France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La RC4...
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> La guerre d'Indochine
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 506
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Lun 4 Fév - 15:05 (2008)    Sujet du message: La RC4... Répondre en citant

Ce qu'on a appelé la bataille de la RC4 a été la première grande bataille perdue par l'armée française contre le Viet-Minh, mais dans la mémoire collective elle n'occupe pas la place de Dien-Bien-Phu... Et pourtant !

Et d'abord, c'est quoi la RC4 ? La Route coloniale N° 4 qui longeait la frontière de Chine au nord du Tonkin, entre Cao-Bang et Langson, 137 kms avec à mi-chemin le poste de That-Khé.

Notre ami Briard se fera un plaisir de vous en montrer la carte...

On comprendra tout de suite l'importance stratégique de cette route, plutôt "piste nationale" que "route" comme nous les connaissons chez nous, qui longe la frontière d'un pays en proie à une gigantesque révolution. La Chine nationaliste de Tchang-Kaï-Tchek, alliée aux occidentaux pendant la guerre contre le Japon, ne va pas résister longtemps à la Chine communiste de Mao dont les troupes s'implantent à la frontière en décembre 1949... Tournant dans la guerre du Tonkin; les unités du Viet-Minh vont pouvoir s'organiser, s'entraîner, s'équiper, se reposer à quelques kilomètres de cet axe vital pour les communications entre le Delta et le nord-ouest du pays.
Cette "route" est par ailleurs, extrêmement dangereuse, car dominée sur les trois-quart de son étendue, par des sommets escarpés couverts de jungle, du "mauvais côté". Une route à embuscades, coupée de pièges qu'on répare avec les moyens du bord...
Deux options vont s'affronter à l'EM; la première, celle du général Revers, préconise l'abandon de toute la zone frontière et le repli autour d'Hanoï. L'autre, celle du général Alessandri qui connait bien la Haute Région, est totalement opposée. Il faut, au contraire conserver le contrôle de la zone frontière voir même la rendre imperméable aux incursions ennemies.
Premier "couac", le "plan Revers" se retrouve entre les mains du Viet-Minh avant même d'avoir été examiné... Ça la fiche plutôt mal
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Dernière édition par Admin le Lun 4 Fév - 16:06 (2008); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 4 Fév - 15:05 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
KARCHER


Hors ligne

Inscrit le: 02 Fév 2008
Messages: 21
Localisation: DRANCY

MessagePosté le: Lun 4 Fév - 15:26 (2008)    Sujet du message: La RC4... Répondre en citant

Razz  mais depuis 200 ans ans c'est çà la France guerre!
_________________
Pour bien nettoyer dans les poubelles
de l'Histoire,un seul....KARCHER !


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 506
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Lun 4 Fév - 15:44 (2008)    Sujet du message: La RC4... Répondre en citant

Je te fais remarquer "Nettoyeur" que ce forum, c'est celui de la France en guerres au XX° siècle, et qu'il comprend bien sur la guerre d'iNDOCHINE !
La RC4, c'est en 1950... Si ce n'est pas le XX° Siècle là... je crois que tu devrais te nettoyer les yeux avant de sortir de telles... bêtises !
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Maréchal


Hors ligne

Inscrit le: 19 Déc 2007
Messages: 1 137
Localisation: Gard

MessagePosté le: Lun 4 Fév - 15:48 (2008)    Sujet du message: La RC4... Répondre en citant

KARCHER a écrit:
Razz  mais depuis 200 ans ans c'est çà la France guerre!



200 ans ? 1949 ? Oh là, le karcher... Avant de vouloir nettoyer "les poubelles de l'histoire", si tu commençais à t'enlever la m... des yeux !

_________________
Notre vie est- un voyage
Dans l'hiver et dans la nuit,
Nous cherchons notre passage
Dans le Ciel où rien ne luit.

Chanson des Gardes Suisses. 1793


Revenir en haut
Croquignol


Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2008
Messages: 429
Localisation: Sarthe

MessagePosté le: Lun 4 Fév - 16:02 (2008)    Sujet du message: La RC4... Répondre en citant

Admin a écrit:
Ce qu'on a appelé la bataille de la RC4 a été la première grande bataille perdue par l'armée française contre le Viet-Minh, mais dans la mémoire collective elle n'occupe pas la place de Dien-Bien-Phu... Et pourtant ! Et d'abord, c'est quoi la RC4 ? La Route coloniale N° 4 qui longeait la frontière de Chine au nord du Tonkin, entre Cao-Bang et Langson, 137 kms avec à mi-chemin le poste de That-Khé.

Notre ami Briard se fera un plaisir de vous en montrer la carte...

On comprendra tout de suite l'importance stratégique de cette route, plutôt "piste nationale" que "route" comme nous les connaissons chez nous, qui longe la frontière d'un pays en proie à une gigantesque révolution. La Chine nationaliste de Tchang-Kaï-Tchek, alliée aux occidentaux pendant la guerre contre le Japon, ne va pas résister longtemps à la Chine communiste de Mao dont les troupes s'implantent à la frontière en décembre 1949... Tournant dans la guerre du Tonkin; les unités du Viet-Minh vont pouvoir s'organiser, s'entraîner, s'équiper, se reposer à quelques kilomètres de cet axe vital pour les communications entre le Delta et le nord-ouest du pays.
Cette "route" est par ailleurs, extrêmement dangereuse, car dominée sur les trois-quart de son étendue, par des sommets escarpés couverts de jungle, du "mauvais côté". Une route à embuscades, coupée de pièges qu'on répare avec les moyens du bord...
Deux options vont s'affronter à l'EM; la première, celle du général Revers, préconise l'abandon de toute la zone frontière et le repli autour d'Hanoï. L'autre, celle du général Alessandri qui connait bien la Haute Région, est totalement opposée. Il faut, au contraire conserver le contrôle de la zone frontière voir même la rendre imperméable aux incursions ennemies.
Premier "couac", le "plan Revers" se retrouve entre les mains du Viet-Minh avant même d'avoir été examiné... Ça la fiche plutôt mal




Je crois que c'est le général Alessandri... Ah bon, c'est rectifié. Merci !


Revenir en haut
KARCHER


Hors ligne

Inscrit le: 02 Fév 2008
Messages: 21
Localisation: DRANCY

MessagePosté le: Lun 4 Fév - 16:07 (2008)    Sujet du message: La RC4... Répondre en citant

Razz  Voulait vous préciser que ce vous découvrez dans les lacunes d'E-M
des armées,çà fait plus de 200 ans que çà dure!
Que nous n'avons pas été fichu de gagner une seule guerre depuis Wagram
ou Austerlitz.sauf à allez pleurer dans le giron des autres,après les avoir déclaré.
   çà vaut un bon bisteck!non? vous êtes des marrants!
regrette pas le détour...

_________________
Pour bien nettoyer dans les poubelles
de l'Histoire,un seul....KARCHER !


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 506
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Lun 4 Fév - 16:36 (2008)    Sujet du message: La RC4... Répondre en citant

Mais le problème n'est pas là ! On est en train de parler des guerres de la France au XX° Siècle. De savoir si c'était comme ça depuis 200 ans, on peut en parler, mais c'est un autre débat. D'accord ?
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 506
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Lun 4 Fév - 18:34 (2008)    Sujet du message: La RC4... Répondre en citant

Revenons à nos moutons...

Le général Carpentier, brillant chef d'Etat-Major du général Juin, précédent commandant supérieur des troupes du Maroc, il arrive en septembre 1949 et prend le commandement en chef en Indochine, succédant au général Blaizot.
Ancien officier "Métro", il ne connait rien à l'Indochine, et ne connait surtout pas la mentalité des offciers "coloniaux" qui en ont fait "leur terrain"...
Il vient à peine de s'installer qu'il est confronté à la réalité de la RC4; une embuscade au col de Lung Vau, au nord de Na Sam, coûte 28 tués dont 1 officier, 37 blessés dont 1 officier, 44 disparus dont 3 officiers, 30 camions. En outre les Viets se sont emparés de 13 armes automatiques (FM et mitrailleuses) et de 61 armes individuelles... A la suite de cette embuscade le généralchef envoie sur place un Tabor marocain sui sera suivi d'autres pour assurer la sécurité des communications au nord Tonkin.

Et aprés plusieurs mois d'hésitations et d'atermoiements, il en arrive à donner des ordres d'opérations en prévision de l'évacuation de Cao-Bang... Colère noire d'Alessandri... Carpentier temporise en déclarant que Cao-Bang pouvait malgré tout être conservé... Et assure que la pacification doit être entreprise partout et avec vigueur !
Evidemment, le moral est revenu avec l'arrivée de renforts en hommes et en matériel, et puis les Anglais et les Américains ont envoyé aussi du matériel: 48 avions embarqués Hellcat, 8 C-47 Dakota, 36 LCVP (engins de débarquement)...

Le Tonkin est calme... Ce qu'on ignore, c'est que Giap est en train de préparer de l'autre côté de la frontière un formidable corps de bataille, dont on n'a aucune idée. L'avertissement, il arrive le 25 mai 1950, avec la prise du poste de Dong Khé par 1.500 Viets soutenus par de l'artillerie. Surprise de Carpentier qui réagit vivement et fait reprendre le poste par les paras.
Cette fois, c'est décidé. On prépare le plan d'évacuation de Cao-Bang qui sera en ordre fin août !
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 506
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Mar 5 Fév - 10:08 (2008)    Sujet du message: La RC4... Répondre en citant

Lorsqu'on veut évacuer une ville comme Cao-Bang, qui compte tout de même plusieurs milliers d'habitants, dont une forte communauté chinoise et une garnison faite de plusieurs centaines d'hommes, on commence par se dire "comment" ?

Il y a deux routes qui permettent d'évacuer la ville, l'une, la RC4 qui descend vers le sud-est en longeant la frontière de Chine, l'autre qui part plein sud-ouest, tournant carrément le dos à la frontière, les deux aboutissant à Hanoï.
On prend une carte d'EM et on se rend immédiatement compte, et je l'ai dit, que la RC4 chemine dans une région montagneuse, dominée sur les 3/4 du parcours par des pitons "calcaires" qui parfois la surplombent dans des a-pics impresionnants, le tout au travers d'une jungle dense, impénétrable pour des foules chargées de matériels divers... La RC3, qui démarre dans le même genre de paysage, gagne vite une région de rizières, vallonée, assez "ouverte", offrant tout de même par rapport à la RC4 un avantage et non des moindres: s'éloigner de la frontière de Chine. La Chine où stationnent les régiments de Bo-Doï de Giap, ce qu'on sait, puisque bien sur nos services de renseignements ne sont pas inactifs !

La solution de sagesse, consisterait donc à choisir de préférence l'évacuation par la RC3. C'est beaucoup plus long que par la RC4, mais moins risqué...

Le commandement de l'opération a été confié au Colonel Constans, commandant le 3° REI, mais aussi toute la zone frontière et qui se trouve à Langson. Cet officier un peu particulier qui s'est installé dans sa ville de garnison, comme une sorte de Seigneur féodal, entouré d'une Cour et de toute une équipe de majordomes, de serviteurs. Il même grand train de vie et circule à bord d'une ford "Vedette" rutilante de chromes et conduite par un chauffeur à gants blancs... C'est lui qui décide que l'évacuation se fera par la RC4 de la manière suivante: le colonel Charton à la tête de la colonne d'évacuation de Cao-Bang "descendant vers That-Khé et Langson, le lieutenant-colonel Lepage, lui prendra la tête d'une colonne de protection à partir de That-Khé pour aller à la rencontre de Charton. Les deux colonnes faisant leur jonction entre Nam-Nang et Dong-Khé...

C'est simple et sur le papier armé d'un crayon, c'est d'une facilité déconcertante. Le colonel Constans ne prend même pas la peine d'aller jeter, ne serait-ce qu'un petit coup d'oeil aérien sur le terrain. Non. Il fait confiance à sa carte dont il s'avérera qu'il ne sait même pas déchiffrer la topographie...

Le colonel Charton et son ami Lepage, disciplinés, obéissent aux ordres. Le Viet-Minh, qui par les "indiscrétions" des fuites Revers et par ses propres services de renseignement, connait tout des plans français, attend patiemment son heure. Elle vient le 18 septembre, alors que le général Carpentier est arrivé à Langson pour discuter des modalités de l'évacuation de Cao-Bang. Ce jour là les Viets s'emparent à nouveau du poste de Dong-Khé et le 19 le lieutenenat-colonel Lepage reçoit l'ordre de lancer des reconnaissances vers le point d'appui, pour "tester" l'ennemi.

Pendant ce temps, le général Carpentier lance une énorme opération vers Thaï-Nguyen, aux portes d'Hanoï dans le bas-pays dont l'objectif est de fixer les Viets et de les leurrer... Plus de 4.000 hommes, l'infanterie, les paras, l'artillerie, la marine... Tout y est, sauf... l'ennemi. C'est l'opération "Phoque", le 29 septembre, énorme fiasco !

Le 30, Lepage reçoit l'orde de reprendre Dong-Khé et de se porter à la rencontre de Charton qui lui devra quitter Cao-Bang "discrétement" le 3 octobre... Echec ! Ni le 1er BEP du commandant Segrétain, ni les Tabors lancés à l'assaut du poste le 2 octobre n'arrivent à y pénétrer. Ils sont matraqués par un énorme barrage de tirs d'armes lourdres qui les contraint à se replier. Des prisonniers faits par le BEP leur indiquent qu'ils font partie de la division 308, et qu'il y a avec eux d'autres bataillons et de l'artillerie... Toutes les montagnes grouillent de Viets qui ont tendu là une gigantesque embuscade et qui attendent...
Lepage décide alors de contourner le "verrou" et de rejoindre par une petite piste "muletière" ancienne qui chemine en pleine jungle la RC4 plus au nord, vers Nam-Nang où il doit retrouver Charton.

Bien sur l'évacuation de Cao-Bang a commencé depuis plusieurs jours, d'abord par la voie aérienne pour les malades, les blessés... Il y a dans la ville des "espions" du Viet-Minh qui se rendent bien compte du déroulement des opérations et qui renseignent l'EM de Giap. Lorsque la colonne hétéroclite formée de milliers de civils emportant sur des charettes leurs maigres biens encadrés par les soldats, s'engage sur la "route", seul le colonel Constans peut croire qu'elle passera inaperçue !
Charton à son tour ne peut continuer par la RC4. Il doit emprunter cette fameuse "piste", depuis longtemps abandonnée, qui court dans la jungle à la rencontre de la colonne Lepage. Un véritable cauchemar commence alors pour les légionnaires, les tirailleurs, les tabors, qui doivent ouvrir à la machette leur chemin dans la végétation, prendre des collines au corps à corps avec les Viets, les re-perdre, les reprendre...
Le 1er BEP commence là son martyr. Avec ses blessés et les restes de la colonne de secours (!) qui maintenant appelle les hommes de Charton au secours, voilà le brillant régiment de paras bloqué dans une cuvette entourée de calcaires et encerclée par les Viets: Cocxa. Une seul issue: une gorge étroite qui descend presque à pic vers une petite vallée, sur la carte le lieu-dit "la source" ! Mais il faut forcer le passage ! Toutes les sections du BEP, l'une aprés l'autre s'y sacrifient. la section d'élèves gradés et les Tabors arrivent enfin à ouvrir la brèche... Mais à quel prix !

Le commandant Segrétain est tué, ainsi que de nombreux officiers, sous-officiers et légionnaires. Seul le capitaine Jeanpierre a réussi à s'en sortir. La "liaison" avec les survivants de la colonne Charton se fait enfin et l'ordre est donné aux hommes de rejoindre That-Khé par leurs propres moyens. Lepage a été fait prisonnier. Charton, griévement blessé tombe à son tour entre les mains des Viets... 3.000 prisonniers dont 2.000 succomberont au cours des premiers mois de captivité !

Le comble n'est pas encore arrivé. Qu'on se rassure ! Le colonel Constans, complètement paniqué, persuadé que le Viet-Minh va déferler le long de la RC4 jusqu'à Hanoï, décide d'abandonner Langson dans les jours qui suivent, en laissant tout sur place sans rien détruire !. Les viets trouveront dans les dépôts intacts de quoi équiper cinq régiments !
Cadeau ! Alors que la citadelle avait largement de quoi résister, et qu'elle ne figurait même pas dans les plans du général Giap qui, disposant de toute la zone frontière pouvait descendre sans aucun problème sur le delta...

Sources: "Histoire des grands conflits: Guerre d'Indochine, tome 1" Editions La collection du patrimoine.
"Le rendez-vous manqué" Contre-enquête. Serge Desbois. Indo-éditions.
"La bataille de Dong Khé" Erwan Bergot. Presses de la cité.



_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Croquignol


Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2008
Messages: 429
Localisation: Sarthe

MessagePosté le: Mar 5 Fév - 10:15 (2008)    Sujet du message: La RC4... Répondre en citant

Le "colonel" Constans a donc été traduit en Conseil de Guerre et fusillé, je présume ?

Y'en a un qui devait franchement se marrer, c'est l'oncle Ho !


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 506
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Mar 5 Fév - 11:19 (2008)    Sujet du message: La RC4... Répondre en citant

Oh non ! Le colonel Constans et le général Carpentier ont convenu d'un commun accord que leur plan était excellent, mais qu'il avait été mal exécuté... Et je n'ai pas parlé des malheureux civils embarqués dans cette affaire...

Bon "Le Roi Jean" va heureusement venir mettre un peu d'ordre dans tout ça, mais ce sera trop tard et puis, bouleversé par la mort de son fils, tué à l'ennemi, miné par un cancer fatal, il ne pourra achever l'oeuvre accomplie.
Le gâchis de la RC4 marque un tournant dans la guerre d'Indochine dont Dien Bien Phu sonnera le glas.
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 506
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Mar 5 Fév - 13:21 (2008)    Sujet du message: La RC4... Répondre en citant

Entre les deux: 4 ans ! A tourner en rond, d'opés en opés sur le terrain et de crises d'indécisions en crises d'indécisions chez les politiciens à Paris...
Question: l'Indochine, on la garde ou on la garde pas ?  Personne ne sait. Si on la garde, il faut les moyens et tuer l'ennemi partout où il est. Et l'ennemi c'est qui ? Le peuple vietnamien ? NON ! C'est le communisme international. Celui de Mao ou celui de Kroutchev, celui de Corée comme celui d'Indochine.
Problème, cet ennemi a une base en France: le Parti Communiste Français. Et depuis la "Libé" on ne touche pas au Parti Communiste Français ! Ses nervis peuvent insulter nos soldats, cracher sur nos blessés rapatriés, sabotter nos armes et nos munitions, on ne fait rien pour combattre la propagande du parti qui veut que la guerre d'Indochine soit une "sale guerre" ! Alors pendant que la fine fleur de nos jeunes officiers se fait hacher menu en Indochine, la France de la IV° République a honte de faire la guerre, et elle ne fait pas la guerre ou pas comme il le faudrait.
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Popaul


Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2007
Messages: 127
Localisation: Saint-Etienne

MessagePosté le: Mar 5 Fév - 13:41 (2008)    Sujet du message: La RC4... Répondre en citant

Et vas-y les cocos ! Toujours les cocos ! Mais tu oublie l'Admin que si y'avais pas eu les cocos, tu serai pas là à nous raconter tes salades ! Tu serai schleu et le successeur d'Adolf te botterait le cul à longueur de journée, et y'aurait pas toutes les avancés sociales que tu bénéficie. Dis leur merci aux cocos !
_________________
A bas la guerre !


Revenir en haut
Briard
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 3 331

MessagePosté le: Mar 5 Fév - 19:26 (2008)    Sujet du message: La RC4... Répondre en citant

Admin a écrit:
Lorsqu'on veut évacuer une ville comme Cao-Bang, qui compte tout de même plusieurs milliers d'habitants, dont une forte communauté chinoise et une garnison faite de plusieurs centaines d'hommes, on commence par se dire "comment" ?

Il y a deux routes qui permettent d'évacuer la ville, l'une, la RC4 qui descend vers le sud-est en longeant la frontière de Chine, l'autre qui part plein sud-ouest, tournant carrément le dos à la frontière, les deux aboutissant à Hanoï.
On prend une carte d'EM et on se rend immédiatement compte, et je l'ai dit, que la RC4 chemine dans une région montagneuse, dominée sur les 3/4 du parcours par des pitons "calcaires" qui parfois la surplombent dans des a-pics impresionnants, le tout au travers d'une jungle dense, impénétrable pour des foules chargées de matériels divers... La RC3, qui démarre dans le même genre de paysage, gagne vite une région de rizières, vallonée, assez "ouverte", offrant tout de même par rapport à la RC4 un avantage et non des moindres: s'éloigner de la frontière de Chine. La Chine où stationnent les régiments de Bo-Doï de Giap, ce qu'on sait, puisque bien sur nos services de renseignements ne sont pas inactifs !

La solution de sagesse, consisterait donc à choisir de préférence l'évacuation par la RC3. C'est beaucoup plus long que par la RC4, mais moins risqué...

Le commandement de l'opération a été confié au Colonel Constans, commandant le 3° REI, mais aussi toute la zone frontière et qui se trouve à Langson. Cet officier un peu particulier qui s'est installé dans sa ville de garnison, comme une sorte de Seigneur féodal, entouré d'une Cour et de toute une équipe de majordomes, de serviteurs. Il même grand train de vie et circule à bord d'une ford "Vedette" rutilante de chromes et conduite par un chauffeur à gants blancs... C'est lui qui décide que l'évacuation se fera par la RC4 de la manière suivante: le colonel Charton à la tête de la colonne d'évacuation de Cao-Bang "descendant vers That-Khé et Langson, le lieutenant-colonel Lepage, lui prendra la tête d'une colonne de protection à partir de That-Khé pour aller à la rencontre de Charton. Les deux colonnes faisant leur jonction entre Nam-Nang et Dong-Khé...

C'est simple et sur le papier armé d'un crayon, c'est d'une facilité déconcertante. Le colonel Constans ne prend même pas la peine d'aller jeter, ne serait-ce qu'un petit coup d'oeil aérien sur le terrain. Non. Il fait confiance à sa carte dont il s'avérera qu'il ne sait même pas déchiffrer la topographie...

Le colonel Charton et son ami Lepage, disciplinés, obéissent aux ordres. Le Viet-Minh, qui par les "indiscrétions" des fuites Revers et par ses propres services de renseignement, connait tout des plans français, attend patiemment son heure. Elle vient le 18 septembre, alors que le général Carpentier est arrivé à Langson pour discuter des modalités de l'évacuation de Cao-Bang. Ce jour là les Viets s'emparent à nouveau du poste de Dong-Khé et le 19 le lieutenenat-colonel Lepage reçoit l'ordre de lancer des reconnaissances vers le point d'appui, pour "tester" l'ennemi.

Le BEP veut attaquer "bille en tête" LEPAGE refuse !! Ce sera son erreur. Dong Khé est et restera Viet!!

Pendant ce temps, le général Carpentier lance une énorme opération vers Thaï-Nguyen, aux portes d'Hanoï dans le bas-pays dont l'objectif est de fixer les Viets et de les leurrer... Plus de 4.000 hommes, l'infanterie, les paras, l'artillerie, la marine... Tout y est, sauf... l'ennemi. C'est l'opération "Phoque", le 29 septembre, énorme fiasco !

Cette opération est prévu pour "capturer" l'Oncle Ho, qui "serait" présent dans cette région!! CARPENTIER va mobiliser toutes ses reserves, aviation comprise qui fera défaut sur la RC4 !! Là aussi, énorme erreur du Commandement!!

Le 30, Lepage reçoit l'orde de reprendre Dong-Khé et de se porter à la rencontre de Charton qui lui devra quitter Cao-Bang "discrétement" le 3 octobre... Echec ! Ni le 1er BEP du commandant Segrétain, ni les Tabors lancés à l'assaut du poste le 2 octobre n'arrivent à y pénétrer. Ils sont matraqués par un énorme barrage de tirs d'armes lourdres qui les contraint à se replier. Des prisonniers faits par le BEP leur indiquent qu'ils font partie de la division 308, et qu'il y a avec eux d'autres bataillons et de l'artillerie... Toutes les montagnes grouillent de Viets qui ont tendu là une gigantesque embuscade et qui attendent...
Lepage décide alors de contourner le "verrou" et de rejoindre par une petite piste "muletière" ancienne qui chemine en pleine jungle la RC4 plus au nord, vers Nam-Nang où il doit retrouver Charton.

Les transmissions sont inexistantes, les ordres sont donnés au "compte goutte", les protagonistes sont laissés jusqu'à la dernière minute, dans l'ignorance, ils ne peuvent de ce fait avoir une "vue d'ensemble" de l'Opération en cours!! Là encore "Merci CONSTAN"!!

Bien sur l'évacuation de Cao-Bang a commencé depuis plusieurs jours, d'abord par la voie aérienne pour les malades, les blessés... Il y a dans la ville des "espions" du Viet-Minh qui se rendent bien compte du déroulement des opérations et qui renseignent l'EM de Giap. Lorsque la colonne hétéroclite formée de milliers de civils emportant sur des charettes leurs maigres biens encadrés par les soldats, s'engage sur la "route", seul le colonel Constans peut croire qu'elle passera inaperçue !
Charton à son tour ne peut continuer par la RC4. Il doit emprunter cette fameuse "piste", depuis longtemps abandonnée, qui court dans la jungle à la rencontre de la colonne Lepage. Un véritable cauchemar commence alors pour les légionnaires, les tirailleurs, les tabors, qui doivent ouvrir à la machette leur chemin dans la végétation, prendre des collines au corps à corps avec les Viets, les re-perdre, les reprendre...
Le 1er BEP commence là son martyr. Avec ses blessés et les restes de la colonne de secours (!) qui maintenant appelle les hommes de Charton au secours, voilà le brillant régiment de paras bloqué dans une cuvette entourée de calcaires et encerclée par les Viets: Cocxa. Une seul issue: une gorge étroite qui descend presque à pic vers une petite vallée, sur la carte le lieu-dit "la source" ! Mais il faut forcer le passage ! Toutes les sections du BEP, l'une aprés l'autre s'y sacrifient. la section d'élèves gradés et les Tabors arrivent enfin à ouvrir la brèche... Mais à quel prix !

Au prix de la disparition du plus Prestigieux Bataillon Paras!! Lors de cette attaque pour passer par ce "goulet", unique point de passage, le chemin sera "balisé" par les cadavres des Légionnaires!!

Le commandant Segrétain est tué, ainsi que de nombreux officiers, sous-officiers et légionnaires. Seul le capitaine Jeanpierre a réussi à s'en sortir. La "liaison" avec les survivants de la colonne Charton se fait enfin et l'ordre est donné aux hommes de rejoindre That-Khé par leurs propres moyens. Lepage a été fait prisonnier. Charton, griévement blessé tombe à son tour entre les mains des Viets... 3.000 prisonniers dont 2.000 succomberont au cours des premiers mois de captivité !

Le comble n'est pas encore arrivé. Qu'on se rassure ! Le colonel Constans, complètement paniqué, persuadé que le Viet-Minh va déferler le long de la RC4 jusqu'à Hanoï, décide d'abandonner Langson dans les jours qui suivent, en laissant tout sur place sans rien détruire !. Les viets trouveront dans les dépôts intacts de quoi équiper cinq régiments !

Ce que CONSTAN avait "déjà" préconisé pour l'abandon de Cao Bang, et qui ne fut pas respecté par CHARTON, qui fait tout sauté, le Viet étant déjà au courant de l'évacuation.

Cadeau ! Alors que la citadelle avait largement de quoi résister, et qu'elle ne figurait même pas dans les plans du général Giap qui, disposant de toute la zone frontière pouvait descendre sans aucun problème sur le delta...

Sources: "Histoire des grands conflits: Guerre d'Indochine, tome 1" Editions La collection du patrimoine.
"Le rendez-vous manqué" Contre-enquête. Serge Desbois. Indo-éditions.
"La bataille de Dong Khé" Erwan Bergot. Presses de la cité.



_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter.
F Fenelon


Revenir en haut
Briard
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 3 331

MessagePosté le: Mar 5 Fév - 19:30 (2008)    Sujet du message: La RC4... Répondre en citant

Popaul a écrit:
Et vas-y les cocos ! Toujours les cocos ! Mais tu oublie l'Admin que si y'avais pas eu les cocos, tu serai pas là à nous raconter tes salades ! Tu serai schleu et le successeur d'Adolf te botterait le cul à longueur de journée, et y'aurait pas toutes les avancés sociales que tu bénéficie. Dis leur merci aux cocos !


Lorsqu'on ne sait pas de quoi on parle, mon cher Popaul, on fait "le canard"!!
Quant à "être schleu" que je sache les Tribus de l'Aurés non jamais voulues occuper la FRANCE !!
Sors toi la tête du cul et va chercher tes infos ailleurs que dans l'Huma!!
_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter.
F Fenelon


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:39 (2016)    Sujet du message: La RC4...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> La guerre d'Indochine Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com