France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Kolwezi, opération du courage !
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> Guerres d'Afrique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Lun 14 Mai - 14:38 (2012)    Sujet du message: Kolwezi, opération du courage ! Répondre en citant

C'est trés bon mais microscopique... Taille timbre poste...
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 14 Mai - 14:38 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Vert33


Hors ligne

Inscrit le: 21 Avr 2012
Messages: 24
Localisation: France

MessagePosté le: Mar 15 Mai - 05:34 (2012)    Sujet du message: Kolwezi, opération du courage ! Répondre en citant

Oui, hélas...
Je ne sais pas comment faire autrement.
Essaye le lien direct?
_________________
MORE MAJORUM!


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Mar 15 Mai - 08:38 (2012)    Sujet du message: Kolwezi, opération du courage ! Répondre en citant

Le lien direct... Il faut être inscrit !
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Avricourt


Hors ligne

Inscrit le: 11 Aoû 2010
Messages: 261
Localisation: Var

MessagePosté le: Mar 15 Mai - 10:22 (2012)    Sujet du message: Kolwezi, opération du courage ! Répondre en citant

Même chose, taille timbre poste. Dommage la musique est trés belle. Et le lien direct abouti à une page où on demande des coordonnées d'inscription...
_________________
Res, non verba.


Revenir en haut
Vert33


Hors ligne

Inscrit le: 21 Avr 2012
Messages: 24
Localisation: France

MessagePosté le: Mer 16 Mai - 05:48 (2012)    Sujet du message: Kolwezi, opération du courage ! Répondre en citant

Oui, j'ai copié le lien direct comme la procedure l'exige.
Je pense que le problème vient du fait que la vidéo est classée "adultes" (+ 18 ans).
Je vais essayer sur un autre serveur.
_________________
MORE MAJORUM!


Revenir en haut
Vert33


Hors ligne

Inscrit le: 21 Avr 2012
Messages: 24
Localisation: France

MessagePosté le: Mer 16 Mai - 09:54 (2012)    Sujet du message: Kolwezi, opération du courage ! Répondre en citant

34 ans déja!
L’Opération BONITE ou Opération LEOPARD, s'est déroulée en mai 1978 au Congo Kinshasa, dans la province minière du Shaba (Katanga) dans le but de sauver des otages européens et zaïrois qui se trouvaient aux mains de formations rebelles fortement armées.
Les exactions et les meurtres avaient déjà commencé. L'opération aéroportée, décidée par le président de la république Valéry Giscard d'Estaing, menée par quelques centaines d'hommes du 2e REP régiment étranger parachutiste, aux ordres du colonel Erulin, fut un incontestable succès, qui permit de mettre un terme aux atrocités qui avaient commencé : près de 1.000 civils avaient déjà été tués.
700 paras de la Légion, embarqués à bord d'avions Transall et Hercules 4 C 130 américains, sont largués en deux vagues sous le feu à 250 mètres d'altitude dans le secteur de Kolwezi. En quelques dizaines d'heures, les bérets verts détruisent ou repoussent des forces rebelles dont les effectifs sont estimés à près de 4.000 hommes venus d'Angola à travers la Zambie. Les légionnaires parachutistes libèrent les otages et se rendent maîtres de la ville de Kolwezi puis de celle de Métal Shaba et de toute la région.
Le bilan est éloquent : deux automitrailleuses détruites, 4 canons, 21 lance-roquettes, 15 mortiers, 38 fusils mitrailleurs et environ un millier d'armes individuelles récupérés. 250 rebelles ont été tués. Des milliers d'autres sont en fuite dans la brousse et retournent en Angola.
La Légion a perdu 5 des siens tués au combat et déplore une quinzaine de blessés.
Cette opération à très haut risque, bien conçue et préparée, décidée au moment opportun, parfaitement exécutée par une troupe très aguerrie, sera un nouveau titre de gloire pour la Légion étrangère et les troupes aéroportées.
MORE MAJORUM !
VIDEO ICI:

http://www.dailymotion.com/video/xqv4c8_kolwezi-1978-oap-bonite-2-rep_lifes…
_________________
MORE MAJORUM!


Revenir en haut
Birhakeim


Hors ligne

Inscrit le: 25 Mar 2009
Messages: 184
Localisation: Salon de Provence

MessagePosté le: Mer 16 Mai - 10:38 (2012)    Sujet du message: Kolwezi, opération du courage ! Répondre en citant

Superbe ! Qui en parle encore en France ?
_________________
"A la fin, l'Histoire fait taire les faux témoins."
Jacques Chardonne.


Revenir en haut
Vert33


Hors ligne

Inscrit le: 21 Avr 2012
Messages: 24
Localisation: France

MessagePosté le: Sam 19 Mai - 15:55 (2012)    Sujet du message: Kolwezi, opération du courage ! Répondre en citant

Ma section, vert 33 - Lt. Puga, fut particulièrement touché lors de ces évènements. Trois des cinq Légionnaires tués étaient de ma section (Cpl Arnold, Cpl Harte et Leg. Clement). Le Cpl. Arnold fut le premier (la 19.Mai). La dernière fois je l'ai vu c'était dans l'avion. En tant que tireur LRAC il était premier à la porte (gauche) et devait sauter juste après le largage de la gaine contenant son arme. En regardant la vidéo ci-dessus (La part de la Légion) vous comprendrais aisément les différents problèmes rencontrés lors du largage (...). J'étais à la porte droite, en tant que tireur FRF1, pas trop loin. Pouvais à peine marcher avec cette putain de gaine à la jambe...
Bref, Arnold m'a dit, ou plutôt crié, avant de sauter "A plus Horst - AIRBORNE" (il était Irlandais) et il a levé son pouce . Ce furent les derniers paroles qu'il m'adressa... RIP


Voici le récit de l’agonie de mon camarade le Cpl. HARTE (23 ans), mortellement touché le 23. Mai 1978 aux abords du village Luilu.
Il avait pris une balle de 7,62 (G3 Allemande), tiré du contrebas, dans la haut de l'aine. Cette balle lui a perforé la rate.
Depuis son évacuation nous n’avions plus de nouvelles jusqu’à l’annonce de son décès quelques jours plus tard.
J’ai découvert les sordides détails de son agonie dans cet article…
Il est mort en brave pour une noble cause.
Paix à son âme !


Extrait de presse :
Dans le vacarme du C. 160 Transall français qui vibrait de toutes les tôles et les nervures de sa carlingue, I'homme s'agitait de plus en plus. Son bras droit était immobilisé le long de son corps pour les besoins de la perfusion, mais de sa main gauche, le pouce dirigé vers sa bouche ouverte et ses lèvres sèches, il suppliait qu'on lui donne à boire...
Pas un son. Pas une plainte. L'immense fatigue qui précède la mort et qui rend les paupières si lourdes, ou peut-être le vrombissement assourdissant des moteurs qui couvrait les échos de la terrible, de l'interminable agonie... Perforation de l'estomac, sale blessure. Aux cotés du légionnaire sanglé Sur sa civière, la petite infirmière au chignon qui commençait à se défaire s'efforçait de garder sou calme. Livide, quand même. Comme les deux ou trois autres militaires et les civils alignés contre la paroi bombée du fuselage, les yeux fixes droit devant eux pour échapper au terrible privilège d'avoir été les témoins de la mort d'un soldat. Et pendant ce temps, inlassablement, la main au pouce tendu réclamait la gorgée d'eau aussi mortelle que la balle logée dans ce grand corps brisé...
Le quatrième légionnaire français n'est pas mort en vol, mais quelques heures plus tard, dans un lit de la clinique N'galiema, à Kinshasa, ou l'on dirige depuis plus de quinze jours maintenant les victimes de Kolwezi.
Source :
Spécial 31/5/1978 – No. 687
Par Paul Emmanuel.


Mon camarade Clement fut tué au même endroit d'une rafale dans le buste. A peine une heure auparavant. RIP


Excellente vidéo intitulée "Kolwezi - La part de la Légion"
Avec beaucoup d'images de l'OAP Bonite, témoignages d'anciens Légionnaires et d'anciens habitants de Kolwezi.
Vidéo réalisé par l'ECPAD à l'occasion du 30ème anniversaire des évènements de Kolwezi.

Voir ici:

http://youtu.be/mLVcmJbG1rM
_________________
MORE MAJORUM!


Revenir en haut
Briard
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 3 331

MessagePosté le: Sam 19 Mai - 22:40 (2012)    Sujet du message: Kolwezi, opération du courage ! Répondre en citant

Il y a 34 ans Kolwezi !!! Une pensée pour les copains qui sont tombés là bas pour que d'autres puissent vivre.
_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter.
F Fenelon


Revenir en haut
Vert33


Hors ligne

Inscrit le: 21 Avr 2012
Messages: 24
Localisation: France

MessagePosté le: Dim 20 Mai - 08:18 (2012)    Sujet du message: Kolwezi, opération du courage ! Répondre en citant

Bonjour camarade Briard,
j'adhère totalement à tes écrits ci-dessus.
Si j'ai bien compris, tu es également un ancien de Kolwezi (à la 2° Cie je crois?).
Pourras-tu me dire ton nom de Légionnaire, on s'est forcement connus!
Merci d'avance et bonne journée.
_________________
MORE MAJORUM!


Revenir en haut
Briard
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 3 331

MessagePosté le: Dim 20 Mai - 23:15 (2012)    Sujet du message: Kolwezi, opération du courage ! Répondre en citant

Article du Général Bruno DARY (source:Le FIGARO Mai 2008):

"Bruno Dary, gouverneur militaire de Paris, participait à l'opération comme chef de section de combat il y a juste trente ans. Il revient sur cet événement qui, dès 1978, eut pour conséquence d'enclencher une réflexion sur l'armée professionnelle.

Ceux qui écrivent l'histoire, étudient les batailles d'autrefois et analysent les combats d'hier ont un travail aisé dès lors qu'il s'agit d'en tirer des enseignements pour ceux de demain ; en recherchant les causes et les préliminaires d'un conflit, ils ont en effet la possibilité de connaître aussi les conséquences des décisions prises au moment des faits dans l'incertitude de l'action et le «brouillard de la guerre». Il en est ainsi de l'opération conduite voici trente ans par les légionnaires parachutistes sur Kolwezi. Aujourd'hui, 19 mai 2008, trentième anniversaire de cette opération, alors que le président Valéry Giscard d'Estaing va personnellement à Calvi en Corse pour rendre hommage au 2e régiment étranger de parachutistes et à ses légionnaires, il semble pertinent de se souvenir du triple pari que constitua à l'époque cette opération et qui explique sans doute son retentissement international, car le succès n'était pas garanti d'avance.

Kolwezi fut d'abord un fabuleux pari politique. Il faut se rappeler le contexte de 1978, celui de la guerre froide, où les États-Unis, sous la présidence de Jimmy Carter, sont en phase de repli sur eux, entre l'affaire du Watergate de 1974 et à la veille d'une autre affaire, celle des otages de l'ambassade de Téhéran en 1979 ; cette situation laisse le champ libre aux Soviétiques, qui, par puissance interposée en l'occurrence Cuba , vont déstabiliser l'Afrique par une stratégique indirecte, concrétisant ce qu'avait écrit Lénine quelques années auparavant : «Le chemin de l'Europe passe par l'Afrique !» Ainsi, l'Angola, l'une des premières cibles, peut-il servir de base de départ pour l'invasion du Shaba : une première fois en 1977, où la France était intervenue en fournissant des moyens logistiques au profit de l'armée zaïroise, qui repoussa l'offensive des Tigres, nom dont s'étaient affublés les rebelles du Front national de libération du Congo ; lors de la seconde invasion, en mai 1978, juste à la fin de la saison des pluies, ce qui rend les pistes carrossables et permet une attaque surprise de la ville. La France est donc bien seule sur l'échiquier mondial et africain. Elle l'est d'autant plus, qu'il n'y a encore jamais eu de telles interventions, mises à part quelques opérations limitées au Tchad et en Mauritanie. De surcroît, le Zaïre est un pays immense, qui représente plus de cinq fois la France ; aussi, mettre un pied dans la province du Shaba revient à mettre un pied dans un pays gigantesque, ce qui, même en cas de succès initial, risque d'impliquer la France dans une opération sans fin avec tous les problèmes d'enlisement afférents, comme le montrent d'ailleurs aujourd'hui les opérations qui y sont menées depuis plusieurs années.

Or la France va gagner ce premier pari, par une opération audacieuse, courte, intense et bien ciblée, qui permettra d'abord le sauvetage de plusieurs milliers de vies humaines et qui suscitera, en outre, une pleine adhésion de la communauté internationale.

Le saut sur Kolwezi a été et restera également un pari stratégique majeur. L'histoire des opérations aéroportées nous révèle que, si elles ont enregistré des succès éclatants, elles ont été aussi le tombeau de beaucoup de parachutistes : les paras allemands vainqueurs en 1940 au fort d'Eben-Emael et sur le canal Albert, se feront étriller quelque temps plus tard en Crête ; les parachutistes anglo-saxons libérateurs de la Normandie dans la nuit du 5 au 6 juin paieront un lourd tribut à Arnhem. Pour Kolwezi, les délais sont très contraints, car les interceptions radio font état de pillages et d'exécutions sommaires d'Européens et d'autochtones, ce qui impose une intervention, conduite dans l'urgence, sans planification et avec un largage au plus près de l'objectif. En outre, les moyens français sont limités : la projection depuis la France a été assurée par des avions civils réquisitionnés et parmi les six avions tactiques du largage, deux seulement sont français. Il n'est pas utile de revenir sur l'épiphénomène des parachutes américains ou sur les avions en panne au moment du décollage, si ce n'est pour rappeler la précarité des moyens. En fait, il s'agissait pour le régiment d'un vol sans retour possible ; une fois le largage décidé et effectué, les légionnaires ne pouvaient espérer ni soutien, ni appui feu, ni renfort à moins de deux ou trois jours.

Or le 2e REP va gagner ce pari stratégique par une opération militaire exemplaire, allié à une mission humanitaire remarquable ; en effet, en moins de 24 heures, les unités vont s'emparer rapidement de quelques points majeurs de la ville, sans chercher à contrôler le cœur de l'agglomération ou à établir une ligne de front, cela dans le double but de déstabiliser l'adversaire et de faire arrêter les massacres de ressortissants européens et de Zaïrois, tout en leur permettant de se regrouper auprès des points sécurisés ; dans les jours suivants, une fois la majorité des civils mis à l'abri ou évacués, le régiment devra sécuriser les faubourgs et les villages environnants, pour repousser l'ennemi sur ses bases de repli en Angola.

Les décisions politiques les plus pertinentes et les manœuvres les mieux conçues ne peuvent réussir que si elles se concrétisent par une exécution rigoureuse, et c'est bien ce qui va se passer durant l'engagement ; c'est le troisième pari de cette opération, le pari tactique. Quelques semaines auparavant à Calvi, l'inspecteur de l'infanterie, le général Henri, en mission de contrôle au régiment avait bien dit en s'adressant aux cadres et aux légionnaires, qu'ils étaient le «régiment des tempêtes» ! Mais, trop disciplinés pour paraître sceptiques et trop expérimentés pour être entièrement convaincus, les hommes continuaient de s'entraîner, attendant une opération, mais n'ayant eux-mêmes aucune expérience opérationnelle. En effet, les anciens d'Algérie encore en activité à Calvi ne se comptaient plus que sur les doigts d'une main et ceux qui avaient participé aux dernières opérations au Tchad n'étaient à peine plus nombreux ; à titre d'exemple, au sein de la 4e compagnie à laquelle j'appartenais, seul l'adjudant d'unité avait une expérience opérationnelle, ce qui se traduisait à l'époque par le port d'une barrette de décorations, les autres, non sans humour, se tapaient sur la poitrine en disant : «Pas de décoration, mais la place pour en mettre !» Toutefois, ce pari tactique a été gagné, car le REP palliait cette absence d'expérience opérationnelle concrète par plusieurs facteurs qui furent prépondérants : un entraînement continuel quelles que soient les circonstances, par tous les temps et dans tous les domaines ; sans aucune prétention, je crois que l'on peut dire que les compagnies étaient sérieusement entraînées ; l'ensemble du régiment avait aussi une excellente forme physique, ce qui a permis d'encaisser sans difficulté, outre la fatigue liée à la projection, aux nuits courtes, au stress du saut dans l'inconnu, et au poids des munitions à transporter, celles liées aux déplacements à pied des premiers jours ; enfin, troisième facteur essentiel, le moral du régiment, des compagnies et des sections, car si nous n'avions que peu de renseignements sur l'adversaire, nos forces morales, renforcées par la justesse de notre cause, nous conféraient une ardeur et même plus que cela, une force d'âme qui était palpable simplement dans le regard des légionnaires, embarqués dans le bruit assourdissant des moteurs, équipés pour le saut, chargés comme des mulets, et volant vers une destination connue mais incertaine.

À l'époque où, en école, j'avais choisi de rejoindre la Légion étrangère et de servir au 2e REP, beaucoup de cadres affirmaient de façon péremptoire que les troupes professionnelles ne servaient à rien, qu'elles étaient onéreuses et que le seul avenir se trouvait à l'Est, au sein du corps de bataille, avec les appelés du contingent, et dans le cadre de la dissuasion, c'est-à-dire dans ce que l'on appelait à l'époque, une «armée de non-emploi».

Ils avaient raison, en ce sens qu'une vingtaine d'années plus tard, eux ou leurs successeurs de l'armée de non-emploi ont gagné la guerre froide, et de la plus belle manière qui soit, sans avoir à tirer un seul coup de canon ! Mais ils n'avaient pas entièrement raison et auraient perdu leur pari, car, à les écouter et avec le recul du temps, l'armée française n'aurait pas pu sauter à Kolwezi, s'engager au Liban, intervenir dans le Golfe ou sauver des otages en Afrique !

Leur propos partiel et partial, qui visait la seule rentabilité immédiate, n'intégrait pas le principe selon lequel un outil de défense pour être cohérent doit être global et couvrir tout le spectre des scénarios envisageables ; sinon l'adversaire potentiel trouvera la faille et s'y engouffrera ! Il s'agit donc d'être prudents dans les choix d'aujourd'hui qui engagent la défense de demain, parce qu'un outil comme le 2e REP ou comme toute formation opérationnelle ne se construit pas en un jour, qu'il faut recruter, former, équiper, protéger, entraîner, aguerrir son personnel, et que tout cela représente un coût ! Il faut surtout lui donner une âme, et cela demande du temps, de la générosité et même de la passion !

Il faut donc être prêts, il faut être toujours prêts, car, comme il est écrit : «Nul ne sait ni le jour ni l'heure !»
_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter.
F Fenelon


Revenir en haut
Vert33


Hors ligne

Inscrit le: 21 Avr 2012
Messages: 24
Localisation: France

MessagePosté le: Lun 21 Mai - 05:08 (2012)    Sujet du message: Kolwezi, opération du courage ! Répondre en citant

Vert33 a écrit:
Bonjour camarade Briard,j'adhère totalement à tes écrits ci-dessus.
Si j'ai bien compris, tu es également un ancien de Kolwezi (à la 2° Cie je crois?).
Pourras-tu me dire ton nom de Légionnaire, on s'est forcement connus!
Merci d'avance et bonne journée.

J'en reviens à ma question. Merci!
_________________
MORE MAJORUM!


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Lun 21 Mai - 10:49 (2012)    Sujet du message: Kolwezi, opération du courage ! Répondre en citant

Vert33, ça sent l'indicatif "commando de chasse" ça...
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Vert33


Hors ligne

Inscrit le: 21 Avr 2012
Messages: 24
Localisation: France

MessagePosté le: Lun 21 Mai - 13:26 (2012)    Sujet du message: Kolwezi, opération du courage ! Répondre en citant

Bonjour,

notre camarade Briard, se dit "ancien de Kolwezi" - 4° Cie.
Cela ma fait naturellement plaisir de retrouver un ancien camarade, de tant plus que je suis passé par
la 4 pour mon stage SNIPER. On s'est forcement connus!
Donc, je lui demande son nom Légion. Quoi de plus normal? 
J'éspère qu'il me repondera...
_________________
MORE MAJORUM!


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Mar 22 Mai - 09:08 (2012)    Sujet du message: Kolwezi, opération du courage ! Répondre en citant

Je souhaite d'ailleurs qu'il te réponde par MP, s'il tient ici à garder l'anonymat de son pseudo !
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:12 (2016)    Sujet du message: Kolwezi, opération du courage !

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> Guerres d'Afrique Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  >
Page 8 sur 9

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com