, elle avait commencé la grande offensive qui, d'un élan
                 irrésistible, l'avait encore une fois conduite presque jusqu'à la Marne.
                 Mais cette fois, les Américains sont arrivés.
                 Fin juin, il y en avait déjà un million en France.En juillet,un nouveau contingent
                 de 300 000 arrivait.
                 En septembre, les forces adverses livrent un furieux assaut aux positions 
                 allemandes.

                 Cependant,le front tient toujours.

                Le 8 juin 1918, le Président des Etats-Unis avait établi dans un message au
                Congrès un programme de paix en 14 points. *

                Le 29 septembre, le commandement suprème de l'armée allemande exigeait
                qu'une demande d'armistice et une offre de paix fussent adressées à Wilson
                sur la base de ces 14 points. 
                Mais à Berlin, on s'occupe de tout autres questions.
                Au Reichstag, les partis se querellent.Le programme de politique intérieure leur
                parait beaucoup plus important que tout ce qui se passe au front.

                Le 2 octobre, le commandement militaire suprème télégraphie qu'il s'en faut
                de 24 heures que l'ennemi ne découvre la faiblesse des positions allemandes, 
                et il demande aux partis de rendre possible une paix acceptable pour l'Allemagne
                grace à une attitude unanime et résolue.
                Par la trahison, l'ennemi a connaissance de cette communication,mais non dans
                sa forme originale.Enfin, le jour suivant, on arrive à former un nouveau
                gouvernement avec la participation des sociaux-démocrates,du Parti progressiste
                et du Centre.
                Il offre dans une note la paix à Wilson et engage des négociations en vue d'un
                armistice immédiat.
                Mais c'est trop tard.Les Alliés connaissent la situation de l'Allemagne et font une
                nouvelle offensive.

                L'armée allemande se retire en bon ordre sur la position Hermann-Hunding-Brunhid.
              
                Les assauts de l'ennemi faiblssent.En grinçant les dents,il constate que l'armée
                allemande n'est pas encore vaincue.

               Mais en Allemagne, la révolution s'étend.
               A la conférence du Parti spartakiste, à Gotha,le 7 octobre,on a décidé de
               former partout des comités d'ouvriers et de soldats.
               Les communistes soutiennent la révolution avec de l'argent et des tracts.  
               Les sociaux-démocrates obtiennent la libération de Karl Liebnacht et,le
               20 octobre, le journal social-démocrate Vorwarts écrit:

                  "L'Allemagne et c'est notre ferme volonté, doit replier à jamais son drapeau
                  de guerre sans avoir pu le ramener victorieux pour la dernière fois."

               Wilson et la social-démocratie allemande exigent l'abdication de l'empereur
               et la suppression de la monarchie.
               Cependant, les alliés de l'Allemagne l'abandonnent et concluent avec l'Entente
               des paix sépérées.

               Fin octobre, commence une offensive générale de l'ennemi contreles positions
               allemandes. 
               L'armée allemande se retire en bon ordre sur la ligne Anvers-Meuse.
               En Allemagne,la révolution bat son plein.Son premier acte vis-à-vis de sa propre
               armée est de supprimer les enois au front de munitions et de vivres.
               Au début de novembre tous les navires de guerre arborent le drapeau rouge.

               En Bavière, le j..Kurt Eisner proclame la République.

               Le 5 novembre, les Alliés annoncent qu'ils recevront une délégation pour lui
               faire part des conditions d'armistice.

               Le 9 novembre,Fritz Ebert, président du Parti social-démocrate, prend le pouvoir.

               Quelques jours auparavant, il a envoyé Erzberger dans la forèt de Compiègne
               pour y recevoir les conditions de l'armistice. 
      
              Le mème jour, de bon matin, l'empereur Guillaume quitte le grand quartier 
              général et se rend en Hollande.
              Un jour plus tard, c'est l'abdication de l'empereur Charles.

              Quelques semaines après,l'empereur Guillaume suit son exemple.

               Il n'est pas question de discuter les conditions d'armistice,elles sont
               à accepter telles quelles.... 
                  
                Elles impliquent: l'évacuation par les troupes allemandes du nord de la France,
                de la Belgique et de l'Alsace-Lorraine dans les 15 jours et celle des provinces
                rhénanes dans un autre délai de 16 jours.
                Les Alliés occupent la rive gauche du Rhin et, dans un rayon de 30 kilomètres,
                les tètes de pont à Cologne,Coblentz et Mayence.
                Une zone s'étendant sur 10 kilomètres de large à l'est du Rhin doit ètre évacuée 
                par les troupes allemandes.
                Dans l'Est,toutes les troupes allemandes doivent se replier derrière la frontière
                de 1914.
                Il doit ètre livré 5 000canons,25 000 mitrailleuses, 3 000 lance-mines,1 700 avions,
                5 000 locomotives, 150 000 wagons, 5 000 camions.

                Tous les sous-marins doivent ètre livrés, 6 cuirassés,10 bateaux de ligne,
                8 petits croiseurs, 50 contre-torpilleurs du type le plus moderne doivent ètre
                internés dans les ports alliés. 

               Les prisonniers allemands restent en captivité jusqu'à la conclusion des
               négociations de paix.

               Le blocus de l'Allemagne continue...  

               Erzberger signe.

               Lorsque,sous la conduite prudente d'Hindenburg,l'armée allemande rentre dans
               sa patrie, les circonstances sont telles qu'elles défient toute description.
              
               Le pays est privé de vivres.La population,notamment la jeunesse,épuisée par
               la famine,est empoisonnée par une propagande de mensonges.

               La populace arrache aux soldats leur cocarde noir-blanc-rouge et aux officiers   
               leurs épaulettes.
               La social-démocratie indépendante et la Ligue spartakiste s'emparent des
               masses,sous la conduite des j...Liebknecht,Rosa Luxembourg et Radek,    
               propagent l'idée d'une dictature du prolétariat et d'un régime communiste.       
                  
               Seuls quelques éléments isolés de l'armée du front font encore bloc.

               Le gouvernement qui, quelques jours auparavant,les avaient trahis,doit
               maintenant demander leur aide contre la révolution totale.

               L'ALLEMAGNE EST AUX PORTES DE LA GUERRE CIVILE.  * *

 *Note de l'auteur: "Des 14 points de Wilson,nous ne pouvons donner ici que les 5 points qui à
 ce jour( 5 aout 1940) n'ont pas encore été réalisés:
 a) publication des traités,
 b) liberté des mers,
 c) égalité des relations commerciales,
 d)désarmement général,
 d) règlement impartial de la question coloniale.

**(Voy..Johannes Ohquist, Le National-socialisme,des origines à la guerre,pp.11-14)
 ( éd.Avallon-Paris,1989) 



              
              


  
                  


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 20 Oct - 21:47 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> L'entre-deux guerres Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com