France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Afrique , terre des mercenaires
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> Guerres d'Afrique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
WERWOLF


Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2008
Messages: 81
Localisation: Deep South

MessagePosté le: Sam 15 Mar - 18:21 (2008)    Sujet du message: Afrique , terre des mercenaires Répondre en citant

 Une nouvelle génération de « chiens de guerre »
Une centaine d’hommes et un Boeing 727 en provenance d’Afrique du Sud ; des armes qui devaient être chargées au Zimbabwe, où l’avion a été arraisonné en mars 2004 ; des « cerveaux » – le Britannique Simon Mann et le Sud-Africain Nick Du Toit, ex-dirigeants d’Executive outcomes , l’ex-plus importante compagnie de sécurité privée du continent africain – auxquels avait été promis une rétribution d’un million de dollars ; un probable financier, sous le coup d’une inculpation, M. Mark Thatcher, fils de l’ancien premier ministre britannique ; des connexions possibles avec un haut fonctionnaire du Pentagone  ; et un opposant réfugié en Espagne, M. Severo Moto, qui attendait aux Canaries le « top » pour prendre le pouvoir en Guinée équatoriale, le « Koweït de l’Afrique », et en chasser M. Teodoro Obiang Nguema, président de ce petit Etat depuis vingt-cinq ans...

Tels sont les ingrédients de la plus spectaculaire opération mercenaire de ces dernières années, sur fond de pétrole et d’intérêt croissant des compagnies américaines pour les réserves d’or noir du golfe de Guinée 
On croyait presque disparus ces « affreux » qui avaient longtemps fait partie du paysage africain : ils étaient intervenus dès les années 1960 au Congo (devenu Zaïre, puis République démocratique du Congo) ; dans les années 1970 et 1980, aux Comores, aux Seychelles, au Bénin, en Guinée, en Rhodésie (devenue le Zimbabwe) et en Angola.
Le Royaume-Uni, la France, l’Afrique du Sud et Israël ont été parmi les grands pourvoyeurs de ces « soldats perdus ». Durant ces années dominées par les luttes anticoloniales et la guerre froide, le roi Hassan II du Maroc, le président gabonais Omar Bongo, le régime blanc de M. Ian Smith en Rhodésie (Zimbabwe), ou des dirigeants français comme Jacques Foccart – secrétaire général aux affaires africaines de l’Elysée – et l’ancien premier ministre Michel Debré, député de l’île française de La Réunion, leur avaient apporté un soutien plus ou moins discret...
Un des plus emblématiques de ces mercenaires, M. Robert « Bob » Denard, sautait de Rabat à Kisangani, de Conakry à Cotonou, de Salisbury à Pretoria, de Libreville à Moroni : il voulait ferrailler contre le communisme et assurait ne jamais agir contre son pays, la France, « même si – selon le principe des feux tricolores – je passais à l’orange... sans attendre le vert   ».

Ces « chiens de guerre » qui prétendaient « défendre la civilisation » ont été le plus souvent manipulés par les services de renseignement et les multinationales occidentales (comme la compagnie pétrolière Elf, en France). Ils ont surtout laissé une image de sauvagerie, de rapine, d’indiscipline et, comme au Congo des années 1960, installé la confusion.
Ces « soldats de fortune » ont fait place à une nouvelle génération, le plus souvent d’origine africaine. En 1997, dans l’ex-Zaïre où le président Joseph Mobutu faisait face à la rébellion armée conduite par Laurent-Désiré Kabila, on pouvait identifier – outre des Français et des ressortissants de pays d’Europe de l’Est – une majorité d’éléments sud-africains, togolais et angolais. En 2002, des mercenaires libériens sont venus épauler le régime du général Robert Gueï, en Côte d’Ivoire, puis la rébellion militaire dressée contre l’actuel président Laurent Gbagbo.
Une ressource humaine, qualifiée notamment en aéronautique, provient désormais des pays de l’Est européen, libérés de la tutelle soviétique. En août 2004, le président Gbagbo a engagé une nouvelle équipe de pilotes de chasse ukrainiens : leur contrat stipule, outre l’assistance technique au profit de l’armée de l’air, qu’ils peuvent être amenés à effectuer directement des opérations militaires sur le terrain, aux commandes d’hélicoptères Mi-1924, comme ce fut le cas ces derniers mois lors des pilonnages de Zouan, Vavoua, et Gohitfala

.Autre évolution, les autorités britanniques, françaises et sud-africaines ont fini par adopter des lois anti-mercenaires et s’efforcent d’étouffer dans l’œuf ces aventures clandestines : Paris a collaboré avec Antananarivo, pour empêcher un groupe de parvenir jusqu’à Madagascar, en 2002 ; Londres s’est concerté avec Pretoria, pour permettre l’arrestation des auteurs de la tentative de coup d’Etat en Guinée équatoriale.
Un large éventail de « services »
Mais la main-d’œuvre ne manque pas, grâce à la redéfinition des armées occidentales, ex-communistes et, du sud – de l’armée sud-africaine notamment. En outre, le raccourcissement des périodes d’engagement militaire met sur le marché de nombreux éléments spécialisés dans le maniement des armes, les moyens de transmission, la logistique, l’informatique, etc. Enfin, l’extension du secteur de la sécurité privée, en Occident comme en Afrique, constitue un vivier « naturel » où peuvent puiser d’éventuels organisateurs de mauvais coups.

On est donc passé d’un mercenariat « romantique », à dominante idéologique – celui des « affreux » ou des « corsaires de la république », comme aimait à les qualifier « Bob » Denard – à un mercenariat d’entreprise, à motivation financière, qui offre un large éventail de « services », depuis le conseil et la formation, jusqu’au gardiennage d’exploitations minières ou pétrolières, et aux actions de guerre. A l’échelle africaine, le modèle en a été la société Executive Outcomes , dont on ne trouve l’équivalent que dans les grandes sociétés militaires privées (SMP) anglo-américaines opérant actuellement en Irak.
Dissoute officiellement en Afrique du Sud, en 1998, mais reconstituée à l’étranger, Executive Outcomes avait enrôlé jusqu’à 3 000 hommes, anciens des Special Air Service (SAS) britanniques, des Selous scouts rhodésiens, du 32e bataillon Buffalo sud-africain (dont était issu son fondateur Eeben Barlow), ou d’ex-commandos Recce angolais – rescapés des guerres contre les mouvements de libération en Afrique australe 

En 1993, la société avait aidé le gouvernement angolais à reprendre la zone pétrolière de Soyo à l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola (Unita) ; en 1995, elle a largement contribué à inverser le rapport de forces en Sierra Leone en entraînant, en quelques semaines, une unité d’élite. Elle a notamment dégagé les abords de la capitale, avant de reprendre le contrôle d’une des principales zones diamantifères et de se muer en gardienne des mines ou contrôleuse des élections, voire en militante de... l’humanitaire – au point que le représentant spécial de l’Organisation des nations unies (ONU) avait fini par rendre hommage à ces « “pros” disciplinés et efficaces, dont le passé importe peu, face à ce qu’ils font ici et maintenant, en épaulant le gouvernement légal dans sa lutte contre un banditisme des plus vicieux  ».
Paraissant « acceptables » à certains, les mercenaires « contractuels » d’Executive Outcomes en étaient venus à contrôler le marché africain des « chiens de guerre », éclipsant la vieille garde des « affreux » made in France, vouée à des « coups » bricolés et souvent calamiteux, au service de causes perdues dans telle ou telle dictature francophone, à l’image de l’opération avortée sur Madagascar, au mois de juin 2002.

En France, où les fonctionnaires de la défense et de la police bénéficient d’une retraite anticipée, les anciens des forces spéciales, d’unités d’élite de la police et de la gendarmerie, de la Légion étrangère, des services de renseignement, de certains régiments de parachutistes – ou de services d’ordre privés comme le Département protection sécurité (DPS) du Front national – ont constitué une main-d’œuvre de choix pour des opérations montées dans la clandestinité : Zaïre (1997 et 2001), Madagascar (2002), Côte d’Ivoire (2001-2003).
D’anciens officiers supérieurs, reconvertis dans le privé, ont souvent été cités comme de possibles recruteurs : les ex-gendarmes Paul Barril, Alain Le Caro  , Philippe Legorjus, Robert Montoya, ou le général Jannou Lacaze (ex-chef d’état-major des armées), qui conseille la société de sécurité Geos, dont le général Jean Heinrich – ancien patron de la direction du renseignement militaire (DRM) et des opérations spéciales à la direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) – préside le conseil de surveillance. Cette société, créée en 1997 par de jeunes cadres, anciens du service action de la DGSE, dispose de filiales en Algérie, en Russie, en Arabie saoudite, compte ouvrir prochainement un bureau en Libye et intervient dans une cinquantaine de pays  .

A la tête du groupe Barril Sécurité – une des principales sociétés françaises du genre –, M. Paul Barril assure qu’il « demeure ce qu’il n’a jamais cessé d’être : un officier de gendarmerie ». Il se défend d’être un « Tintin en Afrique » où il conseille plusieurs chefs d’Etat. Outre la protection, le contre-espionnage, l’investigation, la prévention antiterroriste et la formation aux techniques et sports « extrêmes », il propose son savoir-faire en matière de « gestion de crise ».

La privatisation possible du maintien de la paix constitue un autre champ d’action pour le mercenariat en quête de légitimation. Depuis la mort de casques bleus belges au Rwanda en 1994, et de marines américains en Somalie en 1993, les Occidentaux ne se bousculent pas pour intervenir sur le continent noir, si l’on excepte les Britanniques en Sierra Leone, et les Français notamment en Côte d’Ivoire. Sergio Vieira de Mello, secrétaire général adjoint des Nations unies, tué dans un attentat au siège de l’ONU à Bagdad en août 2003, avait évoqué « en désespoir de cause » la possibilité de recourir à des sociétés de sécurité privées pour exécuter des missions de protection en Afrique, au profit d’organisations humanitaires .

Dans le but de traiter avec les autorités et d’acquérir une respectabilité internationale, les compagnies privées de sécurité n’ont pas manqué, en Afrique comme ailleurs, d’endosser le discours de la Banque mondiale sur l’Etat de droit et la « bonne gouvernance ».
Elles se sont dotées de codes de bonne conduite, souscrivent à des « chartes éthiques », affirment ne travailler qu’avec des gouvernements légitimes, dans le respect des législations. Elles « surfent » ainsi sur la stratégie de délégation déjà mise en œuvre en matière de défense dans les pays anglo-saxons, et qui atteint en Irak des proportions jusque-là inconnues.

Mais les précédents africains – Sierra Leone, Angola – ne plaident pas en leur faveur : absence de suivi à long terme sur le terrain ; instabilité statuaire qui rend tout contrôle impossible. De plus, grâce à des dérogations, les lois nationales ne s’appliquent plus à l’intérieur des concessions obtenues dans les zones minières, devenues des zones de non-droit .
Les conventions de l’ONU et de l’Union africaine, tout comme les lois sud-africaine ou française, qui interdisent théoriquement le mercenariat, sont aisément contournées par ces sociétés de sécurité qui ont à nouveau le vent en poupe depuis les attentats anti-américains du 11 septembre 2001. Si bien que certains experts en viennent à préconiser leur reconnaissance, en tant que branche professionnelle, avec un encadrement juridique en espérant au moins assurer un minimum de contrôle sur des activités par nature très « sensibles »...

Philippe Leymarie - le monde diplomatique -
_________________
plutot mort que rouge .....


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 15 Mar - 18:21 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Sam 15 Mar - 21:33 (2008)    Sujet du message: Afrique , terre des mercenaires Répondre en citant

Le sujet des "Mercenaires" est un peu parallèle aux guerres de "la France", mais trés interessant puisqu'il donne aussi une image des guerres des Français... Et beaucoup de mercenaires ont été recrutés en 1962 aprés la fin de l'Algérie française. Les anciens de l'OAS qui ne pouvaient "s'intégrer" en métropole ont été approchés par des réseaux de recrutement... Je me souviens de deux types à Montpellier en juillet 62 qui faisaient de la retape auprés des jeunes Français d'Algérie. Direction Barcelone, puis Lisbonne, et... L'Afrique.
Le colonel Trinquier a été un moment "conseiller" de Tschombé, si mes souvenirs sont exacts.
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Résistant
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2007
Messages: 1 684
Localisation: Vaucluse

MessagePosté le: Dim 16 Mar - 10:44 (2008)    Sujet du message: Afrique , terre des mercenaires Répondre en citant

Il est vrai qu'en 1962, quelques "nostalgiques" du combat pour l'Algérie Française eurent envie de poursuivre la lutte contre le communisme qui assurait la "relève" des colonialistes en Afrique. On peut donc aborder ce sujet comme une suite logique des guerres "coloniales" de la France au XX° siècle. Je n'y vois pour ma part aucun inconvénient !

Revenir en haut
WERWOLF


Hors ligne

Inscrit le: 04 Mar 2008
Messages: 81
Localisation: Deep South

MessagePosté le: Dim 16 Mar - 15:41 (2008)    Sujet du message: Afrique , terre des mercenaires Répondre en citant

en effet le Colonel Trinquier a bien "visiter" le Congo
il a ecrit un livre sur le sujet :
NOTRE GUERRE AU KATANGA
TEMOIGNAGES DU COLONEL TRINQUIER JACQUES DUCHEMIN JACQUES LE BAILLY
EDITION 1963

....avec dans ses bagages un autre "affreux" Robert Denard.
_________________
plutot mort que rouge .....


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Dim 16 Mar - 19:19 (2008)    Sujet du message: Afrique , terre des mercenaires Répondre en citant

On pourra toujours dire qu'ils ont sauvé l'honneur de notre armée... européenne !
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Compagnon


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2008
Messages: 348
Localisation: Le Pontet

MessagePosté le: Sam 22 Mar - 19:15 (2008)    Sujet du message: Afrique , terre des mercenaires Répondre en citant

Mais non voyons ! Ces types là étaient bons pour le peloton s'ils étaient rentré en France ! N'avaient pas d'autre issu que de foutre le camp chez les zoulous pour foutre la merde, comme s'ils avaient besoin de ça les malheureux ! Mais parait que ça payait bien aussi. Pas négligeable !
_________________
La France a perdu une bataille, mais n'a pas perdu la guerre !


Revenir en haut
Briard
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 3 331

MessagePosté le: Dim 23 Mar - 10:43 (2008)    Sujet du message: Afrique , terre des mercenaires Répondre en citant

Compagnon a écrit:
Mais non voyons ! Ces types là étaient bons pour le peloton s'ils étaient rentré en France ! N'avaient pas d'autre issu que de foutre le camp chez les zoulous pour foutre la merde, comme s'ils avaient besoin de ça les malheureux ! Mais parait que ça payait bien aussi. Pas négligeable !



Arrêtes un peu avec tes affirmations gratuites, et apporte nous des preuves de ce que tu dis, plutôt!!
Tu travaillerais pas chez LACOSTE toi ?? Car tu as tout l'air d'en être l'embléme!!  Mort de Rire
_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter.
F Fenelon


Revenir en haut
Résistant
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2007
Messages: 1 684
Localisation: Vaucluse

MessagePosté le: Lun 24 Mar - 19:47 (2008)    Sujet du message: Afrique , terre des mercenaires Répondre en citant

Compagnon veut sans doute parler des déserteurs de la légion étrangère partis au Congo. Il exagère en parlant de peloton. Tous n'étaient pas passibles de la peine de mort !
Pourquoi veux-tu qu'il soit l'emblème de la maison Lacoste: le crocodile ? Il nous a dit qu'il était retraité de la Gendarmerie. Ah si, il aurait pu être à celle de Nîmes... C'est vrai.


Revenir en haut
Compagnon


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2008
Messages: 348
Localisation: Le Pontet

MessagePosté le: Jeu 27 Mar - 17:27 (2008)    Sujet du message: Afrique , terre des mercenaires Répondre en citant

Non, j'ai jamais été à la Brigade de gendarmerie de Nîmes. J'aurais bien voulu mais ma région c'était le Dauphiné aprés la Côte d'Or. Brigade motocycliste. Ah, on en a choppé des contrevenants ! Et ça picolait dur là-bas !
_________________
La France a perdu une bataille, mais n'a pas perdu la guerre !


Revenir en haut
Croquignol


Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2008
Messages: 429
Localisation: Sarthe

MessagePosté le: Ven 28 Mar - 16:43 (2008)    Sujet du message: Afrique , terre des mercenaires Répondre en citant

Où à la gendarmerie ?

Revenir en haut
Briard
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 3 331

MessagePosté le: Ven 28 Mar - 21:24 (2008)    Sujet du message: Afrique , terre des mercenaires Répondre en citant

Résistant a écrit:
Compagnon veut sans doute parler des déserteurs de la légion étrangère partis au Congo. Il exagère en parlant de peloton. Tous n'étaient pas passible de la peine de mort ! Pourquoi veux-tu qu'il soit l'emblème de la maison Lacoste: le crocodile ? Il nous a dit qu'il était retraité de la Gendarmerie. Ah si, il aurait pu être à celle de Nîmes... C'est vrai.


Justement il est comme les crocodiles : tout en gueule!!
_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter.
F Fenelon


Revenir en haut
Compagnon


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2008
Messages: 348
Localisation: Le Pontet

MessagePosté le: Sam 29 Mar - 08:46 (2008)    Sujet du message: Afrique , terre des mercenaires Répondre en citant

J'en ai assez de me faire agresser de cette façon par monsieur Briard ! Voyons, un peu de respect jeune homme !
Pour monsieur Croiquignol, je parle des automobilistes qui circulent dans cette région et qui dépassent souvent le taux d'alcoolémie toléré, pas de la Gendarmerie Nationale. Je mets ça sur le compte de la plaisanterie. Et je passe pour cette fois.
_________________
La France a perdu une bataille, mais n'a pas perdu la guerre !


Revenir en haut
Résistant
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2007
Messages: 1 684
Localisation: Vaucluse

MessagePosté le: Sam 29 Mar - 17:06 (2008)    Sujet du message: Afrique , terre des mercenaires Répondre en citant

Attention Briard ! Six points au moins...

Revenir en haut
Briard
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 3 331

MessagePosté le: Sam 29 Mar - 22:03 (2008)    Sujet du message: Afrique , terre des mercenaires Répondre en citant

M'en fous je roule sans permis, il peut  m'en enlever autant qu'il veut le pandore retraité!!
ça lui rappellera le bon temps !! Mort de Rire
_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter.
F Fenelon


Revenir en haut
Alexandre


Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2008
Messages: 354
Localisation: Nice

MessagePosté le: Mar 8 Avr - 17:27 (2008)    Sujet du message: Afrique , terre des mercenaires Répondre en citant

Tiens on le vois plus le pandore retraité !
A mon avis il a du reprendre du service aux RG. Briard t'es marron !
_________________
Qui ne gueule pas la vérité, quand il sait la vérité, se fait le complice des menteurs et des faussaires." Charles Péguy


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:01 (2016)    Sujet du message: Afrique , terre des mercenaires

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> Guerres d'Afrique Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com