France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La fusillade de la rue d'Isly
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> L'Algérie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Alexandre


Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2008
Messages: 354
Localisation: Nice

MessagePosté le: Ven 21 Mar - 17:52 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

Nous voilà bientôt à l'anniversaire de ce 26 mars 1962 qui vit des représentants de l'armée française, massacrer des Français innocents et désarmés, rue d'Isly en plein centre d'Alger; 82 morts, plus de deux cent blessés, dont personne ne dira rien, à part les associations de défense de la "mémoire" de l'Algérie française.

Je ne le répéterai jamais assez, ceci est aussi un crime d'état, prémédité par De Gaulle et ses ministres.

La thèse des "zéminents zistoriens" comme Stora, prétend que des tueurs de l'OAS, planqués au-dessus du carrefour Isly-Pästeur, ont ouvert le feu avec un FM pour déclencher la fusillade.
Faux ! Si c'était le cas, ils auraient bien évidemment ouvert le feu sur le cordon de tirailleurs qui essayait de barrer la rue. Et il y aurait donc eu des victimes parmi ces tirailleurs. Or, il n'y a même pas eu un blessé léger dans leur rang !
Même chose si on suit une autre thèse qui prétend que des commandos armés OAS se trouvaient dans la foule. Il y aurait eu échange de coups de feu, et ce quasiment à bout portant. Or aucun tir n'est provenu de la foule désarmée !
Les tracts signés "OAS" distribués le matin dans tout Alger précisaient bien qu'aucune arme de devait être amenée.

Ensuite, les questions qui se posent:
- Pourquoi une vingtaine ou une trentaine de soldats, tous musulmans, arrivés du Djebell le matin même, n'ayant pour la plupart jamais vu une ville comme Alger, n'ayant aucune formation de maintien de l'ordre en milieu urbain, ont été placés là, pour arrêter une foule dense de plusieurs milliers d'Européens déterminés ? Et ce alors qu'il y a à Alger pendant ces jours de mars 1962, au moins 20.000 soldats, gendarmes et CRS, métropolitains !
- Pourquoi ces tirailleurs étaient-ils tous armés de pistolets mitrailleurs approvisionnés et d'un fusil mitrailleur AA52 également approvisionné d'une bande de cartouches ?
- Pourquoi n'a-t-on pas disposé à cet endroit deux escadrons de Gendarmes Mobiles disposant de grenades lacrymogènes et de grenades offensives, qui auraient largement suffit à disperser cette foule là ?
- Pourquoi, alors que la manifestation était interdite, avoir laissé se rassembler au lieu de rendez-vous fixé par les organisateurs, 8 à 10.000 personnes, dont des femmes, des adolescents, des gens âgés... Alors que des barrages infranchissables, constitiués de chars (des Schaffee de la GM) flancs contre flancs et protégés par des rouleaux de barbelés étaient disposés plus bas, vers le square Bresson et le boulevard de la République, interdisant l'accés à Beb-el-Oued ?
- Pourquoi ne donne-t-on pas les raisons de la visite "impromptue" du général Ailleret le 23 ou 24 mars à Berrouaghia, PC du régiment de tirailleurs dont une unité sera envoyée à Alger ?

Lorsqu'on s'interroge, honnêtement, comme je l'ai fait aprés avoir lu des centaines de témoignages, on ne peut qu'en déduire qu'il s'agit bien ce jour là d'un crime prémédité. Et prémédité par De Gaulle, qui est le premier responsable. 
_________________
Qui ne gueule pas la vérité, quand il sait la vérité, se fait le complice des menteurs et des faussaires." Charles Péguy


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 21 Mar - 17:52 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Résistant
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2007
Messages: 1 684
Localisation: Vaucluse

MessagePosté le: Ven 21 Mar - 20:09 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

Bravo Alexandre ! Tes questions sont effectivement trés pertinentes. Je rajouterai celle-ci:

- Comment se fait-il que l'OAS ne soit pas intervenue en force contre les forces de l'ordre dans les journées qui ont suivi ?
On aurait pu craindre un embrasement général de la ville. Mais rien. Doit-on en conclure que le 26 mars a marqué la défaite finale de l'organisation ?


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Ven 21 Mar - 23:54 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

Tout simplement parceque l'OAS ne représentait que quelques dizaines de "combattants" dans une ville aussi grande qu'Alger, et bâtie en arc de cercle autour de sa baie... C'est la constatation qu'on est obligé de faire, même si la population suivait passionnément les émissions radio-pirates et les "ordres" de l'organisation, dont les commandos armés s'étaient concentré sur Bab-El-Oued pour tenir le quartier sous sa dépendance. Combien étaient-ils ? 60, 80, 100... Guère plus. je ne parle pas de toutes les "petites mains" qui gravitaient autour (affiches, distribution de tracts...)
Il est vrai que le 26 mars et les journées qui ont suivi, ont provoqué un grand abattement chez les Européens d'Alger et certainement de toute l'Algérie. On a bien compris à partir de ce moment là que c'était bien foutu... Qu'il ne restait que la politique de "terre brûlée", et les pseudos accords entre Mostefaï et Susini... Avec ce projet d' enclave française de la région d'Oran !
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Résistant
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2007
Messages: 1 684
Localisation: Vaucluse

MessagePosté le: Sam 22 Mar - 12:20 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

Toi qui a "vécu" ces journées là (et peut-être Alexandre ?) pourrais-tu infirmer ou confirmer le fond de ma pensée; l'échec du "putsch" d'Alger, en avril 1961, est véritablement le commencement de la fin de la résistance française en Algérie. Il y avait eu l'échec des "barricades", en janvier 60, et là encore ce fut une occasion râtée, mais rien, à mon avis n'était encore perdu.

Revenir en haut
Alexandre


Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2008
Messages: 354
Localisation: Nice

MessagePosté le: Sam 22 Mar - 12:47 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

Non, pas vraiment ! Mais j'ai de la famille qui les a vécu et je me suis toujours interessé de trés près à l'histoire de la guerre d'Algérie.
A mon avis, l'histoire du "putsch" du général Challe a été un énorme piège tendu par De Gaulle pour en finir avec les derniers officiers "Algérie française" de l'armée d'AFN. Parcequ'il ne voulait pas risquer une levée de bouclier au moment de mettre en place les accords d'Evian et le cessez-le-feu avec le seul FLN.
On imagine quelle aurait été la réaction de ces officiers le 19 mars 1962 ?
De Gaulle a donc préféré "prévenir" le clash, en manipulant Challe qu'il savait trés respecté par la majorité des officiers généraux et des officiers supèrieurs d'Algérie. Son fameux "plan" n'avait-il pas été un grand succès ?
Il savait bien sur que Challe n'irait pas jusqu'au bout, parceque c'était un officier "légaliste" qui ne ferait jamais couler de sang français. Il savait aussi qu'il tenait en main tout le contingent d'Algérie, et là le PCF et son organisation clandestine l'OCC, lui en avait donné des assurances. Et tenir le contingent, c'était tenir toute la "logistique" de l'armée, les essences, les munitions, le train, le ravitaillement, les "rampants" de l'armée de l'air, et la... Marine !
Je ne crois pas que Challe ait été complice conscient de De Gaulle. Non. Comme Giraud quelques années plus tôt, il n'était pas un politique.
Il a préféré tout arrêter car il était arrivé dans une impasse; se rendre, ou déclencher une guerre civile dans la guerre civile. Ce qui n'aurait été qu'un sanglant baroud d'honneur qui n'aurait fait que hâter la fin de l'Algérie française.
_________________
Qui ne gueule pas la vérité, quand il sait la vérité, se fait le complice des menteurs et des faussaires." Charles Péguy


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Sam 22 Mar - 15:27 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

Je partage ton avis, Alexandre. L'OAS a connu ses heures de gloire dans l'immédiat aprés-putsch, avec les officiers (les capitaines, les colonels) qui avaient refusé la rédition et avaient pris "le maquis" avec les meilleurs de leurs hommes, légionnaires et paras. Ce fut l'époque de la constitution de certains groupes armés dans l'Ouarsenis, qui n'eurent qu'une existence ephémère, à cause de la complicité entre ALN et armée... gaulliste qui se liguèrent pour les anéantir. Cette OAS là ne dura pas plus d'un an. Arrestations, éliminations, replis en Espagne en eurent raison.
On a passé sous silence que le Mossad avait délégué un commando à Alger, dans l'objectif d'aider la communauté juive à se mobiliser pour sa propre défense aux côtés de l'OAS. Ce commando prit ses quartiers dans un immeuble de la rue Bab-Azoun, en basse Casbah qui était le centre "actif" des Juifs d'Alger. Mais, il n'y trouva quasiment personne, et en tous les cas personne de décidé pour prendre une arme. Il constata également que la propagande gaulliste avait fait du bon travail en persuadant les Juifs d'Algérie que les gens de l'OAS étaient d'affreux néo-nazis "nostalgiques de Vichy"... Bref, aprés quelques opérations ponctuelles contre les hommes de Si-Azzedine, le commando disparut aussi discrètement qu'il était venu.
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Compagnon


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2008
Messages: 348
Localisation: Le Pontet

MessagePosté le: Sam 22 Mar - 18:53 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

Vous nous racontez n'importe quoi mon petit ami ! Le mossad et pourquoi pas la CIA ! Votre OAS a réussi a creuser définitivement le fossé entre les Algériens et les Français. Ils seraient restés là-bas sans ça ! En avaient pas besoin ! La fusillade de la rue Disly a bien été provoquée par l'OAS pour décider l'armée française à basculer contre les Algériens. Du moins le pensaient-ils. Mais heureusement nos chefs ont gardé leur sang-froid et le Général, ce n'était pas Guy Mollet !
_________________
La France a perdu une bataille, mais n'a pas perdu la guerre !


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Sam 22 Mar - 19:47 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

Pour le Mossad, j'en ai la certitude. Je ne peux pas vous en dire plus. Quand au "fossé", vous oubliez qu'il était abîme depuis déjà longtemps et que le choix laissé aux Européens par le FLN était "la valise ou le cercueil"... Dans ces conditions, je ne vois pas comment les Français auraient pu rester. Le massacre du 5 juillet à Oran, c'était aussi de la faute de l'OAS ? Vous savez bien que ce n'est pas vrai puisqu'il n'y avait à Oran, depuis le 27 juin date à laquelle le dernier "commando" avait quitté Arzew à bord d'un chalutier pour Alicante, aucun militant de l'organisation !
En ce qui concerne la fusillade de la rue d'Isly, les questions que se pose Alexandre suffisent à démontrer qu'il n'y eut aucune provocation d'aucune sorte de l'OAS, qui savait d'ailleurs qu'elle ne pouvait compter sur aucune formation militaire présente à Alger à ce moment là, s'agissant de troupes du contingent métropolitain ou de gendarmes mobiles... sous les ordres du Général Ailleret et du Colonel Debrosse...
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Croquignol


Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2008
Messages: 429
Localisation: Sarthe

MessagePosté le: Dim 23 Mar - 14:46 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

Quand on connait Roger Hanin, Patrick B...ruel, ou Enrico Macias, on comprend qu'ils aient été écoeurés les types du Mossad ! Si ils avaient l'intention de faire un deuxième Israël, c'est pas avec des marchants de tapis comme ceux-là qu'ils auraient pu le faire !
Moi j'en sais rien, mais c'était possible à cette époque là. Qu'est-ce qu'il en sait le gendarme ?


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Dim 23 Mar - 17:16 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

Le commando du Mossad, devait "étoffer" et armer des groupes "Juifs" surtout destinés à protéger la communauté et à aider tous ceux qui souhaitaient partir en Israël. Ils devaient travailler en coordination avec l'organisation, échanger les informations et utiliser les mêmes réseaux de soutien. Encore fallait-il trouver des volontaires !
Or, lorsqu'il arriva sur place, une grande partie des Juifs d'Alger avait déjà gagné la métropole, et il y eut trés peu de volontaires pour émigrer vers la Terre promise...
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Croquignol


Hors ligne

Inscrit le: 25 Jan 2008
Messages: 429
Localisation: Sarthe

MessagePosté le: Dim 23 Mar - 17:34 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

Ils étaient déjà installés à Nice, à Cannes et à Marseille, rue Saint Ferréol ?

Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Dim 23 Mar - 18:57 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

Tu as oublié la rue du Sentier à Paris... mais celà nous amène HS et je voudrais que nous revenions à cet épisode dramatique de la guerre d'Algérie, la fusillade de la rue d'Isly, programmée et voulue par le régime gaulliste.
Lorsqu'on prend une à une les questions posées par Alexandre et qui se posent naturellement à tous ceux qui se sont penchés sur les reportages, les témoignages, les enquêtes, on ne peut pas conclure différemment.
On a dit aussi qu'on avait descendu de cette immeuble d'angle de la rue d'Isly, les corps de deux "asiatiques", servants de ce fameux FM qui serait à l'origine des tirs contre la foule. Aucun témoignage des personnes présentes sur les lieux ne parle de ces cadavres là, et il y a des centaines de témoignages ! Des "asiatiques" ? Il n'y en avait pas dans l'OAS, mais par contre il y en avait parmi les "Barbouzes" gaullistes chargées de la chasse aux commandos de l'OAS ! Ce serait donc une équipe de ces barbouzes qui est intervenue ? Mais alors, nous aurions la preuve de ce que nous avançons !
Sincèrement je n'y crois pas. Et ensuite, tous les toits des immeubles qui surplombaient les lieux étaient occupés par les gendarmes mobiles depuis le matin...

Des commandos OAS parmi les manifestants ? Oui, il y avait certainement des membres de l'OAS dans la foule, mais ils n'étaient pas armés ! On aurait retrouvé les armes en relevant les victimes, et des douilles de cartouches tirées depuis la Poste. Rien !

Et comme il est dit plus haut, compte tenu du nombre de militaires et de gardes mobiles présents à Alger ces jours là, il était facile de poser un "bouchon" de deux ou trois escadrons de gendarmes à l'entrée de cette rue d'Isly qui n'est pas trés large. Des personnels rompus aux manifestations de foule et qui n'auraient eu aucune difficulté pour disperser une foule composée d'hommes et de femmes de tous âges, seulement "armés" de drapeaux tricolores, qui n'était pas venue pour en découdre (rien à voir avec les cortèges "d'étudiants" de mai 68 !)

La vérité, elle est éclatante: il fallait tuer ce jour là un maximum d'Européens, pour bien montrer aux Français d'Algérie que De Gaulle était bien décidé, et à n'importe quel prix, à offrir l'Algérie au FLN.
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Lun 24 Mar - 13:11 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

Et comme preuve évidente de ce que la "guerre d'Algérie" ne s'est pas terminée le 19 mars 1962, mais dure encore en France, les porteurs de valises du FLN, toujours actifs lorsqu'il s'agit de porter de mauvais coups aux Français d'Algérie, et bien sur, à travers eux à la France, se manifestent par de véritables cris d'hystérie poussés au départ par la trop fameuse LDH (Ligue des Droits de l'Homme -sic) de Toulon* relayée par le MRAP, la LICRA, et la cinquantaine d'associations subventionnées qui avaient réuni 150 personnes à Perpignan, contre la manifestation qui doit avoir lieu à l'Arc de Triomphe, le 26 mars prochain, rappelant, en autres, à Nicolas Sarkozy qu'il avait promis que la mention "Morts pour la France" serait validée pour tous les morts de la rue d'Isly d'Alger.

C'en est trop bien sur pour ces canailles pour qui les seuls "Morts pour la France" en Algérie ne sont que les victimes de l'OAS... Qui doivent se compter, si on les croit, à des dizaines de milliers. Les Harkis égorgés, ou tout simplement des centaines de milliers de victimes du FLN, de 1954 à 1962, ils n'en ont jamais entendu parler ! Ceux là, pour eux, ne sont pas "Morts pour la France", mais probablement morts de mort accidentelle...

* La LDH de Toulon ? Je pense que ça doit être le siège social national de la LDH. Tout simplement. Comme je ne tiens pas à faire de la pub pour cette organsation, je tiens à la disposition de ceux qui le souhaitent et par MP, le lien qui leur permettra de prendre connaissance du communiqué sorti pour l'occasion.
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Résistant
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2007
Messages: 1 684
Localisation: Vaucluse

MessagePosté le: Lun 24 Mar - 16:52 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

Alexandre a écrit:
Non, pas vraiment ! Mais j'ai de la famille qui les a vécu et je me suis toujours interessé de trés près à l'histoire de la guerre d'Algérie. A mon avis, l'histoire du "putsch" du général Challe a été un énorme piège tendu par De Gaulle pour en finir avec les derniers officiers "Algérie française" de l'armée d'AFN. Parcequ'il ne voulait pas risquer une levée de bouclier au moment de mettre en place les accords d'Evian et le cessez-le-feu avec le seul FLN.On imagine quelle aurait été la réaction de ces officiers le 19 mars 1962 ?
De Gaulle a donc préféré "prévenir" le clash, en manipulant Challe qu'il savait trés respecté par la majorité des officiers généraux et des officiers supèrieurs d'Algérie. Son fameux "plan" n'avait-il pas été un grand succès ?
Il savait bien sur que Challe n'irait pas jusqu'au bout, parceque c'était un officier "légaliste" qui ne ferait jamais couler de sang français. Il savait aussi qu'il tenait en main tout le contingent d'Algérie, et là le PCF et son organisation clandestine l'OCC, lui en avait donné des assurances. Et tenir le contingent, c'était tenir toute la "logistique" de l'armée, les essences, les munitions, le train, le ravitaillement, les "rampants" de l'armée de l'air, et la... Marine !
Je ne crois pas que Challe ait été complice conscient de De Gaulle. Non. Comme Giraud quelques années plus tôt, il n'était pas un politique.
Il a préféré tout arrêter car il était arrivé dans une impasse; se rendre, ou déclencher une guerre civile dans la guerre civile. Ce qui n'aurait été qu'un sanglant baroud d'honneur qui n'aurait fait que hâter la fin de l'Algérie française.





Je partage ce point de vue. A l'évidence, ce coup de force a été probablement dirigé et manipulé de et par l'Elysée, ce qui expliquerait que de nombreux officiers qui, sollicités par Challe avant le déclenchement de l'action lui aient donné son accord, puis se soient rétractés au moment de franchir le Rubicon.

Des unités devaient également "bouger" en France métropolitaine. Elle n'ont pas déplacé le moindre bouton de guêtre ! Tandis que le PCF mobilisait tout son appareil pour venir au secours de la "République"...
L'armée décapitée, De Gaulle avait les mains libres ! Comment les Français d'Algérie n'ont-ils pas compris qu'il était le pire des recours en Mai 58 ? Il les haïssait !


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Lun 24 Mar - 18:47 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

Mon père, lui, avait compris... Il a essayé de me dissuader de devenir gaulliste, lui, qui l'avait été !
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:03 (2016)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> L'Algérie Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
Page 1 sur 7

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com