France en Guerres Index du Forum

France en Guerres
Les guerres de la France au XX° Siècle. Parlons en !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

L'assassinat de R. Degueldre

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> L'Algérie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Lun 14 Avr - 09:31 (2008)    Sujet du message: L'assassinat de R. Degueldre Répondre en citant

Je dis assassinat, parcequ'il s'agit bien d'un assassinat et non d'une "simple" exécution d'un condamné à mort.

Le 6 juillet 1962, alors qu'on sait en France ce qui vient de se passer à Oran, Roger Degueldre est lié au poteau en uniforme de parachutiste, un drapeau français contre la poitrine et autour du cou un foulard de la Légion. Il crie "Vive la France" et chante la Marseillaise... La salve (12 coups) retentit dans le silence revenu. Une seule balle l'a atteint à l'abdomen. Elle n'est pas mortelle et Roger Degueldre est bien vivant.
S'approche alors l'adjudant chargé du "coup de grâce"... Mais sa main tremble et le coup est tiré dans le vide... Il recommence, mais cette fois c'est le pistolet qui s'enraye... Devant l'assistance pétrifiée, le procureur demande qu'on change l'arme. Mais il faut aller chercher un autre pistolet au poste de garde... L'avocat de Roger Degueldre, ne bouge pas. Lui aussi il est figé sur place... Le pistolet arrive. L'adjudant dont la main tremble toujours autant vise au-dessus de l'oreille, mais la balle traverse l'omoplate... Roger Degueldre souffre horriblement. Il regarde le sous-officier qui à l'air d'attendre... Mais le procureur fait encore un signe et cette fois le coup tiré est mortel...

Normalement, dans toute société "civilisée" qui appliquait encore la peine de mort, tout condamné qui avait la chance miraculeuse d'échapper à la sentence, était laissé en vie ! Là, on s'est acharné à tuer Roger Degueldre. Il s'agit donc bien d'un assassinat !
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 14 Avr - 09:31 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Maréchal


Hors ligne

Inscrit le: 19 Déc 2007
Messages: 1 138
Localisation: Gard

MessagePosté le: Lun 14 Avr - 13:05 (2008)    Sujet du message: L'assassinat de R. Degueldre Répondre en citant

C'est de l'acharnement morbide ! Mais son avocat, il a rien fait ?
_________________
Notre vie est- un voyage
Dans l'hiver et dans la nuit,
Nous cherchons notre passage
Dans le Ciel où rien ne luit.

Chanson des Gardes Suisses. 1793


Revenir en haut
Carolus Magnus
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 7 Juil - 21:08 (2009)    Sujet du message: L'assassinat de R. Degueldre Répondre en citant

Oui, c'était bien un assassinat ! 

Revenir en haut
Charles


Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2008
Messages: 860

MessagePosté le: Mar 7 Juil - 21:36 (2009)    Sujet du message: L'assassinat de R. Degueldre Répondre en citant

Qui était Roger Degueldre?
Fiche de Wikipédia...mouais je sais,ça vaut ce que ça vaut...

Roger Degueldre, ou Roger Hercule Gustave Degueldre, était un lieutenant du 1er régiment étranger de parachutistes, déserteur, et créateur des commandos Delta en 1961 de l'Organisation armée secrète (OAS). Il naît le 19 mai 1925 à Louvroil (Nord) à quelques kilomètres de la frontière belge.

Condamné à mort le 28 juin 1962 par la Cour de sûreté de l'État, Roger Degueldre est fusillé au fort d'Ivry[1] (région parisienne), le 6 juillet 1962.
Sommaire

* 1 Biographie
o 1.1 Décorations
* 2 Divers
* 3 Notes et références
* 4 Bibliographie
* 5 Liens internes

Biographie

Né dans une famille ouvrière, d'un père cheminot et d'une mère au foyer, il fuit, avec sa famille, l'occupation allemande en 1940 pour se réfugier en zone libre dans le Sud de la France. En 1942, le jeune Roger Degueldre remonte dans le Nord de la France pour entrer clandestinement dans la zone occupée, et s’engager dans le maquis, auprès des partisans communistes, dans les Francs-tireurs et partisans (FTP) aux côtés de Roger Pannequin, le « commandant Marc » sous l'occupation allemande. Selon certaines sources, il se serait au contraire engagé dans la Légion Wallonie, par admiration pour Léon Degrelle.

À la Libération, il s'engage dans la 10e Division d'infanterie motorisée qui participe à la réduction de la poche de Colmar en janvier 1945, puis à la Légion étrangère, sous l'identité de Roger « Legueldre » né le 18 septembre 1925 à Gruyères (Fribourg) Confédération Helvétique. Par décision ministérielle, il reprend son identité le 28 septembre 1955.

Il gagne ses galons de sous-officier en Indochine (au 1er régiment étranger de cavalerie)[2] en étant décoré de la médaille militaire pour acte de courage (porte secours au capitaine de Blignières et au sous-lieutenant Boutot sous le feu de l'ennemi) pendant la guerre d'Indochine. Il est décoré de la croix de la Valeur militaire[2].

Après la chute de Điện Biên Phủ, il est muté au 1er bataillon étranger parachutiste (ancêtre du 1er régiment étranger de parachutiste)[2] et il participe au conflit algérien, où il est fait officier et est nommé chevalier de la Légion d'honneur[2].

Pendant la semaine des barricades à Alger (janvier 1960) il est présent avec son régiment, toujours fidèle au Gouvernement français. Engagé dans la défense de l'Algérie française, il est alors soupçonné d’avoir participé au complot avorté de décembre 1960, contre le général de Gaulle peu après sa visite à Alger. Il est muté au 4e régiment étranger d'infanterie. Niant les faits, convaincu de la nécessité de la lutte armée, il passe alors dans la clandestinité le 11 décembre 1960.

En 1961, il est le créateur et responsable des commandos Delta de l'Organisation armée secrète (OAS). Le 15 mars 1962, à 10 h 45 un « commando Delta », pénètre au centre social de Château-Royal dans la commune d'El-Biar, près d'Alger. Dans la salle de réunion étaient rassemblés six dirigeants des centres sociaux qui furent alignés contre un mur de la cour et abattus à l'arme automatique.

Le 7 avril 1962, le lieutenant Roger Degueldre, chef des commandos Delta, est arrêté ; il est ensuite traduit en justice, et condamné à mort. Il est fusillé le 6 juillet 1962 au Fort d'Ivry. Une balle seulement sur les onze du peloton d'exécution l'atteint. Le sous-officier chargé de lui donner le coup de grâce s'y reprendra à six fois avant que Degueldre ne meure.

Décorations

Cité avec Croix de guerre des TOE, celle-ci porte 2 étoiles de bronze (régiment ou brigade) , 2 étoiles d'argent (division), 2 étoiles de vermeil (corps d'armée) et 2 palmes (armée). En Algérie, il gagne la croix de la Valeur militaire. Sa condamnation le prive de ses prérogatives en matière de décorations ; toutefois, il a été décoré de la médaille militaire et a été fait chevalier de la Légion d'honneur.


Revenir en haut
Briard
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 3 331

MessagePosté le: Mar 7 Juil - 23:35 (2009)    Sujet du message: L'assassinat de R. Degueldre Répondre en citant

ça c'est pas du Wikipédia :

Roger DEGUELDRE :

Roger Hercule Gustave DEGUELDRE est né le 19 Mai 1925 à Louvroil (Nord) de parents français. En Mai 1940, lors de l'offensive allemande, la famille DEGUELDRE est évacuée vers les Pyrénées Orientales. En 1943 il remonte vers le Nord et participe à la Résistance, guidé par l'Abbé Jean de BECO, aux coté des FTP de Roger PANNEQUIN, le << Commandant Marc >> dues FTP du Pas de Calais.

- 28 Septembre 1944 Roger DEGUELDRE s'engage dans la 10ème Division d'Infanterie Motorisée qui participe à la réduction de la poche de Colmar (Janvier 1945)
- 20 Septembre 1945. Il s'engage dans la Légion Etrangère à Marseille, sous le nom de Roger Legueldre né le 18 Septembre 1925 à Gruyère (Confédération Helvétique)
- 28 Septembre 1955. Par décision ministérielle, il reprend son identité (rectification)
- Entre-temps il sert en Indochine au 1er REC
- Aprés 1 an de service il est nommé Maréchal des Logis. Deux ans plus tard il est promu Maréchal des Logis Chef.
- 21 Janvier 1950. Lors d'un accrochage dans le Delta du Mékong, Roger DEGUELDRE va chercher sous le feu des viets le Capitaine de BLIGNIERES et le Sous-Lieutenant BOUTÔT.
- Il est décoré de la Médaille Militaire.

- Aprés la fin des combats d'Indochine, dont il revient avec une Croix de Guerre TOE avec sept (7) citations ( 1 Palme, 2 Etoiles de Vermeil, 2 Etoiles d'Argent et 2 Etoiles de Bronze) , lo'Adjudant Roger DEGUELDRE est muté au 1er Bataillon Etranger de Parachutistes (1er BEP, puis 1er REP)
- Il y sert sous les ordres des colonels BROTHIER, puis JEANPIERRE. Il est à Suez en Novembre 1956,participe à la Bataille d'Alger en 1957. En 1958, il est nommé Sous-Lieutenant au feu à Guelma et participe à la Bataille des frontières dans l'Est-Constantinois
- 26 Septembre 1958. Déjà titulaire de la Croix de la Valeur Militaire avec Palme, il est nommé Chevalier de la Légion d'Honneur.
-24 Janvier 1960. Pendant la << Semaine des Barricades >> il est à Alger avec son Régiment commandé par le Colonel DUFOUR.
- Intensément engagé dans la défense de l'Algérie française et convaincu de la nécessité de la lutte armée, il deserte.
- 22 Avril 1961. Pendant le "putsch", dans une perspective révolutionnaire, il est prêt à "liquider" le Général GAMBIER et le délégué général MORIN... Le Colonel GODARD s'y oppose.
- Lorsque l'OAS s'organise, Roger DEGUELDRE, Chef du Bureau Action Opérationnel tient un rôle prépondérant au sein de l'ORO. Sous ses ordres les Commandos Delta affrontent victorieusement les barbouzes des polices paralélles. Il donne à l'OAS d'Alger tout son poids et son influence.
- Il tient le serment qu'il a fait et que d'autres ont fait aussi : << Faites bien attention. Vous affirmez que rien ne vous empêchera de garder l'Algérie à la FRANCE. J'ai prêté ce serment avec vous. Mais sachez bien qu'en ce qui me concerne, il sera respecté. J'irai jusqu'au bout. >>
-7 Avril 1962. Roger DEGUELDRE est arrêté à Alger par les Gardes Mobiles dans un immeuble du Boulevard Telemly. (en réalité sur le trottoir)
- 28 Juin 1962. Il est condamné à mort part la Cour Militaire de Justice (???) à l'issue d'un procés joué d'avance.
- 6 Juillet 1962. Il est assassiné au Fort d'Evry dans des conditions atroces (une seule balle tirée du peloton l'a touché) quelques jours aprés la proclamation de l'indépendance de l'Algérie.



6 Juillet 1962


2h55. 15 motocyclistes encadrant le fourgon de Roger DEGUELDRE quittent la prison de Fresne, une quinzaine d'autres motos suivent, puis 8 véhicules de la PP et 15 autres voitures de l'administration . Que de monde pour fusiller un homme. DEGUELDRE a revêtu sa tenu kaki d'Officier Parachutiste et coiffé son béret vert du 1er REP. Avant de franchir le seuil de sa cellule, il s'est adressé d'une voix calme à ses défenseurs :
<< Je vous demande de dire à mes camarades officiers que je suis fier(...) de mourir pour avoir tenu le serment que tout officier combattant a prêté au moins une fois : ne jamais livrer l'Algérie au FLN... Dîtes aux généraux SALAN et
JOUHAUD que je suis fier d'avoir servi sous leurs ordres. >> Puis se tournant vers le Général GERTHOFFER, qui le 28 Juin avait requis contre lui, il dit simplement :
<< Je ne vous garde pas rancune mais je vous plains >>.
A 3h45, le convoi arrive au fort d'Ivry. Le peloton d'exécution formé de 12 soldats en treillis kaki attend l'arme au pied. Le condamné refuse qu'on lui bande les yeux. Il serre sur son coeur un drapeau tricolore. Au moment ou on le met en joue, il crie << Vive la FRANCE >> et entonne la Marseillaise.
Dans la poche de sa vareuse, il avait la photo d'un petit garçon. Son fils Philippe. Un petit garçon qu'il n'avait jamais vu. En ce jour de Sainte Lucie, il est 3h56.

Plus tard, à 5h00 , son avocat, Me TIXIER-VIGNANCOURT, fait la déclaration suivante :

<< Aussitôt aprés le feu du peloton, le coup de grâce était donné. Le peloton s'en va. Je me suis approché du poteau et je me suis aperçu que DEGUELDRE respirait profondément. C'est à ce moment qu'un second coup de grâce fut donné par l'Adjudant.
Je m'approchait de nouveau. DEGUELDRE respirait encore et souffrait énormément. Un médecin vint enfin, qu'il fallut attendre sept minutes. C'est alors que l'Adjudant par trois (3) fois, tenta de nouveau le coup de grâce, mais à chaque fois, les trois (3) coups ratérent.
Il dut aller chercher un second revolver. Et ce n'est que onze (11) minutes aprés la salve du peloton, que le coup de grâce définitif fut donné. Je ne ferai pas d'autres commentaires, sinon que l'Armée française tire bien. Du peloton, DEGUELDRE n'a pu être atteint que d'une seule balle. Je n'ai plus rien à ,dire. >>
_________________
Fuis les éloges, mais essaie de les mériter.
F Fenelon


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 7 510
Localisation: Avignon

MessagePosté le: Mer 8 Juil - 08:54 (2009)    Sujet du message: L'assassinat de R. Degueldre Répondre en citant

Il était de tradition de laisser la vie sauve lorsqu'un "fusillé" survivait à la salve du peloton, le "coup de grace" n'étant tiré que dans la nuque d'un cadavre, pour être bien sur du décés...
On peut donc dire ici qu'il y a eu "crime d'état"... Un de plus à l'actif de qui vous savez !*

* Pas de nom. On ne sait jamais...
_________________
"Je hais ces mensonges qui vous ont fait tant de mal"


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:58 (2016)    Sujet du message: L'assassinat de R. Degueldre

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    France en Guerres Index du Forum -> France en Guerres -> L'Algérie Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com