France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La fusillade de la rue d'Isly
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> L'Algérie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Compagnon


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2008
Messages: 348
Localisation: Le Pontet

MessagePosté le: Jeu 27 Mar - 17:12 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

Cette manifestation insurrectionnelle devait être mâtée et l'ordre devait rester à la loi ! L'OAS avait tué des militaires du contingent à Bab el oued qu'elle avait décrété "Quartier interdit". De quel droit ?
Si l'armée française n'avait pas maintenu l'ordre, qui l'aurait fait ? Les piednoirs auraient mérité qu'on laisse les Algériens rétablir l'ordre. Il y aurait pas eu 46 ou 82 morts, mais au moins 100 fois plus ! Voyons !
_________________
La France a perdu une bataille, mais n'a pas perdu la guerre !


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 27 Mar - 17:12 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Charles


Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2008
Messages: 860

MessagePosté le: Jeu 27 Mar - 18:16 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

Une petite video... à vous de juger...

http://www.dailymotion.com/video/x4uxwr_la-republique-bafouee_news


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Jeu 27 Mar - 23:49 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

Oh c'est tout "jugé"... Lorsqu'on voit que cette vidéo est sponsorisée par... l'Humanité !

Remarque, ce monsieur qui s'adresse aux policiers en leur citant le nombre de policiers* assassinés par... l'OAS, oublie de donner le nombre de gardiens de la paix parisiens assassinés par le FLN !

* ces "policiers" n'étaient pas de simples "gardiens de la paix", ils étaient des "barbouzes" recrutés et envoyés en Algérie, à Alger spécialement, pour lutter contre les commandos OAS. Lire à ce sujet le livre de Jacques Delarue "OAS contre De Gaulle".
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Maréchal


Hors ligne

Inscrit le: 19 Déc 2007
Messages: 1 138
Localisation: Gard

MessagePosté le: Ven 28 Mar - 08:40 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

C'est la façon tout à fait particulière de "gérer" l'affaire d'Algérie, prise par De Gaulle, qui a légitimé les réactions de violence des Français d'Algérie. C'est lui qui les a poussé dans la clandestinité, les attentats et les décisions "suicidaires" ! Il ne leur a même pas demandé leur avis au cours des négociations. Que leur restait-il ?
Ici aussi, il convient de réfléchir et de se mettre un peu à la place de nos compatriotes là-bas. Ils vivaient depuis 1954, depuis 7 ans, dans l'atmosphère de terreur imposée par le FLN. On parle encore de la petite Delphine Renard blessée (accidentellement) par une bombe de l'OAS qui ne la visait pas. mais on ne parle plus des centaines d'enfants mutilés, tués, par les bombes du FLN qui les visaient, eux !
_________________
Notre vie est- un voyage
Dans l'hiver et dans la nuit,
Nous cherchons notre passage
Dans le Ciel où rien ne luit.

Chanson des Gardes Suisses. 1793


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Ven 28 Mar - 10:27 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

Le 19 mars 1962, le gouvernement français et le GPRA/FLN ont signé les accords dits "d'Evian", et un cessez-le-feu qui théoriquement concernait les deux parties en cause. Or, seule l'armée française a respecté, vis à vis du FLN, ce cessez-le-feu.
Le FLN et sa branche armée l'ALN, ne se sont pas sentis concernés par ce cessez-le-feu en prétextant que l'OAS n'avait pas cessé ses "agressions" contre ses militants et qu'ils leur fallait donc s'en défendre (sic). Et de Gaulle, bien entendu, mit l'armée française en demeure de faire cesser le "terrorisme" de ... l'OAS !

On en arrivait à la situation paradoxale de voir le FLN et l'Armée française s'allier contre les représentants des partisans de l'Algérie française (comme dit l'AFP/L'Huma). Et ils avaient le culot de se défendre ?

Qu'auriez vous fait à leur place ?
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Ven 28 Mar - 13:04 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

Compagnon a écrit:
Cette manifestation insurrectionnelle devait être mâtée et l'ordre devait rester à la loi ! L'OAS avait tué des militaires du contingent à Bab el oued qu'elle avait décrété "Quartier interdit". De quel droit ? Si l'armée française n'avait pas maintenu l'ordre, qui l'aurait fait ? Les piednoirs auraient mérité qu'on laisse les Algériens rétablir l'ordre. Il y aurait pas eu 46 ou 82 morts, mais au moins 100 fois plus ! Voyons !




Revenons sur l'incident qui mit le feu aux poudres. Le matin du 23 mars 1962, alors que la veille, par une émission pirate sur les ondes de la télé algéroise (France V...) l'OAS a déclaré le quartier de Bab-El-Oued (où les terroristes FLN continuent à faire des victimes) interdit à toute intrusion de l'armée française et de la gendarmerie (qui ne protègent plus la population européenne), un camion GMC avec à son bord une dizaine de militaires du contingent se présente à un barrage formé de militants de l'organisation, qui entendent faire appliquer les ordres qu'ils ont reçu. Ils arrêtent donc le camion et ordonnent au chauffeur de faire demi-tour. Le chef de bord n'entend pas obtempérer et au contraire il donne l'ordre au chauffeur d'avancer et de forcer le barrage. Celui-ci obéit, hiérarchie oblige, et avance. A ce moment l'un des hommes du barrage lache une rafale de son PM dans la calandre et le radiateur du véhicule. Du plateau, où se tiennent huit militaires, partent alors des coups de feu en direction du barrage... La riposte est foudroyante. Tous les militaires sont tués. On s'appercevra que sur les 10, 7 étaient "Algériens"...
Alors se déclenche une opération de répression telle qu'Alger n'en a jamais connu depuis le début des événements. Convergent sur Bab-El-Oued des dizaines de chars et d'auto-mitrailleuses de la Garde Mobile, ainsi que des milliers de gendarmes. Ils ouvrent immédiatement le feu sur tout ce qui bouge dans le quartier, au canon et à la mitrailleuse lourde. Les commandos de l'OAS ripostent des terrasses des immeubles. Mais ils ne sont pas nombreux, 100 à 200 tout au plus, et armés légèrement: fusils, grenades, PM et quelques FM. Les gendarmes reçoivent en renfort des compagnies des troupes de marine métropolitaines qu'ils envoient en détachement précurseurs, sachant que les insurgés ne tireront pas sur les tenues camouflées qu'ils arborent. Un avion T6, venu de la Réghaïa vient faire du "straffing" sur les toits en milieu d'aprés-midi...
Lorsque la nuit arrive, tout est fini. La plupart des commandos de l'OAS survivants réussiront à s'échapper, parfois avec la complicité des soldats du Rima dont les barrages s'avèrent... poreux.
Va commencer alors la fouille systématique de tous les appartements du quartier par les gendarmes mobiles. La photo qu'a publié Briard donne une êtite idée de la sauvagerie de l'opération... On ne se contente pas de fouiller, les chars Schaffee, écrasent sous leurs chenilles les véhicules en stationnement qui n'ont pas souffert des combats... On empêche l'évacuation des blessés et des morts... On coupe l'eau, le téléphone, le gaz et l'électricité... On interdit bien entendu tout ravitaillement... Pas de lait pour les nourrissons... Pas de pain... S'organise alors quelques filières, toujours avec l'aide des formations Rima, qui n'ont pas trop apprécié de servir de bouclier aux gendarmes !

Le siège sera levé, aprés le sanglant épisode de la rue d'Isly, et ce parceque les journalistes étrangers commencent à arriver nombreux... Tous les hommes valides de Bab-El-Oued vont être internés dans les camps qui servaient les années précédentes au FLN pour des "contrôles d'identité" qui dureront plusieurs semaines, dans des conditions que les nazis n'auraient pas reniées. Jamais, même aux pires moments de la bataille d'Alger, ou des émeutes FLN de décembre 61 de tels moyens n'ont été employés pour juguler un soulèvement.
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Compagnon


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2008
Messages: 348
Localisation: Le Pontet

MessagePosté le: Sam 29 Mar - 08:40 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

Le guet-apent où sont tombés ces malheureux soldats du contingent justifiait l'opération de la gendarmerie. Face à une situation insurrectionnelle de groupes armés, l'état de légitime défense implique une riposte appropriée. Elle l'a été.
Mais Admin, vous êtes pied-noir. C'est probablement ce qui fausse votre jugement. Je comprend que certains événements vous ont choqué. Vous devriez admettre que c'était la seule solution et que tous les Français de la métropole étaient contre vous et pour l'indépendance algérienne.
_________________
La France a perdu une bataille, mais n'a pas perdu la guerre !


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Sam 29 Mar - 10:32 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

Qui était en état de légitime défense, Compagnon ?
Imaginons. Demain, un Président de notre République décide d'accorder l'indépendance aux clowns du FLNC Corse, sans consulter l'ensemble des Corses et en envoyant sur l'île, 30.000 gendarmes mobiles chargés de faire appliquer les accords signés entre le FLNC et l'état français. Des Corses, indignés par de telles mesures, se révoltent et commencent à déquiller quelques uns de ces gendarmes. Vous les traitez d'assassins vous ? Moi, je les désigne sous le nom de "Résistants" et je leur trouve des circonstances atténuantes.
Rien de "faussé" dans mon jugement. La population française d'Algérie, et je parle de toute la population française, pieds noirs et "indigènes", subissent depuis 1954 le terrorisme FLN (appelons un chat, un chat) qui a provoqué beaucoup plus de victimes que l'armée française, ce qu'on oublie volontiers en parlant des "martyrs algériens". L'état français, sous la poigne de De Gaulle, négocie avec ceux qu'il convient d'appeler des terroristes, la livraison de ce qui est encore un ensemble de départements français, sans daigner prendre l'avis de ceux qui veulent rester Français sur ce qui est aussi LEUR terre.
Le 19 mars 1962 marque une recrudescence des violences du FLN, alors que l'armée française respecte, elle, le cessez le feu.

Qui est en état de "légitime défense" ?

Et ne venez pas me dire que c'est "à cause de l'OAS" ! l'OAS n'est "active" que dans les grandes villes, Alger, Oran, Constantine. Tout le reste du territoire est livré à l'ALN et à ses bandes d'assassins qui se renforcent des moudjahids de la 25ème heure.

Je suis un témoin. Et un témoin impartial, quoi que vous en pensiez. La métropole est alors complètement désinformée, et j'en ai fait le constat lors de mon passage chez les Chasseurs à Grenoble pour la pèriode de mon peloton de sous-officier en 1959.
Les Français ne pensent qu'à "la Paix" ! Les parents qui ont un fils en Algérie "dans le Djebell" ne pensent bien sur qu'à le voir rentrer. Quand aux autres, ils sont sensibles aux slogans tels que ceux-ci "l'Algérie coûte cher !" - "Les colons font suer le burnous" - "La France n'est pas chez elle en Algérie et les Algériens ont droit à leur liberté" - "De Gaulle défend la République contre les factieux d'Alger"... etc... etc...
Que savent-ils de la VERITE algérienne ? RIEN ! Pour 90% au moins d'entre eux ! Et on ne peut compter, ni sur De Gaulle, ni sur ses alliés communistes pour la leur dévoiler ! Certainement pas !

"Faussé" mon jugement ?
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Compagnon


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2008
Messages: 348
Localisation: Le Pontet

MessagePosté le: Sam 29 Mar - 12:32 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

La Corse ? Rien à voir ! Et vous oubliez tout ce qu'ont pu en dire tous les soldats du contingent qui en revenaient. Leurs témoignages ont plus fait que n'importe quelle propagande !
_________________
La France a perdu une bataille, mais n'a pas perdu la guerre !


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Sam 29 Mar - 13:56 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

Mais les soldats du contingent ne pouvaient pas avoir une connaissance de l'Algérie et de la complexité du problème ! D'abord on les envoyait là-bas aprés une instruction plus que sommaire de deux mois, où le maniement d'armes et les déplacements en ordre serré prenaient 90% du temps, le reste étant consacré au tir et au démontage-remontage des armes. On leur avait dit qu'en Algérie "c'était la guerre" et ils embarquaient sur les bateaux en songeant aux images de "guerre" de 39/45 ou de Dien Bien Phu... Ils arrivaient à Alger, où... ce n'était pas la guerre ! Pas ces guerres là en tous cas. Ils montaient sur leur piton... Il n'y avait pas de ces attaques de postes dont ils avaient entendu parler pour l'Indochine... Au contraire ! L'ennui... Des mois sans entendre un seul coup de feu, pêter une seule grenade... La routine des patrouilles... des ouvertures de pistes... Et ces pauv'z'arabes en loques (les bougnouls) et ces européens prétentieux avec leurs filles splendides qu'on ne pouvait pas toucher (les colons).
Qu'est-ce qu'ils pouvaient raconter en rentrant en métropole, ces soldats du contingent ? Ils avaient entendu sur le bateau du retour un type plus malin que les autres, parler de ce "verre d'eau à cent balles" que faisait payer le colon plein aux as !
Et puis, au bal du dimanche aprés-midi, sur la place du village, le quillard, l'ancien d'Algérie, racontait à toutes les filles émerveillées comment il avait, lui, avec sa MAT et deux grenades, exterminé toute une "katiba" dans un coin à se faire couper les couilles.

Voilà, Compagnon, l'information de tes soldats du contingent ! C'est de l'histoire ça ? Des histoires, oui.
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Résistant
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2007
Messages: 1 684
Localisation: Vaucluse

MessagePosté le: Sam 29 Mar - 16:34 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

Compagnon a écrit:
La Corse ? Rien à voir ! Et vous oubliez tout ce qu'ont pu en dire tous les soldats du contingent qui en revenaient. Leurs témoignages ont plus fait que n'importe quelle propagande !



Admin a pris la Corse comme exemple. pour essayer de vous faire comprendre la situation telle qu'elle était ressentie par les Français d'Algérie.

Il est certain que la majorité des Français "de métropole" eut une vision tronquée des événements d'Algérie. Il suffit de voir quelle importance ils donnèrent à ce malheureux attentat à la bombe qui fit une petite victime, blessée à un oeil et qui fut envoyée se faire soigner aux USA !
Tous les pieds noirs, j'en suis sur, déplorèrent cette "bavure", mais comment pouvaient-ils réagir devant l'importance des réactions de leurs compatriotes d'au-delà de la Méditerranée, eux qui étaient victimes depuis plus de sept ans d'un terrorisme ciblé qui fit des centaines de Delphine Renard, et... pire qu'une blessure à un oeil !
Y avait-il eu des réactions d'indignation de cette ampleur aprés les bombes FLN des Milk-Bars d'Alger et d'ailleurs ?

Non Compagnon ! Rien ! L'indifférence et même de la compassion pour ces pauvres Algériens qui en étaient réduits à ces extrémités pour faire entendre leur voix... Les témoignages de ces bidasses "sauvés de l'enfer" ? Que peuvent-ils valoir devant la réalité des faits ?


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Sam 29 Mar - 19:35 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

J'ai eu l'occasion, étant en opération dans ce coin là de voir le résultat d'un incident typique de cette "guerre". Un camion de soldats du génie qui revenaient de la plage un dimanche de juillet, empruntant la piste qui les conduisait à leur poste, avait sauté sur une mine "artisanale" et essuyé des coups de feu. Bilan sept morts et quatre blessés. Nous avions découvert les corps encore en maillots de bain. Les treillis, les armes, les saccoches de munitions devaient être au fond de la caisse du camion. Le chauffeur n'avait rien vu. Le soleil, bas sur l'horizon, frappait le pare-brise au moment de l'explosion de la mine...
Une bonne journée à la plage, sans doute bien arrosée. Les gamins rentraient. En chantant peut-être... Et c'est pour eux aussi que nous nous battons pour faire connaître la vérité.
Et des pièges de ce type étaient monnaie courante. La majorité des soldats du contingent tués en Algérie en fut victime.
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
lebel


Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2008
Messages: 4 566
Localisation: paris

MessagePosté le: Dim 30 Mar - 10:45 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

Cette décision insensée , lors de la fusillade de la rue d'Isly , de mettre en position des soldats indigènes ,inexperimentés et armés face à une foule de pieds noirs desarmés , n'avait pas été prise au hasard et l'on en connaissait en haut lieu les consequences previsibles

Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Dim 30 Mar - 11:36 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

J'ai eu l'occasion de parler de ce drame dont j'ai été témoin, et j'ai eu, je crois l'occasion de rappeler la visite du général Ailleret en personne, en hélicoptère, au PC du 4ème régiment de tirailleurs à la Réghaïa dans les quarante huit heures qui ont précédé la fusillade... Et on a posé la question:
- Pourquoi n'avoir pas "bouché" l'entrée de la rue d'Isly et de la rampe Bugeaud, par des escadrons de Gendarmes Mobiles plus aguerris aux manifestations de foules ? D'autant plus que cette foule n'était pas armée et était composée en majorité de personnes de tous âges et de tous sexes... Il aurait suffit de quelques grenades lacrymogènes pour la disperser et éventuellement quelques bourrages de crosses...

Il y a donc eu préméditation !
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Maréchal


Hors ligne

Inscrit le: 19 Déc 2007
Messages: 1 138
Localisation: Gard

MessagePosté le: Dim 30 Mar - 11:49 (2008)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly Répondre en citant

Je crois qu'il y a eu deux tirailleurs algériens tués ce jour là. L'un a été abattu par l'officier qui commandait le détachement alors qu'il tirait au PM sur des gens qui s'étaient réfugiés à l'intérieur d'un magasin. L'autre, probablement par une rafale d'un de ses camarades. Les corps ont été récupérés par les tirailleurs lorsqu'ils se sont repliés. On n'en a plus entendu perler, mais il y a des témoins qui les ont vus.
_________________
Notre vie est- un voyage
Dans l'hiver et dans la nuit,
Nous cherchons notre passage
Dans le Ciel où rien ne luit.

Chanson des Gardes Suisses. 1793


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:22 (2016)    Sujet du message: La fusillade de la rue d'Isly

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> L'Algérie Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
Page 3 sur 7

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com