France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

L'Indochine pendant la 2èGM (1939-1945)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> La guerre d'Indochine
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Thor


Hors ligne

Inscrit le: 04 Déc 2007
Messages: 42
Localisation: PARIS

MessagePosté le: Jeu 27 Déc - 15:33 (2007)    Sujet du message: L'Indochine pendant la 2èGM (1939-1945) Répondre en citant

Le 9 mars 1945, les Japonais attaquent les garnisons françaises d'Indochine. Ils portent ainsi un coup fatal à la présence coloniale de la France dans le Sud-Est asiatique.Joseph Savès
La France évincée
Dès le 19 juin 1940, les Japonais en guerre contre la Chine ont profité de la défaite de la France
face à Hitler pour exiger de celle-ci qu'elle ferme la frontière entre
le Tonkin (le Viêt-nam du nord) et la Chine. Ils ont aussi exigé de
contrôler eux-mêmes le chemin de fer qui permet d'approvisionner la
province chinoise du Yunnan à partir du portvietnamien de Haïphong.Le
général Catroux, gouverneur de l'Indochine, ne voit pas d'autre
solution que de s'incliner. Il est désavoué par le maréchal Pétain et
remplacé par l'amiral Jean Decoux. Celui-ci n'a pas le choix. Il
conclut un accord avec les Japonais le 30 août 1940. À ce moment-là,
seule l'Angleterre résiste encore à l'Allemagne et la Chine au Japon.Le
25 septembre 1940, 25.000 Japonais soumettent les troupes françaises
d'Indochine, réduites à 12.000 hommes dont 3.000 Européens. Ils
s'implantent en Indochine en laissant en place l'administration
coloniale.Vers le chaos
En 1945, les
Japonais sont repoussés de partout par la contre-offensive américaine.
À l'approche du dénouement final, le gouvernement de Tokyo décide de
préparer un réduit terrestre en Indochine.Le 9 mars, les troupes
japonaises attaquent avec brutalité les garnisons françaises encore
présentes sur place. On compte pas moins de 2.650 morts parmi les
Français, dont le général Émile Lemonnier commandant de la 13e brigade
de Langson. Le général a refusé à deux reprises de signer une
capitulation sans conditions. Il est décapité au sabre le 10 mars (à
Paris, l'avenue située entre le Louvre et les Tuileries honore sa
mémoire).3.000 prisonniers rejoignent les camps de la mort, dont
celui de Hoa-Binh. Parmi les 19.000 civils français, 3.000 sont aussi
internés et parfois torturés.Bao-Daï, empereur d'Annam (le Viêt-nam central), dénonce le protectorat français et se rallie à la «Grande Asie» que promeut le Japon. À quelques mois de l'effondrement militaire de ce dernier, la décision manque de discernement.Bao-Daï
(on écrit aussi Bao Dai) est peu après évincé par le leader
communiste-nationaliste Hô Chi Minh, qui soulève la population contre
la tutelle japonaise le 10 août 1945. Il abdique le 2 septembre 1945 et
la ligue Vietminh, fondée par Hô Chi Minh, proclame l'indépendance de la République démocratique du Viêt-nam (on écrit aussi Vietnam).Une tentative de reconquête
Cependant que le Viêt-nam s'oriente vers l'indépendance, à Paris, le général Charles de Gaulle,
qui dirige le gouvernement provisoire de la République française, met
tout en oeuvre pour restaurer la souveraineté de la France sur ses
colonies d'outre-mer. Il veut effacer le souvenir de la défaite
de 1940 et restaurer en tous lieux la grandeur de la France. Il veut
aussi couper court à d'autres tentatives indépendantistes au sein de
l'Empire colonial.Dès le 24 mars 1945, alors qu'il s'apprête à
prendre le pouvoir en France à la faveur de la Libération du pays par
les Anglo-Saxons, le général de Gaulle déclare son intention de
restaurer l'autorité de la France en Indochine dans le cadre d'une
fédération de colonies et de protectorats qui comprendrait les trois
provinces du Viêt-nam (les trois Ky : Tonkin, Annam et Cochinchine) ainsi que le Cambodge et le Laos.«DeGaulle, qui entend rétablir la France dans toutes ses positions d'avantguerre, envoie un corps expéditionnaire afin de reconquérir l'Indochine
; entreprise difficile à mener à douze mille kilomètres de distance» écrit l'historien René Rémond (*).Des


soldats français sous les ordres du général Jacques Massu s'emparent le
23 septembre de Saigon, capitale de la Cochinchine (le Viêt-nam du sud).Quelques jours plus tard arrive un corps expéditionnaire sous les ordres du général Leclerc de Hauteclocque,
héros de la Libération nommé par de Gaulle commandant en chef des
troupes d'Extrême-Orient, sous les ordres de l'amiral Georges Thierry
d'Argenlieu, gouverneur général d'Indochine.À sa manière
audacieuse, Leclerc chasse Japonais et Chinois du Vietnam et du
Cambodge. Mais il rencontre aussi Hô Chi Minh et ne tarde pas à se
convaincre de l'inanité d'une restauration de la tutelle française.Le sort de l'Indochine est désormais en bascule. Il repose sur les choix qui seront faits par les responsables français...


politiques sont concevables, sinon pareillement praticables : restaurerpar tous les moyens, les armes si nécessaire, la domination française
ou rechercher un accord avec les nationalistes par la négociation. Ces
deux politiques sont personnifiées par deux hommes également investis
de grandes responsabilités: l'amiral d'Argenlieu incarne la première ;
la seconde revient au général Leclerc, qui s'est vite convaincu de
l'impossibilité d'une reconquête militaire et qui préconise la
recherche d'une entente - Jean Sainteny en est l'exécutant convaincu», écrit encore René Rémond (*).Tandis

que l'amiral Thierry d'Argenlieu s'accommode d'une restauration du
protectorat, le général Leclerc revient en France avec la conviction
qu'il est urgent de négocier et qu'il faut se résigner à la
décolonisation. Trop tard... Derrière le retour apparent à l'ordre
colonial, tout est prêt pour une première guerre d'Indochine.


politiques sont concevables, sinon pareillement praticables : restaurerpar tous les moyens, les armes si nécessaire, la domination française
ou rechercher un accord avec les nationalistes par la négociation. Ces
deux politiques sont personnifiées par deux hommes également investis
de grandes responsabilités: l'amiral d'Argenlieu incarne la première ;
la seconde revient au général Leclerc, qui s'est vite convaincu de
l'impossibilité d'une reconquête militaire et qui préconise la
recherche d'une entente - Jean Sainteny en est l'exécutant convaincu», écrit encore René Rémond (*).Tandis

que l'amiral Thierry d'Argenlieu s'accommode d'une restauration du
protectorat, le général Leclerc revient en France avec la conviction
qu'il est urgent de négocier et qu'il faut se résigner à la
décolonisation. Trop tard... Derrière le retour apparent à l'ordre
colonial, tout est prêt pour une première guerre d'Indochine.


Dernière édition par Thor le Jeu 27 Déc - 15:48 (2007); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 27 Déc - 15:33 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Briard
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 3 331

MessagePosté le: Jeu 27 Déc - 15:41 (2007)    Sujet du message: L'Indochine pendant la 2èGM (1939-1945) Répondre en citant

Qu'est ce que c'est que ce récit tronqué ??
Pas un mot sur la Colonne Alessandri !!
Pas un mot sur l'opposition des US des Anglais et même des Français, qu'ils soient de Vichy ou de DE GAULLE, pour apporter une aide quelconque aux militaires et aux civils Français d'Indochine!!
La seule aide des US sera de mitrailler et de bombarder en Indochine tout ce qui est français, facilement identifiable par le Drapeau Bleu Blanc Rouge.

Encore une histoire hémiplégique.
_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter.
F Fenelon


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Jeu 27 Déc - 19:18 (2007)    Sujet du message: L'Indochine pendant la 2èGM (1939-1945) Répondre en citant

C'est une autre version que j'ai donné du déclenchement de la guerre dans un autre topic que n'a visiblement pas lu Thor. Mais il est néanmoins interessant et permet justement la discussion.
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Maréchal


Hors ligne

Inscrit le: 19 Déc 2007
Messages: 1 138
Localisation: Gard

MessagePosté le: Ven 28 Déc - 09:34 (2007)    Sujet du message: L'Indochine pendant la 2èGM (1939-1945) Répondre en citant

Oui mais si on respectait une certaine chronologie, ce serait plus clair et Thor aurait du poster en suivant ton article. Là il ouvre un nouveau topic. On n'y comprendra plus rien !
_________________
Notre vie est- un voyage
Dans l'hiver et dans la nuit,
Nous cherchons notre passage
Dans le Ciel où rien ne luit.

Chanson des Gardes Suisses. 1793


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:49 (2016)    Sujet du message: L'Indochine pendant la 2èGM (1939-1945)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> La guerre d'Indochine Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com